Mission Chrétienne Globale - Droits humains
Liens Moteur de Recherche Plan du site Boutique
Actualité 
      


07/08/2007

USA : Mark Lee Wilkerson (m), aged 23

AMR 51/129/2007 - 02 August 2007
Mark Wilkerson was released from military detention at Fort Sill, Oklahama on 12 July.
He had been sentenced to seven months' imprisonment for going absent without leave (AWOL) from the army after he refused to deploy on a second tour of duty to Iraq. Amnesty International considered him to be a prisoner of conscience, detained solely for his conscientious objection to the war in Iraq.
He did not serve his full sentence as his clemency petition was(...)-Les actions urgentes en anglais/,,

> en savoir plus


07/08/2007

INDONESIA : Albert Rumbakwan (m), human rights activist

ASA 21/008/2007 - 3 August 2007
Prominent human rights defender Albert Rumbakwan has received death threats, and has been followed and kept under surveillance. Amnesty International believes his life could be in danger.
He is the director of the National Human Rights Commission (Komisi Nasional Hak Asasi Manusia, Komnas HAM) section in Papua province. Since early June, when he met with the UN Special Representative on Human Rights Defenders, Hina Jilani, he has been receiving mobile phone(...)-Les actions urgentes en anglais/,,

> en savoir plus


07/08/2007

ISRAEL/ : OCCUPIED PALESTINIAN TERRITORIES : More than 100 residents of Hadidiya Village

MDE 15/055/2007 03 August 2007
The Israeli army increased their pressure on the Palestinian villagers of Hadidiya and Humsa on 28 July by confiscating a tractor (one of only two in the village) and water tank from a villager living in Humsa, worsening the already dire water shortage in the village.
The Israeli army has told the villagers (and confirmed to Amnesty International) that to get the tractor and water tank back they must pay a fine of 4,500 Shekels (approx US$1,000),(...)-Les actions urgentes en anglais/,,

> en savoir plus


07/08/2007

SAUDI ARABIA : Dhahian Rakan al-Sibai'i (m), Saudi Arabian national, Mohamed Kohail (m), aged 22, Canadian national, Sultan Kohail (m), aged 16, Canadian national

MDE 23/030/2007 - 02 August 2007
Juvenile offender Dhahian Rakan al-Sibai'I was executed on 21 July in Taif, according to a Ministry of Interior statement. In January 2006 the Saudi Arabian authorities told the Committee on the Rights of the Child (which monitors states' implementation of the CRC) that no one had been executed for offences committed when they were under 18 years of age since the CRC came into force in the country, in February 1996. The Committee urged the authorities to(...)-Les actions urgentes en anglais/,,,

> en savoir plus


07/08/2007

ARABIE SAOUDITE : Dhahian Rakan al Sibaii (h), ressortissant saoudien , Mohamed Kohail (h), ressortissant canadien, 22 ans, Sultan Kohail (h), ressortissant canadien, 16 ans.

MDE 23/030/2007 - 2 août 2007
Le mineur délinquant Dhahian Rakan al Sibaii aétéexécutéle 21 juilletàTaïf, selon une déclaration du ministère de l'Intérieur. En janvier 2006, les autorités saoudiennes ont déclaréau Comitédes droits de l'enfant (chargédu suivi de la mise en?uvre de la Convention des droits de l'enfant par lesÉtats) que nul n'avaitétéexécutépour des infractions commises alors qu'il ou elle avait moins de dix-huit ans depuis l'entrée en vigueur de la Convention(...)-Les actions urgentes/,,,

> en savoir plus


07/08/2007

Etats-Unis : Mark Lee Wilkerson (h), 23 ans

AMR 51/129/2007 - 2 août 2007
Mark Wilkerson aétélibéréle 12 juillet du Fort Sill, dans l'Oklahama, oùilétait détenu par les autorités militaires.
Il avaitétécondamnéàune peine de sept mois d'emprisonnement pour s'êtreabsentésans autorisation dans le cadre de ses activités de militaire,àla suite de son refus de se rendre en Irak pour sa deuxième période d'affectation dans ce pays. Amnesty International considérait cet homme comme un prisonnier d'opinion, car il aétéprivé(...)-Les actions urgentes/,,

> en savoir plus


07/08/2007

IRAN : Keyvan Rafi'i (m), human rights defender, Kheyrollah Derakhshandi (m), member of the Alumni Association of Iran and former student activist, Abolfazl Jahandar (m), journalist and former student activist, DrKeyvan Ansari (m), Central Council member of the Alumni Association of Iran.

MDE 13/099/2007 - 03 August 2007
DrKeyvan Ansari and Abdolfazl Jahandar reportedly went on hunger strike on 14 July in protest at their continuing detention. Abdolfazl Jahandar is also said to be protesting at the prison officials' refusal to transfer him to the section for political prisoners.
The hearing of the case of Keyvan Rafi'i, now held in section 350 of Evin prison, was reportedly postponed for a fourth time on 29 July, because the prosecutor did not show up at Branch 17 of the(...)-Les actions urgentes en anglais/,,,

> en savoir plus


07/08/2007

MALAYSIA : Ayu (f), aged 44 and other transsexual individuals in Malaysia

ASA 28/002/2007 - 03 August 2007
Ayu, a male-to-female transsexual, was seriously beaten by state religious officials who detained her while she was talking to friends at the Old Melaka bus station in Kota Melaka, Melaka (Malacca) state, southwest Malaysia at around 11.30pm on 30 July. Ayu may be at risk of further abuse, and other transsexual people may also be in danger.
Ayu was reportedly approached by three enforcement officers from the Melaka Islamic Religious Affairs Department(...)-Les actions urgentes en anglais/,,,

> en savoir plus


07/08/2007

Chine. Les atteintes aux droits humains risquent d'entacher l'image des Jeux olympiques de Pékin

COMMUNIQUÉDE PRESSE
ASA 17/037/2007
Àun an du début des Jeux olympiques, il reste peu de temps au gouvernement chinois pour concrétiser sa promesse de saisir l'occasion de cetévénement pour faire avancer la cause des droits humains, a déclaréla secrétaire générale d'Amnesty International, Irene Khan, ce lundi 6 août.
«Si elles n'adoptent pas des mesures urgentes pour mettre un terme aux violations des droits humains durant l'année qui vient, les autorités chinoises risquent de ternir(...)-Communiqués et publications d'Amnesty International/

> en savoir plus


07/08/2007

YEMEN : Brigadier Nasser al-Nouba (m), aged in his 50s, Shallal Ali Shaya' (m), aged about 35, Scores of others

MDE 31/009/2007 - 03 August 2007
Scores of people, including the two men named above, were reportedly arrested on 2 August after a sit-in protest in Liberty Square, in central Aden, staged by retired soldiers. All are reportedly held incommunicado, and they are at risk of torture or other ill-treatment. The security forces dispersed the protestors using teargas, water cannons, as well as live ammunition. Several were reportedly injured, and one protestor is feared to have been killed.(...)-Les actions urgentes en anglais/,,,

> en savoir plus


07/08/2007

INDONESIA : Socrates Yoman (m), Head of the Baptist Churches (Papua), Noahk Nawipa (m), Kingmi church leader, Benny Giay (m), Kingmi church leader

ASA 21/009/2007 - 03 August 2007
Benny Giay, Noahk Nawipa and Socrates Yoman, all Christian church leaders in Papua province, have reportedly been threatened. Amnesty International believes that the lives of the three men could be in danger.
Around midnight on 29 July, two men reportedly came to the home of Pastor Benny Giav, a leader of the Kingmi church (the Papuan branch of the Gospel Tabernacle Church of Indonesia, in the town of Jayapura, Papua, where many local indigenous people(...)-Les actions urgentes en anglais/,,

> en savoir plus


07/08/2007

SUDAN : Abdallah Abdelgaum (m), member of the Mahas community, Alam Eldin Abdelghani (m), lawyer (note corrected name), DrMohamed Jalal Ahmed Hashim (m), lecturer at Khartoum University, Osman Shamat (m), driver, Imad Mirghani Sid Ahmed (m), lawyer, Saad Mohamed Ahmed (m), journalist, Raafat Hassan Abbas (m), journalist, Abdulaziz Mohamed Ali Khairi (m), engineer and community representative. New names : Osman Ibrahim (m), Secretary General, Committee Against the Building of the Kajbar Dam, Mujahed Mohamed Abdallah (m), journalist.

AFR 54/040/2007 - 06 August 2007
The Secretary General of the Committee Against the Building of the Kajbar Dam, Osman Ibrahim, was arrested at his home in Farraig village by some 40 police and security officers on 20 July. He had recently left hospital where he was being treated for diabetes. When he was arrested, the security forces refused to allow him to take his medication with him. DrMohamed Jalal Ahmed Hashim, who also suffers from diabetes, was reportedly twice taken to hospital for(...)-Les actions urgentes en anglais/,,,,

> en savoir plus


07/08/2007

Chine. Les atteintes aux droits humains risquent d'entacher l'image des Jeux olympiques de Pékin

COMMUNIQUÉDE PRESSE
ASA 17/037/2007
Àun an du début des Jeux olympiques, il reste peu de temps au gouvernement chinois pour concrétiser sa promesse de saisir l'occasion de cetévénement pour faire avancer la cause des droits humains, a déclaréla secrétaire générale d'Amnesty International, Irene Khan, ce lundi 6 août.
«Si elles n'adoptent pas des mesures urgentes pour mettre un terme aux violations des droits humains durant l'année qui vient, les autorités chinoises risquent de(...)-Communiqués et publications d'Amnesty International/

> en savoir plus


07/08/2007

IRAN : Keyvan Rafii (h), défenseur des droits humains, Kheyrollah Derakhshandi (h), membre de l'Association des anciensélèves d'Iran et ancien militantétudiant Abolfazl Jahandar (h), journaliste et ancien militantétudiant, Keyvan Ansari (h), membre du conseil central de l'association des anciensélèves d'Iran.

MDE 13/099/2007 - 3 août 2007
Keyvan Ansari et Abolfazl Jahandar auraient entaméune grève de la faim le 14 juillet pour protester contre leur maintien en détention. Abolfazl Jahandar, semble-t-il, protesteraitégalement contre le refus opposépar les autorités pénitentiairesàsa demande de transfert dans le quartier des prisonniers politiques.
QuantàKeyvan Rafii, incarcéréactuellement dans la division 350 de la prison d'Evin, son procès auraitétéajournépour la quatrième fois le 29(...)-Les actions urgentes/,,,,

> en savoir plus


07/08/2007

USA : Ahmed Belbacha (m), former UK resident of Algerian origin, aged 38

AMR 51/130/2007 - 6 August 2007
Ahmed Belbacha and other Algerian nationals held in US custody in Guant·namo may be in imminent danger of forcible return to Algeria.
Amnesty International has received information that the US authorities are intending to forcibly repatriate four or five Algerian detainees from the US Naval Base in Guant·namo Bay to Algeria. One of these detainees is reported to be Ahmed Belbacha, a former UK resident of Algerian origin who has been cleared for release from(...)-Les actions urgentes en anglais/,,,,

> en savoir plus


07/08/2007

YÉMEN : Général de brigade Nasser al Nouba (h), entre 50 et 60 ans, Shallal Ali Shaya (h), environ 35 ans, ainsi que de très nombreuses autres personnes.

MDE 31/009/2007 - 3 août 2007
De très nombreuses personnes, dont les deux hommes nommés ci-dessus, auraientétéarrêtées le 2 août après un sit-in organisépar d'anciens militaires sur la place de la Liberté, dans le centre d'Aden. Amnesty International craint que ces hommes, détenus au secret, ne subissent des tortures ou d'autres formes de mauvais traitements. Les forces de sécuritéont disperséles manifestants au moyen de gaz lacrymogène, de canonsàeau et de balles réelles. Plusieurs(...)-Les actions urgentes/,,,

> en savoir plus


07/08/2007

ISRAËL ET TERRITOIRES PALESTINIENS OCCUPÉS : Plus d'une centaine d'habitants du village de Hadidiya

MDE 15/055/2007 - 03 août 2007
Le 28 juillet, l'armée israélienne a alourdi les pressions qu'elle exerce sur les villages palestiniens de Hadidiya et Humsa en confisquant un tracteur (l?un des deux seuls du village) et une citerneàun habitant de Humsa, alors qu'une terrible pénurie d'eau frappe déjàle hameau.
L'arméisraélienne a indiquéaux villageois (et a confirméàAmnesty International) que pour récupérer le tracteur et la citerne, ils doivent payer une amende de 4 500 shekels(...)-Les actions urgentes/,,,

> en savoir plus


07/08/2007

Un an avant le début des JO, Amnesty rappelle ses engagements au gouvernement chinois

«Si elles n'adoptent pas des mesures urgentes pour mettre un terme aux violations des droits humains durant l'année qui vient, les autorités chinoises risquent de ternir l'image de leur pays et celle des Jeux de Pékin», a indiquéIrene Khan.
La peine de mort, la détention sans procès, les militants des droits humains et la libertéde la presse sont les préoccupations mises en avantdans le rapport publiépar(...)-Actions en cours

> en savoir plus


07/08/2007

Tchad : Aucune protection contre le viol et les violences pour les femmes et les jeunes filles déplacées dans l'est du Tchad

«Ils l'ont utilisée, ils l'ont utilisée d'une manière horrible, elle saignait beaucoup quand on l'a ramenée ici.»La mère de Khadija, 14 ans, violée par des hommes armés.
Des exactions et des violations graves du droit international humanitaire et du droit international relatif aux droits humains continuent d'être commises dans l'est du Tchad. Les femmes et les jeunes filles de la région sont toujours confrontées aux risques de viol et autres formes de violence sexuelle perpétrés par des(...)-Actions en cours/,,,

> en savoir plus


07/08/2007

Tchad : agressions sexuellesàl'encontre des femmes dans les camps de déplacés

Aucune protection contre le viol et les violences pour les femmes et les jeunes filles déplacées dans l'est du Tchad
Des exactions et des violations graves du droit international humanitaire et du droit international relatif aux droits humains continuent d'être commises dans l'est du Tchad. Les femmes et les jeunes filles de la région sont toujours confrontées aux risques de viol et autres formes de violence sexuelle perpétrés par des groupes armés.
Khadija* (quatorze ans), ses six frères(...)-Actions/,,,,

> en savoir plus


08/05/2007

Super loto « Ravi » marseillais

à partir de midi à la Cafétéria de la Cinémathèque, boulevard d'Athènes, 13001 (métro Gare Saint-Charles)

> en savoir plus


08/05/2007

Procès de François Auguste

12 h devant le Tribunal, 67 rue Servient - Lyon 3ème arrdt

> en savoir plus


08/05/2007

?Libre Parole?

19 h à la Bibliothèque de Nulle Part, 48 chemin de la Nerthe,13016 (bus 35)

> en savoir plus


08/05/2007

Prisons pour mineurs?Le travail, un enfermement

15 h à Mille Bâbords, 61 rue Consolat, 13001 (métro Réformés)

> en savoir plus


08/05/2007

La discrimination est un délit

19 h au Centre social Baussenque, 34 rue Baussenque, 13002

> en savoir plus


08/05/2007

La Compagnie Jolie Môme à La Penne

à la Penne sur Huveaune

> en savoir plus


08/05/2007

Les neuf sages partent à la chasse aux banderoles !

A la demande d'élus UMP de Paris, le Conseil Constitutionnel exige de la Mairie de Paris le retrait des banderoles de soutien aux sans-papiers accrochées aux façades des écoles parisiennes. Ces banderoles contreviendraient au principe de neutralité des bureaux de vote.
Un soutien n'est pas un appel au vote.
Après les poursuites engagées contre Florimond Guimard, instituteur à Marseille, contre François Auguste, vice-président du Conseil régional Rhône-Alpes, contre Kadidja, militante APEIS de St-Denis, après la (...)

> en savoir plus


08/05/2007

Nous sommes tous des enfants de 68

Cris de joie, de douleur, de vie, d'horreur, de plaisir... ¬ Les soixante-huitards en pétard
"Nous refusons de devenir des professeurs au service de la sélection dans l'enseignement dont les enfants de la classe ouvrière font les frais ; des sociologues fabricants de slogans pour les campagnes électorales gouvernementales ; des psychologues chargés de faire"fonctionner"les"équipes de travailleurs"selon les intérêts des patrons ; des scientifiques dont le travail de recherche sera utilisé selon les (...)

> en savoir plus


08/05/2007

« Je veux tourner la page Mai 68 ! »

Tout ce que la France peut comporter de néo pétainistes a pu se retrouver le 29 avril 2007 au meeting parisien du candidat UMP à l'élection présidentielle. La charge contre l'« esprit de mai 68 » qui a constitué le temps fort de son discours n'était pas sans rappeler les discours des Philippe HENRIOT et autres DEAT et DORIOT quand ils s'en prenaient à l'« esprit du Front Populaire » qu'ils tenaient pour responsable de la « décadence morale de la France »... On sait ce que ça a donné.
Par une subtilité rhétorique, il (...)

> en savoir plus


08/05/2007

Abolition de toutes les prisons

18 h au Mille pattes, 64 rue d'Aubagne, 13001

> en savoir plus


08/05/2007

Greenpeace conteste la propagande d'Areva dans les journaux français

Après « Le Monde », c'est au tour du journal « Le Parisien » de faire la propagande de l'EPR finlandais dans ses colonnes. Dans Le Monde daté du samedi 5 mai, un papier intitulé : « Areva joue sa crédibilité sur le réacteur finlandais » vante les mérites de l'industrie nucléaire française Areva. Ce matin, même ton dans le Parisien avec un article intitulé : « Pourquoi la Finlande a choisi l'EPR ».
Tout comme Jean-Michel Bezat, le journaliste du Parisien, Marc Lomazzi, a été spécialement envoyé en Finlande, (...)

> en savoir plus


08/05/2007

"Non, M. Sarkozy, les combattants des Glières ne sont pas récupérables !"

Des citoyens haut-savoyards soutenus par trois figures de la résistance en Haute-Savoie, Walter Bassan, déporté, résistant, rescapé de Dachau, Robert Lacroix, résistant, et Constant Paisant résistant, ancien des Glières, disent leur indignation et lancent un appel à un rassemblement sur le plateau des Glières dimanche 13 mai 2007 à midi pour dire :
"Non, M. Sarkozy, les combattants des Glières ne sont pas récupérables !"
M. Sarkozy vient de réaliser une opération médiatique sur le lieu des combats de 1944, aux Glières. Tantôt (...)

> en savoir plus


08/05/2007

Croisement idéologique droite-gauche

Croisement idéologique droite-gauche : Sarkozy, c'est déjà 1938 ! Un mauvais rêve.
Encore une soirée électorale au pays du mensonge déconcertant. En prévision de la défaite prévisible de la gauche, j'avais prévu d'écrire trois seules et sobres « recommandations » amicales :
1 - A tous ceux et celles qui ont aimé la France, où qu'ils se trouvent, nous demandons sincèrement pardon pour cette déchéance du vieux pays de 1789, 1830, 1848, 1870, 1936, 1944, 1968, car voici une déchéance sarkozienne sans précédent dans l'histoire (...)

> en savoir plus


08/05/2007

Rassemblement de soutien devant le Tribunal Mardi 8 mai à 8 h.30

Mardi en fin de matinée.
Une bonne cinquantaine de personnes se sont rassemblées mardi 8 mai à partir de 8h devant le Tribunal d'Instance : 6 place Montyon dans le 6e arrdt (derrière le Palais de Justice) où les familles et leurs soutiens ont peiné à obtenir des informations . Elles comptent s'y relayer toute la journée.
Il semblerait que ce matin le procureur interrogeait 12 ( ?) des personnes arrêtées dimanche soir . Cet après-midi devrait avoir lieu à huis-clos (manque de personnel pendant les jours fériés) la (...)

> en savoir plus


08/05/2007

Comparution immédiate demain mardi 8 mai à 8 h devant le Tribunal

8 h devant le Tribunal d'instance, 6 place Montyon, 13006

> en savoir plus


08/05/2007

"Visiblement je vous aime", film de J.-M. Carré autour de l'antipsychiatrie

19 h 30 à Mille Bâbords, 61 rue Consolat, 13001 (métro Réformés)

> en savoir plus


08/05/2007

Sans frontières. Luigi Pintor

Une internationale... Ce n'est pas demain qu'elle doit gagner, mais elle doit opérer chaque jour, et envahir la rue. Son but est de réinventer la vie dans une époque qui est en train de nous priver d'elle en des formes encore jamais vues .
Cet éditorial a été écrit par Luigi Pintor quelques jours avant sa mort, le 16 mai 2003, pour le journal il manifesto qu'il avait fondé trente-deux ans avant ; même avec la référence à l'Italie de 2003, il me semble très actuel.
"Tchékhoviennement, (...) C'est elle la jeunesse (...)

> en savoir plus


08/05/2007

Résistances

Reçu du Mouvement pour l'égalité : lundi 7 mai 2007
Enseignant à l'Université d'Evry-Val-d'Essonne, Olivier Le Cour Grandmaison est l'auteur de Coloniser. Exterminer. Sur la guerre et l'Etat colonial (Fayard, 2005).
Ce que beaucoup appréhendaient vient de se produire ; Nicolas Sarkozy l'a donc emporté au second tour des élections présidentielles. Pour la troisième fois consécutive en l'espace de douze ans, un candidat dela droite, aux discours et au programme radicalisés comme jamais sur l'ensemble des questions (...)

> en savoir plus


08/05/2007

Un témoignage sur un procès de ces derniers jours en comparution immédiate.

Mon fils a participé dimanche à un rassemblement à Montpellier. Interpellé par la police, menotté amené au commissariat où il a reçu un tabassage en règle (un doigt cassé et une tête à faire pleurer sa mère !) Inculpé pour soi disant tentative d'incendie du local de l'UMP, sur le témoignage d'un commissaire ; comparution immédiate et requisition du procureur 2 mois ferme applicable immédiatement.
Sauf que la télé était là, que le rassemblement avait été filmé et que même en regardant entre les images, pas l'ombre d'un début de départ de (...)

> en savoir plus


08/05/2007

Domenico Losurdo et Le langage de l'Empire. Lexique de l'idéologie américaine

"Terrorisme, fondamentalisme, antiaméricanisme, haine contre l'Occident, complicité avec l'Islam et les antisémites : ce sont les accusations que l'empire américain brandit comme des armes affûtées. Dans un climat mondial de mobilisation totale contre les barbares à nos portes, voire déjà installés dans la citadelle occidentale, qui n'est pas avec l'Amérique est automatiquement un ennemi de la paix et de la civilisation". D. Losurdo
Dans son ouvrage Il Secolo mondo (Le Siècle-monde ), Marcello Flores définit le (...)

> en savoir plus


08/05/2007

Les palmes académiques pour Florimond ?

Tous les deux mois, notre ministre de l'éducation fait parvenir à chaque enseignant la publication"Question d'Education, le journal d'information de la communauté éducative", enfin que nous soyons bien au courant de toutes les mesures d'avant garde qu'il met en oeuvre pour l'école et que nous devons bien sûr appliquer au pied de la lettre selon son bon vouloir..... En première page dans le dernier numéro, cet article :
"LE COURAGE DES ENSEIGNANTS DISTINGUE
Quand dans nos écoles, nos collèges, nos lycées, (...)

> en savoir plus


08/05/2007

« 9 m² pour deux »

19 h à la Cinémathèque de Marseille - 31 Boulevard d'Athènes

> en savoir plus


08/05/2007

Baroud d'honneur

19 h à l'Escale Saint-Michel, Maison des jeunes et de la culture d'Aubagne, 7 bd Jean Jaurès, 13400 (Entrée libre)

> en savoir plus


08/05/2007

D'un seuil à l'autre

18 h 30 à La courte échelle, 4 rue Barbaroux, 13001

> en savoir plus


08/05/2007

Migrations, où est le problème ?

19 h Maison des associations, Le Ligoures, place Romée de Villeneuve, à Encagnane - Co-voiturage au retour

> en savoir plus


08/05/2007

La roue ou la noria des saisonniers agricoles

18 h 30 à la Librairie le Lézard Amoureux, 28 boulevard Emile Zola, 84300

> en savoir plus


08/05/2007

Et maintenant ?

18 h 30 à Mille Bâbords, 61 rue Consolat Marseille, 13001 (métro Réformés)

> en savoir plus


08/05/2007

L'affaire Sacco et Vanzetti : regards nouveaux

17 h AU C.I.R.A., 3 rue Saint-Dominique, 13001 (angle Place des Capucines)

> en savoir plus


08/05/2007

Évacuation de force du camp de la Porte d'Aix

Ce matin [2 mai], la Police est venue évacuer de force le camp de la porte d'Aix, et a procédé à son démantèlement. Restaient sur le camp 7 à 8 personnes, dont deux jeunes femmes possédant des animaux.
C'est une bien triste victoire à la Pyrrhus pour ceux qui ont pris la décision de cette évacuation. Elle démontre une totale méconnaissance des causes qui ont poussé ces personnes à la rue : La préfecture de police leur a demandé d'aller vers l'Unité d'hébergement d'Urgence de la Madrague-Ville.
Nous connaissions les expulsés de (...)

> en savoir plus


08/05/2007

Défense militante.

La comparution immédiate (anciennement appelée"flagrant délits").
Il s'agit d'une procédure expéditive qui consiste à déférer des personnes devant le juge directement à leur sortie de garde à vue (24 ou 48 heures, plus éventuellement une nuit au dépôt).
Double désavantage par rapport à une procédure"classique": d'une part, il est presque impossible de préparer une défense dans un délai aussi bref, de l'autre les prévenus comparaissent détenus, ce qui génère en général des peines beaucoup plus lourdes que s'ils comparaissaient (...)

> en savoir plus


08/05/2007

Le 1° mai 2007 à Marseille, la solidarité n'aura pas été un vain mot.

Ne reculant devant aucun calcul pour grapiller quelques voix du Front National, le successeur et ami de Sarkozy au ministère de l'intérieur a cru pouvoir se permettre un acte symbolique fort : expulser un père de famille le 1° Mai pensant sans doute que les manifestants seraient pris de court.
Mal lui en a pris, sitôt la nouvelle de l'expulsion connue, l'Union Syndicale SOLIDAIRES, suivie par beaucoup d'autres manifestants a quitté la manifestation traditionnelle pour rejoindre le port et tenter (...)

> en savoir plus


08/05/2007

Rencontre avec Françoise Gange, philosophe et écrivaine


-19 h à la Librairie Les mots pour le dire, 33 rue des Trois Mages, 13005
-en fin de soirée Aux 3 G, 3 rue Saint-Pierre, 13005

> en savoir plus


08/05/2007

Déplacer les frontières de genres et de sexualités

19 h 30 au Polygone étoilé, 1 rue Massabo, 13002

> en savoir plus


08/05/2007

avec l'auteur mexicain Paco Ignacio Taibo II


-17 h à à l'Alcazar, bibliothèque de Marseille à vocation régionale - 58 cours Belsunce (salle de conférence).

> en savoir plus


05/03/2007

GUATÉMALA Crainte pour la sécuritéde Piedad Espinosa Albacete, son mari, et d'autres membres de l'organisationécologiste Tropico Verde

AMR 34/001/2007

16 janvier 2007

Le 10 janvierà12 h 20, Carlos Albacete Rosales et sonépouse Piedad Espinosa Albacete, deux militantsécologistes, auraientétéla cible d'une attaque dans le taxi qui les ramenait de l'aéroport national La Aurora vers leur domicile de Guatémala.Alors qu'ils arrivaient près de chez eux, dans le quartier connu sous le nom de Carretera a El Salvador, ils ont vu une Golf Volkswagen grise garée près d'un pontàenviron un kilomètre de leur domicile. Le véhicule a démarréderrière leur taxi et les a suivis avant de les doubler et de faire demi-tour quelques mètres plus loin, bloquant ainsi partiellement la route.Au moins trois hommes sont descendus de ce véhicule en sortant des armes de poing. Ils avaient des bonnets de laine noirs ainsi que des gilets pare-balles de couleur foncée et leurs vêtements noirs ressemblaientàceux de la police, sans toutefois en porter les insignes caractéristiques. Ces hommes ont immédiatement commencéàtirer des coups de feu, obligeant le chauffeur du taxiàaccélérer pour leuréchapper. Ils ont continuéàfaire feu sur le taxi après que celui-ci les eutévités, mais la poursuite s'est arrêtée là.Carlos Albacete aétélégèrement blessépar deséclats de verre, le pare-brise et la vitre arrière située du côtéoùilétait assis ayantétéatteints par les tirs. Plusieurs balles se sontégalement logées dans la carrosserie du taxi, au niveau du coffre et de la portière arrière du côtéde Carlos Albacete. Six impacts de balles ontétédénombrés au total. Lorsque les policiers sont arrivés pour enquêter sur cesévénements, ils n'auraient pas placéles balles qu'ils ont retrouvées dans des sacs afin de préserver leséléments de preuve mais les auraient mises directement dans leurs poches.Le 12 janvier vers 18 heures, Carlos et Piedad Albacete ont reçu un appel téléphonique chez eux mais leur interlocuteur a raccrochédès que Piedad Albacete a répondu. Ils ont quittéleur domicile peu après pour se rendre en voiture chez un de leurs parents ; en tournant dans la rue oùcette personne habite, le couple s'est rendu compte qu'ilétait suivi par un véhicule noir aux vitres teintées. Au lieu d'aller directement chez leur parent, lesépoux ont fait un détour et l'ont appeléavec un téléphone portable pour lui demander d'ouvrir la porte de son garage. Ils ont ensuite rebrousséchemin et sont vite entrés par le garage, en refermant la porte derrière eux.Carlos et Piedad Albacete travaillent tous deux pour l'organisationécologiste guatémaltèque Tropico Verde qui?uvre pour la protection de la réserve de biosphère maya (une réserve naturelle située dans le département du Petén, dans le nord du Guatémala). Au cours de ces quatre dernières années, Tropico Verde a fortement dénoncél'usurpation de terres appartenantàla réserve par deséleveurs de bétail et, semble-t-il, par des trafiquants de drogue.Carlos et Piedad Albacete ont déjàétéla cible d'attaques et de man?uvres d'intimidation.Àla suite d'une série de menaces verbales, les locaux de Tropico Verde situés dans le département du Petén ont dûfermer entre août et décembre 2005, puis ont ouvertànouveau après avoir déménagédans un lieu plus sûr. Le 12 septembre 2006à23 heures, le domicile du couple auraitétéla cible de tirs de mitrailleuse. Le 24 septembre, un véhicule de couleur dorée aux vitres teintées s'est garédevant chez euxà5 h 30 afin, semble-t-il, de surveiller leur domicile. Piedad Albacete l'a remarquéquand elle est sortie pour jeter ses détritus ; le véhicule a alors alluméses phares et rouléàcôtéde cette femme tandis qu'elle suivait une allée pour rentrer chez elle. Le 13 novembre 2006, Carlos Albacete et l'un de ses collègues auraientétésurveillés par les quatre occupants d'un véhicule alors qu'ils se trouvaient en visite dans le département du Petén avec des journalistes travaillant sur la question des terres protégées. Les 18 et 20 décembre, un employéde Tropico Verde a reçu des appels téléphoniques de plusieurs membres de sa famille ; ceux-ci l'avertissaient que des rumeurs persistantes circulaient dans le département du Petén, selon lesquelles Carlos et Piedad Albacete allaientêtre victimes d'une attaque.

ACTION RECOMMANDÉE :dans les appels que vous ferez parvenir le plus vite possible aux destinataires mentionnés ci-après (en espagnol ou dans votre propre langue) : (vous pouvez reprende le modèle de lettre ci-joint)

  • dites-vous préoccupépar la sécuritéde Carlos Albacete Rosales et de Piedad Espinosa Albacete ainsi que par celle d'autres membres de l'organisation Tropico Verde ;
  • exhortez les autoritésàdiligenter une enquête exhaustive et indépendante sur les attaques ayant viséCarlos etPiedad Albacete ainsi que sur les précédentes menaces et man?uvres d'intimidation dont lesépoux et l'organisationàlaquelle ils appartiennent ontétéla cible ; demandez instamment que les responsables présumés de ces actes soient traduits en justice ;
  • rappelez aux autorités que les défenseurs des droits humains ont le droit de meneràbien leurs activités légitimes sans restriction ni crainte de représailles, comme le proclame la Déclaration des Nations unies sur le droit et la responsabilitédes individus, groupes et organes de la sociétéde promouvoir et protéger les droits de l'homme et les libertés fondamentales universellement reconnus.

APPELSÀ:

Procureur général :Fiscal General de la República y Jefe del Ministerio Público -Lic. Juan Luis Florido -15 avenida 15/16 -Zona 1, Barrio Gerona, 8vo. nivel -Guatemala, GUATEMALA - Fax : +502 2411 9124

Vice-Président de la République :Vicepresidente de la República -Sr. Eduardo Stein Barillas -Casa Presidencial, 6a. Avenida 4-18, Zona 1 -Guatemala, GUATEMALA -Fax : +502 2253 0801

COPIESÀ:Organisations de défense des droits humains :Unidad de Protección de Defensoras y Defensores de Derechos Humanos -Movimiento Nacional De Derechos Humanos -1 Avenida 0/11, Zona 2 -Colonia Lo de Bran -Guatemala, GUATEMALA -Fax : +502 2232 2651 (si une personne décroche, veuillez dire :«tono de fax por favor»)

Ambassade de la République du Guatemala -Avenue W.Churchill 185 -1180 Bruxelles -Fax : 02.344.64.99 -Email : embaguate.belgica@skynet.be

PRIÈRE D'INTERVENIR IMMÉDIATEMENT.

> en savoir plus


05/03/2007

ARABIE SAOUDITE. Crainte pour la vie de Siti Zainab Binti Duhri Rupa et d'autres personnes condamnéesàmort

MDE 23/006/2007Action complémentaire sur l'AU 299/06 (MDE 23/003/2006 du 9 novembre 2006) et suivantes (MDE 23/005/2006 du 23 novembre 2006 ; MDE 23/003/2007 du 26 janvier 2007)

1er Février 2007

Siti Zainab Binti Duhri Rupaaétéarrêtée dans le cadre d'une affaire de meurtre en septembre 1999. D'après certaines informations, elle souffre de troubles mentaux et aurait«avoué»le crime lorsqu'elle aétéinterrogée par la police. Elle est indonésienne et mère de deux enfants. En 1999 elle aétéarrêtée et accusée du meurtre de son employeur. Elle n'a pasétéautoriséeàconsulter un avocat niàprendre contact avec sa famille ou son ambassade, et elle a«avoué»avoir commis ce crime. D'après certaines informations, elle souffre de troubles mentaux et aurait«avoué»le crime lorsqu'elle aétéinterrogée par la police. Les ressortissantsétrangers subissent une discrimination de la part du système judiciaire saoudien. Près de la moitiédes condamnés exécutés venaient de paysétrangers. Un grand nombre d'entre eux ne comprenaient pas la langue dans laquelle s'est tenu leur procès. Siti Zainab risque d'être exécutée.

Situation d'autres condamnésàmort en Arabie Saoudite

L'état de santédeHadi Saeed Al Muteefs'est amélioré. Il est sorti de l'hôpital du Roi Khaled,àNajran, dans le sud-ouest de l'Arabie saoudite. Il aétérenvoyéen prison, mais il y a tout lieu de penser qu'il n'est plus détenuàl'isolement. Amnesty International a reçu des nouvelles encourageantes de la part de la Commission saoudienne des droits humains au sujet du cas de cet homme. En réponseàun appel envoyépar un membre du Réseau Actions urgentes, le président de cet organisme a déclaré, dans une lettre datée du 13 janvier 2007, que la peine capitale prononcée contre Hadi Saeed Al Muteef avaitétécommuée en peine privative de liberté, ajoutant que son dossierétait actuellement examinéen vue de soustraire totalement cet hommeàl'exécution de sa peine. La lettre ne précisait pas quand cette commutation avaitétédécidée ni la durée de la peine d'emprisonnement substituéeàsa peine capitale. Amnesty International considère Hadi Saeed Al Muteef comme un prisonnier d'opinion, détenu uniquement pour avoir exercépacifiquement son droitàla libertéd'expression, et demande sa libération sans condition et dans les meilleurs délais. Le président de la Commission aégalement indiquédans sa lettre que les cas du Nigérian Suliamon Olyfemi et de l'Indonésienne Siti Zainab Binti Duhri Rupa, qui risquaient une exécution imminente, avaientétésoumis aux autorités saoudiennes compétentes. Il n'a fait aucunement référence au cas du Saoudien Ahmed al Bahrani, qui est toujours menacéd'une exécution imminente. Arrêtéen 1994, Hadi Saeed Al Muteef aétécondamnéàmort en 1997 sur la base d'accusations vagues liéesàdes remarques qui ontétéconsidérées commeétant contrairesàla charia (loi islamique). Suliamon Olyfemi, quantàlui, auraitétécondamnéàla peine capitaleàla suite du meurtre d'un policier tuéàDjedda en 2002. Condamnéàla peine capitale pour meurtre, Ahmad al Bahrani aurait obtenu le pardon des proches de la victime enéchange du paiement de la diya (compensation financière). Il n'a cependant pasétéen mesure de s'acquitter du premier versement, selon certaines sources, et risquerait donc d'être exécutétrès prochainement.

ACTION RECOMMANDÉE:Écrivez d'urgence aux autorités saoudiennes (àpartir du modèle de lettre ci-dessous ou en rédigeant vous mêmes) ; dans les appels que vous ferez parvenir le plus vite possible aux destinataires mentionnés ci-après (en anglais, en arabe ou dans votre propre langue) :

  • saluez les nouvelles encourageantes annoncées par la lettre du président de la Commission saoudienne des droits humains ;
  • efforcez-vous d'obtenir des précisions quantàla date de commutation de la peine capitale prononcée contre Hadi Saeed Al Muteef ainsi que la durée de sa peine d'emprisonnement ;
  • demandez la libération immédiate et inconditionnelle de cet homme, qui aétécondamnépour des raisons d'opinion ;
  • cherchezàobtenir la garantie qu'il bénéficie de tous les soins médicaux dont il a besoin ;
  • dites que vous vous réjouissez de ce que les cas de Suliamon Olyfemi et Siti Zainab Binti Duhri Rupa ontétésoumis aux autorités compétentes et demandez des précisions quant aux mesures adoptées en vue de permettreàces deux personnes d'exercer leurs droits de bénéficier d'un réexamen judiciaire et de formuler un recours en grâce ;
  • exhortez les autorités saoudiennesàfaire bénéficier d'urgence tous les condamnésàmort du pays d'une commutation de peine, notamment Suliamon Olyfemi, Siti Zainab Binti Duhri Rupa et Ahmad al Bahrani, en vue de l'abolition de la peine capitale ;
  • demandez instamment que les normes internationales d'équitédes procès soient respectées.

APPELSÀ:

Chef de l'État et Président du Conseil des Ministres (Gardien des Deux Lieux Saints), le Roi Abdallah Bin Abdul Aziz Al Saoud : King Abdallah Bin?Abdul?Aziz Al-Saud -The Custodian of the two Holy Mosques -Office of His Majesty The King -Royal Court -Riyadh - Arabie saoudite

Ministre de l'Intérieur : His Royal Highness Prince Naif bin?Abdul?Aziz Al-SaudMinistry of the Interior -P.O. Box 2933 -Airport Road -Riyadh 11134 - Arabie saoudite -Fax : + 966 1 403 1185 / 403 3614 -

Ministre des Affairesétrangères : His Royal Highness Prince Saud al-Faisal bin?Abdul?Aziz Al-Saud -Ministry of Foreign Affairs -Nasseriya Street -Riyadh 11124 - Arabie saouditeFax : + 966 1 403 0645 -

Copiesà

Ambassade du Royaume d'Arabie Saoudite : Avenue F.D. Roosevelt 45, 1050 Bruxelles -Fax : 02.647.24.92 - Email :beemb@mofa.gov.sa

PRIÈRE D'INTERVENIR IMMÉDIATEMENT.

> en savoir plus


05/03/2007

IRAK : Craintes d'exécutions imminentes pour Samar Saad Abdullah, Wassan Talib, Zeynab Fadhil, Liqa Qamar

MDE 14/005/2007

Samar Saad Abdullah (f), environ 25 ans, Wassan Talib (f), 31 ans, Zeynab Fadhil (f), 25 ans, Liqa Qamar (f), 25 ans ontétécondamnéesàmort, et au moins l'une d'entre elles risque d'être exécutée très prochainement. Le président a le pouvoir de les gracier ou de commuer leur peine.

Samar Saad Abdullah aétécondamnéeàmort par la Cour pénale centrale irakienne le 15 août 2005, pour le meurtre de son oncle, de sa femme et de trois de leurs enfants, dans le quartier d'al KhudraàBagdad. D'après certaines sources, elle aurait accuséson fiancéde ces homicides, qu'il aurait perpétrés, selon elle, dans l'intention de dépouiller son oncle. Cet homme auraitétéarrêté, mais Amnesty International ignore la nature des charges retenues contre lui, le caséchéant. La condamnation de Samar Saad Abdullah aétéconfirmée en appel et la jeune femme risque d'être exécutée très prochainement.

Dans le cadre d'un autre procès, Wassan Talib et Zeynab Fadhil ontétécondamnéesàmort par la Cour pénale centrale irakienne le 31 août 2006, pour le meurtre, en 2005, de plusieurs membres des forces de sécuritéirakiennesàHay al Furat, un quartier de Bagdad. Ces deux femmes nient leur implication dans ces homicides, et Zeynab Fadhil aurait affirméqu'elle se trouvaitàl'étranger au moment oùils ontétéperpétrés.

Liqa Qamar aétécondamnéeàla peine capitale le 6 février 2006 par la Cour pénale centrale irakienne, pour un kidnapping qui aurait eu lieu en 2005. Il semblerait que sonépoux aitétéarrêtéet accusédu même crime. Aucune information supplémentaire n'est parvenueàla connaissance d'Amnesty International.

Ces quatre femmes sont détenues dans la prison de Kadhimiya, un quartier de la capitale. Deux d'entre elles sont emprisonnées avec un enfant en basâge : Zeynab Fadhil avec sa fillette de trois ans, et Liqa Qamar avec sa filleâgée d'un an, qui est née en prison.

Informations générales

Le gouvernement intérimaire d'Irak a rétabli la peine de mort en août 2004 pour certaines infractions, qui comprennent les atteintesàla sécuritéintérieure du pays, le meurtre prémédité, le trafic de stupéfiants et (dans certaines circonstances) le kidnapping. Les trois premières exécutions ont eu lieu le 1er septembre 2005, et au moins 65 hommes et femmes ontétéexécutés en 2006. Selon les informations recueillies, 27 condamnés ontétéexécutés par pendaisonàBagdad le 6 septembre, et 11 autres ont subi le même sort le 21 septembre dans la ville d'Arbil. Parmi les personnes exécutées en 2006 figurait l'ancien président Saddam Hussein.Àla connaissance d'Amnesty International, au moins deux personnes ontétéexécutées depuis le début de l'année : Barzan Ibrahim al Tikriti, demi-frère de Saddam Hussein, et Awad Hamad al Bandar al Sadun, ancien président du tribunal révolutionnaire. Ces deux hommes ontétéexécutés par pendaison le 15 janvier. Ils avaientétécondamnésàmort par le tribunal pénal suprême d'Irak, pour leur responsabilitédans la mort de 148 habitants du village d'Al Dujail, oùl'ancien président Saddam Hussein avaitétévictime d'une tentative d'assassinat en 1982.

Action recommandée: dans les appels que vous ferez parvenir le plus vite possible aux destinataires mentionnés ci-après (en anglais ou dans votre propre langue) :

  • exhortez les autoritésàne pas appliquer les condamnationsàmort prononcées contre Samar Saad Abdullah, Wassan Talib, Zeynab Fadhil et Liqa Qamar ;
  • dites-vous inquietàl'idée que Samar Saad Abdullah risque d'être exécutée très prochainement ;
  • demandezàconnaître la nature précise des charges retenues contre chacune de ces femmes ;
  • engagez les autoritésàcommuer toutes les condamnationsàmort prononcées depuis août 2004, ainsi qu'àprendre des mesures en vue d'abolir définitivement la peine capitale.

Appelsà:En plus des appels que vous enverrez directement aux autorités mentionnées ci-après, nous vous invitonsàles adresserégalementàl'ambassade d'Irak ou aux représentants diplomatiques de cetÉtat dans votre pays, en demandant qu'ils soient transmis aux personnes suivantes :

Président de la République:Jalal Talabani

Veuillez adresser cet appelàl'ambassade d'Irak ou aux représentants diplomatiques de cet Etat dans votre pays.

Premier Ministre:Nuri Kamil al-MalikiCourriersélectroniques :iraqigov@yahoo.com

Ministre de la Justice:Hashim al-ShibliCourriersélectroniques :minister@iraqi-justice.orgetdeputy@iraqi-justice.org

Ministre des Affairesétrangères: Hoshyar ZebariCourriersélectroniques :press@iraqmofa.net

Ambassade de la République d'IrakAvenue F.D. Roosevelt 115 -1050 Bruxelles -Fax : 02.374.76.15 -Email :ambassade.irak@skynet.be

Veuillez leur demander de faire parvenir une copie de vos appelsàla ministre des Droits humains, Wajdan Mikhail ; ainsi qu'au Président de la République Jalal Talabani .

PRIÈRE D'INTERVENIR IMMÉDIATEMENT. AVANT LE 23 MARS 2007, MERCI.

Ci-joint un modèle de lettre.

> en savoir plus


05/03/2007

IRAN. Craintes pour la sécuritéde Ahmad Batebi et de sonépouse, Somaye Bayanat

MDE 13/019/2007

Ahmad Batebi aétésauvagement battu en détentionàla suite de sa première arrestation, liéeàsa participationàune manifestationétudiante en 1999. Il a, depuis lors, passéplus de six années en prison, dans des conditions de détentionéprouvantes qui ont aggravésonétat de santé. Il souffre de diverses affections des suites de tortures et d'autres formes de mauvais traitements subis pendant sa détention. Comme de nombreux autres prisonniers, il n'a pasétéautoriséàrecevoir les soins médicaux nécessités par sonétat, ou en a bénéficiétardivement. Au cours de la journée du 16 février, Ahmad Batebi auraitétépris de plusieurs crises et aurait perdu connaissance pendant au moins trois heures. Il semblerait que ses codétenus l'aient emmenéàl'infirmerie de la prison. D'après certaines informations, qui n'ont pasétéconfirmées, Ahmad Batebi aurait eu une attaque. Le 18 février, il auraitétévictime d'une autre crise et conduitàl'hôpital des Martyrs (Bimarestan e Shohada), dans le nord de Téhéran, oùil aurait subi une IRM (imagerie par résonance magnétique), dont Amnesty International ne connaît pas les résultats. Le 19 février, il auraitétéreconduitàl'infirmerie de la prison d'Evin, malgréles objections que les médecins auraientémises ; ces derniers auraient signaléaux autorités pénitentiaires qu'il devait rester hospitalisépour bénéficier d'un suivi médical et que sonétat de santéne permettait pas de le maintenir en détention. Selon des informations relayées par la presse le 20 février, certains responsables de la prison d'Evin auraient déclaréqu'il y avaitétéramenéen raison de«réactions suscitées par ses amisàl'extérieur de la prison». Après que son père eutémis des protestations, Ahmad Batebi aétéreconduitàl'hôpital des Martyrs, pieds et poings liés, mais il a ensuiteététransférédans un autre hôpital. Le directeur de l'hôpital des Martyrs aurait informéle père d'Ahmad Batebi qu'il avait reçu l'ordre de le faire sortir. Le jeune homme a ensuiteétéde nouveau incarcéré. D'après certaines sources, il séjourne en observationàl'infirmerie de la prison. Bien qu'un de ses amis eut apparemment affirméque les deux hémisphères de son cerveau présentaient des anomalies, un représentant du pouvoir judiciaire a déclaré, le 20 février, que sonétat de santéétait satisfaisant. Il est très probable qu'Ahmad Batebi soit pris d'autres attaques s'il ne reçoit pas tous les soins médicaux nécessaires.Étant donnéle caractère systématique des négligences flagrantes commises par les autorités pénitentiaires quantàl'état de santédes détenus, et au vu des cas de mort en détention, Amnesty International est inquiète pour la vie d'Ahmad Batebi.

Informations générales

Ahmad Batebi a d'abordétéarrêtépour avoir participéaux manifestationsétudiantes du«18 Tir», en 1999, qui ontétéviolemment réprimées par les forces de sécurité. Comme de nombreuses autres personnes, il aétésauvagement torturé. Il figurait parmi quatre manifestants condamnésàla peine capitale pour atteinteàla sûretéde l'État,àl'issue d'un procès inéquitable tenu en secret devant un tribunal révolutionnaireàTéhéran. Ces condamnations ont plus tardétécommuées en peines d'emprisonnement. La peine d'Ahmad Batebi aétéréduiteàdix ans en appel, au début de l'an 2000. En mars 2005, il aurait bénéficiéd'une mesure de libération provisoire, afin qu'il puisse se marier et obtenir une prise en charge médicale. Sa permission a ensuiteétéprolongée, mais lorsqu'elle est arrivéeàexpiration, il ne s'est pas représentéàla prison. Le 27 juillet 2006, il aétéde nouveau arrêté, avant d'être conduitàla section 209 de la prison d'Evin, qui est administrée par le ministère du Renseignement. En août 2006, il a entaméune grève de la faim afin de protester contre cette nouvelle incarcération, mais l'a interrompue lorsqu'il aétéautoriséàvoir des membres de sa famille. Pendant sa grève de la faim, son médecin aécrit aux autorités pénitentiaires une lettre ouverte dans laquelle il indiquait qu'Ahmad Batebi avait besoin de soins spécialisés et qu'il risquait de mourir s'il n'était pas libéré. En décembre 2006, le père d'Ahmad Batebi s'est dit gravement préoccupépar l'état de santéde son fils et a demandépourquoi celui-ciétait toujours détenu dans la section 209, oùsont habituellement placés les prisonniers subissant des interrogatoires. Il a déclaré:«Notre fils s'éteint progressivement et personne n'est tenu responsable de cette situation. Je suis persuadéqu'ils vont lui faire du mal cette fois-ci. Je vois dans son regard qu'il demande de l'aide, mais que puis-je faire ?»Akbar Mohammadi, un autreétudiant présent lors desévénements du«18 Tir», est mort dans des circonstances suspectes en juillet 2006. La prise en charge médicale dont il avait besoin avaitétéretardée ou refusée. Son avocat s'efforce d'obtenir l'ouverture d'une enquête sur les causes de sa mort.

Action recommandée :dans les appels que vous ferez parvenir le plus vite possible aux destinataires mentionnés ci-après (en anglais, en persan ou dans votre propre langue) :

  • déclarez-vous préoccupépar l'état de santéd'Ahmad Batebi, actuellement détenu dans la prison d'Evin ;
  • exhortez les autoritésàpermettre immédiatementàcet homme de bénéficier de tous les soins requis par sonétat de santé, en lui accordant notamment une permission de sortie pour recevoir des soins médicauxàl'extérieur de la prison, comme l'aurait recommandéson médecin, et conformément aux dispositions de l'article 291 du Code de procédure pénale iranien, qui permet aux instances judiciaires d'ordonner que des détenus soient soignésàl'extérieur de la prison ;
  • priez-les de permettre sans délaiàAhmad Batebi d'être régulièrement en contact avec ses proches et son avocat ;
  • demandez-leur instamment de procéder dans les plus brefs délaisàun réexamen des dossiers d'Ahmed Batebi et de toutes les autres personnes emprisonnéesàl'issues de procès inéquitables en Iran ;
  • exhortez les autoritésàrévéler le lieu oùse trouve Somaye Bayanat etàlui permettre d'entrer en contact avec ses proches et un avocat, ainsi que de recevoir tous les soins médicaux dont elle pourrait avoir besoin.

Appelsà:

Guide spirituel de la République islamique d'Iran:His Excellency Ayatollah Sayed?Ali Khamenei- The Office of the Supreme Leader Shoahada Street, Qom, République islamique d'Iran- Courriersélectroniques :info@leader.iretistiftaa@wilayah.org

Directeur de la prison d'Evin:Director, Evin Prison- Evin Prison- Chamran Highway -Near Hotel Azadi - Dasht-e Behesht Street - Téhéran - République islamique d'Iran- Fax : +98 21 240 3910Courriersélectroniques :evin@tehranprisons.ir(dans le champ«objet», veuillezécrire :«Ahmad Batebi?for the attention of the director»

Copiesà:

Président de la République:His Excellency Mahmoud Ahmadinejad- The Presidency - Palestine Avenue - Azerbaijan Intersection - Téhéran -République islamique d'Iran- Courriersélectroniques :dr-ahmadinejad@president.irou via le site Internet du président :www.president.ir/email

Responsable du pouvoir judiciaire:His Excellency Ayatollah Mahmoud Hashemi Shahroudi- Ministry of Justice - Park-e Shahr - Téhéran - République islamique d'Iran- Courriersélectroniques : veuillez adresser vos courriersélectroniques via le formulaire en ligne permettant de recueillir l'avis des internautes (en persan) :http://www.iranjudiciary.org/contactus-feedback-fa.html

Ambassade de la République islamique d'Iran- Avenue Franklin Roosevelt 15 -1050 Bruxelles- Fax : 02.762.39.15 -Email :secretariat@iranembassy.be

PRIÈRE D'INTERVENIR IMMÉDIATEMENT. MERCI.

Ci-joint un modèle de lettre.

> en savoir plus


05/03/2007

IRAK. Craintes de torture et de mauvais traitements pour Iqbal Ibtissam ainsi qu'un grand nombre de femmes et d'enfants

MDE 14/011/2007

Ce groupe de femmes et d'enfants aétéarrêtéle 29 janvier, lors d'une attaque de grande ampleur lancée par les forces de sécuritéirakiennes, avec le soutien de l'armée américaine et des milices progouvernementales, dans la zone rurale d'al Zarqa, près de Najaf. Environ 300 hommes armés auraientététués au cours de cette opération. Ils appartenaientàun groupe religieux qui se nomme lui-même Jund al Sama (L'armée du ciel) et prévoyaient, selon certaines sources, de tuer de hauts dignitaires chiitesétablisàNajaf.Àla suite de cette attaque, les forces de sécuritéirakiennes et des milices progouvernementales auraient effectuédes descentes chez des membres de cette organisation et arrêtéun grand nombre de femmes et d'enfants, dont Iqbal et Amal Ibtissam, ainsi que la fille de cette dernière. Il semble que ces personnes aientétéappréhendées en raison de leurs liens de parentéavec des membres de Jund al Sama. Selon les informations reçues, elles seraient détenues dans un centre de détention improvisé, une ancienneécole du quartier de Hay al Ansar,àNajaf. Amnesty International ne connaît pas leurs conditions de détention, mais elles sont privées de tout contact avec le monde extérieur.

Informations générales

D'après certaines sources, des hommes armés de la Jund al Sama (L'armée du ciel) prévoyaient de tuer de hauts dignitaires chiites au moment de la fête religieuse d'Ashura, qui commémore la mort de l'imam al Hussain, au septième siècle. Najaf est un des lieux saints de l'islam chiite, et de hauts dignitaires de cette religion, dont le grand ayatollah Ali al Sistani, y sontétablis. L'Irak est partie au Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), dont l'article 9 dispose :«Tout individu a droitàla libertéetàla sécuritéde sa personne. Nul ne peut faire l'objet d'une arrestation ou d'une détention arbitraire. Nul ne peutêtre privéde sa liberté, si ce n'est pour des motifs, et conformémentàla procédure prévus par la loi.»Ce pays estégalement partieàla Convention des Nations unies relative aux droits de l'enfant, dont l'article 37 exige desÉtats parties qu'ils veillentàce que«nul enfant ne soit privéde libertéde façon illégale ou arbitraire»etàce que«tout enfant privéde libertésoit traitéavec humanitéet avec le respect dûàla dignitéde la personne humaine, et d'une manière tenant compte des besoins des personnes de sonâge».

Action recommandée: dans les appels que vous ferez parvenir le plus vite possible aux destinataires mentionnés ci-après (en anglais ou dans votre propre langue) :

  • faites part de votre préoccupation concernant l'arrestation et la détention prolongée d'un très grand nombre de femmes et d'enfants, dont Ibtissam et Amal Ibtissam, ainsi que le bébéde cette dernière,àla suite de l'attaque menée le 29 janvier 2007 par les forces de sécuritéirakiennes et américaines dans la zone d'al Zarqa, près de Najaf ;
  • cherchezàobtenir des précisions sur le motif de leur arrestation, ainsi que des informations détaillées sur uneéventuelle procédure engagée contre ces personnes ;
  • dites-vous préoccupépar le maintien de ces personnes en détention au secret, une situation qui les expose au risque d'être torturées ou victimes d'autres formes de mauvais traitements ;
  • demandez instamment que ces détenus soient autorisés sans délaiàrecevoir tous les soins médicaux dont ils pourraient avoir besoin, ainsi qu'àentrer en contact avec leurs proches et avec des avocats ;
  • exhortez les autoritésàlibérer immédiatement ces femmes et ces enfants,àmoins qu'ils ne soient inculpés d'une infraction dûment reconnue par la loi ;
  • rappelez aux autorités qu'elles sont tenues de respecter les dispositions du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et de la Convention relative aux droits de l'enfant.

Appelsà: En plus des appels que vous enverrez directement aux autorités mentionnées ci-après, nous vous invitonsàécrireégalementàl'ambassade d'Irak ou aux représentants diplomatiques de cetÉtat dans votre pays, en demandant que vos appels soient transmis aux personnes suivantes :

Président :Jalal Talabani -

Premier Ministre :Nuri Kamil al-Maliki - Courrierélectronique :iraqigov@yahoo.com

Ministre de la Justice :Hashim al-Shibli - Courriersélectroniques :minister@iraqi-justice.orgetdeputy@iraqi-justice.org

Ministre des Affairesétrangères : Hoshyar Zebari - Courrierélectronique :press@iraqmofa.net

COPIES

  • Ambassade d'Irak AVENUE F. ROOSEVELT, 115 - 1050 BRUXELLES - Fax : 02.374.76.15 - Emailambassade.irak@skynet.be- Veuillez leur demander de faire parvenir une copie de vos appelsàla ministre des Droits humains, Wajdan Mikhail.

PRIÈRE D'INTERVENIR IMMÉDIATEMENT. MERCI.

Ci-joint un modèle de lettre.

> en savoir plus


05/03/2007

RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO : Prisonnière d'opinion, Craintes de torture ou de mauvais traitements, Craintes de condamnationàmort, Procès inique, Inquiétudes pour la santé, pour Marie-Thérèse Nlandu Mpolo-Nene, avocate et responsable politique

Marie-Thérèse Nlandu, avocate et responsable politique, six membres de son entourage ainsi que deux soldats ontététraduits en justice devant un tribunal militaire de la capitale, Kinshasa. Ils encourent la peine capitale.Bienvenu Tungu Mukumbu (h), chauffeur ;Charles Félix Kianza Bata (h), journaliste et attachéde presse de Marie-Thérèse Nlandu ;JoséLifumba Botumbele ("JoséInonga") (h), pasteur ;André("Gauthier") Lusiladio Mavambu (h), garde du corps ;Bona Kongbo Nzingaba (h), garde du corps ;Claude Gayo Tenvo (h), garde du corps.

Nouvelles personnes menacées :Gbala Kukambisa (h), employéde maison de Marie-Thérèse Nlandu Mpolo-NeneRuffin Edjanga Fataki (h), soldatBasisa Iyondo (h), soldatMarie-Thérèse Nlanduétait candidateàla présidence, mais après sonélimination, au premier tour, son parti a apportéson soutienàla candidature de Jean-Pierre Bemba, vice-président sortant. Celui-ci aétévaincu au second tour du scrutin et a forméun recours juridique pour fraudeélectorale, avec Marie-Thérèse Nlandu pour le représenter.

Le 20 novembre, la police a arrêtédes personnes de l'entourage de Marie-Thérèse Nlandu après avoir découvert trois grenades dans leur voiture, selon certaines allégations. Le lendemain, Marie-Thérèse Nlandu s'est adresséeàdes partisans de Jean-Pierre Bemba devant les locaux de la Cour suprême en des termes qui, selon le procureur,étaient de natureàencourager un mouvement insurrectionnel. Après son discours, des violences ontéclatéentre des partisans de Jean-Pierre Bemba et des policiers. Des coups de feu ont alorsététirés, par des soldats fidèlesàJean-Pierre Bemba, semble-t-il, et les policiers se sont dispersés. Les protestataires ont mis le feu au bâtiment de la Cour suprême, qui a subi des dégradations considérables. Marie-Thérèse Nlandu aétéappréhendée le même jour avec Gbala Kukambisa, lorsqu'elle s'est rendue au poste de police pour avoir des nouvelles des membres de son entourage arrêtés la veille ; elle voulait notamment leur apporter de la nourriture.

L'avocate est inculpée d'avoir organiséun«mouvement insurrectionnel»et«procuréaux insurgés des armes ou des munitions», infractions toutes deux passibles de la peine capitale. Les membres de son entourage ontégalementétéinculpés d'avoir«procuréaux insurgés des armes ou des munitions». Tous les inculpés doivent par ailleurs répondre des chefs de«participationàun mouvement insurrectionnel»(passible de cinqàvingt ans d'emprisonnement) et de«détention illégale d'armesàfeu»(passible de vingt ans de prison). Deux soldats, dont les liens avec Marie-Thérèse Nlandu?si tant est qu'ils existent?ne sont pas connus, ontégalementétéinculpés de«participationàun mouvement insurrectionnel».

Leur procès, ouvert le 22 décembre devant un tribunal militaire de Kinshasa, aétéajournéle 3 janvier, afin que Marie-Thérèse Nlandu puisse bénéficier de soins médicaux. Elle souffre en effet d'une infection pulmonaire et d'hypertension. Sonétat de santés'est dégradéen raison de mauvaises conditions de détention, semble-t-il. Les débats ont ensuite repris le 24 janvier.

Il semble que les poursuites soient motivées par des considérations politiques, et que Marie-Thérèse Nlandu aitétéprise pour cible en raison de ses activités professionnelles et politiques, qu'elle mène pourtant sans violence. Par ailleurs, il estàcraindre que le ministère public fasse valoir desélémentsàcharge apparemment obtenus par la torture ou par d'autres formes de mauvais traitements ; ceséléments seraient irrecevables aux termes du droit international.

Les procès de civils devant des instances militaires sont contraires aux normes internationales d'équité. Ils sontégalement proscrits par la Constitution de 2006 de la RDC, qui limite la compétence des tribunaux militaires aux affaires concernant les membres des forces armées et de la police (Article 156). Dans cette affaire, la défense s'est opposée au fait que les débats se déroulent devant une juridiction militaire. Le tribunal a cependant rejetéson recours en se fondant sur le Code judiciaire militaire, qui est antérieuràla nouvelle Constitution et autorise des juridictions militairesàjuger des civils accusés de certaines infractions dans des circonstances précises.

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Dans la République démocratique du Congo, les tribunaux militaires prononcent régulièrement des condamnationsàmort, bien que,àla connaissance d'Amnesty International, aucune exécution n'ait eu lieu depuis janvier 2003.

Les Directives et principes sur le droitàun procèséquitable etàl'assistance judiciaire en Afrique, adoptées en 2003 par la Commission africaine des Droits de l'Homme et des Peuples, indiquent clairement que les civils ne doivent pasêtre jugés par des juridictions militaires :«Les tribunaux militaires ont pour seul objet de connaître des infractions d'une nature purement militaire commises par le personnel militaire [?] Les tribunaux militaires ne peuvent, en aucune circonstance, juger des civils.»(Article L,«Droit des civilsàne pasêtre jugés par un tribunal militaire»).

ACTION RECOMMANDÉE : dans les appels que vous ferez parvenir le plus vite possible aux destinataires mentionnés ci-après (en français, en anglais ou dans votre propre langue) :

  • demandez instamment la libération immédiate et inconditionnelle de Marie-Thérèse Nlandu, qui aétéemprisonnée alors qu'elle n'a fait qu'exprimer pacifiquement ses opinions, et qu'Amnesty International considèreàce titre comme une prisonnière d'opinion ;
  • soulignez l'opposition d'Amnesty Internationalàla peine capitale et aux condamnationsàmort, quelles que soient les circonstances ;
  • demandez que cessent immédiatement les procès de civils devant des instances militaires, car ils sontàla fois inconstitutionnels et contraires aux normes internationales d'équité; si le ministère public affirme détenir deséléments de preuve suffisamment solides, dites que les inculpés doiventêtre jugés en bonne et due forme par une juridiction civile respectant les normes internationales d'équitéet excluant toute possibilitéd'appliquer la peine capitale ;
  • déclarez-vous préoccupépar l'état de santéde Marie-Thérèse Nlandu, qui se serait dégradéen raison de mauvaises conditions de détention, et demandez que chacune des personnes détenues dans le cadre de cette affaire bénéficie des soins médicaux dont elle pourrait avoir besoin ;
  • dites-vous inquietàl'idée que certainsélémentsàcharge n'aientétéobtenus par la torture ou par d'autres formes de mauvais traitements, et demandez qu'une enquête indépendante soit menée en vue de faire la lumière sur ces allégations.

APPELSÀ

Président de la République :S.E. Joseph Kabila, Président de la République, Palais de la Nation - Kinshasa-Gombe - République Démocratique du Congo -Fax : +243 81 346 4116 -Courriersélectroniques :presipp@yahoo.fr

Ministre des Droits humains :Marie-Madeleine Kalala, Ministre des Droits humains, Ministère des Droits humains - 33/C Boulevard du 30 juin - Kinshasa-Gombe - République Démocratique du Congo -Courriersélectroniques :min_droitshumains@yahoo.fr

> en savoir plus


05/03/2007

La Lettre Femmes d'Amnesty : Février 2007

  • ARABIE SAOUDITE. Crainte d'exécution imminente de Siti Zainab Binti Duhri Rupa, pour laquelle nous nous mobilisons depuis 2000 ainsi que d'autres personnes condamnéesàmort.Agir
  • THAILANDE : réfugiés et demandeurs d'asile hmong de nationalitélaotienne en danger.Agir
  • GUATÉMALA Crainte pour la sécuritéde Piedad Espinosa Albacete, son mari, et d'autres membres de l'organisationécologiste Tropico Verde.Agir
  • République démocratique du Congo : Tout porteàpenser que Marie Thérèse Nlandu, avocate et responsable politique est détenue en raison de ses activités professionnelles et politiques.Agir
  • Savez-vous que dans certains pays, jusque 69% des femmes ont subi des violences infligées par leur compagnon ?Participezàla marche maintenant pour montrer qu'il faut en finir avec la violence domestique.
  • Enfin uneConvention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcéesadoptée par consensus par l'Assemblée générale des Nations uniesCette convention représente un premier pas vers la reconnaissance du phénomène de la disparition forcée. Elle a pour but de remédieràce fléau depuis longtemps ignorépar le droit international. Son adoption est l'expression de la détermination et de la mobilisation de nombre d'organisations non gouvernementales ainsi que de la ténacitéde certains gouvernements.

Malheureusement , le jour même de la signature de la Convention, les autorités algériennes interdisent le séminaire«pour la Vérité, la Paix et la Conciliation»organisépar Collectif des familles de disparu(e)s en Algérie.

- Quelques livres liés aux droits des femmes

  • Vous souhaitez recevoir les communiqués de presse publiés par Amnesty International, inscrivez-vousàl'adressecpai-on@aibf.be

> en savoir plus


05/03/2007

"Islam, Femmes et droits humains"

Groupe de Femmes Iraniennes, Foyer des Réfugiés Iraniens,Comitéde Soutien aux Réfugiés,Centre Culturel du Maalbeek

Journée Internationale des Femmes

Rencontre débat sur la situation des femmes iraniennes,Actions menées par les réfugiés iraniens en Belgique,Concert par un groupe de 3 chanteuses iraniennes,

Le 10 MARS 2007à18 heures

CENTRE CULTUREL DU MAALBEEK

Rue du Cornet 971040 Etterbeek

Entrée : 5 euros (possibilitétarif réduite),

Buffet iranienàprix démocratique

> en savoir plus


05/03/2007

JORDANIE. Crainte pour la sécuritéde Sajida Rishawi Atrous

MDE 16/001/2007

31 Janvier 2007

Le 9 novembre 2005, 60 personnes ontététuées et bien plus encore blessées dans des attentats-suicides qui ont frappétrois hôtels de la capitale, Amman. Ils ontétérevendiqués par un groupe armébaséen Irak et dirigépar le Jordanien Abou Moussab Al Zarqaoui. Sajida Rishawi Atrous aétécondamnée par la Cour de sûretéde l'État le 21 septembre 2006 avec six autres personnes jugées par contumace. Le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, qui s'est rendu en Jordanie en juin 2006, a indiquédans son rapport qu'elle avaitétédétenue au secret au centre de détention du Département des renseignements généraux (DRG)àAmman, pendant trois mois et vingt jours. Selon ce document, elle a déclaréavoirétésauvagement torturée par le chef de l'unitéantiterroriste du DRG, ainsi que par d'autres membres de ce service au cours du premier mois. Le rapporteur indique par ailleurs que cette femme a clairement identifiéle Colonel Ali Birjak, responsable de cette unité, sur une photographie, et assuréqu'il avait personnellement participéaux actes de torture. Toujours selon le rapport, elle auraitétémenacée de viol et battue tous les jours avec un bâton recouvert de bande adhésive, s i bien que son corpsétait couvert d'ecchymoses. En février 2006, un déléguéd'Amnesty International s'est entretenu avec le DRG et a demandédans quelles conditions Sajida Rishawi Atrous avaitétédétenue. D'après ce service, elle auraitététraduite devant le ministère public au bout d'àpeine une heure d'interrogatoire, le jour même de son arrestation, avant d'être transférée dans la prison pour femmes de Jweidah.

Le 13 novembre 2005, le Roi Abdallah a annoncél'arrestation de Sajida Rishawi Atrous. Le jour même, elle«avouait»devant les caméras de la télévision avoir jouéun rôle dans les attentats. Lors de son procès devant la Cour de sûretéde l'État, elle aurait affirméavoir«avoué»sous la torture. Elle a ensuite retiréces propos, peu après, indiquant que ses interrogateurs avaient«crié»contre elle. Son avocat aurait demandéun examen psychiatrique afin d'évaluer l'aptitude mentale de sa clienteàêtre jugée, ce que la Cour a refusé.

Amnesty International a très fermement condamnéles attentats de novembre 2005 pour lesquels Sajida Rishawi Atrous aétécondamnée (voir JORDANIE. Les attentats perpétrés par des groupes armés font preuve d'un mépris flagrant pour l'humanité, MDE 16/007/2005). L'organisation reconnaît que lesÉtats ont le droit de veilleràce que toute personne soupçonnée de participationàdes actes criminels soit traduite en justice. Cependant, il n'a jamaisétéprouvéque la peine capitale ait un effet plus dissuasif sur la criminalitéque les autres peines. Elle ne contribue guèreàsoulager les souffrances endurées par la famille et les amis d'une victime de meurtre. Ses effets sont irréversibles, alors qu'elle peutêtre appliquéeàdes innocents.

Les autorités jordaniennes ont adoptédes mesures encourageantes au sujet de la peine capitale. En 2006, elles ontélaborédes projets de modification de la loi visantàréduire le champ d'application de la peine de mort etàremplacer celle-ci par une peine de réclusionàperpétuitépour les crimes tels que la détention d'armes ou d'explosifs, ou les infractionsàla législation sur les stupéfiants. Ces projets sont encoreàl'étude au Parlement. Toujours en 2006, un journal italien a rapportéles propos du roi Abdallah, selon lesquels«la Jordanie pourrait prochainement devenir le premier pays du Moyen-Orient oùla peine de mort n'est pas en vigueur». Le 30 janvier, d'après des informations relayées par les médias, un porte-parole du ministère jordanien des Affairesétrangères a annoncéque le gouvernement allait réagir, après examen, au compte-rendu du rapporteur spécial. Il aurait déclaréque«parmi les informations [données par le rapporteur spécial], toutes n'étaient pas exactes». Le rapporteur a conclu que la torture constituait une pratique courante au DRG et que les tortionnaires jouissaient d'une impunitéinstitutionnalisée. Il recommandait, entre autre, l'ouverture d'une information judiciaire sur le Colonel Ali Birjak,étant donnéqu'il avaitétéclairement identifiépar un certain nombre de détenus commeétant personnellement impliquédans des actes de torture.

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Amnesty International est gravement préoccupée par les procédures se déroulant devant la Cour de sûretéde l'État, qui ne respectent pas les normes internationales d'équité(voir le rapport d'Amnesty International?Your confessions are ready for you to sign?: Detention and torture in Jordan, MDE 16/005/2006). En 2006, 34 procès politiques ou liésàla sécuritéontététenus devant cette instance. Dans au moins 18 cas, les accusés sont revenus sur leurs«aveux», affirmant qu'ils leur avaientétéarrachés sous la torture. Amnesty International ignore si des investigations appropriées ontétémenées au sujet de ces plaintes. L'année dernière, au moins quatre personnes ontétéexécutées, dont deux hommes condamnésàmort en 2004 par la Cour de sûretéde l'État, pour leur implication dans l'assassinat du diplomate Laurence Foley, tuéen 2002. Ils avaient affirmédevant le tribunal qu'ils av aient«avoué»sous la torture.Àla connaissance d'Amnesty International, aucune enquête n'aétémenéeàce sujet. Dans le même temps, un tribunal pénal jordanien a condamnédes personnes qui ont par la suiteétéexécutées, en dépit du fait qu'elles soutenaient avoir«avoué»sous la torture. Ainsi, Bilal Musa aétéexécutéen 2000 pour 11 homicides, dont celui d'un homme nomméNajeh Khayat. Lors de son procès, il avait déclaréavoir subi des tortures lorsqu'ilétait détenu au secret par le Département des enquêtes criminelles. Le tribunal n'a pas menéla moindre enquête sur ses allégations. En mai 2005, un autre homme aétécondamnéàla peine capitale pour trois meurtres, dont celui de Najeh Khayat. Innocentéen appel du meurtre de cet homme, il a cependantétépendu en novembre 2005 pour les deux autres homicides (voir Jordanie. Il faut commuer les condamnationsàla peine capitale et mettre un terme aux exécution s, MDE 16/003/2005).

ACTION RECOMMANDÉE: dans les appels que vous ferez parvenir le plus vite possible aux destinataires mentionnés ci-après (en arabe, en anglais, en français ou dans votre propre langue) :

  • exprimez votre compassion pour les victimes des attentats de novembre 2005, ainsi que pour leurs proches, et reconnaissez qu'il est du devoir des autorités jordaniennes de traduire en justice les responsables présumés, mais soulignez qu'il n'a jamaisétéprouvéque la peine capitale ait un effet plus dissuasif sur la criminalitéque les autres peines ;
  • exhortez le roiàcommuer la peine prononcée contre Sajida Rishawi Atrous ;
  • faites part de la profonde inquiétude que vous inspirent les informations selon lesquelles Sajida Rishawi Atrous aététorturée en interrogatoire et priez les autorités de diligenter sans délai une information judiciaire indépendante, d'en rendre les résultats publics et de déféreràla justice les responsables présumés ;
  • rappelez aux autorités que toute personne est en droit de bénéficier d'un procès satisfaisant aux normes internationales d'équité;
  • saluez les projets de modification de la loi visantàréduire le champ d'application de la peine capitale et formulez l'espoir que ces mesures vont ouvrir la voieàun moratoire sur ce châtiment, en attendant son abolition définitive.

APPELSÀ:

Roi de Jordanie : His Majesty King Abdallah II bin Hussein -Office of His Majesty The King -Royal Palace -Amman -Jordanie -Fax : + 962 6 462 7421 - Courriersélectroniques :info@nic.gov.jo-

Premier ministre et ministre de la Défense : Ma'arouf Bakhit -Prime Minister and Minister of Defence -Office of the Prime Minister -PO Box 1577, Amman -Jordanie -Fax : +962 6 464 2520 -

Ambassade du Royaume hachémite de JordanieAvenue F.D. Roosevelt 104, 1050 Bruxelles -Fax : 02.640.27.96 -

Agir le plus vite possible pour la/les personnes visées par l'action. Vous pouvez reprendre le modèle de lettre ci-joint.

> en savoir plus


05/03/2007

THAILANDE. Crainte de renvois forcés et arrestations arbitraires pour 168 demandeurs d'asile.

ASA 39/004/2007

Action complémentaire sur l'AU 324/06 (ASA 39/017/2006, 29 novembre 2006) et suivantes (ASA 39/018/2006, 8 décembre 2006 ; ASA 39/002/2007, 19 janvier 2007 ; ASA 39/003/2007, 29 janvier 2007)

31 Janvier 2007

Les autorités ont commencépar traîner les femmes et les enfants hors de leur cellule, avant de les faire monter dans des bus et de les conduireàla frontière laotienne. Parmi ces personnes figuraient deux femmes enceintes de huit mois et un bébéde deux semaines. Il y avaitégalement deux hommes que les autorités avaient fait sortir de l'hôpitalafin de les expulser. L'un d'eux souffre d'une grave affection au foie, tandis que l'autre vient de subir une opération au visage,àla suite d'une blessure par balle. Comme les hommes s'étaient barricadés dans leur cellule, les autorités ont tentéde les faire sortir au moyen de gaz lacrymogène. Vingt garçons se trouvaientégalementàl'intérieur. La police aurait utilisédu gazàtrois reprises et tentéde scier les barreaux de la cellule, mais elle n'a pasétéen mesure d'entrer. Une fois la tentative d'expulsion stoppée, les femmes, les jeunes filles et les fillettes ontétéramenéesàleur cellule dans le centre de détention pour immigrés. Au bout d'un certain temps, elles ontétéapprovisionnées en nourriture et en eau. Les hommes et les vingt mineurs sont toujours barricadés dans leur cellule par crainte d'être renvoyés au Laos, oùils risqueraient d'être torturés. Les deux hommes récemment sortis de l'hôpital ontétémenottésàun mur devant les cellules. Celui blessépar balle aurait besoin de recevoir des soins d'urgence, car du sang s'échappe de sa plaie. Amnesty International ne dispose pas d'informations complémentaires au sujet des 16 demandeurs d'asile renvoyés de force au Laos le 26 janvier. Apparemment, ils auraientétéplacés dans un centre de détention de Paksanàleur retour.

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Environ un tiers des membres de la minoritéhmong (estiméeàquelque 300 000 personnes en 1970) aurait fuiàl'étranger entre 1975 et 1990, la grande majoritéd'entre eux s'étant installés auxÉtats-Unis en tant que réfugiés. La plupart des Hmong sont bien intégrés dans la sociétélaotienne, mais depuis la fin de la guerre du Viêt-Nam (1965-1975), un nombre indéterminéde membres de cette ethnie vivent dans la jungle, en groupes isolés, et se cachent des autorités laotiennes, notamment des militaires. Exposésàde grandes difficultés (en particulier aux maladies) et confrontésàune extrême pauvreté, ces groupes seraient régulièrement la cible de violents assauts de l'armée laotienne. Quelque 7000 demandeurs d'asile laotiens appartenantàla minoritéhmong sont arrivés depuis 2004 dans un camp de fortune situéàHuay Nam Khao. La plupart d'entre eux disent avoirétévictimes de persécutions dans leur pays en raison de leurs liens avec des rebelles hmong qui ont combattu aux côtés de l'armée américaine pendant la guerre du Viêt-Nam et les affrontements qui se sont ensuivis au Laos.

ACTION RECOMMANDÉE:Écrivez d'urgence aux autorités saoudiennes (àpartir du modèle de lettre ci-dessous ou en rédigeant vous mêmes) dans les appels que vous ferez parvenir aux destinataires mentionnés ci-après (en anglais ou dans votre propre langue) :

  • déclarez-vous préoccupépar le fait que les autorités ont uséde la violence, employant notamment du gaz lacrymogène, pour tenter de renvoyer au Laos 153 réfugiés laotiens d'ethnie hmong?dont 77 enfants et neuf nourrissons?qui se trouvaient au centre de détention pour immigrés de Nong Khai ;
  • exhortez les autoritésàcesser immédiatement et définitivement de tenter d'expulser ce groupe de réfugiés reconnus ;
  • appelez-lesàgarantir la sécuritéde ces réfugiés, notamment en les approvisionnant comme il se doit en nourriture et en eau et en leur permettant immédiatement de bénéficier de soins médicaux et d'être en contact avec le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et d'autres organismes humanitaires indépendants ;
  • priez-les de ne pas entraver les initiatives visantàorganiser la réinstallation rapide des membres de ce groupe dans un pays tiers ;
  • rappelez-leur qu'elles sont tenues, en vertu du droit international, de ne pas renvoyer de personnes dans un pays oùelles risqueraient d'être soumisesàla torture,àd'autres formes de mauvais traitements ouàd'autres graves violations de leurs droits humains ;
  • demandez-leur d'autoriser le HCRàrendre librement visite aux demandeurs d'asile hmong de nationalitélaotienne, afin qu'il puisse examiner leur cas de façon appropriée ;
  • priez-les de faire en sorte que tous les demandeurs d'asile en Thaïlande bénéficient d'une procédure de détermination du statut de réfugiééquitable et satisfaisante.

APPELSÀ:

Responsable de l'organe chargédes zones frontalières et des réfugiés :Secretary-General -Prakit Prachonpachanuk -National Security Council -Government House, Phitsanulok Road -Dusit, Bangkok, 10300 - Thaïlande -Fax : +66 2282 5131 -

Premier Ministre :General Surayud Chulanont -Office of the Prime Minister -Government House, Phitsanulok Road -Dusit, Bangkok, 10300 - Thaïlande -Fax : +66 2282 5131 - Courriersélectroniques :opm@opm.go.th

Ministre des Affairesétrangères :Nitya Pibulsonggram -Ministry of Foreign Affairs -Wang Saranrom, Bangkok 10200 - Thaïlande -Fax : +66 2 643 5320 - Courriersélectroniques :minister@mfa.go.th

Copiesà:

Ambassade du Royaume de ThaïlandeSquare du Val de la Cambre 2 -1050 Bruxelles -Fax : 02.648.30.66 - Email :thaibxl@pophost.eunet.be

> en savoir plus


07/01/2007

Devedjian : Chirac et Villepin - nouvelobs.com

Image : http://spcm.org/forum/nouvelobs.com (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1i-0&fd=R&url=http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/politique/elysee_2007/20070107.OBS5954/devedjian__chirac_et_villepinnont_pas_renonce.html&cid=1103061116&ei=gmmhRaS_IIeSogLv58G6DA)*Devedjian : Chirac et Villepin* (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-0&fd=R&url=http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/politique/elysee_2007/20070107.OBS5954/devedjian__chirac_et_villepinnont_pas_renonce.html&cid=1103061116&ei=gmmhRaS_IIeSogLv58G6DA)*nouvelobs.com -** Il y a 4 heures*Le conseiller de Nicolas Sarkozy à l'UMP, estime que ni Jacques Chirac, ni Dominique de Villepin n'ont renoncé à leurs candidatures mais qu'elles restent hautement improbables, voire impossible.Villepin ira au congrès de l'UMP mais ne votera pas (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-1&fd=R&url=http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp%3Fid%3D34808%261335&cid=1103061116&ei=gmmhRaS_IIeSogLv58G6DA) L'ExpressVillepin: "il ya encore un élan à donner" à l'UMP (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-2&fd=R&url=http://tf1.lci.fr/infos/elections-2007/0,,3378448,00-villepin-encore-elan-donner-ump-.html&cid=1103061116&ei=gmmhRaS_IIeSogLv58G6DA) TF1Le Figaro (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-3&fd=R&url=http://www.lefigaro.fr/election-presidentielle-2007/20070107.WWW000000037_villepin_ne_participera_pas_au_vote_de_l_ump.html&cid=1103061116&ei=gmmhRaS_IIeSogLv58G6DA) - EuroNews (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-4&fd=R&url=http://www.euronews.net/create_html.php%3Fpage%3Ddetail_info%26article%3D399664%26lng%3D2&cid=1103061116&ei=gmmhRaS_IIeSogLv58G6DA) - InfosPlus Gabon (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-5&fd=R&url=http://www.infosplusgabon.com/article.php3%3Fid_article%3D946&cid=1103061116&ei=gmmhRaS_IIeSogLv58G6DA) - Paroles de militants (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-6&fd=R&url=http://www.parolesdemilitants.com/article-5155539.html&cid=1103061116&ei=gmmhRaS_IIeSogLv58G6DA)*208 autres articles*Pour en lire plus... (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-0&fd=R&url=http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/politique/elysee_2007/20070107.OBS5954/devedjian__chirac_et_villepinnont_pas_renonce.html&cid=1103061116&ei=gmmhRaS_IIeSogLv58G6DA)

> en savoir plus


07/01/2007

Entre Abbas et Haniyeh, rien ne va plus ! - Liberté-Algérie

*Entre Abbas et Haniyeh, rien ne va plus !* (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-0&fd=R&url=http://www.liberte-algerie.com/edit.php%3Fid%3D70266&cid=1103064107&ei=gmmhRaS_IIeSogLv58G6DA)*Liberté-Algérie -** Il y a 35 minutes*Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, est déterminé à tenir des élections législatives et présidentielle anticipées malgré le rejet de son gouvernement aux couleurs de Hamas, et alors que la guerre fait rage entre ce dernier et le *...*Démonstration de force du Fatah (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-1&fd=R&url=http://info.rsr.ch/fr/rsr.html%3FsiteSect%3D500%26sid%3D7408850%26cKey%3D1168198377000&cid=1103064107&ei=gmmhRaS_IIeSogLv58G6DA) Radio Suisse RomandeProche-Orient : Epreuve de force entre le Fatah et le Hamas (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-2&fd=R&url=http://www.spcm.org/Journal/spip.php%3Farticle5361&cid=1103064107&ei=gmmhRaS_IIeSogLv58G6DA) Journal ChrétienJeune Indépendant (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-3&fd=R&url=http://www.jeune-independant.com/article.php%3FarticleId%3D28369&cid=1103064107&ei=gmmhRaS_IIeSogLv58G6DA) - Tageblatt (Abonnement) (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-4&fd=R&url=http://www.tageblatt.lu/edition/article.asp%3FArticleId%3D56660&cid=1103064107&ei=gmmhRaS_IIeSogLv58G6DA) - RTBF (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-5&fd=R&url=http://www.rtbf.be/info/international/ARTICLE_062429&cid=1103064107&ei=gmmhRaS_IIeSogLv58G6DA) - La Tribune.fr (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-6&fd=R&url=http://www.latribune.fr/info/Demonstration-de-force-du-Fatah-a-Gaza-~-OFRWR-PO-PALESTINIENS-20070107TXT-%24Db%3DNews/News.nsf&cid=1103064107&ei=gmmhRaS_IIeSogLv58G6DA)*322 autres articles*Pour en lire plus... (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-0&fd=R&url=http://www.liberte-algerie.com/edit.php%3Fid%3D70266&cid=1103064107&ei=gmmhRaS_IIeSogLv58G6DA)

> en savoir plus


07/01/2007

Mahmoud Abbas accentue la pression sur le Hamas - 20 minutes.ch

*Mahmoud Abbas accentue la pression sur le Hamas* (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-0&fd=R&url=http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/29720310&cid=1103064107&ei=vQKhRdW_BYfyoQL9jqG5DA)*20 minutes.ch -** Publié depuis 1 heure*Le président palestinien Mahmoud Abbas a accentué dimanche sa pression sur le Hamas, au lendemain de sa décision de déclarer «illégale» une force armée que contrôle ce mouvement.Abbas déterminé à tenir des élections anticipées (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-1&fd=R&url=http://www.7sur7.be/hlns/cache/fr/det/art_343487.html%3Fwt.bron%3DhlnMatrix&cid=1103064107&ei=vQKhRdW_BYfyoQL9jqG5DA) 7sur7PO: la tension monte (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-2&fd=R&url=http://www.rtbf.be/info/international/ARTICLE_062429&cid=1103064107&ei=vQKhRdW_BYfyoQL9jqG5DA) RTBFEuroNews (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-3&fd=R&url=http://www.euronews.net/create_html.php%3Fpage%3Ddetail_info%26article%3D399594%26lng%3D2&cid=1103064107&ei=vQKhRdW_BYfyoQL9jqG5DA) - XINHUA (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-4&fd=R&url=http://www.french.xinhuanet.com/french/2007-01/07/content_371207.htm&cid=1103064107&ei=vQKhRdW_BYfyoQL9jqG5DA) - Atlasvista Maroc (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-5&fd=R&url=http://www.avmaroc.com/actualite/mahmoud-abbas-a64165.html&cid=1103064107&ei=vQKhRdW_BYfyoQL9jqG5DA) - TSR.ch (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-6&fd=R&url=http://www.tsr.ch/tsr/%3FsiteSect%3D200002%26sid%3D7408198%26cKey%3D1168172182000&cid=1103064107&ei=vQKhRdW_BYfyoQL9jqG5DA)*284 autres articles*Pour en lire plus... (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-0&fd=R&url=http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/29720310&cid=1103064107&ei=vQKhRdW_BYfyoQL9jqG5DA)

> en savoir plus


07/01/2007

PO: la tension monte - RTBF

*PO: la tension monte* (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-0&fd=R&url=http://www.rtbf.be/info/international/ARTICLE_062429&cid=1103064107&ei=M-2gRb_hIIjMpwLQv8y_DA)*RTBF -** Il y a 49 minutes*Dans les territoires palestiniens, l'heure est loin d'être à la réconciliation entre le Fatah et le Hamas. Chaque jour qui passe voit naître une nouvelle initiative qui élargit le fossé entre le camp du président et celui du gouvernement.Abbas déterminé à tenir des élections anticipées (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-1&fd=R&url=http://www.7sur7.be/hlns/cache/fr/det/art_343487.html%3Fwt.bron%3DhlnMatrix&cid=1103064107&ei=M-2gRb_hIIjMpwLQv8y_DA) 7sur7Proche-Orient : Abbas juge illégale la force executive du Hamas (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-2&fd=R&url=http://www.euronews.net/create_html.php%3Fpage%3Ddetail_info%26article%3D399594%26lng%3D2&cid=1103064107&ei=M-2gRb_hIIjMpwLQv8y_DA) EuroNewsXINHUA (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-3&fd=R&url=http://www.french.xinhuanet.com/french/2007-01/07/content_371207.htm&cid=1103064107&ei=M-2gRb_hIIjMpwLQv8y_DA) - TSR.ch (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-4&fd=R&url=http://www.tsr.ch/tsr/%3FsiteSect%3D200002%26sid%3D7408198%26cKey%3D1168172182000&cid=1103064107&ei=M-2gRb_hIIjMpwLQv8y_DA) - Jerusalem Post (Abonnement) (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-5&fd=R&url=http://www.fr.jpost.com/bin/en.jsp%3FenDispWho%3DFeature%255El7503%26enPage%3DArticlePage%26enDisplay%3Dview%26enDispWhat%3Dobject%26enVersion%3D0%26enZone%3DArticles&cid=1103064107&ei=M-2gRb_hIIjMpwLQv8y_DA) - L'Express (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-6&fd=R&url=http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp%3Fid%3D34760%261636&cid=1103064107&ei=M-2gRb_hIIjMpwLQv8y_DA)*280 autres articles*Pour en lire plus... (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-0&fd=R&url=http://www.rtbf.be/info/international/ARTICLE_062429&cid=1103064107&ei=M-2gRb_hIIjMpwLQv8y_DA)

> en savoir plus


06/01/2007

Bagdad s'élève contre les détracteurs de l'exécution de Saddam - L'Express

*Bagdad s'élève contre les détracteurs de l'exécution de Saddam* (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-0&fd=R&url=http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp%3Fid%3D34750%261335&cid=1103063277&ei=upigReGZLJWQpwL13ti9DA)*L'Express -** Il y a 18 heures*Le Premier ministre irakien Nouri al Maliki a déclaré que l'exécution de Saddam Hussein était une "affaire intérieure" à son pays et averti les capitales qui ont critiqué la pendaison de l'ancien président que Bagdad pourrait réévaluer ses relations *...*Maliki accuse le Conseil des ulémas de souffler sur les braises (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-1&fd=R&url=http://www.lorient-lejour.com.lb/page.aspx%3Fpage%3Darticle%26id%3D330926&cid=1103063277&ei=upigReGZLJWQpwL13ti9DA) L'Orient-Le Jour"La mort de Saddam ne regarde que les Irakiens" (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-2&fd=R&url=http://tf1.lci.fr/infos/monde/moyen-orient/0,,3378220,00-mort-saddam-regarde-que-irakiens-.html&cid=1103063277&ei=upigReGZLJWQpwL13ti9DA) TF1Relatio, L'Europe en revue (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-3&fd=R&url=http://relatio.blogspirit.com/archive/2007/01/06/les-dirigeants-du-conseil-de-l-europe-appellent-les-autorite.html&cid=1103063277&ei=upigReGZLJWQpwL13ti9DA) - Le Figaro (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-4&fd=R&url=http://www.lefigaro.fr/international/20070106.WWW000000035_l_execution_de_saddam_est_une_affaire_interne.html&cid=1103063277&ei=upigReGZLJWQpwL13ti9DA) - Liberté-Algérie (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-5&fd=R&url=http://www.liberte-algerie.com/edit.php%3Fid%3D70214&cid=1103063277&ei=upigReGZLJWQpwL13ti9DA) - Armées.com (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-6&fd=R&url=http://www.armees.com/Irak-Bagdad-menace-de-revoir-ses-relations-avec-les-pays,14050.html&cid=1103063277&ei=upigReGZLJWQpwL13ti9DA)*286 autres articles*Pour en lire plus... (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-0&fd=R&url=http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp%3Fid%3D34750%261335&cid=1103063277&ei=upigReGZLJWQpwL13ti9DA)

> en savoir plus


06/01/2007

Mahmoud Abbas décrète illégale la milice du Hamas - nouvelobs.com

*Mahmoud Abbas décrète illégale la milice du Hamas* (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-0&fd=R&url=http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/international/20070106.FAP5199/mahmoud_abbas_decrete_illegale_la_milice_du_hamas.html&cid=1103064107&ei=upigReGZLJWQpwL13ti9DA)*nouvelobs.com -** Il y a 16 heures*AP | 06.01.2007 | 14:59. Haussant le ton dans son bras-de-fer avec le Hamas, le président palestinien Mahmoud Abbas a décrété samedi illégale la milice du Mouvement de la résistance islamique dans la Bande de Gaza.Mahmoud Abbas juge illégale la "force exécutive" du Hamas (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-1&fd=R&url=http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp%3Fid%3D34760%261636&cid=1103064107&ei=upigReGZLJWQpwL13ti9DA) L'ExpressLe Hamas va doubler les effectifs de sa milice (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-2&fd=R&url=http://www.armees.com/Le-Hamas-va-doubler-les-effectifs-de-sa-milice,14069.html&cid=1103064107&ei=upigReGZLJWQpwL13ti9DA) Armées.comRTBF (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-3&fd=R&url=http://www.rtbf.be/info/international/ARTICLE_062376&cid=1103064107&ei=upigReGZLJWQpwL13ti9DA) - EuroNews (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-4&fd=R&url=http://www.euronews.net/create_html.php%3Fpage%3Ddetail_info%26article%3D399557%26lng%3D2&cid=1103064107&ei=upigReGZLJWQpwL13ti9DA) - Jeune Indépendant (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-5&fd=R&url=http://www.jeune-independant.com/article.php%3FarticleId%3D28329&cid=1103064107&ei=upigReGZLJWQpwL13ti9DA) - Radio Suisse Romande (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-6&fd=R&url=http://info.rsr.ch/fr/rsr.html%3FsiteSect%3D500%26sid%3D7407126%26cKey%3D1168105119000&cid=1103064107&ei=upigReGZLJWQpwL13ti9DA)*270 autres articles*Pour en lire plus... (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-0&fd=R&url=http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/international/20070106.FAP5199/mahmoud_abbas_decrete_illegale_la_milice_du_hamas.html&cid=1103064107&ei=upigReGZLJWQpwL13ti9DA)

> en savoir plus


06/01/2007

La vengeance aveugle de Maliki - L'Expression

Image : http://www.spcm.org/forum/L'Expression (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0i-0&fd=R&url=http://www.lexpressiondz.com/T20070107/ZA4-2.htm&cid=1103063277&ei=1nmgRY_UAYbOpwL1spjADA)*La vengeance aveugle de Maliki* (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-0&fd=R&url=http://www.lexpressiondz.com/T20070107/ZA4-2.htm&cid=1103063277&ei=1nmgRY_UAYbOpwL1spjADA)*L'Expression -** Il y a 5 heures*Un officiel du régime irakien justifie l’acte barbare des bourreaux de danser devant le cadavre de Saddam Hussein par une soi-disant «tradition des Irakiens».Bagdad s'élève contre les détracteurs de l'exécution de Saddam (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-1&fd=R&url=http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp%3Fid%3D34750%261335&cid=1103063277&ei=1nmgRY_UAYbOpwL1spjADA) L'Express"La mort de Saddam ne regarde que les Irakiens" (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-2&fd=R&url=http://tf1.lci.fr/infos/monde/moyen-orient/0,,3378220,00-mort-saddam-regarde-que-irakiens-.html&cid=1103063277&ei=1nmgRY_UAYbOpwL1spjADA) TF1Armées.com (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-3&fd=R&url=http://www.armees.com/Irak-Bagdad-menace-de-revoir-ses-relations-avec-les-pays,14050.html&cid=1103063277&ei=1nmgRY_UAYbOpwL1spjADA) - Liberté-Algérie (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-4&fd=R&url=http://www.liberte-algerie.com/edit.php%3Fid%3D70214&cid=1103063277&ei=1nmgRY_UAYbOpwL1spjADA) - Le Figaro (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-5&fd=R&url=http://www.lefigaro.fr/international/20070106.WWW000000035_l_execution_de_saddam_est_une_affaire_interne.html&cid=1103063277&ei=1nmgRY_UAYbOpwL1spjADA) - L'Orient-Le Jour (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-6&fd=R&url=http://www.lorient-lejour.com.lb/page.aspx%3Fpage%3Darticle%26id%3D330926&cid=1103063277&ei=1nmgRY_UAYbOpwL1spjADA)*285 autres articles*Pour en lire plus... (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-0&fd=R&url=http://www.lexpressiondz.com/T20070107/ZA4-2.htm&cid=1103063277&ei=1nmgRY_UAYbOpwL1spjADA)

> en savoir plus


06/01/2007

La vengeance aveugle de Maliki - L'Expression

Image : http://www.spcm.org/forum/L'Expression (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0i-0&fd=R&url=http://www.lexpressiondz.com/T20070107/ZA4-2.htm&cid=1103063277&ei=G12gReSoOZL2oAKus9S3DA)*La vengeance aveugle de Maliki* (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-0&fd=R&url=http://www.lexpressiondz.com/T20070107/ZA4-2.htm&cid=1103063277&ei=G12gReSoOZL2oAKus9S3DA)*L'Expression -** Il y a 3 heures*Un officiel du régime irakien justifie l’acte barbare des bourreaux de danser devant le cadavre de Saddam Hussein par une soi-disant «tradition des Irakiens».Maliki accuse le Conseil des ulémas de souffler sur les braises (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-1&fd=R&url=http://www.lorient-lejour.com.lb/page.aspx%3Fpage%3Darticle%26id%3D330926&cid=1103063277&ei=G12gReSoOZL2oAKus9S3DA) L'Orient-Le JourSADDAM HUSSEIN Irak : le Premier ministre menace (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-2&fd=R&url=http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/proche_moyenorient/20070106.OBS5855/irak__le_premier_ministre_menaceles_pays_critiquant_lex.html&cid=1103063277&ei=G12gReSoOZL2oAKus9S3DA) nouvelobs.comLe Figaro (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-3&fd=R&url=http://www.lefigaro.fr/international/20070106.WWW000000035_l_execution_de_saddam_est_une_affaire_interne.html&cid=1103063277&ei=G12gReSoOZL2oAKus9S3DA) - TF1 (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-4&fd=R&url=http://tf1.lci.fr/infos/monde/moyen-orient/0,,3378220,00-mort-saddam-regarde-que-irakiens-.html&cid=1103063277&ei=G12gReSoOZL2oAKus9S3DA) - XINHUA (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-5&fd=R&url=http://www.french.xinhuanet.com/french/2007-01/06/content_371048.htm&cid=1103063277&ei=G12gReSoOZL2oAKus9S3DA) - Armées.com (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-6&fd=R&url=http://www.armees.com/Irak-Bagdad-menace-de-revoir-ses-relations-avec-les-pays,14050.html&cid=1103063277&ei=G12gReSoOZL2oAKus9S3DA)*286 autres articles*Pour en lire plus... (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-0&fd=R&url=http://www.lexpressiondz.com/T20070107/ZA4-2.htm&cid=1103063277&ei=G12gReSoOZL2oAKus9S3DA)

> en savoir plus


06/01/2007

"La mort de Saddam ne regarde que les Irakiens" - TF1

*"La mort de Saddam ne regarde que les Irakiens"* (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-0&fd=R&url=http://tf1.lci.fr/infos/monde/moyen-orient/0,,3378220,00-mort-saddam-regarde-que-irakiens-.html&cid=1103063277&ei=9VegReDREpHwowLInbm7DA)*TF1 -** Il y a 12 heures*Le Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki a vigoureusement protesté samedi contre les gouvernements et les ONG qui ont critiqué l'exécution de Saddam Hussein.Al Maliki menace de rompre avec les pays qui l’ont critiqué (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-1&fd=R&url=http://www.liberte-algerie.com/edit.php%3Fid%3D70214&cid=1103063277&ei=9VegReDREpHwowLInbm7DA) Liberté-AlgérieBagdad s'élève contre les détracteurs de l'exécution de Saddam (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-2&fd=R&url=http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp%3Fid%3D34750%261335&cid=1103063277&ei=9VegReDREpHwowLInbm7DA) L'ExpressArmées.com (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-3&fd=R&url=http://www.armees.com/Irak-Bagdad-menace-de-revoir-ses-relations-avec-les-pays,14050.html&cid=1103063277&ei=9VegReDREpHwowLInbm7DA) - Relatio, L'Europe en revue (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-4&fd=R&url=http://relatio.blogspirit.com/archive/2007/01/06/les-dirigeants-du-conseil-de-l-europe-appellent-les-autorite.html&cid=1103063277&ei=9VegReDREpHwowLInbm7DA) - Le Figaro (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-5&fd=R&url=http://www.lefigaro.fr/international/20070106.WWW000000035_l_execution_de_saddam_est_une_affaire_interne.html&cid=1103063277&ei=9VegReDREpHwowLInbm7DA) - L'Orient-Le Jour (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-6&fd=R&url=http://www.lorient-lejour.com.lb/page.aspx%3Fpage%3Darticle%26id%3D330926&cid=1103063277&ei=9VegReDREpHwowLInbm7DA)*285 autres articles*Pour en lire plus... (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-0&fd=R&url=http://tf1.lci.fr/infos/monde/moyen-orient/0,,3378220,00-mort-saddam-regarde-que-irakiens-.html&cid=1103063277&ei=9VegReDREpHwowLInbm7DA)

> en savoir plus


06/01/2007

Bagdad s'élève contre les détracteurs de l'exécution de Saddam - L'Express

*Bagdad s'élève contre les détracteurs de l'exécution de Saddam* (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-0&fd=R&url=http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp%3Fid%3D34750%261335&cid=1103063277&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA)*L'Express -** Il y a 12 heures*Le Premier ministre irakien Nouri al Maliki a déclaré que l'exécution de Saddam Hussein était une "affaire intérieure" à son pays et averti les capitales qui ont critiqué la pendaison de l'ancien président que Bagdad pourrait réévaluer ses relations *...*La vengeance aveugle de Maliki (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-1&fd=R&url=http://www.lexpressiondz.com/T20070107/ZA4-2.htm&cid=1103063277&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA) L'ExpressionAl Maliki menace de rompre avec les pays qui l’ont critiqué (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-2&fd=R&url=http://www.liberte-algerie.com/edit.php%3Fid%3D70214&cid=1103063277&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA) Liberté-AlgérieArmées.com (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-3&fd=R&url=http://www.armees.com/Irak-Bagdad-menace-de-revoir-ses-relations-avec-les-pays,14050.html&cid=1103063277&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA) - TF1 (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-4&fd=R&url=http://tf1.lci.fr/infos/monde/moyen-orient/0,,3378220,00-mort-saddam-regarde-que-irakiens-.html&cid=1103063277&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA) - L'Orient-Le Jour (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-5&fd=R&url=http://www.lorient-lejour.com.lb/page.aspx%3Fpage%3Darticle%26id%3D330926&cid=1103063277&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA) - Relatio, L'Europe en revue (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-6&fd=R&url=http://relatio.blogspirit.com/archive/2007/01/06/les-dirigeants-du-conseil-de-l-europe-appellent-les-autorite.html&cid=1103063277&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA)*285 autres articles*Pour en lire plus... (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-0&fd=R&url=http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp%3Fid%3D34750%261335&cid=1103063277&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA)

> en savoir plus


06/01/2007

L'archevêque de Varsovie confesse sa faute - Libération

*L'archevêque de Varsovie confesse sa faute* (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/1-0-0&fd=R&url=http://www.liberation.fr/actualite/monde/227012.FR.php&cid=1103065901&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA)*Libération -** Il y a 22 heures*Le nouveau chef de l'Eglise catholique polonaise, Mgr Stanislaw Wielgus, a bel et bien collaboré avec la police politique communiste.Pas de commentaire du Saint-Siège (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/1-0-1&fd=R&url=http://www.kipa-apic.ch/meldungen/sep_show_fr.php%3Fid%3D3411&cid=1103065901&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA) APICMgr Wielgus a collaboré avec la police secrète polonaise (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/1-0-2&fd=R&url=http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp%3Fid%3D34730%262238&cid=1103065901&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA) L'ExpressLe Figaro (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/1-0-3&fd=R&url=http://www.lefigaro.fr/international/20070106.FIG000000699_l_archeveque_de_varsovie_aurait_ete_un_indicateur.html&cid=1103065901&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA) - nouvelobs.com (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/1-0-4&fd=R&url=http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/europe/20070105.OBS5778/le_futur_archevequeancien_agent_communiste.html&cid=1103065901&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA) - Le Devoir (Abonnement) (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/1-0-5&fd=R&url=http://www.ledevoir.com/2007/01/06/126601.html&cid=1103065901&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA) - 7sur7 (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/1-0-6&fd=R&url=http://www.7sur7.be/hlns/cache/fr/det/art_342724.html&cid=1103065901&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA)*93 autres articles*Pour en lire plus... (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/1-0-0&fd=R&url=http://www.liberation.fr/actualite/monde/227012.FR.php&cid=1103065901&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA)

> en savoir plus


06/01/2007

Mahmoud Abbas juge illégale la "force exécutive" du Hamas - L'Express

*Mahmoud Abbas juge illégale la "force exécutive" du Hamas* (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-0&fd=R&url=http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp%3Fid%3D34760%261636&cid=1103064107&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA)*L'Express -** Il y a 9 heures*Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a déclaré que la "Force exécutive", une unité de sécurité du Hamas déployée dans la bande de Gaza, était illégale, rapportent des responsables palestiniens.Mahmoud Abbas décrète illégale la milice du Hamas (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-1&fd=R&url=http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/international/20070106.FAP5199/mahmoud_abbas_decrete_illegale_la_milice_du_hamas.html&cid=1103064107&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA) nouvelobs.comFatah-Hamas : le torchon brûle (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-2&fd=R&url=http://info.rsr.ch/fr/rsr.html%3FsiteSect%3D500%26sid%3D7407126%26cKey%3D1168105119000&cid=1103064107&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA) Radio Suisse RomandeL'Orient-Le Jour (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-3&fd=R&url=http://www.lorient-lejour.com.lb/page.aspx%3Fpage%3Dafp-article%26id%3D070106131823.ktaz0mk4&cid=1103064107&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA) - RTBF (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-4&fd=R&url=http://www.rtbf.be/info/international/ARTICLE_062376&cid=1103064107&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA) - Canoë (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-5&fd=R&url=http://lcn.canoe.com/lcn/infos/lemonde/archives/2007/01/20070106-130400.html&cid=1103064107&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA) - Armées.com (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-6&fd=R&url=http://www.armees.com/Le-Hamas-va-doubler-les-effectifs-de-sa-milice,14069.html&cid=1103064107&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA)*253 autres articles*Pour en lire plus... (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-0&fd=R&url=http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp%3Fid%3D34760%261636&cid=1103064107&ei=yk2gRdevJpP2oALJ3oC4DA)

> en savoir plus


06/01/2007

"La mort de Saddam ne regarde que les Irakiens" - TF1

*"La mort de Saddam ne regarde que les Irakiens"* (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-0&fd=R&url=http://tf1.lci.fr/infos/monde/moyen-orient/0,,3378220,00-mort-saddam-regarde-que-irakiens-.html&cid=1103063277&ei=rEagRa6yDYXOpwLj3ND1Dg)*TF1 -** Il y a 11 heures*Le Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki a vigoureusement protesté samedi contre les gouvernements et les ONG qui ont critiqué l'exécution de Saddam Hussein.La vengeance aveugle de Maliki (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-1&fd=R&url=http://www.lexpressiondz.com/T20070107/ZA4-2.htm&cid=1103063277&ei=rEagRa6yDYXOpwLj3ND1Dg) L'ExpressionAl Maliki menace de rompre avec les pays qui l’ont critiqué (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-2&fd=R&url=http://www.liberte-algerie.com/edit.php%3Fid%3D70214&cid=1103063277&ei=rEagRa6yDYXOpwLj3ND1Dg) Liberté-AlgérieRelatio, L'Europe en revue (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-3&fd=R&url=http://relatio.blogspirit.com/archive/2007/01/06/les-dirigeants-du-conseil-de-l-europe-appellent-les-autorite.html&cid=1103063277&ei=rEagRa6yDYXOpwLj3ND1Dg) - L'Orient-Le Jour (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-4&fd=R&url=http://www.lorient-lejour.com.lb/page.aspx%3Fpage%3Darticle%26id%3D330926&cid=1103063277&ei=rEagRa6yDYXOpwLj3ND1Dg) - nouvelobs.com (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-5&fd=R&url=http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/proche_moyenorient/20070106.OBS5855/irak__le_premier_ministre_menaceles_pays_critiquant_lex.html&cid=1103063277&ei=rEagRa6yDYXOpwLj3ND1Dg) - Le Figaro (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-6&fd=R&url=http://www.lefigaro.fr/international/20070106.WWW000000035_l_execution_de_saddam_est_une_affaire_interne.html&cid=1103063277&ei=rEagRa6yDYXOpwLj3ND1Dg)*286 autres articles*Pour en lire plus... (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-0&fd=R&url=http://tf1.lci.fr/infos/monde/moyen-orient/0,,3378220,00-mort-saddam-regarde-que-irakiens-.html&cid=1103063277&ei=rEagRa6yDYXOpwLj3ND1Dg)

> en savoir plus


06/01/2007

Fatah-Hamas : le torchon brûle - Radio Suisse Romande

Image : http://spcm.org/forum/Radio Suisse Romande (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1i-0&fd=R&url=http://info.rsr.ch/fr/rsr.html%3FsiteSect%3D500%26sid%3D7407126%26cKey%3D1168105119000&cid=1103064107&ei=rEagRa6yDYXOpwLj3ND1Dg)*Fatah-Hamas : le torchon brûle* (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-0&fd=R&url=http://info.rsr.ch/fr/rsr.html%3FsiteSect%3D500%26sid%3D7407126%26cKey%3D1168105119000&cid=1103064107&ei=rEagRa6yDYXOpwLj3ND1Dg)*Radio Suisse Romande -** Il y a 6 heures*"La Force exécutive est considérée comme illégale et hors-la loi et sera traitée comme telle si elle n'est pas intégrée immédiatement (...) dans les services sécuritaires légaux comme stipulé dans la Loi fondamentale" palestinienne, affirme le bureau *...*Mahmoud Abbas juge illégale la "force exécutive" du Hamas (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-1&fd=R&url=http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp%3Fid%3D34760%261636&cid=1103064107&ei=rEagRa6yDYXOpwLj3ND1Dg) L'ExpressLe Hamas va doubler les effectifs de sa milice (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-2&fd=R&url=http://www.armees.com/Le-Hamas-va-doubler-les-effectifs-de-sa-milice,14069.html&cid=1103064107&ei=rEagRa6yDYXOpwLj3ND1Dg) Armées.comEuroNews (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-3&fd=R&url=http://www.euronews.net/create_html.php%3Fpage%3Ddetail_info%26article%3D399557%26lng%3D2&cid=1103064107&ei=rEagRa6yDYXOpwLj3ND1Dg) - L'Orient-Le Jour (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-4&fd=R&url=http://www.lorient-lejour.com.lb/page.aspx%3Fpage%3Dafp-article%26id%3D070106131823.ktaz0mk4&cid=1103064107&ei=rEagRa6yDYXOpwLj3ND1Dg) - Canoë (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-5&fd=R&url=http://lcn.canoe.com/lcn/infos/lemonde/archives/2007/01/20070106-130400.html&cid=1103064107&ei=rEagRa6yDYXOpwLj3ND1Dg) - nouvelobs.com (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-6&fd=R&url=http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/international/20070106.FAP5199/mahmoud_abbas_decrete_illegale_la_milice_du_hamas.html&cid=1103064107&ei=rEagRa6yDYXOpwLj3ND1Dg)*249 autres articles*Pour en lire plus... (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-1-0&fd=R&url=http://info.rsr.ch/fr/rsr.html%3FsiteSect%3D500%26sid%3D7407126%26cKey%3D1168105119000&cid=1103064107&ei=rEagRa6yDYXOpwLj3ND1Dg)

> en savoir plus


06/01/2007

Bagdad s'élève contre les détracteurs de l'exécution de Saddam - L'Express

*Bagdad s'élève contre les détracteurs de l'exécution de Saddam* (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-0&fd=R&url=http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp%3Fid%3D34750%261335&cid=1103063277&ei=c0WgRdzyMIWIpAL69ri8DA)*L'Express -** Il y a 12 heures*Le Premier ministre irakien Nouri al Maliki a déclaré que l'exécution de Saddam Hussein était une "affaire intérieure" à son pays et averti les capitales qui ont critiqué la pendaison de l'ancien président que Bagdad pourrait réévaluer ses relations *...*La vengeance aveugle de Maliki (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-1&fd=R&url=http://www.lexpressiondz.com/T20070107/ZA4-2.htm&cid=1103063277&ei=c0WgRdzyMIWIpAL69ri8DA) L'ExpressionAl Maliki menace de rompre avec les pays qui l’ont critiqué (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-2&fd=R&url=http://www.liberte-algerie.com/edit.php%3Fid%3D70214&cid=1103063277&ei=c0WgRdzyMIWIpAL69ri8DA) Liberté-AlgérieLe Figaro (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-3&fd=R&url=http://www.lefigaro.fr/international/20070106.WWW000000035_l_execution_de_saddam_est_une_affaire_interne.html&cid=1103063277&ei=c0WgRdzyMIWIpAL69ri8DA) - L'Orient-Le Jour (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-4&fd=R&url=http://www.lorient-lejour.com.lb/page.aspx%3Fpage%3Darticle%26id%3D330926&cid=1103063277&ei=c0WgRdzyMIWIpAL69ri8DA) - Armées.com (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-5&fd=R&url=http://www.armees.com/Irak-Bagdad-menace-de-revoir-ses-relations-avec-les-pays,14050.html&cid=1103063277&ei=c0WgRdzyMIWIpAL69ri8DA) - nouvelobs.com (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-6&fd=R&url=http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/proche_moyenorient/20070106.OBS5855/irak__le_premier_ministre_menaceles_pays_critiquant_lex.html&cid=1103063277&ei=c0WgRdzyMIWIpAL69ri8DA)*285 autres articles*Pour en lire plus... (http://news.google.fr/news/url?sa=T&ct=fr/0-0-0&fd=R&url=http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp%3Fid%3D34750%261335&cid=1103063277&ei=c0WgRdzyMIWIpAL69ri8DA)

> en savoir plus


29/12/2006

Yuletide Carol-Singers Arrested, Church Burned in India

by Vishal Arora and Nirmala Carvalho
NEW DELHI, December 27 (Compass Direct News)?Hindu extremists burned down a church in India on Saturday (December 23), arrested carol-singers on Christmas Eve and disrupted yuletide services in several states. One Christian suffered a fractured hand, and another lost his hearing.
Extremists burned down a thatched church in Boriguma area, Koraput district of Orissa state on Saturday night (December 23), preventing church members from (...)-Persecuted Christians

> en savoir plus


29/12/2006

Attorney Regrets Georgia School Board's Decision to Settle With Darwinists

By Jim Brown December 27, 2006
(AgapePress) - A constitutional attorney is expressing disappointment over a Georgia school district's decision to drop its efforts to expose students to the debate surrounding Darwinian evolution. The Cobb County School Board has abandoned its fight for a warning sticker in its biology textbooks that called evolution"a theory, not a fact."
In addition, the Cobb County School District's warning stickers stated that the material on evolution contained in the (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Year In Review : Ethical Stem Cell Study May Pave Way for Brain Injury Cure

December 26, 2006
Originally published on January 4, 2006
(AgapePress) - A Texas children's hospital is working with the University of Texas' Medical School in a unique clinical trial using bone marrow stem cells to treat children's brain trauma. This trial, which does not involve ethically problematic and controversial embryonic stem cells, is the first to use stem cells in the treatment of traumatic brain injury, for which there is currently no reparative therapy.Dr. James Baumgartner, (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Commentary&News Briefs

Commentary&News Briefs
December 26, 2006Compiled by Jody BrownOUR COLUMNISTS(Click on photos for archives)Are Pastors to Blame for the Divorce Epidemic ?Commentary by Matt FriedemanWe have a divorce epidemic in America today?and I am wondering how much pastors are to blame. Too few of us pastors take seriously the words"holy matrimony."Where Have All the Christians Gone ?Commentary by Joe MurrayChristians have retreated from politics to the subculture and divided amongst themselves. (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Rapport 2006 sur la libertéde religion

Résuméanalytique du Rapport 2006 sur la libertéde religion dans le monde LesÉ.-U. cherchentàpromouvoir la libertéde religion et de conscience partout dans le monde.
On trouvera ci-après le texte du résuméanalytique du Rapport 2006 sur la libertéde religion dans le monde, rendu public par le département d'État le 15 septembre 2006.
Rapport annuel 2006 sur la libertéde religion dans le monde
Résuméanalytique
Rapport annuel
Ce rapport a pour objet de présenter (...)-ActualitéChrétienne

> en savoir plus


29/12/2006

Le satellite français Corot sera lancéce mercredi

Le satellite français Corot, qui sera lancémercredi de la base spatiale russe de Baïkonour (Kazakhstan), va aller traquer pour la première fois depuis l'espace ces planètes gravitant autour d'autres astres que notre Soleil et oùl'on espère, un jour, découvrir de la vie.
Petit projet, petits moyens, mais...
"Corot, c'est un petit projet, montéavec de petits moyens, mais c'est l'éclaireur qui montrera aux futures missions vers quel type d'étoile aller chercher", souligne la responsable (...)-Actualités

> en savoir plus


29/12/2006

Somalie : Addis Abeba déclare les islamistes vaincus

L'Ethiopie, qui soutient les forces loyalistes en Somalie, a affirmémardi avoir vaincu les miliciens des tribunaux islamiques qui ont, eux, qualifiéde"tactique"leur retrait de certaines positions du centre et du sud du pays.
Combats déclencheurs
L'escalade des combats a suscitédes réactions inquiètes en Afrique et dans le monde, amenant le Conseil de sécuritéde l'ONUàconvoquer pour mardi une réunion afin d'examiner la situation qui menace la Corne de l'Afrique d'un embrasement. Le (...)-Afrique

> en savoir plus


29/12/2006

USA : L'ancien président américain Gerald Ford est mort

Gerald Ford, qui fut président (républicain) des Etats-Unis de 1974à1976, est mort mardiàl'âge de 93 ans, a annoncémercredi sa femme dans un communiqué."Ma famille se jointàmoi pour vous faire part de la triste nouvelle : Gerald Ford, notre mari bien aimé, père, grand-père et arrière grand-père, est mortàl'âge de 93 ans", déclare l'ancienne Première dame Betty dans ce communiquérendu publicàRancho Mirage, en Californie.
"Sa vieétait remplie d'amour pour Dieu, sa famille et son (...)-International

> en savoir plus


29/12/2006

Azeri Officials Deprive Christian Baby of Name

ALIABAD, Azerbaijan (Compass Direct News)?Born on June 18 to a Christian family in northern Azerbaijan, three-month-old Ilya Eyvazov still has no official name.
Local authorities in the town of Aliabad at first refused to issue a birth certificate when the baby's father, Novruz Eyvazov, tried to register his son's birth on June 21.
?Impossible,?city administration officials told Novruz Eyvazov when they saw his son's name was the Russian form of (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Saddleback Church Pastor, 'Purpose Driven Life' Author, Rick Warren Talks about HIV/AIDS, Celebrity Status and the Upcoming US Elections

LAKE FOREST, CALIFORNIA (ANS)?Rick Warren, pastor of Saddleback Valley Church in Lake Forest, California, and author of"The Purpose Driven Life,"appeared on a Christmas Eve edition of NBC's Meet the Press to answer questions about the role of faith in the 2008 US presidential election, his increasing celebrity status, and his high visibility in the battle against HIV/AIDS.
Moderator Tim Russert wanted to know why, of all the countries in the world, America is one of the most religious ? (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Campagne de Ségolène Royal :"chacun sera misàcontribution"

Ségolène Royal a"déjàcommencé"àfaire une place aux partisans de Laurent Fabius et de Dominique Strauss-Kahn et"chacun sera misàcontribution"dans la campagne présidentielle, affirme mercredi Julien Dray, porte-parole du PS.
Le députéde l'Essonne ajoute que les primaires internes n'ont laissé"aucune"trace dans les sections et les fédérations du PS."Qu'il y ait quelques cadres un peu nostalgiques, c'est compréhensible", dit-il."Beaucoup de députés et d'élus des sensibilités (...)-France

> en savoir plus


29/12/2006

Proche-Orient : Reprise des attaquesàGaza

Le Premier ministre israélien, Ehud Olmert, a ordonnémercredi la reprise des attaques contre les groupes armés palestiniens tirant des roquettes depuis la bande de Gaza, a indiquéson bureau dans un communiqué.
L'armée"a reçu des instructions pour agir localement contre les cellules"qui tirent des roquettes, indique le communiqué."Dans le même temps, Israël continuera de respecter le cessez-le-feu et de travailler avec l'Autoritépalestinienne pour qu'elle prenne des mesures immédiates (...)-International

> en savoir plus


29/12/2006

Indonésie : Les secours peinentàatteindre les sinistrés

Les militaires et les secouristes indonésiens poursuivaient mercredi leurs efforts pour tenter de venir en aideàdes milliers de victimes d'inondations meurtrières dans le nord de l'île de Sumatra. Les pluies torrentielles ont provoquédes glissements de terrain et des crues qui ont coûtéla vieàau moins 105 personnes ces derniers jours et ont laissé400.000 habitants sinistrés.
Répartition de l'aide
Des camions, des hélicoptères et des avions ont acheminédes tonnes d'aide alimentaire, (...)-International

> en savoir plus


29/12/2006

Somalie : Les forces gouvernementales ont repris Jowhar

Les forces gouvernementales, appuyées par l'arméeéthiopienne, ont pris mercredi la ville stratégique de Jowhar (90 km au nord de Mogadiscio) quiétait jusqu'ici aux mains des miliciens islamistes.
"Nous avons perdu la ville, mais nous continuons les combats, nous avons organiséune retraite militaire", a annoncéun commandant islamiste postédans les environs de Jowhar, cheikh Yonis Haji Idris. Des responsables du gouvernement ont confirméla prise de ce bastion islamiste.
Les combats (...)-International

> en savoir plus


29/12/2006

Author/Evangelist Offers Help in Responding to Atheists, Evolutionists

By Allie Martin December 27, 2006
(AgapePress) - A well-known evangelist and Christian television show host is trying to equip believers to respond effectively to atheists.
In his book Intelligent Design vs. Evolution : Letters to an Atheist, Ray Comfort uses actual e-mails between himself and an atheist that took place several years ago. When the atheist inquired why Comfort did not accept"scientific facts"supporting the theory of evolution, the evangelist responded that there was more (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Equality Advocate Blasts Compromise Exempting Michigan Schools From Prop. 2

By Jim Brown
December 27, 2006
(AgapePress) - The University of Michigan and other state universities are being allowed to continue with their gender-based and race-based admissions policies, despite a new state law banning certain types of affirmative action.
Last month, Michigan residents voted overwhelmingly in favor of Proposal 2, a measure that bars the state from granting preferences based on skin color or gender in public contracting, employment, and education. However, three (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Year In Review : PTC's Study Finds Children's TV Content Disturbingly 'Mature'

December 27, 2006
Originally published on March 6, 2006
(AgapePress) - The Parents Television Council (PTC) has released a report on its first study of children's television, which?according to the media watchdog group's research?features even more violence than adult-oriented television. But the head of that pro-family group says that is not all that should concern parents about what their kids may be viewing.
The 28-page report is titled"Wolves in Sheep's Clothing : A Content (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Russian Ministries Will Bring The Joy And Hope Of Christmas To Orphan Children

WHEATON, ILLINOIS (ANS)?With just a few days left before Russian Christmas on January 7, Christians there are planning outreach to the neediest of their communities, according to an e-mail from the Wheaton, Illinois-based Russian Ministries.
In an message to ministry supporters Anita Deyneka says :"At Christmas time, churches across the former Soviet Union will be filled with Christians as they gather to celebrate Christ's birth, and then go out to tell the good news that : 'For unto (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Churches May be Forced to Close if Bird Flu Strikes

HEMET, CA (ANS)?There are plenty of threats facing people in this world today, from high cholesterol to global terrorism. But one of the most dire threats is getting the cold shoulder from the Christian community. That threat is an avian flu pandemic.
The avian flu, commonly known as the Bird Flu, is brewing in the bodies of millions of birds around the world right now, and breaking through biological barriers to kill people in places like Vietnam, Indonesia and Egypt.
DVD helps (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Tsunami Survivors Receive New Homes

TAMIL NADU, INDIA (ANS)?Two years have passed since the Asian tsunami took lives and swallowed up homes, possessions and livelihoods in South Asia. It's been an agonizing 24 months, but now 50 families in Tamil Nadu, India, are eagerly watching as their new homes are being built. Gospel for Asia's Compassion Services is constructing these homes in this hard-hit southern Indian state.
The 50 houses are modest by Western standards. Built with concrete blocks, each home (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

The Extraordinary Revival That Is Sweeping Through Nagaland Where 99 Percent of The People Are Christians

LAKE FOREST, CA (ANS)?LAKE FOREST, CA (ANS)?It is a long way from the small Iowa town of Hiawatha to Nagaland, the mysterious state in northeastern India, but that is where Tim Phillips travels each year to minister and be ministered to by these extraordinary people. In an interview when he visited my home in Lake Forest, California, with his wife Pat, Phillips, a tall, wiry, long-distance runner, talked about his love for the Nagas and why he keeps returning to be with them. He (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

IRAK : L'exécution de Saddam Hussein prendra"quelques temps"

L'exécution de l'ancien président Saddam Hussein, dont la justiceirakienne a confirméla condamnationàmort et qui doitêtre pendu d'ici trente jours, pourrait prendre encore"quelque temps", a estimémercredi le ministre irakien de la Justice, Hashem al-Shibli.
Fête du mouton
"Le décret de la cour d'appel doitêtre transmisàla présidence. Le décret présidentiel signésera envoyéàla direction générale des prisons qui elle-même sera chargée de mettre la sentence en application", a (...)-International

> en savoir plus


29/12/2006

Peuples non-atteints : Les Hindous Sindhis

Les Hindous Sindhis jeudi, 28 décembre 2006 / Journal Chrétien
Suneelétait nerveux car un de ses coéquipiers de foot l'avait invitéàune fête. Suneel savait que ceci serait inexcusable pour sa famille Sindhi alors, il devait trouver une excuse fiable. Les familles Sindhi vivant en Californie comme celle de Suneel essaient souvent de garder leur identitéculturelle. Ceci restreint leur possibilités de se faire des amis dans leur terre (...)-ActualitéChrétienne

> en savoir plus


29/12/2006

IRAK : Publication de l'ordre d'exécution de Saddam

Le Haut tribunal pénal irakien a publiéce jeudi l'arrêt rejetant l'appel de l'ancien président irakien Saddam Hussein et ordonnant sa condamnationàmort pour"crime contre l'humanité".
Condamnation approuvée
"La cour approuve la condamnation pour crime contre l'humanitéet la peine, prononcée contre les condamnés Saddam Hussein, Barzan al-Tikriti, Awad al-Bandar, de pendaison jusqu'àce que mort s'ensuive (...)", indique le document. Le jugement, long de 17 pages, est signédu président (...)-A la Une

> en savoir plus


29/12/2006

L'UMP belge veut conserver sa dénomination

L'UMP belge, fondée par Pierre d'Ans, un ancien du parti d'extrême-droite Force Nationale, veut conserver sa dénomination, malgréla mise en demeure que lui a adressée le siège de l'UMP françaiseàParis, et se présenter sous cette bannière auxélections législatives.
Pierre d'Ans a fait partie pendant 7 mois de Force Nationale avant de quitter le parti, oùl'on retrouvait notamment des dissidents du Front National, au lendemain desélections communales. Admirateur de Nicolas Sarkozy, (...)-A la Une

> en savoir plus


29/12/2006

The rush of 7-24 football has arrived

SCOTT DEPOT, WV (ANS)?Try spelling Christmas without Christ. It cannot be done in the English language or any other I know about. It is His day. The authentic celebration is about Him. Many other things, like barnacles and parasites, have attempted to attach themselves to this unusual event, but they do not belong and do not fit.
The days just before and after Christmas bring on football with a fury. It is a non-stop rampage. No let up.
Can there be any connection with this long string (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Présidence de l'UEFA : Michel Platini dévoile son programme

Michel Platini, candidatàla présidence de l'UEFA, a dévoilémercredi les"cinq engagements"de son programme, articuléautour de l'universalitédes compétitions et l'unitédes familles du football en vue de l'élection du 26 janvier.
Dans son programme en cinq points envoyéàla presse, l'ancien N.10 de l'équipe de France insisteégalement sur la nécessitéde"conforter la légitimitédesélus au sein de l'UEFA"et d'"accroître la solidaritéet leséchanges entre les fédérations", et met en (...)-Sports

> en savoir plus


29/12/2006

Luis Fernandez nomméentraîneur du Betis Séville

Le Français Luis Fernandez aéténomméentraîneur du Betis Séville, a annoncéce mercredi le club de 1re division espagnole sur son site internet.
Le"Franco-Espagnol Luis Fernandez sera présentéjeudi comme nouvel entraîneur"du club pour succéderàJavier Irureta, qui avait quittéle Betis la semaine dernière, a préciséle club, qui se trouve en position de relégable dans la Liga.
Fernandezétait en compétition pour ce poste avec un autre Français, Jacques Santini, ancien sélectionneur (...)-Sports

> en savoir plus


29/12/2006

Boeing Overtakes Airbus in New Orders for 2006

US airplane maker Boeing has overtaken Europe's floundering Airbus consortium, ending five years of runner-up status.
The year 2006 saw Boeing take in some 25 percent more orders than its European rival Airbus, according to a report in the Financial Times Deutschland newspaper.
According to an annual report issued by Boeing, the Chicago based company had 904 orders in the year up to Dec. 20 versus 714 for Airbus, a figure including 635 new orders at the end of November plus new orders (...)-News

> en savoir plus


29/12/2006

Polynésie : Gaston Tong Sang s'est installéau palais Bruat

Gaston Tong Sang,élu président de Polynésie française mardi, s'est installéau palais Bruat, siège de la présidence du"pays"de Polynésie, ce mercredi matin, et s'est immédiatement mis au travail pour la composition de son gouvernement.
Accueilli par le directeur de cabinet d'Oscar Temaru, le président indépendantiste sortant, le leader de la plate-forme autonomiste a eu droitàune petite visite guidée de la présidence, au coeur de Papeete. Il a ensuite posélonguement devant les (...)-International

> en savoir plus


29/12/2006

L'explosion d'oléoduc au Nigeria :"au moins 269 morts"

Des secouristes nigérians s'affairaient mercrediàLagosàrépandre des produits désinfectants sur les lieux de l'explosion d'un oléoduc qui a fait"au moins 269 morts", selon la Croix-Rouge nigériane, qui estime que le bilan risque encore de s'alourdir.
269 cadavres
L'incendie, survenuàAbule Egba, un quartier du nord de la mégapole de Lagos, la capitaleéconomique du Nigeria, a fait"au moins 269 morts", a déclarémercredi matin le secrétaire exécutif de la Croix-Rouge nigériane, Abiodun (...)-International

> en savoir plus


29/12/2006

Somalie : Le gouvernement de transition décrète l'état d'urgence

Le gouvernement de transitionsomalien a décrétéjeudi l'état d'urgence, a annoncéson porte-parole, Abdirahman Dinari. Les islamistes somaliens ont quantàeux annoncéjeudi matin que leurs troupes s'étaient retirées de la capitale somalienne Mogadiscio, d'oùdes tirsàl'arme lourdeétaient entendus, alors que les troupes loyalistes, appuyées par l'Ethiopie, s'approchaient des portes de la ville.
Le gouvernement a affirméqu'il s'apprêtaitàprendre le contrôle de la capitale :"Nous (...)-International

> en savoir plus


29/12/2006

Commentary&News Briefs

Commentary&News Briefs
December 27, 2006
Compiled by Jody Brown
OUR COLUMNISTS
(Click on photos for archives)Are Pastors to Blame for the Divorce Epidemic ?
Commentary by Matt Friedeman
We have a divorce epidemic in America today?and I am wondering how much pastors are to blame. Too few of us pastors t-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Michèle Alliot-Marie envisage une candidature hors parti

Michèle Alliot-Marie, ministre française de la Défense, 60 ans, a annoncémercrediàSud Ouest qu'elle ne demandait pas le soutien de l'UMP pourêtre candidateàla présidentielle, mais qu'elle réfléchissaitàune candidature hors parti, dont elle affirme avoir"très envie".
Sarkozy seul
Dans une interview au quotidien de la région dont elle est l'élue (àparaître demain jeudi),"MAM"indique qu'elle n'est pas"candidate au soutien financier et logistique de l'UMP". Elle ne s'inscrira donc (...)-France

> en savoir plus


29/12/2006

?American cities are far more dangerous than overseas missions'

SANTA ANA, CA (ANS)?George Verwer, the founder of Operation Mobilization (OM), a worldwide ministry of evangelism, discipleship training and church planting, is one of the great characters of the Christian Church, and he never pulls his punches when talking about missions or his own life.
During a phone interview with him for my Front Page Radio program on KWVE 107.9 in Southern California, I told Verwer that many Christians in the United States have a great fear of going on overseas (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

BONNE ANNEE 2007 !!!

A tous ceux qui reçoivent les articles du Journal Chrétien,
BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2007 ! La Rédaction, Paris-Annonces/ Pétitions

> en savoir plus


29/12/2006

Year In Review : Publicity Making Ministry's Million-Dollar 'Bills' A-'tract'-ive

December 27, 2006
Originally published on June 8, 2006
(AgapePress) - A California-based ministry has sold more than half a million gospel tracts designed to look like a million-dollar bill after federal agents seized thousands of the tracts. The ministry where the tracts were seized is now saying it may be filing a federal lawsuit over the visit from Secret Service agents concerned about counterfeiting.
The"million-dollar"tract, published by Living Waters Ministry in Southern California, (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Year In Review : Senators Deep-Six MPA?For Now

(AgapePress) - Supporters of the Marriage Protection Amendment (MPA) are not distraught over the fact that the U.S. Senate has rejected the call for a vote on the measure. Sixty votes were needed to have the measure come up for an up-or-down vote ; the move came up 11 votes short.
Despite that setback, supporters in the Senate are not going to"fall back and cry about it,"says Senator Orin Hatch of Utah."I think they are going to keep bringing it up,"says the Republican lawmaker. In fact, (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Year In Review : Growing List Features Prominent Scientists That Disagree With Darwinism

December 27, 2006
Originally published on February 24, 2006
(AgapePress) - More than 500 scientists have signed a statement expressing their doubts about the credibility of Darwinian evolution. As signatories of"A Scientific Dissent from Darwinism,"these scientists are expressing skepticism about claims of evidence for the theory of evolution.
Rob Crowther with the Seattle-based Discovery Institute says Darwin's theory is being increasingly challenged by emerging scientific evidence. (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

INDE : les agressions envers les chrétiens se multiplient

Deux pasteurs de la ville côtière de Akkiallur, région de Haveri dans l'Etat de Karnataka, ontétéarrêtés le 3 septembre 2006 après qu'un groupe de cent cinquante personnes sous la conduite d'extrémistes hindous appartenant au mouvement Rashtriya Swayhamsevak Sangh est entrécomme un ouragan dans uneéglise de maison rassemblée. Santosh George et Madhu.
Mohan travaillent tous deuxàla Mission Marthoma, branche de l'église Marthoma. Les gens ont exigéque les (...)-ActualitéChrétienne

> en savoir plus


29/12/2006

ÉRYTHRÉE : membres de l'Église baptiste Kale Hiwot libérés

Le 8 novembre, Ukbay, Abraham Weldu, Gebremichael Yahoness, le pasteur Simon et Teklemariam, tous membres de l'Église Kale HiwotàAsmara, la capitale, ontétélibérés sans inculpation. Akberet Nigussie, membre du personnel administratif de l'Église RemaàAsmara, aétéremise en libertéle même jour. Enéchange, ces personnes ont apparemmentétécontraintesàsigner une déclaration dans laquelle elles s'engageaientàcesser toute activitéreligieuse, ce qui revenait, en (...)-ActualitéChrétienne

> en savoir plus


29/12/2006

Year In Review : Study Shows Sex-Laden Lyrics Catalyst for Teens Having Sex

December 29, 2006
Originally published on August 7, 2006
(AgapePress) - It might have an academic-sounding title, but the findings of a study about the effects of lyrics in teens' music might accurately be summed up in a phrase found in the common vernacular?"garbage in, garbage out."
The study out of the RAND Corporation and the University of California, Los Angeles, is titled"Exposure to Degrading Versus Nondegrading Music Lyrics and Sexual Behavior Among Youth."It contains (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Irak : les pertes américaines dépassent celles du 11 septembre

Trois soldats américains ontététués ce mardiàBagdad, portantà2.975 le nombre de militaires américains tués depuis l'invasion de l'Irak en 2003, soit plus que le nombre symbolique des 2973 victimes des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.
"Trois militaires ontététués dans le nord-est de la ville par l'explosion d'un engin piégéau passage de leur patrouille, a annoncél'armée américaine dans un communiqué. Un peu plus tôt dans la journée, l'armée américaine avait annoncé(...)-International

> en savoir plus


29/12/2006

Mama Galledou est sortie de réanimation

L'étudiante d'origine sénégalaise qui avaitétégrièvement brûléeàMarseille dans des violences qui ontémailléle premier anniversaire desémeutes en France d'octobre 2005, est sortie de réanimation, a-t-on appris mardi auprès de l'hôpital.
Mama Galledou, 26 ans et tout juste diplômée de l'Universitéde Marseille, avaitétébrûlée le 28 octobreàplus de 60 % dans un bus qui avaitétéincendiépar des jeunes. Ce drame avait choquéle pays après plusieurs incendies de bus similaires, (...)-France

> en savoir plus


29/12/2006

Nicolas Sarkozy porte plainte pour"dénonciation calomnieuse"

Le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy a déposéplainte vendredi contre Imad Lahoud, mis en examen dans l'affaire Clearstream, l'accusant d'avoir affirméàtort qu'ils s'étaient rencontrés en 2004 pourévoquer ce dossier, a annoncélundi le parquet de Paris.
M. Sarkozy, déjàpartie civile dans cette affaire politico-judiciaire, a déposéune plainte simpleàl'encontre de l'informaticien franco-libanais pour"dénonciation calomnieuse"et"dénonciation mensongèreàl'autoritéjudiciaire". (...)-A la Une

> en savoir plus


29/12/2006

Ministry Leader Sees Public Schools Stepping Up Censorship of Pro-Life Viewpoint

By Jim Brown
December 26, 2006
(AgapePress) - The head of a Christ-centered pro-life ministry that works with youth says public schools are becoming bolder in their efforts to censor pro-life students.
Virginia high school senior Andrew Raker has sued the Frederick County School system in Winchester for barring him from wearing a pro-life T-shirt and passing out pro-life materials on campus. The youth was taking part in a national pro-life event called the"Day of Silent Solidarity,"(...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Legal Groups Commend UGA's Decision to Recognize Christian Fraternity

By Ed Thomas
December 26, 2006
(AgapePress) - The University of Georgia (UGA) has reversed its decision and will now recognize Christian fraternity Beta Upsilon Chi, also known as"Brothers Under Christ,"as a registered student group on that campus. The school originally refused recognition to the fraternity because it required members to share Christian beliefs.
David French is a spokesman for the pro-faith and pro-family legal advocacy group Alliance Defense Fund. He says ADF and the (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Judge Dismisses KS Attorney General's Charges Against Late-Term Abortionist

By Ed Thomas and Jenni Parker December 26, 2006
(AgapePress) - The latest step in Kansas Attorney General Phill Kline's investigation of abortion doctor George Tiller and his clinic records has been thwarted by what some pro-lifers see as a political favor to the late-term abortionist from a county district attorney.
This past Friday, Kline suffered a setback in his efforts to bring Tiller and his operation to justice when some 30 charges filed late Thursday involving illegal late-term (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

HANOI : Deuxéglises protestantes autorisées au Vietnam

Le Vietnam a autorisédeuxéglises protestantesàopérer librement, a-t-on indiquélundi de sources officielles, dans un geste symbolique vers un peu plus de libertéreligieuse pour une communautéextrêmement surveillée dans le pays.
L'Eglise des Adventistes du Septième Jour et une branche de l'Eglise Baptiste ont reçuàHo Chi Minh-Ville (sud) samedi leur"certificat de pratique religieuse", a indiquéune responsable de la Commission gouvernementale pour les Affaires religieuses.
"Au bout (...)-ActualitéChrétienne

> en savoir plus


29/12/2006

Year In Review : Afghan Court Releases Christian Convert for 'Lack of Information'

December 26, 2006
Originally published on March 27, 2006
(AgapePress) - News reports say Adbul Rahman, who was facing possible execution in Afghanistan for converting from Islam to Christianity, has been released. But there are still concerns about his physical safety if he remains in the predominantly-Islam nation.
Afghan officials say the case has been dismissed against a man facing possible execution for converting from Islam to Christianity, and have ordered him released. But Abdul (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Year In Review : Diverse Faith Groups Unite to Push for Federal Marriage Amendment

December 26, 2006 Originally published on May 25, 2006
(AgapePress) - Several major religious denominations have come together to urge the U.S. Senate to approve a marriage amendment to the Constitution of the United States. The Religious Coalition for Marriage has released a statement signed by 50 leaders and expressing support for the proposed federal marriage protection amendment.
The Coalition is comprised of all eight U.S. Catholic cardinals, as well as officials of the Southern (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Year In Review : Ex-Homosexual Ministry Leader : Brokeback Mountain May Be Tip of the Iceberg

December 26, 2006
Originally published on January 25, 2006
(AgapePress) - A former homosexual who now heads an international Christian ministry to individuals affected by homosexuality says movies such as the much touted mainstream media darling Brokeback Mountain are sending the wrong message to Americans about culture and sexuality.
Alan Chambers is president of Exodus International, an organization that includes the largest evangelical network of former homosexuals and that promotes (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

AZERBAÿDJAN : Prénom refuséàun bébéchrétien

Néle 18 juin 2006 dans une famille chrétienne du nord de l'Azerbaïdjan, le petit Ilya Eyvazov n'a toujours pas de nom officiel.
Au départ, les autorités locales de Aliabad ont refuséde délivrer un certificat de naissance au papa du bébé, Novruz Eyvazov, parce que le prénom choisi pour son filsétait la traduction du nom russe«Elie». Le motif du refus est que c'est un prénom chrétien ! Un mois plus tard, Novruz a finalement pu faireétablir un certificat de naissance, (...)-ActualitéChrétienne

> en savoir plus


29/12/2006

IRAN : Le gouvernement libère un chrétien?pour avoir la paix

Le 20 juillet 2006, les autorités carcérales de Téhéran ont libéréle chrétien Hamid Pourmand (49 ans). On l'a informéqu'il n'aurait pas besoin de purger les derniers quatorze mois de sa peine de trois ans. Aucune explication n'aétédonnée pour sa libération inattendue, bien que des responsables de la prison lui aient accordédes permissions occasionnelles de trois jours pour rendre visiteàsa famille au cour de l'année' passée. Pu après sa libération, (...)-ActualitéChrétienne/,

> en savoir plus


29/12/2006

INDONESIE : Une meute en colère s'en prendàuneégliseàAceh

Le 1er septembre 2006 un pasteur et sa femme enceinte, habitant la province de Aceh, ont dûse cacher après qu'un groupe de musulmans a boutéle feuàuneéglise.
Il y a quelques semaines, le pasteur Luther Saragih, qui travaille au sein de la Missionévangélique indonésienne, avait distribuédes lettres dans plusieurs villages del'Aceh Singkil pour inviter les chrétiensàparticiperàun culte de réveil. Par un malheureux concours de circonstances, un musulman a reçu un (...)-ActualitéChrétienne

> en savoir plus


29/12/2006

Un responsable protestant assassinéau Sulawesi central

Le matin du 18 octobre 2006,àenviron neuf heures, le responsable de l'Eglise protestante du Sulawesi central aétéassassiné. Il aététuéd'une balleàla tête en pleinerueàPalu, capitale de la province, région même oùtrois chrétiens catholiques avaientétéexécutés peu de temps auparavant.
Alors que le pasteur Iranto Kongkoli (40 ans) faisait ses courses avec sonépouse, un terroriste lui a tiréune balle dans le bas de la tête avant de s'enfuiràmoto. Irianto a (...)-ActualitéChrétienne

> en savoir plus


29/12/2006

Year In Review : Found Guilty, Evangelical Christian Navy Chaplain Says He'll Appeal

December 29, 2006
Originally published on September 14, 2006
(AgapePress) - A military jury has found Navy chaplain Lieutenant Gordon James Klingenschmitt guilty of disobeying an order by appearing in uniform during a March 30 news conference outside the White House.
The military court martial jury agreed with the Navy's argument that Klingenschmitt disobeyed an order from a superior officer, telling him that he could only appear in uniform at media appearances if conducting a bona fide (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Christian Culture Analyst Recaps 2006 Church Trends, Future Directions

By Fred Jackson December 29, 2006
(AgapePress) - Christian researcher George Barna has outlined what he considers his most significant findings for 2006. Among these is his assessment that, although large majorities of the public claim to be"deeply spiritual"and say that their religious faith is"very important"in their life, only 15 percent of those who regularly attend a Christian church ranked their relationship with God as their top priority.
Barna, who has been conducting national (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Church Official : ECUSA's Future Depends on Leaders' Return to God's Word

By Allie Martin
December 29, 2006
(AgapePress) - An official with the Institute on Religion and Democracy expects to see the current conflicts within the Episcopal Church in the USA (ECUSA) continue throughout the coming year, including schism over the current liberal leadership and direction of the denomination.
This past year, the ECUSA's new presiding bishop, Katherine Jefferts Schori, said Christ was not the only way to get to Heaven. She also remarked that homosexuals do not choose (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

MovieGuideÒon We Are Marshall and Rocky Balboa

December 29, 2006
(AgapePress) - Following are information and comments from Christian movie reviewer Dr. Ted Baehr on two movies that opened just before Christmas. These comments are offered for information only and are not to be interpreted as endorsement of the films. More details about these and other movies are available at Dr. Baehr's website, MovieGuide.org.
TITLE : WE ARE MARSHALL Genre : Sports Drama Intended audience : Older children to adults Quality :* Excellent (4 stars) (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Year In Review : Conservatives Predict Voter Backlash Following NJ Marriage Ruling

December 29, 2006
Originally published on October 26, 2006
(AgapePress) - Marriage traditionalists and pro-family leaders are predicting Wednesday's ruling in New Jersey requiring equal rights for same-sex couples will energize Christian conservatives in eight states where, in less than two weeks, voters will decide whether to amend their state constitutions to preserve traditional marriage.
The New Jersey Supreme Court high court ruled that homosexual couples are entitled to the same (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Released Christian leader Re-arrested on the eve of Christmas in Xinjiang ; Christmas Celebration Disrupted in Beijing : Closed house church appealed to the local government in Anhui

Released
Christian leader Re-arrested on the eve of Christmas in Xinjiang ; Christmas
Celebration Disrupted in Beijing : Closed house
church appealed to the local government in Anhui
China Aid
Association, Inc.
PO Box 8513 Midland, TX 79708
Tel : (267)
205-5210
Fax : (432)
686-8355
info@ChinaAid.org
www.ChinaAid.org
www.monitorChina.org
Contact : Bob Fu
(267) 205-5210
Midland, Texas (December 28, 2006)
China Aid Association
(CAA) learns that a house church leader in Xinjiang, who was just (...)-Persecuted Christians

> en savoir plus


29/12/2006

Hindu Sindhis

Suneel was nervous because one of his soccer teammates was inviting him to a drinking party. Suneel knew that this would be unacceptable to his Sindhi family, so he had to come up with a believable excuse. Sindhi families in California like Suneel's often try to maintain their cultural identity. That fact makes them less likely to have close friends from the host culture.
Sindhis are a people of contrasts. Hard?working and easy?going, financially frugal, and hopelessly (...)-Unreached Peoples

> en savoir plus


29/12/2006

Animistic Gouro people

?I can't follow Jesus. I believe, but if I confess my faith, I will be chased from my village. My family will be attacked and forced to pay heavy fines. I cannot offend the mask.?A young Gouro believer in Côte d'Ivoire is trying to rationalize his decision to publicly deny his new faith.
The devil dancer wearing a mask holds incredible power over the animistic Gouro people, exacting a heavy toll on Christian believers and their families. But Jesus says,?Who (...)-Unreached Peoples

> en savoir plus


29/12/2006

Animistic Yaoure people

Prayer is a powerful tool, and today you need to use this tool to fervently pray for the Yaoure people of Côte d'Ivoire. Though these 20,000 people now have a New Testament in their language, less than one percent of them have made a commitment to Christ. Two percent claim some knowledge of the gospel but are not believers.
Why are the animistic Yaoure people so resistant to the gospel ? The answer is a simple one, yet as old as man : the devil has dominion over their spirits, and his (...)-Unreached Peoples

> en savoir plus


29/12/2006

Senoufo people

?Yes, my friends, I want to become a Muslim. I know that what you tell me is true. But my family and my village headman have not heard about Allah. I can't yet make a commitment.?Andah spoke with his Muslim friends who were trying to convert him to Islam. He was just beginning his new job in the strange environment of Abidjan, and he was ready to make some changes.
The 600,000 Senoufo people who live in northern Côte d'Ivoire claim that Islam offers its adherents (...)-Unreached Peoples

> en savoir plus


29/12/2006

Soninke peoples

The Soninke peoples have always been on the move. In AD 750 one of the first Soninke settlements in Ghana fled to neighboring areas because of persecution by Berbers. Later, many of them became farmers and herdsmen due to the influence of the Fulani tribesmen. When they first came to the northern border of Côte d'Ivoire, Soninke men cultivated sorghum, rice, peanuts, and millet, their staple crop. Today they also raise livestock. But their men have the highest rate of labor migration (...)-Unreached Peoples

> en savoir plus


29/12/2006

Year In Review : 'Net Neutrality' a Must for Most Christian Broadcasters, Says NRB Leader

December 28, 2006
Originally published on May 30, 2006
(AgapePress) - Christian broadcasters are concerned about legislation that could make it tougher for the public to access their websites. Recent action by a House committee would seem to allay some of those fears.
The U.S. House of Representatives is considering a bill that would allow broadband network operators to offer streamlined access to websites that pay them extra for a higher level of service. Frank Wright, president of the (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Year In Review : Christian Grad Sues School for Censoring Her Valedictory Speech

December 28, 2006
Originally published on July 13, 2006
(AgapePress) - Last month at the commencement ceremony of Foothill High School in Henderson, Nevada, valedictorian Brittany McComb deviated from a school-approved speech to share about the influence of God's love on her life, only to have her speech cut short. Now the Christian high school graduate is suing the district for pulling the plug on her commencement address.
McComb has filed suit against the Clark County School District, (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Year In Review : Dems Have a Plan to Counter Growing Success of State Marriage Initiatives

December 28, 2006
Originally published on July 27, 2006
(AgapePress) - The Democratic Party has apparently decided to take a different tack in its efforts to bring legalized homosexual"marriage"to every state in the country. Determined to provide more coordinated support to advocates of same-sex unions, the Democratic National Committee (DNC) recently announced it has adopted a five-point plan for fighting state ballot measures defining marriage as between one man and one woman.
In 2004, (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Year In Review : Christian Radio Must Respond to Technology Changes, Says Broadcast Executive

-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Campaign Lets U.S. Believers Share Bibles With Developing Countries' Christians

By Allie Martin
December 28, 2006
(AgapePress) - The executive director of a Michigan-based ministry is challenging Christians in the United States to try conducting one worship service without a Bible so they can better understand what believers in other nations must endure. He hopes this exercise will encourage many Christians to share an essential resource they may be taking for granted.
For the past half century, Christian Resources International (CRI) has sent Bibles and Christian (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Who Will Be the Leading GOP Presidential Contenders in 2008 ?

By Jim Brown
December 28, 2006
WASHINGTON, DC (AgapePress) - A conservative activist and political commentator predicts three 2008 Republican presidential candidates will set themselves apart from the rest of the pack over the next year.
The three candidates Paul Weyrich of the Free Congress Foundation is referring to are Arkansas Governor Mike Huckabee, former Speaker of the House Newt Gingrich, and Massachusetts Governor Mitt Romney. Weyrich, who has been involved in politics for (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Media Analyst Thinks Federal Regulation of Cable Decency Unlikely

By Ed Thomas and Jenni Parker
December 28, 2006
(AgapePress) - The president of a media watchdog group believes it is likely that an edited version of the Home Box Office original television show The Sopranos, which starts airing next month on the A&E network, will push the decency limits of what's already being shown on cable. However, he doubts attempts to regulate both cable and broadcast TV will succeed.
Robert Peters of Morality in Media says basic cable already pushes the decency (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Belgique : Retour volontaire de 160 familles immigrées

Quelque 160 familles d'immigrants sont déjàreparties volontairement depuis juin, ou retourneront dans un futur proche, dans leur pays d'origine grâce au soutien du fonds de réintégration. Ce fonds facilite le retour de ces immigrants et leur réintégration dans leur pays. Environ 300.000 euros seront consacrésàce fonds en 2007.
Aide au retour
Le programme Return of Asylumseekers from Belgium (REAB) aétécrééen 1984 et permet aux migrants désireux de retourner dans leur pays de recevoir (...)-A la Une

> en savoir plus


29/12/2006

Prague : une tentative de détournement d'avion manquée

Un avion de la compagnie russe Aeroflot qui assurait la liaison Moscou-Genève a dûfaire ce jeudi un atterrissage d'urgenceàl'aéroport de Prague, sonéquipage ayantétévictime d'une"tentative d'attaque", selon les déclarations d'une porte-parole de la compagnie aérienne. Selon Viktor Parkhimovitch, un dirigeant de la compagnie, cette tentative aétécommise par un passager ivre.
L'appareil a fait un atterrissage forcéàPrague et le pirate de l'air aéténeutralisé. L'incident n'a pas (...)-A la Une

> en savoir plus


29/12/2006

Immigration : Naufrages de clandestins au large du Yémen

Dix-sept personnes sont mortes et quelque 140 autres sont portées disparues, après le chavirage, au large des côtes yéménites, de deux bateaux de passeurs sur lesquels les forces de sécuritéyéménites avaient tiré.
Panique
Quatre embarcations transportant 515 Somaliens et Ethiopiens traversaient, mercredi, le golfe d'Aden au départ de la Somalie lorsqu'elles ontétérepérées par les forces de sécuritéyéménites. Selon les témoignages de survivants, deux des bateaux de passeurs ont débarqué(...)-A la Une

> en savoir plus


29/12/2006

Crash d'hélicoptère en Irlande

Les corps de six personnes ontétéretrouvés par les sauveteurs après l'accident d'un hélicoptère civil qui s'est abîméen mer mercredi soir avec sept personnesàson bord dans la baie de Morecambe (nord-ouest de l'Angleterre). L'appareil transportait des employés de la compagnie gazière britannique Centrica.
La police du Lancashire a indiquéque cinq corps avaientétéretrouvés et transportésàterre vers 21h30 (GMT) et que le sixième avaitétéretrouvée plus tard dans la soirée, ajoutant (...)-A la Une

> en savoir plus


29/12/2006

Meeting and learning to appreciate Gerald R. Ford

SCOTT DEPOT, WV (ANS)?Gerald Rudolph Ford, at his birth on July 14, 1913, Omaha, Nebraska, was named Leslie Lynch King, Jr., the only child of Leslie and Dorothy Gardner King. Following a divorce in 1915, his mother moved to Grand Rapids, Michigan, where she married Gerald R. Ford. He was adopted by and took the name of his stepfather. The Ford Museum is located in his adopted city and state.
When living in Decatur, Illinois, during one of many trips to our nation's capital, I met (...)-Christianity/

> en savoir plus


29/12/2006

Making New Year's Resolutions Work !

SANTA MONICA, CA (ANS)?The greatest secret to making New Year's resolution's work is understanding the power of change. Want to lose weight ? Get a better job ? Go back to college ? Find a spouse ? Get closer to God ? Whatever it is, understand that real change is one of the most difficult things we'll ever do. In fact, even the threat of death doesn't make some people change. A recent study indicated that within only two years, 90% of open heart surgery patients go (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

L'exécution de Saddam Hussein sera enregistrée sur cassette video

L'exécution de l'ancien président irakien condamnéàmort, Saddam Hussein, sera filmée et enregistrée sur cassette video, a annoncéjeudi la chaîne de télévision américaine CBS.
Les derniers moments de l'ancien dictateur, de la signature des dernières directives par le juge jusqu'àla pendaison de Saddam Hussein, seront entièrement filmés, selon CBS. On ne sait pas si des extraits seront diffusés par la télévision d'état irakienne.
Des Irakiens, des membres de la coalition gouvernementale (...)-International

> en savoir plus


29/12/2006

Commentary&News Briefs

Commentary&News Briefs
December 28, 2006Compiled by Jody BrownOUR COLUMNISTS(Click on photos for archives)Are Pastors to Blame for the Divorce Epidemic ?Commentary by Matt FriedemanWe have a divorce epidemic in America today?and I am wondering how much pastors are to blame. Too few of us pastors take seriously the words"holy matrimony."Where Have All the Christians Gone ?Commentary by Joe MurrayChristians have retreated from politics to the subculture and divided amongst themselves. (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Climber Who"Wanted to 'Go Out' On the Mountain", Remembered As Committed Believer

DALLAS, TEXAS (ANS)?More than 500 relatives, friends and fellow climbers attended the memorial service in Dallas, Texas, for Kelly James, the climber whose body has been the only one recovered of three friends lost on Oregon's Mount Hood.
During the service he was remembered as a deeply committed Christian who loved the outdoors. The service was held 10 days after searchers found James' body in a snow cave near the peak of Oregon's highest mountain.
The (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Released Christian Leader Re-Arrested on Christmas Eve in Xinjiang ; Christmas Celebration Disrupted in Beijing : Closed House Church Appeals to the Local Government in Anhui Province

XINJIANG, CHINA (ANS)?A house church leader in Xinjiang, who was just released November 26, 2006 after 32 days detention by the local police, was arrested again December 23, 2006.
According to China Aid Association (CAA), Brother Lou Yuanqi was arrested October 20, 2006 for organizing and participating in Christian gatherings in Qingshuihe town, Huocheng County, Yili city, Xinjiang autonomous area.
CAA says :"It is believed that the arrest is to deter the Christians from holding any (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Ex-atheist and Ex-evolutionist Design Board Game

For Immediate Release Contact : Ray Comfort at ray10@livingwaters.com Board game
BELLFLOWER, CA (ANS)??Intelligent Design versus Evolution?is a new board game that was designed by actor Kirk Cameron and best-selling author Ray Comfort, to help fight against the what they maintain is the brainwashing of an entire generation.
Cameron said,?We are very excited about this game because it presents both sides of the creation (...)-Christianity

> en savoir plus


29/12/2006

Forgive Saddam Hussein ?

BAGHDAD, IRAQ (ANS)?As an Assyrian Christian, the indigenous people of Iraq, with family who were terrorized and imprisoned by Saddam Hussein, hate is a mild word when asked how one feels towards Saddam Hussein.
I cannot erase from my memory the terror in our family. The sheer horror when there was an unexpected knock on the door or an unknown telephone call.
The family members and for that matter nearly one million Iraqis he killed and the countless million lives he destroyed.
My (...)-Christianity/

> en savoir plus


29/12/2006

Germany Wants G8 to 'Go Back to its Roots'

Germany takes over the leadership of the G8 presidency next year and says it wants to refocus the group on problems facing of the global economy.
When Group of Eight (G8) leaders gather in the exclusive Baltic seaside resort of Heiligendamm in northeast Germany next June, the host nation will not be seeking to imitate the pop glamour that accompanied the Gleneagles summit during the British G8 presidency in 2005.
"The British have a knack for that sort of thing,"said Bernd Pfaffenbach, (...)-News/

> en savoir plus


29/12/2006

Michèle Alliot-Marie : ''J'ai très envie d'être candidate''

Michèle Alliot-Marie, ministre de la Défense, 60 ans, a renoncéàentrer dans la compétition interne de l'UMP pour 2007, laissant le champ libreàNicolas Sarkozy, mais elle réfléchit néanmoinsàune candidature indépendante.
Cette proche de Jacques Chirac a affirméavoir"très envie"d'une telle candidatureàl'élection présidentielle, dans une interviewàSud Ouestàparaître jeudi.
Michèle Alliot-Marie, ministre française de la Défense, 60 ans, a annoncémercrediàSud Ouest qu'elle ne (...)-France

> en savoir plus


29/12/2006

Retour annoncéde Michael Jackson aux Etats-Unis

Le chanteur Michael Jackson s'est rendu le week-end dernier avec ses trois enfants en jet privéàLas Vegas afin d'y acheter une maison, selon le Las Vegas Review Journal.
Après son séjour au Moyen-Orient et en Europe, le Roi de la Pop souhaite revenir"au sommet du monde de l'amusement", indique le journal. Après son procès pour abus sexuels sur enfants, le chanteur s'était retirédes feux des projecteurs.
Le chanteur américain Michael Jackson serait retournésur les terres de sa (...)-L'Actualitésur le web

> en savoir plus


29/12/2006

Released Christian Leader Re-Arrested on Christmas Eve in Xinjiang ; Christmas Celebration Disrupted in Beijing : Closed House Church Appeals to the Local Government in Anhui Province

XINJIANG, CHINA (ANS)?A house church leader in Xinjiang, who was just released November 26, 2006 after 32 days detention by the local police, was arrested again December 23, 2006.
According to China Aid Association (CAA), Brother Lou Yuanqi was arrested October 20, 2006 for organizing and participating in Christian gatherings in Qingshuihe town, Huocheng County, Yili city, Xinjiang autonomous area.
CAA says :"It is believed that the arrest is to deter the Christians from holding any (...)-Persecuted Christians/

> en savoir plus


29/12/2006

Irak : deux diplomates iraniens libérés

Deux diplomates iraniens détenus par l'armée américaine en Irak ontétélibérés vendredi matin, a annoncéla télévision d'Etat iranienne."Deux des diplomates iraniens quiétaient détenus par les forces américaines ontétérelâchés ce matin en présence du conseilleràla sécuriténationale Mowaffak Roubaïet de l'ambassadeur de l'Iran en Irak"Hasan Kazemi Qomi, indique la télévision.
M. Roubaïa refuséde confirmer l'information."Je ne souhaite pas faire de commentaire sur cela", a-t-il (...)-International

> en savoir plus


29/12/2006

Irak : Saddam Hussein pendu"sans délai"

"Personne ne peut s'opposeràl'exécution"de Saddam Hussein qui sera pendu sans"délai", selon le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki, alors que les avocats de l'ancien président condamnéàmort ontétéinvités par l'armée américaineàvenir chercher ses affaires personnelles.
"Personne ne peut s'opposeràl'exécution"de l'ancien président irakien Saddam Hussein, dont la justice irakienne a confirmémardi la condamnationàmort par pendaison, a affirméle Premier ministre irakien (...)-International

> en savoir plus


29/12/2006

Somalie : situation tendueàMogadiscio

Des centaines de soldatséthiopiens et somaliensétaient stationnés dans Mogadiscio vendredi, au lendemain de la fuite des islamistes et dans l'attente de l'arrivée prévue du Premier ministre Ali Mohamed Gedi dans la capitale somalienne, oùla situationétait calme mais tendue.
Capitale
Des charséthiopiens, plus de 70 camions militaires et des centaines de soldats, essentiellementéthiopiens,étaient positionnés près de l'hôpital de Banadir dans le sud de Mogadiscio, l'ancien quartier (...)-International

> en savoir plus


29/12/2006

Les pèlerins musulmans prient sur le Mont Arafat

Plus de deux millions de pèlerins ont commencé, vendredi,àprier sur le Mont Arafat, près de La Mecque. Il s'agit de l'un des temps forts du hadj, le pèlerinage annuel des musulmans.
Les hommes, vêtus de deux pièces de tissu blanc non cousu qui, selon la tradition, leur serviront de linceul, les femmes, entièrement couvertesàl'exception du visage et des mains, répétaient inlassablement en choeur la formule rituelle.
"Me voici répondantàTon appel, Seigneur, me voici. Tu n'as pas (...)-International

> en savoir plus


08/12/2006

ARABIE SAOUDITE : Condamnation à l'extraction d'un oeil

Puthen Veetil Abdul Latheef Noushad (h), ressortissant indien
ACTION URGENTE
Londres, le 9 décembre 2005
Selon les informations reçues, Puthen Veetil Abdul Latheef Noushad a été condamné à se faire arracher un?il. Cette décision aurait été soumise à une instance supérieure et, si elle est maintenue, la peine pourrait lui être infligée à tout moment.
D'après certaines informations parues dans la presse, cette condamnation est destinée à punir Puthen Veetil Abdul Latheef d'avoir provoqué, en se battant avec un autre (...)

> en savoir plus


08/12/2006

Criminalité et maintien de l'ordre au Brésil : les favelas prises au piège de la violence

Les violences et les actes criminels sont monnaie courante sur tout le territoire brésilien, en particulier dans les centres urbains.
À Rio de Janeiro et São Paulo, les violences se concentrent pour l'essentiel dans les zones socialement exclues, les favelas, qui sont les quartiers les plus pauvres de ces deux mégapoles. Abandonnés par les pouvoirs publics, des femmes, des hommes et des enfants innocents sont pris au piège entre de puissantes bandes criminelles et des forces de police corrompues qui (...)

> en savoir plus


08/12/2006

Ouganda - Un climat très hostile aux personnes LGBT

Les lesbiennes, gays, bisexuel·le·s et transgenres en Ouganda devraient pouvoir parler ouvertement de leur orientation sexuelle sans craindre que cela n'affecte l'exercice de leurs droits humains, y compris le droit de ne pas subir de discrimination. Cependant la discrimination et le harcèlement contre les lesbiennes, gays, bisexuel·le·s et transgenres continuent à être une réalité en Ouganda.
Contexte
En 1999, le Président Yoweri Museveni ordonna à la police?d'arrêter les (...)

> en savoir plus


08/12/2006

Cameroun - Onze hommes détenus pour homosexualité

Onze hommes sont actuellement en détention préventive à la prison centrale de Yaoundé et seraient accusés de « pratique homosexuelle ». Ceci n'est pas un délit reconnu dans le Code Pénal camerounais. Amnesty international considère que ces hommes sont des prisonniers de conscience, détenus seulement en raison de leur orientation sexuelle présumée et appelle à leur libération immédiate et inconditionnelle.
Résumé du cas
Les onze hommes incriminés ont été arrêtés le 22 mai 2005 dans la capitale camerounaise, Yaoundé, par des (...)

> en savoir plus


08/12/2006

Russie : les défenseurs des droits humains menacés et intimidés

La Société pour l'amitié russo-tchétchène est une organisation non gouvernementale qui surveille les violations des droits humains commises en Tchétchénie et dans d'autres régions du Caucase du Nord. Elle diffuse quotidiennement des communiqués de presse sur les « disparitions » et autres graves violations des droits humains.
Cette association est également à l'origine d'initiatives humanitaires visant à aider les personnes touchées par le conflit qui frappe le Caucase du Nord. Elle organise par exemple la (...)

> en savoir plus


08/12/2006

Amnesty International : Détentions secrètes dans la guerre contre le terrorisme

> en savoir plus


08/12/2006

Détentions secrètes dans la « guerre contre le terrorisme »

Imaginez : vous êtes en train de dîner avec votre famille et, tout à coup, vous vous retrouvez cagoulé, menotté et emmené de force. Vos proches ignorent où on vous a conduit. Après un premier interrogatoire, on vous fait monter dans un avion. Il décolle, mais personne ne vous indique sa destination. Quand il atterrit, vous ne savez même pas dans quel pays vous êtes.
On vous met dans une cellule complètement isolée, sans fenêtre, avec un seau en guise de toilettes. La lumière reste allumée vingt-quatre heures sur (...)

> en savoir plus


08/12/2006

MALDIVES : Préoccupations pour la santé - préoccupations d'ordre juridique - prisonnière d'opinion

Jennifer Latheef (f), photojournaliste, 32 ans
ACTION URGENTE
Attention, le n° de fax du Président a changé depuis la mise en ligne de cette action. Voir ci-dessous.
Londres, le 19 octobre 2005
Jennifer Latheef, militante de l'opposition, a été condamnée le 18 octobre à une peine de dix ans d'emprisonnement. Elle a été déclarée coupable de « terrorisme » pour avoir participé en septembre 2003 à une manifestation contre les morts en détention et la répression politique. La jeune femme a été emmenée à bord d'une vedette (...)

> en savoir plus


08/12/2006

Turquie : Ridvan Kizgin fait l'objet d'un harcèlement permanent...

http://www.amnesty.org/images/resou...
Malgré l'adoption récente de réformes législatives et constitutionnelles en Turquie, des représentants des autorités continuent d'harceler et d'intimider les défenseurs des droits humains, dont les activités restent limitées par un très grand nombre de dispositions légales. Par ailleurs, la police turque a souvent recours à une force excessive pour disperser les manifestations.
Comme de nombreux autres défenseurs des droits humains, Ridvan Kizgin, Président de la (...)

> en savoir plus


08/12/2006

Formulaire d'inscription

> en savoir plus


05/12/2006

Note mensuelle sur l'actualitéen matière d'asile (septembre 2006)

Royaume-Uni

- Une nouvelle législation sur l’immigration, l’asile et la nationalité

Le ministère de l’Intérieur britannique a informéle 1er septembre que de nouvelles mesures seraient dorénavant d’application en matière d’immigration, d’asile et de nationalité. Ces mesures«renforcent les frontières et accélèrent le processus de déportation pour lesétrangers constituant une menace pour la sécuriténationale», précise ainsi le communiqué. Dorénavant, cesétrangers pourrontêtre immédiatement expulsés, même s’ils ont introduit une requête en appel de la décision de déportation. Seules les procédures en appel fondées sur les droits de l’homme seront suspensives. Par ailleurs, l’utilisation d’informations biométriques sera renforcée. Enfin, toute personne quittant le pays pour laquelle il existe un doute quantàl’identitéou quantàla validitédu passeport ou du visa pourra dorénavantêtre détenue temporairement par les officiers de l’immigration, le temps d’être interrogée afin de déterminer si elleétait entrée sur le territoire britannique illégalement. (Home Office, 01/09/06)

- Un tribunal empêche l’expulsion de demandeurs d’asile irakiens

Le 5 septembre, un tribunal londonien a accordéun sursis aux expulsions de cinq demandeurs d’asile irakiens, dans l’attente d’un examen judiciaire des appels qu’ils ont introduits. Ces demandeurs d’asile faisaient partie d’un groupe de 32 personnes expulsables pour lesquelles le ministère de l’Intérieur avait affrétéun vol charter. Les autres personnes du groupe n’ont, pour leur part, pas puéviter l’expulsion car elles n’ont pas eu accèsàune représentation légale, a regrettéune porte-parole du Refugee Legal Centre, une association britannique d’aide aux demandeurs d’asile. Notons que le ministère de l’Intérieur a tenuàpréciser que le gouvernement n’expulsait«que ceux qui ne risquent pas de persécution et n’ont pas besoin de protection humanitaire». (AFP, 05/09/06)

- Les Roumains et les Bulgares devront attendre pour accéder au marchédu travail britannique

En 2004, le Royaume-Uni avaitétél’un des rares paysàouvrir sans restriction son marchédu travail aux nouveaux Etats membres de l’UE. Mais avec l’arrivée de quelque 427 000 travailleurs Est-européens, auxquels il faut rajouter les travailleurs indépendants, lesépouses et les enfants, l’enthousiasme britannique a quelque peu faibli. En effet, le gouvernement n’avait anticipél’arrivée que de 15 000 travailleurs immigrés. Le différentiel entre les prévisions et la réalitén’a pas manquéde susciter un vif débat dans le pays. Le discours officiel est donc maintenantàla temporisation pour ce qui concerne les deux pays qui deviendront membres de l’UE au 1er janvier 2007 : la Bulgarie et la Roumanie.«Les migrations ont dans l’ensemble un effet positif, mais elles doiventêtre contrôlées», déclare-t-onàprésent au sein du gouvernement. Le pays a«grandement bénéficiédu travail des immigrants des pays nouveaux entrants, mais il est normal qu’il prenne le temps de réfléchir sur ses expériences antérieures, et débatte de comment et quand accueillir»les nouveaux membres, précise-t-on encore. Le gouvernement a dès lors annoncéle 26 septembre qu’il n’accorderait qu’un«accès très progressif»aux ressortissants roumains et bulgares. Liam Byrne, secrétaire d’Etat britanniqueàl’immigration, a indiquéqu’ilétudiait d’ores et déjàle type de contrôleàmettre en place afin de pouvoir en rapporter au parlement dès la mi-octobre. (Le Figaro, 13/09/06 ; Tageblatt, 20/09/06 ; AFP, 26/09/06)

France

- Sarkozy obtient un accord avec le Sénégal sur l’immigration

Un premier tour de discussions a eu lieuàParis, fin août - début septembre, entre Nicolas Sarkozy, le ministre français de l’Intérieur, et Ousmane Ngom, son homologue sénégalais, afin de discuter d’une«gestion concertée des flux migratoires»franco-sénégalaise. Un autre devait suivreàDakar, début octobre, afin de finaliser un accord entre les deux pays. Il a finalementétéavancéau 23 septembre, afin de devancer la visite de Ségolène Royal dans son pays de naissance, deux jours plus tard. Le premier accord«sur une politique d’immigration concertée»entre la France et le Sénégal a doncétésignéavec un peu d’avance. Sur le plan de la mobilité, il prévoit la délivrance de visas de circulation aux hommes d’affaires, intellectuels, avocats, artistes…pour une durée de maximum trois mois par semestre pendant une période de unàcinq ans. Au niveau du contrôle de l’immigration illégale, les deux pays ont convenu d’«organiser conjointement le retour de leurs ressortissants en situation irrégulière». En outre, les forces françaises recueilleront«des informations susceptibles de contribueràla surveillance des côtes sénégalaises». Enfin, au volet«co-développement», M. Sarkozy a promis une aide de 2,5 millions d’euros au Sénégal, destinéeà«accompagner la création d’activités productives»dans le pays, notamment pour tenter de dissuader les jeunes de partir vers l’Europe.

Lors de sa visite au Sénégal, Ségolène Royal n’a pas manquéde critiquer certains points de l’accord. En effet, si elle juge qu’il comporte«des points positifs», elle n’en n’estime pas moins que les fonds promis par M. Sarkozy pour aider au développement du Sénégal sont médiocres et«bien moindres»que ceux engagés par l’Espagne. D’une manière générale, elle préfère mettre l’accent sur le co-développement, précise-t-elle encore. Quantàcertains quotidiens sénégalais, ils ontégalement dénoncél’accord comme«ouvrant la voie aux charters»d’immigrés illégaux et rouvrant«les hostilités contre les sans-papiers sénégalais». (Le Quotidien (Sénégal), 02/0/06 ; AFP, 07, 24 et 25/09/06 ; AP, 22/09/06 ; Le Monde, 26 et 27/09/06)

- Un Malien de deux ans placé, ses parents sans-papiers en rétention

Après avoirétéévacuéde l’ancien squat de Cachan au mois d’août, un couple de Maliens aétéinterpelléle 1er septembre et placéavec son fils de deux ans en rétention au centre de Mesnil-Amelot. Comme ce centre n’est paséquipépour recevoir des enfants, le petit Malien aétéséparéde ses parents et placédans un foyer d’aide socialeàl’enfance, a dénoncéle 5 septembre le Réseauéducation sans frontières (RESF). Le soir-même, le ministre français de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, décidait d’accorder une autorisation de séjourtemporaire«àtitre humanitaire»àla famille, en raison de l’état de santédu jeune enfant. Le ministre a ainsi préciséque celui-ciétait«d’une exceptionnelle gravité».«Dès lors qu’il n’est pas envisageable de séparer la famille, il est préférable d’autoriser M. et Mme Doumbiaàséjourner en France, aux côtés de leur enfant, pendant toute la durée nécessaire aux soins de celui-ci», a donc conclu le ministre. (AP, 05/09/06 ; Nouvel Observateur, 05/09/06)

- Seuls 6 924 parents clandestins d’enfants scolarisés seront régularisés

Le 18 septembre, Nicolas Sarkozy a annoncéque seuls 6 924 parents sans-papiers d’enfants scolarisés (sur les quelque 30 000 demandes) seraient régularisés dans le cadre de la circulaire qu’il avaitédictée au mois de juin (voir la note du mois de juin). Il a par ailleurs affirméque ce chiffreétait«définitif»et qu’on en revenaitàprésentà«la procédure dite normale», alors même que des rendez-vous ontétépris dans les préfectures jusqu’en octobre, s’indigne le RESF. Même s’il est«évident»que toutes les personnes refusées ne seront pas expulsées, selon le médiateur désigné, Arno Klarsfeld, il n’en demeure pas moins que le nombre limitéde régularisations fait penseràun«quota»préétabli au départ et que les préfectures ontétépriées de ne pas dépasser, estiment de nombreuses associations et personnalités. Celles-ci jugent dès lors que c’est l’arbitraire qui a prévalu pour départager les candidats, et non pas les critèresénoncés dans la circulaire. On peut en effet s’interroger lorsqu’on constate que presque toutes les réponses arrivées depuis la mi-août sont négatives…Mais le RESF, les associations et les collectifs de soutien n’entendent pas pour autant en rester làet ont d’ores et déjàorganiséplusieurs manifestationsàtravers tout le pays. (AFP, 18/09/06 ; Le Monde, 18, 19 et 20/09/06 ; AP, 19 et 27/09/06 ; Reuters, 20/09/06)

- Trois agents de police jugés pour la mort d’un immigrant lors de son expulsion

Trois policiers de la Police aux frontières (PAF) de l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulles ont comparu le 28 septembre devant le tribunal correctionnel de Bobigny. Ils sont accusés d’avoir involontairement causéla mort de Getu Hagos Mariame, un jeune africain de 24 ans, lors de son expulsion en janvier 2003. Afin de maintenir tranquille le jeune homme qui opposait«une très forte résistance», les trois agents l’avaient forcéàreplier la tête sur le cou et le thorax, puis l’avaient maintenu dans cette position en exerçant une forte pression sur lui. Il a alors fait un malaise et est mort quelques jours plus tardàl’hôpital. L’autopsie a concluàun arrêt cardio-respiratoire dûàun arrêt de l’irrigation du cerveau. Le procureur de la République de Bobigny a requis l’emprisonnement avec sursis contre deux des agents de police, et la relaxe du troisième. Le jugement aétémis en délibéréle 23 novembre. (AFP, 28/09/06)

L’Espagne durcit le ton face aux immigrants qui arrivent sur ses côtes

Face aux arrivées importantes et continues d’immigrants clandestins sur les côtes espagnoles (le chiffre de 20 000 arrivées estàprésent dépassé, soit plus du double du record annuel de 2002), nous avons pu assister au court du mois de septembreàun changement de ton de la part de Madrid. Ainsi, le chef du gouvernement, JoséLuis Rodriguez Zapatero, a averti que l’Espagne«n’accepte pas et n’acceptera pas l’immigration clandestine ou illégale parce que ce n’est pas une immigration, mais une fraude contre les immigrés, les travailleurs, et bien entendu, contre ce que doiventêtre nos règles de vie en commun». De même, la vice-présidente du gouvernement, Maria Teresa Fernandez de La Vega, a déclarélors de la conférence bi-annuelle des ambassadeurs espagnols qu’ilétait«nécessaire de faire savoir aux pays d’origine desémigrants qui arrivent sur nos côtes que nous n’allons pas tolérer qu’ils continuent», avant de poursuivre :«toute personne entrant illégalement en Espagne, tôt ou tard, quittera l’Espagne. Ceux qui arrivent doivent le savoir, autant que leurs gouvernements». Elle faisait ainsi allusion aux accords bilatéraux et régionaux qui prévoient normalement de rapatrier les immigrants illégaux dans leur pays d’origine. Mais la plupart des pays d’origine refusent de signer de tels accords ou de les respecter. En outre, il n’est pas toujours aiséd’identifier avec certitude la nationalitédes clandestins. Ceux-ci sont donc remis en libertéaprès une période de détention de 40 jours avec un simple ordre de quitter le territoire, qui n’est jamais appliqué.

Pour remédier (au moins partiellement)àcetétat de choses, l’Espagne faisait pression sur le Sénégal depuis plusieurs mois pour qu’il accepte enfin le rapatriement de ses ressortissants illégaux présents sur le territoire. Après un premier essai fort critiquéàla fin du mois de mai (voir la note du mois de juin) et quelques retards ce mois-ci, ce sont finalement 1 117 clandestins qui ontétérapatriés vers le Sénégal entre le 13 et le 28 septembre. De même, des rapatriements sontégalement réalisés régulièrement vers le Maroc, la Mauritanie et le Mali, a annoncéJesus Caldera, ministre du Travail et des Affaires sociales, le 14 septembre. (Le Soir, 03/09/06 ; AFP, 04, 11, 14 et 28/09/06 ; Le Monde, 07, 12/ et 1309/06 ; Reuters, 09, 13 et 14/09/06 ; AP, 13/09/06 ; La Libre Belgique, 13/09/06 ; Nouvel Observateur, 17/09/06)

Le rapport du UNFPA analyse la migration féminine

Le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) a rendu public le 6 septembre son rapport annuel sur l’état de la population mondiale. Intitulé«Vers l’espoir : les femmes et la migration internationale», le rapport analyse la migration féminine dans ses différents aspects. Ainsi apprend-on qu’en 2005, le nombre de migrants a atteint 191 millions de personnes dans le monde, dont près de 95 millions de femmes. Il s’agit essentiellement d’uneémigration de travail, mais le travail des femmes«est tellement insérédans la sociétéqu’il passe pratiquement inaperçu», souligne le rapport. Néanmoins, l’envoi de fonds par les migrantesàleurs proches restés au pays d’origine est très important. Celles-ci envoient d’ailleurs une part proportionnellement plus importante de leur salaire au pays que les migrants masculins. S’il ya de plus en plus de migrantes diplômées, les secteurs d’activitéles plus importants restent l’habillement, le textile et, surtout, le travail domestique. Or ce dernier secteur est rarement couvert par les législations du travail : les femmes qui y sont employées sont donc généralement mal protégées. D’une manière générale, le rapport de l’UNFPA pointe la vulnérabilitédes migrantesàla traite,àl’exploitation et aux mauvais traitements. Il dénonce ainsi les conséquences de«l’industrie du sexe», maiségalement des mariages arrangés ou forcés. (Le Figaro, 06/09/06 ; Le Monde, 06/09/06, La Libre Belgique 07/09/06 et le Vif/L’Express, 08/09/06)

La Grèce, la Turquie, l’Iran et le Pakistan parlent de l’immigration illégale et du trafic d’êtres humains

Les 5 et 6 septembre, s’est tenueàIslamabad la première réunion du groupe de travail de la Commission quadrilatérale (réunissant la Grèce, la Turquie, l’Iran et le Pakistan) sur l’immigration illégale et le trafic d’êtres humains. Elle avait pour but de renforcer et d’améliorer les politiques existantes, d’établir un système efficace de partage des informations entre les pays concernés et de promouvoir des consultations régulières afin de développer des stratégies et des plans d’action pour combattre le crime organisé. Ainsi, il aétédécidéque les pays tiendraientàjour une base de données des trafiquants d’êtres humains dans le but de les arrêter et de les poursuivre en justice. Les pays participants ontégalement convenu de présenter uneétude sur l’immigration illégale et le trafic d’êtres humains, les facteurs qui en sont la cause et les pays de transit et de destination lors de la prochaine réunion de travail. Laquelle devrait se tenir en Iranàla mi-2007, ont décidéles quatre pays. (Daily Times (Pakistan), 06 et 08/09/06)

Les lois sur l’asile et sur lesétrangers sont acceptées lors d’une votation en Suisse

Bien qu’elles aient déjàétévotées par le parlement suisse l’année passée, de nouvelles lois bien plus restrictives sur l’asile et sur lesétrangers (ainsi qu’une proposition relative au financement de l’assurance-vieillesse)étaient soumisesàvotation le 24 septembre, en Suisse, suiteàla demande de ses opposants. Malgréune importante campagne pour le«2 x non !», ces deux lois sont passéesàuneécrasante majoritéde respectivement 67,75% et 67,96% des votants, calculésà48,2% de la population. La loi sur l’asile prévoit notamment de durcir les conditions d’entrée dans le pays. En effet, il faudra dorénavant présenter des papiers d’identitédans les 48h sous peine d’être frappéd’une non-entrée en matière (NEM). En outre, l’aide sociale aux requérants déboutés est supprimée. Seule une aide d’urgence sera octroyée. Enfin, les données personnelles des demandeurs d’asile pourront dorénavantêtre transmises aux autorités du pays d’origine avant même la reconnaissanceéventuelle du statut de réfugiés. La nouvelle loi sur lesétrangers vise quantàelleàlimiter l’immigration extra-européenne aux travailleurs qualifiés. Par ailleurs, elle prévoit de doubleràdeux ans la durée de détention d’unétranger en vue de son refoulement. En outre, l’obtention d’un permis d’établissement de longue durée (permis C) après dix ans de séjour ne sera plus automatique. Enfin, lesétrangers qui souhaitent résider en Suisse plus d’un an pourrontêtre obligés de suivre des cours de langue ou d’intégration.

Plusieurs personnalités et partis politiques, ainsi que des associations de défense des droits des migrants et des droits de l’homme avaient cependant mis en garde contre les conséquences de l’adoption de ces lois. Ainsi, dès le début du mois, Amnesty International (AI) avait fait part de ses craintes de voir se généraliser le nombre de personnes arrêtées et emprisonnées dans leur pays après avoirétéexpulsées de Suisse, faute d’une procédure d’asile complète et sérieuse qui puisse leur reconnaître la qualitéde réfugié. L’organisation de défense des droits humains rappelle d’ailleurs que la plupart des cas qui se sont déjàproduits«ontétéreconnus comme réfugiésàl’issue d’une deuxième procédure d’asile, après leur retour en Suisse». Pour sa part, le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR)étaitégalement intervenu dans le débat pour s’opposeràla disposition qui prévoit le rejet sans examen des demandes des personnes dépourvues de papiers d’identité. L’agence de l’ONU rappelle en effet que c’est le cas de beaucoup de demandeurs d’asile car ils n’ont souvent pas la possibilitéd’obtenir de tels papiers avant de fuir.

Au vu des résultats de la votation, les différentes organisations, personnalités et Eglises qui s’étaient opposées aux lois ont rapidement dûreconnaître leur défaite. Elles ont par contre promis de veiller au grain et de vérifier que le gouvernement respecterait bien les engagements prisàappliquer humainement la nouvelle réglementation. La section suisse d’AI, notamment, a fait une déclaration en ce sens. Avant d’ajouter que«les coalitions mises sur pied […] continueraient un travail en profondeur pour développer une véritable culture des droits humains et d’une ouvertureàla diversitéculturelle dans le pays». (Keystone, 07/09/06 ; Association européenne des droits de l’homme, 18/09/06 ; Tageblatt, 21 et 25/09/06 ; TSR, 23/09/06 ; AI Suisse, 24/09/06 ; Le Matin (Suisse), 24/09/06 ; Reuters, 24/09/06)

Etats-Unis

- Echec de la réforme sur l’immigration

Au mois de mai, le Sénat avait votéune réforme de l’immigration prévoyant notamment la régularisation de millions d’immigrés clandestins vivant sur le territoire américain (voir la note du mois de mai). Celle-ci ne sera pas appliquée. En effet, le 7 septembre, Dennis Hastert, le président de la Chambre des représentants, a annoncéque le Congrès«ne pouvait pas soutenir le projet de loi d’amnistie du Sénat». Il a ainsi préciséque«la sécuritédes frontières est l’une des principales priorités des républicains de la Chambre des représentants». Or, selon lui, le projet de loi du Sénat«ne sécuriserait pas les frontières : il les effacerait». (AFP, 07/09/06)

- Les Etats-Unis vont renforcer leurs frontières

A l’approche du scrutin de mi-mandat, en novembre, les représentants de la Chambre sont visiblement soucieux de montreràleursélecteurs qu’ils peuvent se montrer fermes en matière d’immigration. Le 14 septembre, ils ontànouveau votéen faveur de la construction d’un mur de plus de mille kilomètres le long de la frontière avec le Mexique (qui en compte 3 200), assorti de moyensélectroniques et aériens. Le 29 septembre, le Sénat a,àson tour, votéen faveur de cette mesure. La veille, le Département mexicain des Relations extérieures avait pourtant mis en garde les Etats-Unis contre ce projet, qui«augmentera les tensions entre communautésàla frontière».«Ces mesures seront néfastes aux relations bilatérales. Elles sont contre l’esprit de coopération nécessaireàla garantie de la sécuritésur la frontière commune», a encore estiméla diplomatie mexicaine.

En parallèleàce mur«physique», les Etats-Unis vontégalement construire une«barrière virtuelle»de 1 800 tourséquipées de caméras et de détecteurs le long de leurs frontières avec le Mexique et le Canada. Le 21 septembre, le secrétaireàla Sécuritéintérieure, Michael Chertoff, a annoncéque son département avait attribuéle contrat au groupe aéronautique et de défense américain Boeing. La phase initiale du projet est dotée d’un budget de 67 millions de dollars et elle débutera dans la région de Tucson (Arizona), point d’entrée important pour les immigrants illégaux. (Presse Canadienne, 14/09/06 ; AFP, 21/09/06 ; AP, 29/09/06 ; Radio-Canada, 30/09/06)

Union européenne

- Sarkozy monopolise une réunion des nations méditerranéennes de l’UE sur l’immigration

La vice-présidente du gouvernement espagnol, Maria Teresa Fernandez de La Vega a annoncéle 1er septembre que son pays accueillerait ce mois-ci une réunion interministérielle des huit nations méditerranéennes de l’Union européenne (UE), consacréeàl’immigration clandestine. Le but de cette réunion qui s’est tenue le 29 septembre devaitêtre d’appeleràla solidaritéeuropéenne et d’élaborer une proposition globale de contrôle des frontières maritimes au sud de l’Europe, qui auraitétéprésentée au Conseil européen d’octobre,àLahti (Finlande). L’agenda a finalementétéquelque peu monopolisépar Nicolas Sarkozy qui a appeléses partenairesàl’adoption d’un«pacte européen d’immigration»qui comporterait«les grands principes d’une politique commune que les Etats membres s’engageraient formellementàrespecter». Il prône ainsi notamment«l’interdictionàl’avenir de toute mesure de régularisation massive ou des régularisations de plein droit». Le ministre français de l’Intérieur proposeégalement de«fusionner les politiques nationales en une seule politique européenne»et se positionne pour la création rapide d’un«Office européen de l’asile». (Reuters, 01/09/06 ; AP, 25 et 28/09/06 ; Agence Europe, 26/09/06 ; Nouvel Observateur, 28/09/06)

- Le Conseil Affaires intérieures et Justice de Tampere se solde par unéchec

Malgréles appels répétés de la Commission européenne aux divers Etats membres de l’UE pour qu’ils acceptent de partager le poidsàla fois financier et logistique de la lutte contre l’immigration avec les pays qui y sont le plus confrontés, force est de constater que les réponses ontétéplus que mitigées. Ainsi, les ministres des Affaires intérieures et de la Justice des Etats membres de l’UE, réunisàTampere du 20 au 22 septembre, ne sont pas parvenusàdégager une position commune en matière d’immigration. L’Espagne, notamment, a fait l’objet de nombreuses critiques de la part de ses partenaires européens, pour avoir régulariser en 2005 quelque 580 000 clandestins vivant sur son territoire sans les consulter au préalable. Nicolas Sarkozy a ainsi prévenu :«Que les Etats qui se sont livrésàdes régularisations massives, sans demander l’autorisation ou même l’avis de leurs partenaires, ne se plaignent pas d’être aujourd’hui en première ligne des flots d’immigration clandestins massifs». L’Allemagne aégalement prévenu qu’il ne fallait pas attendre de solidaritéfinancière de sa part, rappelant qu’elle-même n’en n’avait pas obtenu lorsqu’elle avait massivement accueilli des réfugiés yougoslaves dans les années 90. D’une manière plus générale, les 25 ne sont pas parvenusàse mettre d’accord sur l’abolition de la règle de l’unanimitédans les matières de coopération policière et judiciaire et de gestion de l’immigration. A noter qu’AI avait saisi cette occasion pour demanderàl’Union européenne de rendre irréprochable au niveau des droits humains le Programme quinquennal de La Haye pour une meilleure coopération européenne dans le domaine de la Justice et des Affaires intérieures. (Agence Europe, 07, 18, 21/09/06 ; Reuters, 08 et 21/09/06 ; AP, 21 et 27/09/06 ; Tageblatt, 23/09/06)

- Les nouveaux membres n’entreront pas dans Schengen en octobre 2007

Les dix nouveaux pays membres de l’UE n’entreront pas dans l’espace de libre circulation Schengen en octobre 2007, comme c’était initialement prévu. C’est ce qu’a confirméJonathan Faull, le directeur général de la direction Justice, Libertéet Sécurité, le 15 septembre.Des retards techniques et juridiques dans la mise en place de la nouvelle banque de données SIS II (système d’information Schengen), qui recense notamment les personnes recherchées, sont en cause. Un report d’un an, voire deux est jugéprobable avant la suppression des contrôles aux frontières, même si aucun responsable européen ne s’est jusqu’àprésent prononcésur un nouveau calendrier. Celui-ci devraitêtre déterminédébut octobre, lors d’une nouvelle réunion des ministres européens de la Justice et de l’Intérieur. Toutefois, M. Faull a d’ores et déjàaverti que la mise en place du SIS II ne suffirait pasàautoriser la suppression des contrôles aux frontières : il faudraégalement que chacun des nouveaux Etats membres remplisse les autres critères préalables, notamment quantàla surveillance de ses frontières extérieures.

Plusieurs chefs d’Etat des pays concernés ont fait part de leur«désapprobation»et de leurs craintes de«discrimination»àl’annonce de la perspective de ce délai. Il semblerait cependant que le retard soit en partie dûàdes lenteurs dans les nouveaux Etats membres eux-mêmes. Toutefois, le retard est vraisemblablement aussi de nature politique. En effet, plusieurs pays déjàmembres souhaitent ménager leur population, inquiète d’une ouverture totale des frontières aux nouveaux Etats membres. (Reuters, 13/09/06 ; Le Monde, 17/09/06 ; Agence Europe, 21/09/06)

- Première réunion de travail d’un groupe de commissaires sur l’immigration

Pas moins de sept commissaires en charge de matières en relation avec l’immigration ont participéàune première réunion de travail le 19 septembre,àProfondval (Wallonie). Décidéeàla fin du mois d’août (voir la note du mois d’août) et coordonnée par le commissaireàla Justice, la Libertéet la Sécurité, Franco Frattini, cette réunion avait pour but de dégager des pistes de réponses aux problèmes causés par l’arrivée d’immigrants aux frontières sud de l’UE. Il a principalementétédiscutédes différentes mesures prises au niveau de chaque département et de la manière de les coordonner. Les commissaires ontégalement démontréleur volontéd’optimiser l’utilisation des moyens financiers déjàexistants pour lutter plus efficacement contre l’immigration clandestine. (Agence Europe, 18/09/06 ; CE, 20/09/06)

- Le Parlement européen adopte une résolution sur l’immigration

Le 28 septembre, quelques joursàpeine après l’échec du sommet de Tampere, le Parlement européen a adoptéune résolution des groupes PSE, ADLE, Verts/ALE et GUE/NGL qui plaide pour une approche cohérente de l'UE en matière d'immigration. Cette résolution, adoptée par 295 voix pour, 271 contre et 14 abstentions, regrette que le Conseil ait décidéde maintenir le voteàl'unanimitéainsi que la procédure de consultation pour toutes les questions relativesàl'immigration légale, au lieu de s’engager dans la voie d’une politique commune d’immigration. Elle soutientégalement qu’une politique cohérente d’immigration doit tenir compte des facteurs d’incitation qui poussent certaines personnesàquitter leur pays et doitêtre accompagnée d’une politique d’intégration. Le Parlement aégalement fait part de son avis en ce qui concerne la lutte contre l'immigration clandestine et la gestion des frontières : pour lui,«il devient urgent d'adopter une directive communautaireéquitable sur le retour». En effet, il estime«la régularisation massive des immigrants clandestins n'est pas une solutionàlong terme». (PE, 27 et /09/06)

Pays-Bas

- La justice se durcit pour lesétrangers

L’arsenal de répressionàl’égard desétrangers vient de monter d’un cran aux Pays-Bas. Selon les mesures qui vontêtre adoptées aujourd’hui en Conseil des ministres sur proposition du ministre de l’immigration Rita Verdonk, les expulsions vont devenir monnaie courante pour tous lesétrangers commettant la moindre infraction.

Enéchoàces mesures, uneétude de l’universitéde Tilburg vient d’épingler nombre de pays européens, dont les Pays-Bas, pour leur traitement discriminatoire vis-à-vis des prisonniersétrangers et des illégaux sans papiers :«La politique des Pays-Bas envers les illégaux est uniquement axée sur la peur, l’exclusion et l’expulsion»explique Anton van Kalmthout, docteur en droit de l’universitéde Tilburg. Concrètement, les Pays-Bas sont montrés du doigt pour leurs sites de détention précaires destinés aux illégaux,àl’instar de ces prisons flottantes récemment mises en place dans le port de Rotterdam. N’étant pas prévus pour de longs séjours, ces centres placés sous la tutelle directe du ministère de la Justiceéchappentàtout contrôle, dénonce l’étude (Le Soir, 15/09/06)

- Rapport d’enquête sur l’incendie du centre de détention temporaireàSchipol

Onze migrants en situation irrégulière avaient trouvéla mort et quinze autres personnes avaientétéblessées dans l’incendie survenu au centre de détention temporaire de l’aéroport de Schipol (Amsterdam), la nuit du 26 au 27 octobre 2005. L’Onderzoeksraad voor Veiligheid des Pays-Bas a publiéle 21 septembre dernier son rapport relatifàcet incendie. Il y confirme les conclusions des rapports précédents sur le manque de sécuritédes conditions de détention et sur l’insuffisance de la mise en?uvre des recommandations de sécurité, de la formation des gardiens et de leur réaction faceàl’incendie. Ainsi, il n’existait pas de plan d’évacuationàgrandeéchelle et les détenusévacués du bâtiment ontétémal enregistrés. En outre, les soins médicaux, particulièrement pour les personnessouffrant de problèmes respiratoires, se sont révélés insuffisants. Enfin, les détenus transférés vers d’autres centres ontéprouvédes difficultésàcommuniquer avec le monde extérieur, et notamment avec leurs familles et leurs avocats. Si AI se félicite de la publication de ce rapport, l’organisation n’en rappelle pas moins que, bien qu’elle ait réclaméàl’époque la suspension des expulsions des survivants de l’incendie dans l’attente des résultats de l’enquête, force aétéde constater que des dizaines de migrants en situation irrégulière ontétéexpulsés des Pays-Bas ; pour certains quelques jours seulement après l’incendie. (AI, 21/09/06)

Une nouvelle vague de déplacement massif estàcraindre au Darfour

Le 8 septembre, le HCR a déclaréque la dégradation de la situation au Darfour faisait craindre une nouvelle vague de déplacement massif susceptible de déstabiliser la région entière et d’entraîner une catastrophe humanitaire majeure. Le Haut commissaire aux réfugiés, Antonio Guterres, aégalement rappeléque les agences humanitaireséprouvaient déjàd’énormes difficultésàvenir en aide aux deux millions de personnes déplacéesàl’intérieur du Darfour et aux 200 000 réfugiés installés dans douze camps du HCRàla frontière du Tchad, en raison de l’insécuritéambiante et de la raréfaction des ressources. Or le déploiement de milliers de soldats soudanais dans la région ces dernières semaines fait craindre une offensive militaire majeure dont la conséquence serait une nouvelle vague de déplacement, selon le HCR.«Cette situation qui s’aggrave pourrait avoir des conséquences graves sur le reste de la région», analyse ainsi l’agence onusienne ; que ce soit dans les camps de réfugiésàla frontière du Tchad ou dans le nord du Centrafrique, que 46 000 ressortissants ont déjàquittépour se réfugier dans des camps tchadiens. Réagissantàl'accord donnépar le gouvernement soudanaisàune prolongation du mandat de la mission de maintien de la paix de l'Union africaine (UA) au Soudan, le 21 septembre, AI a, pour sa part, déclaréque cela constituait un premier pas en vue de la protection des civils au Darfour, mais que le déploiement de forces de maintien de la paix des Nations unies devrait suivre. (Xinhua, 08/09/06 ; AI, 21/09/06)

Tensions xénophobes en Carélie

Depuis plusieurs semaines, la petite ville de Kondopoga, dans le nord-ouest de la Russie, est en proieàde vives tensions xénophobes, signes d’un nationalisme présent dans tout le pays. A la fin du mois d’août, une bagarre de caféa opposé«Caucasiens»et«population russe», faisant deux morts et plusieurs blessés. Quelques jours plus tard, un meeting rassemblant un grand nombre de militants nationalistes a dégénéréen chasse aux Caucasiens dans la ville. Des commerces ontétéincendiés ou pillés et des familles ont dûfuir. Depuis, les manifestations se succèdent. A Saint-Pétersbourg, une marche du même type a ressembléle 23 septembre plusieurs centaines de manifestantsàl’appel du«Mouvement contre les migrations illégales», un groupuscule xénophobe proslave. La manifestation avaitétéautorisée par les autorités. (Libération, 08/09/06 ; L’Humanité, 26/09/06)

«Le Conseil de l’Europe devrait empêcher les détentions secrètes, les disparitions et les restitutions»

Le 7 septembre, Terry Davis, Secrétaire général du Conseil des ministres du Conseil de l’Europe, a proposéun ensemble de normes destinéesàempêcher les détentions secrètes, les disparitions et les«restitutions»opérées au nom de la«guerre au terrorisme». Ces normes visentàs’assurer que des pratiques illégales n’ont pas court en Europe ou avec l’aide de l’Europe et que leurs responsables ne pourront plus opérer en toute impunité. Elles prévoient notamment un meilleur contrôle des activités des services secrets nationaux etétrangers sur le territoire des Etats membres, un meilleur contrôle du trafic aérien dans les Etats européens et la fin de l’impunitépour les responsables de graves atteintes aux droits de l’homme. Amnesty International (AI) soutient l’initiative du Secrétaire général et exhorte le Conseil des ministresàmettre en place un processus transparent d’élaboration des normesainsi proposées. L’organisation de défense des droits de l’homme demandeégalement aux pays membres du Conseil de l’Europe de mettre fin aux pratiques des«restitutions»extra-judiciaires, des détentions arbitraires et des renvois forcés vers des pays oùde graves violations des droits humains sontàcraindre ; de rendre responsables de leurs actes les agences de renseignement ; d’accorder une réparation aux victimes des violations et de coopérer pleinementàtoute enquête sur les«restitutions»et les détentions secrètes. Vous pouvez lireàce sujet les rapports d’AI :«Hors de portée des radars : vols secrets, torture et«disparition»»http://web.amnesty.org/library/Inde...et«Partenaires dans le crime : le rôle de l’Europe dans les«restitutions»des Etats-Unis»http://web.amnesty.org/library/inde...(AI, 12/09/06)

Un rapport de HRW dénonce les violations des droits des migrants en Libye

L’organisation Human Rights Watch (HRW) a rendu public le 13 septembre un rapport intitulé“Stemming the Flow : Abuses Against Migrants, Asylum Seekers and Refugees”. Elle y dénonce les mauvais traitements (arrestations arbitraires, passagesàtabac, violences sexuelles ; mais aussi harcèlement et agressions de la part de la population) infligés en Libye aux migrants en situation irrégulière. En outre, ces migrants seraient régulièrement refoulés vers des pays oùils risquent des persécutions ou la torture. En effet, n’ayant pas signéla Convention de Genève de 1951 relative aux réfugiés, les autorités libyennes ne cherchent pasàidentifier les réfugiés et autres personnes qui nécessiteraient une protection internationale. Elles se contentent d’affirmer qu’il s’agit de migrantséconomiques.

Dans son rapport, HRW critiqueégalement l’UE, actuellement en négociations avec Tripoli quantàla mise sur pieds de patrouilles navales conjointes, mais qui ne fait nullement pression sur la Libye pour qu’elle respecte et protège les droits des centaines de milliers d’étrangers présents dans le pays.«Plutôt que d’aider ces personnesàobtenir la protection dont elles ont besoin, l’UE coopère avec Tripoli pour les empêcher de rejoindre l’Europe», dénonce ainsi l’organisation.«Les négociations devraient garantir que les personnes interceptées en mer ne sont pas refoulées sommairement et certainement pas en Libye, car ce n’est pas un pays sûr et il ne peutêtre considérécomme tel par l’Europe», précise encore une responsable de HRW. Le précédent gouvernement italien de Silvio Berlusconi estégalement montrédu doigt. En effet, entre 2004 et 2005, il a rapatriéplus de 2 800 migrants vers la Libye, qui les a ensuite réexpulsés vers leurs pays d’origine, alors que certains d’entre eux nécessitaient une protection internationale. Par contre, la décision du gouvernement actuel de Romano Prodi de ne plus expulser vers des pays n’ayant pas ratifiéla Convention de Genève est saluée dans le rapport. (AP, 13/09/06 ; HRW, 13/09/06)

Dialogue de haut niveau sur l’immigration au siège de l’ONU

Les 14 et 15 septembre, s’est tenu un dialogue de haut niveau rassemblant les représentants de quelque 131 pays au siège de l’ONU afin d’examiner les nombreux défis et bénéfices que représente le phénomène migratoire. Celui-ci concerneàl’heure actuelle près de 20 millions de personnes, soit trois pourcents de la population mondiale. Chaque pays est donc désormais concerné, d’une manière ou d’une autre, a rappeléle Secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan. S’il a reconnu que les migrations internationales présentent des aspects négatifs (trafic d’êtres humains, contrebande, mécontentement social dans les pays d’accueil), il aégalement exhortéles gouvernementsàreconnaître le caractère bénéfique des migrations : notamment les transferts de fonds aux pays d’origine, dont le total dépasse celui de l’ensemble de l’aide internationale au développement, maiségalement les transferts de technologie, de capitaux et de connaissances aux pays d’accueil. M. Annan a toutefoiségalement mis en garde contre le risque de«fuite des cerveaux»que ce phénomène engendre. (AP, 13/09/06 ; ONU, 14/09/06 ; Reuters, 15/09/06)

Les demandes d’asile continuentàbaisser dans les pays industrialisés

Le dernier rapport statistique du Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR), rendu public le 19 septembre, informe que la tendanceàla baisse du nombre de demandes d’asile dans les 36 pays les plus industrialisés se poursuit. En effet, pour les six premiers mois de l’année 2006, seules 134 900 demandes d’asile ontétédéposées en Europe, en Amérique du Nord, en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Japon, ce qui représente une baisse de 14% par rapportàla même période l’année passée. Cela s’explique par l’amélioration des conditions dans certains des principaux pays d’origine des demandeurs d’asile, maiségalement par la mise en place de politiques d’asile de plus en plus restrictives, a expliquéRon Redmond, porte-parole du HCR. L’agence onusienne exprime dès lors sa crainte que la volontédes pays de maintenir au plus bas les demandes d’asile n’aboutisseàce que de véritables réfugiés ne puissent accéderàla protection dont ils ont besoin. (UNHCR, 19/09/06 ; Nouvel Observateur, 20/09/06)

Irène Khan exhorte la Grèceàprotéger les droits des plus vulnérables

Lors d’une visite en Grèce le 21 septembre, la secrétaire générale d’AI, Irène Khan, a appeléles autorités grecquesàprotéger pleinement les droits des personnes les plus vulnérables aux atteintes aux droits de l’homme, parmi lesquels les demandeurs d’asile et les migrants. A titre d’exemple, selon les informations dont dispose l’organisation, certains d’entre eux sont détenus dans des conditions effroyables qui s’apparententàdes traitements cruels et inhumains. D’une manière générale, Mme Khan a appeléles autoritésàmettre en place des procédures efficaces de traitement des demandes d’asile et de réexamen indépendant des dossiers en cas de rejet de ces demandes. Des services d’aide juridique devraientégalementêtre mis en place pour soutenir les demandeurs d’asile dans leurs démarches. Par ailleurs, la secrétaire générale d’AI a appeléla Grèceàne pas permettre que les droits humains soient bafoués au nom de la sécurité. En effet, il semblerait que la Grèce ait autorisédes avions de la CIAàfaire escale dans le pays dans le cadre du programme américain de transferts secrets de détenus vers des pays oùils risquent la torture ou d’autres violations graves des droits de l’homme. (AI, 21/09/06)

Plus de 5 000 Somaliens ont encore fui vers le Kenya en septembre

Le 29 septembre, le HCR a informéque de 200à300 réfugiés somaliens arrivaient chaque jour dans le nord-est du Kenya pour fuir les combats sévissant au sud et dans le centre de leur pays. Ils sont ainsi quelque 25 000àavoir fui depuis le début de l’année, et 5 000 pour le seul mois de septembre. Selon le HCR, plus de 60% des réfugiés arrivés ces derniers mois sont des jeunes gens de moins de 18 ans et des femmes. Les réfugiés arrivant au Kenya sont emmenésàDadaab, un complexe de trois camps qui accueillent déjà134 000 réfugiés, pour la plupart somaliens. Pour faire faceàces nouvelles arrivées, le HCR a enfin reçu de nouveaux stocks de vivres et d’équipement domestique. En outre, il disposera bientôt du matériel nécessaire pour construire un nouveau centre de réception des nouveaux arrivantsàLiboi. Il compteégalement agrandir les trois camps déjàexistants, mais il manque par contre toujours cruellement de vêtements. De son côté, l’Union africaine (UA) a approuvél’envoi de soldats de maintien de la paix dans la région. (Courrier International, 28/09/06 ; HCR, 29/09/06)

> en savoir plus


05/12/2006

La réforme de la procédure d'asile

Deux nouvelles lois modifiant la procédure d’asile belge sont publiées au Moniteur belge au début du mois d’octobre 2006.

1) Loi modifiant la loi du 15 décembre 1980 sur l’accès, le séjour, l’établissement et l’éloignement desétrangers (MLE)

2) Loi réformant le Conseil d’État et créant un Conseil du contentieux desétrangers (CCE)

1) Les aspects de la réforme :

Les aspects principaux :

  • la réforme de la procédure d’asile
  • l’introduction de la protection subsidiaire

Les autres aspects :

  • disposition légale pour les victimes de la traite desêtres humains
  • adaptation/réglementation du regroupement familial
  • adaptation de l’art.9, troisième alinéa (voir le nouvel article 9 bis)
  • procédure d’évaluation des demandes de titre de séjour pour des raisons médicales (voir le nouvel article 9 ter)
  • limitation des compétences de la Commission consultative desétrangers

2) Les instances :

  • Office desétrangers
  • Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides
  • Conseil du contentieux desétrangers
  • Conseil d’état

3) Les trois phases de la réforme :

Les deux textes de loi entrent en vigueur en troisétapes :

1) Le 10 octobre 2006 sont entrées en vigueur les dispositions relativesàla protection subsidiaire ;

2) Le 1er décembre 2006, la procédure fixée pour le Conseil du contentieux desétrangers s’applique aux dossiers pendants devant la Commission permanente de recours des réfugiés ;

3) Finalement, l’entrée en vigueur de la réforme dans son ensemble doit avoir lieu au plus tard un an après la publication de la loi. A l’heure actuelle, la date prévue pour l’entrée en vigueur est le 1er avril 2007 mais il n’est pas exclu que cette date soit reportée.

4) Les grandes lignes de la réforme de la procédure d’asile :

La nouvelle procédure d’asile qui entre en vigueur en avril 2007 ou plus tard modifie les compétences des instances d’asile actuelles, limite les compétences de l’Office desétrangers, remplace le Commission permanente de recours des réfugiés par le Conseil du contentieux desétrangers et supprime la distinction et les phases de recevabilitéet de fond.

a. Office desétrangers (OE)

Selon la nouvelle procédure, l’étranger doit introduire sa demande d’asile auprès de l’OE qui l’enregistre, détermine l’État responsable pour le traitement de la demande d’asile, prend les empreintes digitales et recueille les déclarations du demandeur quantàson identité, son origine, son trajet et ses possibilités de retour. La déclaration, signée par le demandeur, est transmise au CGRA avec l’ensemble du dossier.

L’OE reste en outre compétent pour la détermination de la langue de la procédure et peut décider de refuser de prendre en considération une nouvelle demande si le demandeur d’asile n’apporte pas de nouveauxéléments. Dans ce cas, seul un recours en annulation peutêtre introduit devant le CCE (àpartir d’avril 2007), et jusque là, devant le CE.

L’OE gardeégalement ses compétences en ce qui concerne la détention et la notification d’unéventuel ordre de quitter le territoire.

b. Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA)

Dans la nouvelle procédure le CGRA, instance administrative indépendante, est la seule autoritédotée d’une véritable compétence d’instruction. Le CGRA est compétent pour reconnaître ou refuser la qualitéde réfugiéainsi que pour octroyer ou refuser le statut de protection subsidiaire.

La réforme supprime la distinction entre les phases de recevabilitéet de fond. Par conséquent dans chaque dossier, le CGRA prend une seule décision. Un recours contre cette décision peutêtre introduit devant le CCE.

Lors de son audition, le demandeur est tenu de remettreau CGRA tous les documents d’identitéen sa possession. Le demandeur est tenu de tout mettre en?uvre pour obtenir tous les documents pouvant appuyer son récit.

Pour rappel, dès le 10 octobre 2006, avec l’entrée en vigueur de la protection subsidiaire, le CGRA examine automatiquement toutes les demandes d’asile en prioritédans le cadre dela Convention de Genève et ensuite dans le cadre de la protection subsidiaire.

c. Commission permanente de recours des réfugiés (CPRR)/Conseil du contentieux desétrangers (CCE)

La réforme de la procédure d’asile prévoit la création d’un nouveau Conseil du contentieux desétrangers, la disparition de la Commission permanente de recours des réfugiés et des modifications quant aux possibilités de recours devant le Conseil d’État.

La loi réformant le Conseil d’État et créant le CCE entrera en vigueur en avril 2007 ou plus tard mais de nombreuses dispositions sont déjàd’application depuis la publication de la loi au Moniteur belge au début du mois d’octobre 2006. Le CCE succèdeàla CPRRàpartir d’une date fixée par arrêtéroyal et ceci au plus tard un an après la publication de la loi. A partir de cette date, les recours pendants devant la CPRR deviennent de plein droit pendants devant le CCE.

Le futur CCE est compétent pour confirmer ou réformer la décision du CGRA. Il peut aussi annuler la décision du commissaire général soit pour des raisons d’irrégularités substantielles qui ne peuventêtre réparées par le CCE soit parce qu’il manque deséléments essentiels rendant une décision impossible sans qu’une instruction complémentaire soit menée. Le CCE dispose en outre d’une compétence d’annulation des décisions du CGRA pour les ressortissants de l’Union européenne ou d’un pays candidatàl’adhésion.

La procédure devant le CCE est une procédureécrite. Les parties et leurs avocats peuvent exprimer leurs remarques oralementàl’audience. Cependant, il n’est pas possible d’invoquer d’autres moyens que ceux exposés dans la requête.

La requête devra contenir, entre autres, l’exposédes faits et des moyens invoquésàl’appui du recours. Si le demandeur d’asile invoque de nouveauxéléments, il convient d’indiquer les raisons pour lesquelles ceséléments n’ont pas puêtre communiqués en temps utile au commissaire général aux réfugiés et aux apatrides. Le CCE peut tenir compte de tout nouvelélément qui est portéàsa connaissance par les parties, en ce compris leurs déclarationsàl’audience, aux conditions cumulatives que :

1) ceséléments trouvent un fondement dans le dossier de procédure ;2) qu’ils soient de natureàdémontrer d’une manière certaine le caractère fondéou non fondédu recours ;3) la partie explique d’une manière plausible le fait de ne pas avoir communiquéces nouveauxéléments dans une phase antérieure de la procédure.

Les décisions du Conseil sont uniquement susceptibles de pourvoi en cassation devant leConseil d’État.

Le 10 octobre 2006, les dispositions relativesàla protection subsidiaire sont entrées envigueur pour tous les dossiers pendants devant la CPRR.

Dès le 1er décembre 2006, les dispositions relatives aux compétences du CCE et de laprocédure devant celui-ci s’appliquentàla procédure devant la CPRR.

d. Conseil d’État (CE)

Dans la nouvelle procédure, seul un pourvoi en cassation est possible devant le CE.

Une procédure de filtre est prévue. Ainsi, chaque recours en cassation est immédiatement soumisàune procédure d’admission. Les recours sont déclarés«inadmissibles»si le CE est incompétent ou sans juridiction ou si les recours sont sans objet ou manifestement irrecevables. Les recours en cassation sont déclarés«admissibles»s’ils invoquent une violation de la loi ou d’une règle de forme pour autant que le moyen invoquéne soit pas manifestement non fondéet que la violation soit de natureàentraîner la cassation et influencer la portée de la décision.

Le CE se prononce sur l’admissibilitédu recours dans les huit jours et par voie d’ordonnance. Aucune audience n’est organisée et les parties ne sont pas entendues. L’ordonnance qui refuse l’admissibilitédu recours motive succinctement le refus. Aucune opposition ne peutêtre formée contre l’ordonnance du CE qui n’est en outre pas susceptible de révision.

> en savoir plus


05/12/2006

Note mensuelle sur l'actualitéen matière d'asile (septembre 2006)

Les demandeurs de visa doivent laisser leurs empreintes digitales

Dès novembre 2006, la seconde phase du projet pilote franco-belge«Bio-Dev»entrera en application. Ce projet, financéàhauteur de quelque 2 600 000 euros par la Commission européenne a d’ores et déjàpermis d’installer des terminaux informatiques (français) dans quatre postes consulaires (belges), oùtoute demande de visa d’entrée sur le territoire est désormais assortie de la prise d’empreintes digitales. La banque de données ainsi constituée permet aux gardes-frontières de vérifier que les personnes entrant sur le territoire sont bien celles qui ont reçu un visa au consulat. Elle viseégalementàlutter contre le«visa shopping»: le fait qu’une personne multiplie les demandes de visa sous des identités différentes. Dès le mois de novembre, les postes consulaires belges de Kigali et de Bujumbura seront, eux aussi,équipés de tels terminaux. En outre, six autres Etats membres de l’Union européenne (UE) rejoindrontégalement le«Bio-Dev2»àcette date : l’Allemagne, le Luxembourg, l’Autriche, le Royaume-Uni, le Portugal et l’Espagne. (La Libre Belgique, 01/09/06)

Un tribunal ordonne la libération de la famille Kilic sous peine d’astreinte

Ali Kilic, d’origine kurde, a séjournéen Grèce de 2001à2006. Lorsque ce pays l’a définitivement déboutéde l’asile, il a décidéde fuir avec sa famille vers la Belgique, par crainte d’être renvoyéen Turquie. Conformément aux règles européennes («Dublin II», qui stipule qu’une demande d’asile ne peutêtre introduite qu’une fois, dans le premier pays d’arrivée), l’Office desétrangers a alors rejetéla nouvelle demande d’asile de la famille et l’a placée en détention au centre ferméde Merksplas dansl’attente de son renvoi vers la Grèce. Le 30 août, le Conseil d’Etat a toutefois suspendu l’ordre de quitter le territoire au motif que la Grèce ne respecte pas toutes les garanties prévues lors des renvois vers des pays tiers. Mais l’Office desétrangers, faisant valoir qu’il ne s’agissait que d’une suspension et non d’une annulation, a maintenu la famille Kilic en détention…Finalement, le Tribunal de première instance de Bruxelles a condamnéle 4 septembre cette décision et a ordonnéla libération immédiate des trois membres de la famille. Chose exceptionnelle, il a assorti cette ordonnance d’une astreinte de 500 euros par heure de détention illégale. L’effet de cette mesure ne s’est pas fait attendre : la famille aétélibérée le soir-même. (Le Soir, 01 et 04/09/06)

Beveren conseille auxécoles de ne pas inscrire les enfants des squats de Doel

En cette période de rentrée scolaire, la commune de Beveren a recommandéauxétablissements scolaires du village de Kieldrecht de refuser d’inscrire les enfants de la quarantaine de demandeurs d’asile qui loge dans des squats de Doel, au motif qu’ils ne parlaient pas ou peu le néerlandais et que les capacités desécoles allaientêtre dépassées. L’école De Zonnewijzer a cependant outrepasséla volontécommunale et a acceptéd’inscrire quelques enfants Roms dans ses classes, faisant valoir«le droit de chaque enfantàl’enseignement», a annoncél’Enseignement de la Communautéflamande dans un communiqué. Sixélèves ont ainsiétéinscrits.«Les nouveauxélèves inscrits ne parlent pas ou peu le néerlandais. En accepter davantage dans cette petiteécole aurait menacéla qualitéde l’enseignement», précise encore le communiqué. (Belga, 07/09/06 ; Le Soir, 07/09/06)

«L’acquisition de la nationalitébelge n’empêche pas les discriminations»

Le 18 septembre, un consortium interuniversitaire a présentéles résultats des différentesétudes menées en son nom et qui avaient pour but de«contribuer au développement d’une politique efficace et cohérente en matière d’immigration et d’intégration des minorités ethniques dans la sociétébelge». De ces différentesétudes, il ressort que les flux migratoires sont aussi importants actuellement que dans les années 60, qu’ils concernent de plus en plus de femmes et que cette féminisation touche tous les groupes d’âge. En outre,le phénomène migratoire implique un nombre toujours plus important de nationalités et est marquépar le vieillissement des personnes concernées. Mais le constat majeur de ce consortium est que l’acquisition de la nationalitébelge ne constitue pas une protection contre la discrimination. Il propose dès lors de ne plus distinguer la population résidant en Belgique selon sa nationalité, mais bien selon son origine ethnique car cela permettrait une meilleure recherche dans le domaine de l’immigration et de l’intégration. (La Libre Belgique, 19/09/06)

Les sans-papiers iraniens de l’ancien hôpital d’Ixellesévacués

Le 22 septembre, le bourgmestre d’Etterbeek, Vincent De Wolf (MR), a ordonnél’évacuation de la cinquantaine d’Iraniens qui occupaient l’ancien hôpital d’Ixelles (dépendant dorénavant d’Etterbeek). Il avait pris la décision de ne pas attendre la date du 25 septembre (fixée de commun accord avec les sans-papiers dans une convention d’occupation) dès lors que quatre Iraniens avaient entaméune grève de la soif et s’étaient cousu les lèvres. Après de longues négociations, le bourgmestre a finalement décidéde n’évacuer que les occupants ayant entaméune grève de la soif et ceux qui désiraient leur rester solidaires. Les autres avaient jusqu’au délai prévu du 25 septembre pour quitter les lieux, pour peu qu’ils acceptent de ne pas entamer de grève de la faim ni de la soif. Après quelques critiques du PS et des réunions des différents partenaires politiques MR, PS et Ecolo, il fut finalement décidéque les Iraniens seraient autorisésàrester dans l’ancien hôpital jusqu’au 29 septembre, le temps de leur permettre de clôturer leurs demandes de régularisation. A cette date, ils ont déménagévers une cafétéria de la Citéadministrative de l’Etat, miseàleur disposition par un promoteur privé.

Par ailleurs, 78 sans-papiers iraniens qui occupaient depuis plusieurs semaines les locaux du CPAS d’Etterbeek ont obtenu leur régularisation, a annoncéM. De Wolf le 27 septembre. Depuis l’accession au pouvoir de M. Ahmadinedjad en 2005, le régime iranien s’est radicalisé. Selon Amnesty International, de nombreuses violations des droits fondamentaux ont lieu depuis, touchant particulièrement les membres des minorités ethniques et religieuses. (Le Soir, 22, 25 et 29/09/06 ; RTBF, 25/09/06 ; Belga, 27/09/06)

2 000 manifestants ont marchéen mémoire de Sémira Adamu

Le 22 septembre 1998, la jeune demandeuse d’asile nigériane Sémira Adamu mourrait lors de son expulsion forcée, après un séjour de dix mois dans une centre ferméet cinq tentatives d’expulsion. Maîtrisée par les policiers qui l’accompagnaient dans l’avion, elle a suffoquésous le coussin qu’ils avaient utilisépour la maintenir calme. Quatre agents de police qui avaient participéàl’expulsion ontétécondamnés en décembre 2003àdes peines avec sursis etàdes amendes. Huit ans plus tard, le 23 septembre dernier, une marche en sa mémoire a rassembléquelque 2 000 personnes, selon les organisateurs. Les manifestants en ont profitépour réclamer une politique d’asile plus humaine. En effet, il semble que«depuis la mort de Sémira Adamu, la politique en matière d’immigration et d’expulsion n’ait pasévolué», dénonce France Arets, membre du Collectif de Liège de résistance aux centres pourétrangers. La violence est toujours utilisée contre les sans-papiers lors des expulsions, conclut-elle. (Le Soir, 23/09/06 ; RTL, 23/09/06)

> en savoir plus


05/12/2006

Justice ef Affaires Intérieures. Fermer les yeux sur les droits humains, c'est mettre en danger les demandeurs d'asile et migrants

Monsieur Kari Rajamäki 2 octobre 2006Président du Conseil Justice et affaires intérieures

Objet : Immigration clandestine et respect inconditionnel des droits humains

Monsieur le Ministre,

A la veille de la récente réunion informelle qui s’est tenueàTampere, Amnesty International a présentéses observations, du point de vue des droits humains, sur lesévolutions et les défis actuels dans le domaine de la Justice et des Affaires intérieures.

La crise de l’immigration en Méditerranée aétél’un des thèmes prépondérants de cette rencontre et sera de nouveauévoquée lors de la réunion formelle des ministres de la Justice et de l’Intérieur,àLuxembourg, les 5 et 6 octobre.

Amnesty International saisit l’occasion de ce prochain Conseil Justice et Affaires intérieures (JAI) pour récapituler ses préoccupations quantàla crise actuelle de l’immigration etàla manière dont l’Union européenne et ses Etats Membres traitent cette question.

Amnesty International s’est réjouie de la récente déclaration de M. le Commissaire Frattini devant le Parlement européen, selon laquelle l’objectif stratégique de la politique européenne en matière de migrations consistaitàétablir unéquilibre entre l’amélioration de la sécuritéet la promotion des droits humains. Nous regrettons cependant de n’avoir jusqu’ici vu aucune concrétisation de ce second objectif. Les«messages»envoyés pendant et après la réunion de tampere sont, au contraire, pour le moins ambigus.

Les efforts de coopération avec la Libye en vue de contrôler les flux migratoires irréguliers illustrent très clairement cette ambiguïté. Au lendemain même de la réunion de tampere, la Commission a annoncéque les autorités libyennes bénéficieraient d’une aide de trois millions d’euros, destinéeàles aideràfaire face aux flux migratoires sur leurs frontières méridionales. Cette somme serviraàacheter des véhicules de patrouille et des dispositifs de vision nocturne. Il s’agit aussi de convaincre la Libye de coopérer avec l’Union européenne pour la mise en place de contrôles communs, aériens et maritimes, en Méditerranée. Il n’est que trop clair que le point de vue des droits humains est absent de ce type de négociations.

Amnesty International s’inquiète très vivement des implications de l’engagement financier de l’Union envers des pays connus pour leur peu de respect des droits humains et sans qu’aucune garantie ne soit obtenue de la part de ces pays quant au respect de ces droits fondamentaux vis-à-vis des migrants.

Amnesty International a indiqué,àde nombreuses reprises, que la situation des migrants et des réfugiésétaitéminemment précaire en Libye. Ce pays n’est pas encoreàce jour partieàla Convention de Genève relative au statut des réfugiés et les interventions du HCR y sont soumisesàdes restrictions. Dece fait, les droits des réfugiés ne sont pas garantis en Libye et les conditions dans lesquelles sont détenus les migrants irréguliers sont,àce que nous savons, déplorables.

Il existe des pays de transit oùla situation est peut-être moins critique, mais, làaussi, les dispositifs concernant l’asile sont faibles, voire inexistants. Làaussi, il n’existe presque pas de garanties contre les violations des droits fondamentaux des migrants irréguliers.

Le sort qui attend ceux qui ne peuvent quitter leur pays, ou qui y sont renvoyés après avoirétéinterceptés ouéloignés des pays européens, est donc, trop souvent, fort incertain et certaines de ces personnes ontétévictimes de graves violations de leurs droits humains.

Et pourtant, la réaction de l’Union vis-à-vis de la crise de l’immigration demeure centrée sur une tentative, unilatérale, de fermeture de ses frontières extérieures, de renforcement des contrôles, sans la moindre considération pour les implications de cette politique en matière de droits humains, et sans aucun effort pour vérifier ce qu’il en est du sort réel des personnes en cause.

Amnesty International estime qu’en matière de coopération avec les pays d’origine et de transit dans la lutte contre l’immigration irrégulière, la préoccupation des droits humains doitêtre unélément essentiel de la stratégie européenne. Cette exigence vaut tantàcourt terme, s’agissant des efforts destinésàcontrôler l’immigration illégale, qu’àlong terme, s’agissant de remédier aux causes structurelles des phénomènes migratoires. Dans cette perspective, nous ne pouvons que nous réjouir des propos de M. Frattini, devant le Parlement européen le 27 septembre de même que de la réponse de la Présidence finlandaise le 28 septembreàla lettre de huit chefs d’Etat et de gouvernement. Dans les deux cas, ilétait dit que le renforcement des contrôles frontaliers ne serait pas suffisant et«qu’il fallait agir durablement sur les causes de l’immigration illégale, au lieu de se contenter de l’endiguer».

En outre, la Commission et plusieurs Etats membres reconnaissent la nécessitéd’une politique européenne d’immigration légale. Amnesty International est convaincue que l’ouverture de processus d’immigration légaux vers l’Europe sera une composante nécessaire de la réponse européenne aux défis de l’immigration et demandeàla Commission et aux Etats membres d’engager un dialogue concretàce sujet.

Pour conclure, nous voudrions souligner que la nécessitéd’une solidaritéentre les Etats membres a beaucoupétéévoquée, en précisant que la crise en Méditerranée ne concernait pas seulement les Etats du sud de l’Europe, ceux de la«ligne de front», mais l’ensemble des Etats membres. A Tampere, certains Etats membres ont clairement repoussétoute solidarité, et ont brutalement reprochéaux Etats membres du sud de l’Europe d’être, au moins partiellement, responsables de la situation de crise. Il est regrettable de voir ce genre de querelle se développer aux dépens des migrants, qui sont les seuls, en fin de compte,àpayer le prix de l’incapacitédes Etats européensàmettre en place une solidaritévéritable.

Nous considérons que cette solidariténe devrait pas seulement consisteràenvoyer des bateaux, des avions et du matériel mais devrait se traduire aussi par un véritable effortàlong terme pour développer une stratégie sur les migrations, légales et illégales, respectueuse des droits des migrants.

En espérant que ces préoccupations seront prises en considération lors de vos discussions,Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de notre haute considération.

Dick Oosting, Directeur du Bureau Européen

Frank Johansson, Directeur d'Amnesty International Finlande

> en savoir plus


05/12/2006

Note mensuelle sur l'actualitéen matière d'asile (août 2006)

Angleterre

- Renforcement des contrôles aux frontières britanniques

La Grande-Bretagne compte renforcer d'ici huit ans la surveillance de ses frontières en rétablissant le contrôle des sorties du territoire, qui permettra d'évaluer le nombre d'étrangers présents dans le pays, a annoncémardi le ministre de l'Intérieur John Reid.

«Nous allonsétendre d'ici 2014 les contrôlesàla sortie (...), identifier ceux qui restent plus longtemps (que la durée de leur visa) et compter tous ceux qui entrent et sortent, enévitant de retarder les voyageurs», a-t-il ditàla Chambre des Communes.

Tous lesétrangers hors Union européenne devront fournir d'ici 2011 de nouvelles pièces d'identité«sécurisées»pour entrer en Grande-Bretagne, comportant sans doute des données biométriques, a-t-il ajouté.

Le ministre, qui avait annoncéquelques semaines après sa nomination début mai une«refonte de fond en comble»de la Direction de l'Immigration et de la Nationalité(IND), a promis d'accélérer l'examen des dossiers des demandeurs d'asile. D'ici 2011, neuf demandeurs d'asile sur dix devront voir leur requête acceptée ou rejetée dans les six mois de leur arrivée, a annoncéle ministre. Des objectifs intermédiaires ontétéfixés.

M. Reid aégalement annoncédes mesures contreles employeurs d'étrangers en situation irrégulière, qui pourront voir leurs actifs saisis ou se verront interdire d'exercer comme officier de compagnie dans l'armée. Le directeur général de l'IND, Lin Homer, a invitéles Britanniquesàdénoncer par téléphone les employeurs de clandestins,«un moyen simple et efficace pour eux de nous faire connaître les choses sur lesquelles nous devons agir».

«Tout ceci ne servira qu'àsemer la peur sur les lieux de travail etàmarginaliser plus encore les travailleurs immigrés», a commentéJack Dromey, secrétaire général adjoint du Transport and General Workers Union (TGWU).

Pour David Frost, directeur général de la Chambre de Commerce britannique, les employeurs ne devraient pas se voir imposer des formalités supplémentaires et«payer la facture du fiasco ininterrompu du gouvernement sur l'immigration».

John Reid a par ailleurs confirmé, comme le secrétaire d'Étatàl'Intérieur Liam Byrne l'avait annoncémercredi dernier, que les lois de 1971 sur l'expulsion des prisonniersétrangers seraient modifiées pour rendre la double peine plus systématique.

Le précédent ministre de l'Intérieur Charles Clarke avait dûquitter ses fonctions en avril après avoir reconnu que 1023 prisonniersétrangers avaientétélibérésàl'issue de leur peine, entre février 1999 et mars 2006, sans qu'aucune procédure d'expulsion ne soit intentée contre eux.

Un haut responsable de l'IND, Dave Roberts, avait ensuite reconnu devant une commission parlementaire qu'il n'avait«pas la moindre idée»du nombre d'étrangers en situation irrégulière présents en Grande-Bretagne (AFP, 25/07/06).

- Reid perd son appel contre les neuf Afghans qui avaient détournéun avion en 2000

Trois juges d’appel ont décidéque John Reid n’avait pas le droit de limiter les libertés et l’accès au travail des neufs Afghans qui avaient détournéun avion en février 2000, fuyant le régime taliban. Ils n’avaient pas obtenu le statut de réfugiémais il avaitétéreconnu, en application de l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme, qu’ils ne pouvaient pasêtre renvoyés en Afghanistan oùils auraient risquéleur vie (The Independent, 04 et 05/08/06, BBC News, 04/08/06).

- La Grande-Bretagne s’apprêteàrenvoyer 500 enfants au VietnamLe ministère britannique de l’Intérieur s’apprêteàrenvoyer au Vietnam 500 enfants demandeurs d’asile et sans famille dans le pays, malgrél’opposition des organisations caritatives en charge de l’enfance vulnérable, rapporte vendredi«The Guardian». Citant des documents de la Direction de l’Immigration et de la Nationalité(IND), le quotidien rapporte que des enfants peuventêtre expulsés au titre du«contrôle de l’immigration»même si leur retour dans leur pays d’origine est contre leur meilleur intérêt. Selon un document-cadre du ministère de l’Intérieur dont le quotidien a eu copie, le meilleur intérêt de l’enfant sera«considéréen premier», mais il est probable qu’il y aura des occasions oùl’IND prendra une décision d’expulser qui ne sera pas en accord avec le meilleur intérêt de l’enfant mais nécessaire pour le contrôle de l’immigration».

La décision d’expulsion des enfants vers leurs pays d’origine ne sera pas susceptible d’appel. Autant que possible, les enfants seront renvoyés dans leurs familles, même si cela peutêtre difficile en certains cas, selon le document-cadre. Les organisations caritatives s’occupant d’enfants se sontélevées contre ce programme, notamment Colette Marshall, directrice pour le Royaume-Uni de Save the Children, qui a déclaré:«L’introduction des retours forcés semble conduite par une série qui accordent peu de respectàla protection des enfants vulnérables»(Belga et AFP, 18/08/06).

- La Grande-Bretagne pense limiter l’accès des Roumains et des Bulgaresàson marchédu travail

La Grande-Bretagne est pour le moment un des rares paysàavoir ouvert sans restriction son marchédu travail aux ressortissants des nouveaux Etats membres de l’Union européenne (UE) qui y ont adhéréle 1er mai 2004. Elle envisage cependant de ne pas faire de même lors des futures adhésions de la Roumanie et de la Bulgarie, prévues au 1er janvier 2007. En effet, suite aux pressions de l’opposition conservatrice, le gouvernement de Tony Blairétudie la possibilitéde durcir les conditions d’accès au marchédu travail britannique. Ainsi, le ministre du Commerce et de l’Industrie, Alistair Darling, a estiméle 21 août qu’il faudrait dorénavant définir des critères pour mettre en place une«immigration proprement contrôlée».«Nous aurons besoin d’évaluer les compétences dont nous avons besoin […] et dans le même temps, de disposer d’un système bien géré», a-t-il ajouté. Cette annonce intervient alors que les dernières statistiques britanniques en matière d’immigration révèlent que 427 00 travailleurs des pays de l’Est se sont installés dans le pays depuis 2004, soit beaucoup plus que ce qu’avaient prévu les autorités. (Home Office UK, 22/08/06 ; La Tribune, 22/08/06 ; Le Monde, 24/08/06 ; L’Humanité, 24/08/06)

- Le Royaume-Uni expulse un Algérien qui risque la torture dans son pays

La Commission spéciale des recours du Royaume-Uni en matière d’immigration (SIAC) a décidéle 24 août de rejeter pour des motifs de sécuriténationale le recours introduit par un Algérien contre son expulsion. Ayantététorturédans son pays, celui-ci s’était vu reconnaître le statut de réfugiéau Royaume-Uni. Il fut par la suite accuséd’avoir tentéde fabriquer et d’utiliser de la ricine, mais il fut acquittéen 2005,àla suite d’une procédure pénale. Toutefois, ces mêmes accusations ontétéretenues contre lui peu de temps après pour justifier une nouvelle arrestation et son incarcération dans l’attente d’une expulsion. Nicola Duckworth, responsable du Programme Europe et Asie centrale d’Amnesty International (AI) dénonce«une absence totale d’équité»durant la procédure. Le SIAC n’a pas laissécette personne«bénéficier des garanties juridictionnelles et n’a pas respectéle principe de l’égalitédes armes, ce qui ne lui donnait pas la possibilitéde réfuter efficacement les allégations des autorités britanniques, selon lesquelles il mettait en danger la sécuriténationale». En outre, au vu des informations recueillies par l’organisation, il parait peu probable qu’il ne risque pas la torture en retournant en Algérie, comme l’a pourtant affirméla SIAC. (AI, 24/08/06)

Italie

- Naufrage de clandestins au large de la Sicile

Trente clandestins, dont huit enfants, sont morts noyés dans le naufrage de deux embarcations qui devaient les conduire en Italie, en plein milieu du canal de Sicile. Les rescapés ontétéconduitsàLampedusa etàLa Valette.«J'ai tenu mon frère dans mes bras jusqu'àson dernier souffle. Quand il est mort, nous avons dûle jeter par-dessus bord», raconte l'un des quatorze survivants recueillis par la frégate italienne Sibilla.

Treize de leurs compagnons d'infortune sont morts de faim et de déshydratation pendant une odyssée de vingt joursàbord d'une barque de quelques mètres de long.«Un sabot en résine guère plus grand qu'une baignoire, sans voile ni banc ni aucune protection contre un soleil de plomb», a indiquéle commandant de l'uniténavale, le capitaine Stefano Bricchi, citépar la presse italienne.«Quand nous les avons secourus, ils n'avaient plus ni carburant ni vivres depuis une semaine. Ils avaient fini leur maigre provision d'eau plusieurs jours auparavant. Ils ressemblaientàdes fantômes, avec seulement la peau sur les os. La plupart n'arrivaient plusàse tenir debout.»

Autre drame de la mer : hieràl'aube, un pêcheur italien a débarquéàLa Valette treizeémigrés, cinq femmes et huit hommes de nationalitésomalienne, recueillis en pleine merà40 milles au sud de l'île. D'après les rescapés, dix-sept autres clandestins, dont huit enfants et un bébéde quarante jours, n'auraient pas survécu et auraientétéjetésàla mer.

Selon le ministre de l'Intérieur, Giuliano Amato, plus de deux mille désespérés ont traverséle canal de Sicile sur des embarcations de fortune au cours des quinze derniers jours. Soit 20% d'augmentation par rapportàl'an dernier. Ce week-end, deux autres bateaux ontétésecourus par des unités de la marine italienne. La première,àseize milles au sud-est de Raguse (Sicile), transportait trente-cinq immigrés dont sept femmes et un bébéde six mois. La deuxième,àdix-sept milles dans l'est de Lampedusa, comptait trente et un passagers. C'est l'un d'eux, muni d'un téléphone satellitaire, qui a signalésa positionàun parent résidant en Italie.

Première cause de cet afflux : la politique de fermetédu gouvernement espagnol qui incite les candidatsàl'immigrationàtenter leur chance vers l'Italie. La seconde raison découle de la première : c'est l'espoir d'être mieux accueilli en Italie, oùle gouvernement de Romano Prodi prépare pour l'automne une loi qui accordera la nationalitéitalienne au bout de cinq ans de séjour etétendra le regroupement familial jusqu'aux grands-parents (Le Figaro, 31/07/06).

- Boat-people interpellés

Près de 200 boat-people ontétéinterceptés jeudi matinàLampedusa, au lendemain de l’arrivée sur l’île de fonctionnaires de l’agence européenne Frontex, chargés d’organiser des patrouilles contre l’immigration clandestine. Les migrants ontététransférés au centre de transit de Lampedusa, destinéaux premières vérifications sur leur origine et sur leur droitàdéposer une demande d’asile (La Libre Belgique, 3/8/2006). Le lendemain, vendredi, 210 autres boat-people ontànouveauétéinterceptés devant l’île italienne. Le ministre de l’Intérieur Giuliano Amato a préciséque les arrivées de réfugiés de la mer sur les côtes sud de l’Italie avaient doubléen un an, passant de 13 000 en 2004àpresque 23 000 en 2005 (La Libre Belgique, 5-6/08/06).

- Rome renoue avec Tripoli pour lutter contre l’immigration illégale

Le chef de la diplomatie italienne, Massimo d’Alema, a rencontré, jeudi 3 août, le vice-ministre libyen des affairesétrangères. Les deux diplomaties s’ignoraient depuis février. Chaque jour des embarcations avec des centaines de clandestins en provenance de ports libyens arriventàLampedusa, l’île sicilienne devenue la porte d’entrée vers l’Europe. Le ministre de l’intérieur, Giuliano Amato, aétéclair devant le Parlement, jeudi 3 août. Pour limiter les arrivées de migrants, a-t-il expliqué, il faut patrouiller le long des côtes libyennes et cela n’est possible qu’avec la collaboration de Tripoli, les embarcations devantêtre bloquées dès la sortie des ports.

Le gouvernement Berlusconi s’était frottéau problème. Le soutien italienàla Libye avait permis en octobre 2004 la levée des sanctions commerciales décrétéesàson encontre par l’Union européenne en 1986. Tripoli, qui expliquait ne pas avoir accèsàdes appareils de surveillance en mer en raison de cet embargo, a eu gain de cause, mais les patrouilles conjointes italo-libyennes n’avaient jamais eu lieu. Cette fois, l’Europe se montre plus présente. Des fonctionnaires de l’agence des frontières extérieures (Frontex) se sont rendusàLampedusa ces derniers jours. Avant fin août, Malte, la Grèce et l’Italie pourraient organiser des patrouilles en commun en attendant que la Libye s’y metteàson tour (Le Monde, 05/08/06).

- Entretien avec Paolo Ferrero, ministre italien de la solidaritésociale :«en Italie, les clandestins ont affluémalgrédes lois restrictives»

Le gouvernement italien a adopté, vendredi 4 août, un projet de loi qui ouvre la voieàdes naturalisations massives. A la rentrée, le projet de loi sera devant le Parlement, l’occasion pour l’opposition de centre-droite de livrer bataille.

Le ministre de la solidaritésociale–un des initiateurs du projet–explique que l’Europe doit développer une politique d’inclusion sociale. Les candidats ont continuéd’affluer malgrédes lois restrictives. Le problèmeest d’établir un rapport avec les pays d’origine, en particulier d’Afrique du Nord, pas d’ériger un mur. Paolo Ferrrero propose un renforcement de la coopération internationale. Des aides ciblées aux pays de l’Afrique du Nord et subsahariens, pour améliorer leur conditions de vie et leur développementéconomique. Créer les conditions pour que l’immigration ne soit plus un choix individuel, en dehors de la loi, mais le plus possible dans une relation entre Etats. Le choix de réglementation est celui d’une intégration sociale qui freine les organisations criminelles et limite tous les problèmes autour de l’immigration (Le Monde, 10/08/06).

Iles Canaries

- Nouvel afflux de réfugiés africains vers lesîles Canaries

En provenance essentiellement du port mauritanien de Nouadhibou, des vagues incessantes d’immigrants africains continuent de franchir l’océan pour tenter d’atteindre lesîles espagnoles des Canaries. L’arrêt temporaire, durant dix jours, de la vedette Rio Duero de la patrouille de la garde civile chargée de procéderàl’interception des embarcations a favoriséles tentatives. Dimanche 30 juillet, 117 immigrants exténuésàbord de cayuco, ces bateaux de pêche tradionnels mauritaniens, ontétépris en charge par des touristes sur la plage de Tejita,àGranadilla, sur l’île de Tenerife. 76 personnes originaires de Guinée-Bissau sont parvenues sur l’île d’El Hierro,àl’inverse de 230 autres réfugiés qui ontétéinterceptés en pleine mer lundi par les autorités espagnoles. En revanche, 28 clandestins, pour la plupart sénégalais, ontétéretrouvés morts, mardi 1er août, sur la côte atlantique, au nord d’El-Ayoun, chef-lieu du Sahara occidental, après le naufrage de leur embarcation. La police marocaine a découvert 49 autres personnes cachées dans des grottes. Depuis le 1er janvier, 13 000émigrants ontétérecensés aux Canaries, soit le double de l’année 2005 (Le Soir, 02/08/06 ; Le Monde, 03/08/06).

- Une patrouille hispano-mauritanienne intercepte 101émigrants

Un pirogue transportant 101émigrants clandestins en route pour lesîles Canaries aétéinterceptée dimanche au large de la Mauritanie parune patrouille hispano-mauritanienne, a annoncéla police. Les passagersétaient dans unétat de santécritique, munis de peu de nourriture, d'un seul bidon d'eau et de combustibles, a indiquéle chef de la police de la deuxième ville de Mauritanie, oùles clandestins ontétéconduits. La pirogue avait quittéla frontière entre le Sénégal et la Guinée Bissau il y a une semaine.

La police aégalement indiquéque quelque 400émigrants ontétéinterceptés lors de la semaineécoulée par les patrouilles conjointes, qui fonctionnent depuis la mi-avril (AP, 14/08/06).

Union européenne

- Centre d'accueil pour mineurs - l'apport de Bruxelles

L'Union européenne cofinancera la construction au Maroc de deux centres d'accueil pour les mineurs en situation illégale eu Europe. Tanger et Marrakech ontétéchoisis pour abriter ces deuxédifices. Cette annonceémane de la Commissaire chargée des relations internationales, Bénita Ferrero-Waldner en réponseàune question orale au Parlement européen. L'enveloppe budgétaire allouéeàce projet est estiméeà3 millions d'euros. Bruxelles auraàsupporter 2 millions d'euros tandis que la Communautéde Madrid se chargera du reste.

Selon les promoteurs de cette initiative, l'objectif de l'implantation de ces deux centresàTanger et Marrakech répondàune demande incessante visant l'amélioration des conditions de réception et la protection des mineurs marocains non-accompagnés en Espagne. Un moyen pouréviter d'une part, le rapatriement forcéde ces enfants. Un acte qui aétévivement dénoncépar des ONG espagnoles et européennes et qui a mis les autorités marocaines et espagnoles dans l'embarras, et d'autre part, il pourrait donner une certaine légalitéàcette affaire en la mettant sous la responsabilitépartagée des gouvernements des deux pays. Par ailleurs, la Commission européenne estime que ce projet est"conformeàla Convention de 1989 des droits des enfants et aux principes de la légalitéinternationale".

Selon des statistiques datant de 2005, le nombre des mineurs marocains non-accompagnés qui résident dans des centres d'accueil en Espagne est de 4 441. Un chiffre qui a forcément augmentécourant cette année etqui ne prend pas en compte ceux qui errent dans les rues de la Catalogne ou de l'Andalousie (Libération (Maroc), 02/08/06).

Par ailleurs, la délégation de la Commission européenneàRabat a fait savoir le 22 août que l’UE avait alloué67 millions d’euros au Maroc pour l’aideràréaliser son programme d’urgence destinéàaméliorer la gestion des flux migratoires etàrenforcer la lutte contre l’immigration clandestine et le trafic d’êtres humains. Ainsi, il est notamment prévu de moderniser les postes frontières, de renforcer les capacités en matière d’enquêtes criminelles et de mener des actions d’information et de sensibilisation des migrants potentiels. Cela devraitégalement permettre d’améliorer le cadre juridique de la stratégie migratoire marocaine. (AP, 23/08/06 ; Le Matin (Maroc), 23/08/06 ; Reuters, 23/08/06)

- L’UE crée une patrouille européenne contre l’immigration clandestine

  • Le Commissaire européen pour la Justice, la sécuritéet les libertés, Franco Frattini, a déclaréque les patrouilles dans la Méditerranée pourraientêtre lancées avant la fin du mois d’août. L’opération dénommée«Jason I»concernera tout d’abord l’Italie, la Grèce et Malte. Trois fonctionnaires de l’agence de contrôle Frontex sont déjàarrivés sur l’île de Lampedusaàla suite d’un appelàl’aide du ministre italien de l’Intérieur, Giuliano Amato. Depuis le début de la semaine, près de 900 immigrants clandestins ontétéinterceptés près de Lampedusa et de la Sicile (Agence Europe, 04/08/06).
  • La lutte contre l’émigration clandestineàpartir des côtes africaines est entrée dans une nouvelle phase, vendredi 11 août, avec la mise en?uvre effective d’un plan d’action sous l’égide de l’agence Frontex. Concrètement, il s’agit de freiner l’afflux d’immigrés clandestins subsahariens vers lesîles espagnoles des Canaries, au large de la Mauritanie. Pour ce faire, Madrid va disposer de moyens matériels misàsa disposition par des pays membres de l’Union européenne (UE) qui viendront s’ajouteràceux déjàdéployés par l’Espagne dans la région. Une corvettede la marine portugaise, un avion et un patrouilleur des gardes-côtes italiens, un avion finlandais constituent l’essentiel de cet appui pour lequel près de 3,2 millions d’euros ontétédébloqués, et dont le déploiement aurait dûintervenir il y plus d’un mois. Le succès de l’opération, qui au départ se voulait plus ambitieuse en termes de matériels, repose en grande partie sur la coopération des Etats africains d’oùpartent les Subsahariens et, en particulier, sur leur accord pour autoriser les patrouilles européennesàproximitédes côtes (Le Monde, 13-14/08/06).

- L’Espagne réclame davantage d’aideàl’UE

Face aux incessantes arrivées de candidatsàl’immigration sur les côtes d’Espagne (près de 5 000 pour le seul mois d’août), la vice-présidente du gouvernement espagnol, Maria Teresa Fernandez de la Vega s’est rendueàBruxelles le 30 août pour rencontrer notamment le président de la Commission européenne, JoséManuel Durão Barroso, et le commissaire en charge de la Justice et des Affaires intérieures, Franco Frattini. Elle leur a fait part des reprochesespagnolsàl’encontre de l’UE, accusée de lenteur dans l’application des mesures communautaires décidées en mai pour lutter contre l’immigration clandestine. En outre, elle aégalement réclamédavantage d’aideàses partenaires européens :«Il nous faut plus de bateaux, plus d’avions, plus d’hélicoptères et beaucoup plus de personnel !», a-t-elle précisé.

Conscient que«quelques Etats ne doivent pas porter un fardeau excessif du seul fait de leur situation géographique», M. Frattini s’est engagéàappeler les 25 Etats membresàprolonger etàrenforcer la mission que mène actuellement l’agence Frontex aux Canaries car«toutes les frontières extérieures de l’UE doiventêtre protégées et tous les Etats membres doivent y contribuer». En outre, le commissaire a annoncéla création d’un groupe de travail permanent sur l’immigration. Il sera composéde six commissaires concernés par cette problématique et sera chargéde faire des propositions stratégiques aux gouvernements lors des différents conseils ministériels, dont le prochain se tiendra les 20 et 21 septembreàTampere (Finlande). L’Espagne a aussi annoncéla tenue d’une réunion urgente des pays méditerranéens (Espagne, France, Portugal, Italie, Grèce, Malte, Chypre et Slovénie), de la présidence finlandaise et de la Commission, en vue de formuler une proposition commune pour le Conseil européen de décembre. (Agence Europe, 28 et 30/08/06 ; Reuters, 30/08/06 ; AFP, 30/08/06 ; Commission européenne, 30/08/06 ; Le Figaro et Le Monde, 31/08/06)

5001 Migrants morts aux frontières

Depuis 1988, 5001 candidatsàl’exil sont morts aux frontières de l’Union européenne, dont plus de 1 500 disparus en mer, selon un inventaire publiépar le site internet Fortress Europe. Près de 361 personnes ontététrouvées mortes cachées dans les camions et des containers, en France, Allemagne, Grèce, Turquie, etc (La libre Belgique, 09/08/06).

Le HCR choquépar l'expulsion du Kirghizistan de réfugiés ouzbeks

Le HCR a déclaréavoirétéchoquépar l'expulsion, mercredi, par le Kirghizistan, de quatre réfugiés et d'un demandeur d'asile ouzbeks. Ces cinq personnes ontétérenvoyées en Ouzbékistan. Nous pensons que cette action expose les individus expulsésàde graves dangers.

«Nous craignons pour leur sécurité. Il s'agit d'une violation extrêmement grave de la Convention de 1951 relative aux réfugiés–que le Kirghizistan a ratifiée–et en vertu de laquelle aucun réfugiéne devraitêtre renvoyéde force dans son pays d'origine», a indiquéle Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres.«Ce qui est encore plus dérangeant c'est que nous avions garanti la réinstallation de ces quatre réfugiés dans divers pays, il y a plusieurs mois déjà, et que nous avions demandéaux autorités kirghizes de nous autoriseràles y transférer.»

Les quatre réfugiés ouzbeks, dont le statut aétéreconnu comme relevant du mandat du HCR,étaient détenusàOch, dans le sud du Kirghizistan. Ils avaientétéarrêtés, plus d'un an auparavant, suiteàune demande d'extradition formulée par le Gouvernement ouzbek. Ilsétaient arrivés au Kirghizistan peu après les violentsévénements survenusàAndijan en mai 2005 et faisaient partie d'un groupe de 500 demandeurs d'asile, tous reconnus ultérieurement commeétant des réfugiés. Tous les autres réfugiés de ce groupe ontététransférés en Roumanie par le HCR entre juillet et septembre 2005. La vaste majoritéd'entre eux ont maintenantétéréinstallés dans des pays tiers.

A la mi-juin, la Cour suprême du Kirghizistan avait maintenu la décision, prise par le Département du Service des Migrations, de ne pas octroyer le statut de réfugiéaux quatre derniers réfugiés ouzbeks. Cette décision avait mis un terme au processus légal. La demande d'asile déposée par le cinquième Ouzbek, arrêtéen octobre 2005àla demande de l'Ouzbékistan,était encore en cours de traitement (HCR, 09/08/06).

En outre, le 25 août, le HCR a tenuàexprimer ses craintes quantàla disparition de plusieurs réfugiés et demandeurs d’asile ouzbeks dans le sud du Kirghizstan ces dernières semaines. En effet, tout porteàcroire qu’ils ontétéembarqués de force pourêtre«rapatriés»vers l’Ouzbékistan, pays qu’ils avaient fui en mai 2005 suiteàleur participation au soulèvement d’Andijan. Outre les quatre réfugiés et le demandeur d’asile qui ontétéextradés le 9 août vers leur pays d’origine, le HCR estégalement sans nouvelles des quatre autres demandeurs d’asile disparus les 16, 17 et 23 août alors qu’ils avaient entamédes procédures pourêtre reconnus réfugiés. Il semble qu’au moins deux d’entre eux aientétémis en prisonàAndijan. Par ailleurs, il estàcraindre que tous seront forcés d’avouer publiquement leur implication dans lesévénements de mai 2005 (afin de justifier les réactions des autorités ouzbèkes) et d’affirmeràleurs familleségalement en exil qu’elles peuvent revenir au pays car elles n’auraient rienày craindre. Au vu de ces différentes«disparitions», il est permis de douter de l’effectivitéde la protection accordée par le Kirghizstan aux réfugiés et candidats réfugiés qui se trouvent sur son territoire, a fait observer un responsable de Human Rights Watch. Dès lors,«des pays-tiers devraient accueillir les réfugiés ouzbèks le plus vite possible», a-t-il conclu. (HRW, 24/08/06 ; HCR, 25/08/06)

Australie : projet de loi sur l’immigration retiré

Le projet de loi sur l’immigration, cher au Premier ministre australien, John Howard, aétéretiré. Le projet de loi proposait entre autres que tous les demandeurs d’asile arrivant en Australieàbord d’un bateau soientévacués (principalement vers Nauru). A l’issue de la dernière session parlementaire, les changements proposés ont suscitétant d’objections que le texte n’a pasétésoumis aux députés. Les sessions ont repris le 8 août, et il semblait probable que le projet serait proposéau vote du Parlement le 14 août ; cependant le Premier ministre a retiréle texte, créant la surprise. C’est làle signe d’une victoireéclatante dans le domaine du respect des droits fondamentaux des réfugiés et demandeurs d’asile, en Australie et ailleurs. Ce retrait témoigne d’un réel succès dans le combat pour les droits humains des réfugiés et demandeurs d’asile (Amnesty International, 08/06).

France

- Plus de 20 000 demandes de régularisation de sans-papiers

Vendredi 11 août, la première phase de l’opération de régularisation d’une partie des sans-papiers s’est terminée, avec la fin du délai accordéauxétrangers en situation irrégulière pour déposer un dossier. Le nombre de requêtes adressées aux préfectures, conformémentàla procédure définie par la circulaire du 13 juin par Nicolas Sarkozy, est de 25 000à30 000, selon l’entourage du ministre de l’intérieur. Ce nombre et plusélevéque celui attendu par le ministre, qui tablait, en juillet, sur 20 000 requêtes est s’était déclaréprêtàrégulariséquelque 6 000 dossiers. L’aide au retour, proposée de façon systématique, n’a guère rencontréde succès : quelque dizaines de familles seulement auraient acceptéde revenir dans leur pays dans les conditions proposées (Le Monde, 13-14/08/06).

- Eloi va ficher lesétrangers en situation irrégulière

Le Journal Officiel a entérinéle 18 août la création du fichier informatisé«Eloi»destinéàficher lesétrangers en situation irrégulière sur le territoire et certains de leurs soutiens. Ce nouvel outil informatique reprendra notamment l’identitédesétrangers ainsi que leurs surnoms, leur nationalité, une photo d’identité, leur situation professionnelle et«le caséchéant»,«la nécessitéd’une surveillance particulière au regard de l’ordre public». En outre, il incluraégalement des données relatives aux personnes les ayant hébergéou leur ayant rendu visite en centre de rétention.

Les agents des services centraux du ministère de l’Intérieur, les agents préfectoraux et les services de police et de gendarmerie pourront consulter ces données pendant trois ansàcompter de la reconduiteàla frontière. Le ministère de l’Intérieur explique ainsi que ce fichier«permettra un meilleur partage d’informations entre les services compétents afin de favoriser les reconduitesàla frontière». Les associations de défense des droits des migrants ont immédiatement réagi en qualifiant ce nouveau fichage d’«atteintes aux libertés individuelles»et de«flicage». La Cimade (service oecuménique d’entraide en centres de rétention) compte dès lors introduire un recours devant le Conseil d’Etat. (Belga, 18/08/06 ; AFP, 21/08/06)

Soudan : le Darfour a besoin d’une force de maintien de la paix des Nations unies qui puisse garantir la sécuritédes civils

L’Union africaine et l’Accord de paix sur le Darfour n’ont pas tenu leurs promesses vis-vis de la population du Darfour, a déclaréAmnesty International ce jeudi 17 août, alors que le Conseil de sécuritédes Nations unies se prépareàdiscuter d’un possible mandat pour une force de maintien de la paix des Nations unies chargée de protéger les civils au Darfour. Seul un engagement renouveléet déterminédes Nations unies et de la communautéinternationale peut offrir l’espoir qu’un terme soit mis aux souffrances de la population.

«La communautéinternationale doit admettre qu’aucune solution n’aétéproposée pour mettre fin aux souffrances de la population au Darfour–au contraire, les choses vont de mal en pire, a déclaréKate Gilmore, secrétaire générale adjointe exécutive d’Amnesty International. La population du Darfour a aujourd’hui besoin d’une force internationale de maintien de la paix ayant lepouvoir de faire cesser les homicides, les viols et les déplacements forcés. La sécuritédes personnes est un besoin essentiel–et un droit fondamental–de la population du Darfour.»

Des chercheurs d’Amnesty International viennent de rentrer de la partie orientale du Tchad, oùils ont rassemblédes témoignages de réfugiés ayant récemment fui le Darfour. Ces témoignages révèlent que la plupart des personnes au Darfour occidental sont prisonnières de fait dans les camps ou dans les villes, la quasi totalitéde la régionétant toujours contrôlée par les milices janjawids.

«Une nouvelle fois, le monde dans son ensemble ferme les yeux sur le conflit au Darfour, faisant comme si la paixétait enfin en marche alors qu’en fait rien n’est pluséloignéde la vérité, a déclaréKate Gilmore. Le conflit s’est attisédepuis l’accord de paix sur le Darfour, davantage de personnes ontétédéplacées, davantage de violations des droits humains ontétéperpétrées sans qu’il n’y ait le moindre progrès vers plus de justice. De plus, il y a maintenant un danger réel de voir le conflit traverser la frontière et s’étendre au-delàdu Soudan.»(Amnesty International, 17/08/06).

Corée du Sud : les travailleurs immigrés exploités et victimes d’abus

En Corée du Sud, selon un nouveau rapport d’Amnesty International, des dizaines de milliers de travailleurs immigrés sont victimes de discrimination, sont exploités et travaillent dans des conditionsépouvantables. Nombre d’entre eux se retrouvent piégés dans la spirale de l’endettement et sont obligés de travailler illégalement parce que leurs employeurs retiennent leurs salaires et que la législation fait qu’il est difficile de changer d’emploi en toute légalité.

La Corée du Sud est le premier pays en Asie dont la législation protège les droits des travailleurs immigrés. Mais, selon les conclusions de l’enquête menée par Amnesty International, deux ans après l’entrée en vigueur, le 17 août 2004, de la Loi relative au permis de travail des travailleurs immigrés, les travailleursétrangers sont toujours confrontésàde nombreux abus, des risques professionnels, etàl’absence d’espoir d’obtenir réparation (Amnesty International, 17/08/06).

> en savoir plus


05/12/2006

Lettre de plusieurs ongs (Amnesty International, CBAR, CIRÉet Vluchtelingenwerk Vlaanderen) au ministre Dewael concernant le refus de prendre en considération les nouvelles demandes d’asile (protection subsidiaire) d’un groupe d’Afghans

Bruxelles, le 16 novembre 2006

Monsieur le Ministre,Monsieur le Directeur général,

Nous avonsétéinformés du refus de prise en considération (annexe 13 quater) quasi systématique opposépar l'Office des Etrangers aux demandes d'asile introduites le 23 octobre 2006 par une centaine d'Afghans, qui demandaientàpouvoir bénéficier de la protection subsidiaire.

Nous trouvons que les décisions rendues par l'Office des Etrangers sont critiquablesàplus d'un titre.Étant donnéque ces décisions figurent parmi les premières prises depuis l'entrée en vigueur de la protection subsidiaire, nous tenions particulièrementàvous faire part des quelques remarques exposées ci dessous. En outre, le contenu de ces décisions nous inquiète d'autant plus parce que,àl'époque, il nous avaitétéassuréque les Afghans pourraient se prévaloir de la protection subsidiaire lorsqu'elle serait en place en droit belge. Nous espérons que vous reconsidérerez votre position en la matière, et que les décisions en question pourrontêtre retirées. Nous espérons que de telles décisions ne seront plus prisesàl'avenir.

Ces demandes d'asile ontétéintroduites par des ressortissants afghans, pour la plupart arrivés en Belgique après le 1er janvier 2003, et dont la demande d'asile aétérejetée. Contrairement aux demandeurs d'asile afghans arrivés avant le 1er janvier 2003, leur ordre de quitter le territoire n'avait tout d'abord pasétéprorogé. Le Ministre ne souhaitait en effet plus instaurer de régime particulier alors qu'ilétait en train de transposer la directive relativeàla protection subsidiaire en droit belge. Néanmoins, certains d'entre eux obtinrent la prorogation de l'ordre de quitter le territoire pour 6 mois, c'est-à-dire jusqu'au 2 novembre 2006. Cette prorogation ne devait pasêtre renouvelée par la suite.

Conscients de cela, les Afghans ont donc introduit une nouvelle demande d'asile, pour demanderàbénéficier de la protection subsidiaire avant l'échéance de leur prorogation, soit le 23 octobre 2006. Lors de l'introduction de leur 'demande de protection subsidiaire', ils ont tous, sur conseil de leurs avocats, jointàleur demande d'asile un documentélaborépar ces derniers. Ce document avait pour objectif de compléter l'audition qui devait avoir lieu et les déclarations faites lors des précédentes demandes d'asile. Ce document reprenait notamment de nombreuxéléments indiquant dans quelle mesure la situation en Afghanistan pouvaitêtre considérée comme«conflit armé»et de«menaces graves en raison d'une violence aveugle». Les refus de prise en considération furent motivés, pour la plupart, comme suit par l'Office des Etrangers :«(...) overwegende dat betrokkene geen nieuwe elementen kan aanbrengen die betrekking hebben op feiten en situaties die zich hebben voorgedaan na de laatste fase van de vorige procedure. Voor wat betreft de subsidiaire bescherming dient gesteld te worden dat betrokkene zich baseert op de algemeen onveilige situatie in zijn land van herkomst, en niet kan aantonen dat hij persoonlijk een reëel risico op ernstige schade loopt. (...) Derhalve kan het statuut van subsidiaire bescherming niet verleend worden.»

Ces décisions nous semblent critiquables pour différentes raisons.

En premier lieu, la délivrance d'une annexe 13 quater dans ces dossiers est inadéquate. Dans les faits, la décision prise est une décision qui se prononce bien sur la recevabilitéet non sur l'opportunitéde prendre la demande en considération. En effet, pour qu'une décision de non prise en considération puisseêtre prise dans ces dossiers, il aurait fallu que l'Office des Etrangers considère qu'il n'existait pas d'éléments nouveaux tant au sens de la Convention de Genève que de la protection subsidiaire. Or, cela ne ressort pas des décisions qui ontéténotifiées, qui ne se prononcent sur l'existence d'éléments nouveaux que dans le cadre de la Convention de Genève. En ce qui concerne la protection subsidiaire, elles ne se prononcent pas sur l'existence ou non d'éléments nouveaux mais bien sur le fait que leséléments invoqués par les demandeurs d'asile ne permettent pas d'établir qu'il encoure un risque réel personnel de subir des atteintes graves. Et de conclure que la protection subsidiaire ne peut pasêtre accordée, et non pas qu'il n'y a pas de nouveauxéléments pour prendre la demande d'asile en considération .

Or, si dans sa décision de l'Office des Etrangers, se prononce pour partie sur la prise en considération (quiévalue l'existence d'éléments nouveaux) et pour partieégalement sur la recevabilité(la pertinence deséléments invoqués), la décision rendue doit nécessairementêtre une décision sur la recevabilité. La délivrance d'une annexe 13 quater nous sembleêtre toutàfait inadéquate au type de décision rendue par l'Office des Etrangers, et cela doitêtre rectifié.

En outre, et bien que cela ne ressorte pas de la motivation des décisions, il auraitétéerronéque l'Office des Etrangers considère qu'il n'y avait pas non plus d'éléments nouveaux en ce qui concerne la protection subsidiaire.

Dans le documentécrit remis par les demandeurs d'asile lors de l'introduction de leur nouvelle demande d'asile, il est fait explicitement référence, conformémentàl'article 77§2 de la loi du 15 septembre 2006 modifiant la loi du 15 décembre 1980,àla transposition de la directive européenne 2004/83/CE en tant qu'élément nouveau dans la mesure oùla demande est basée sur deséléments susceptibles de donner lieuàl'octroi de la protection subsidiaire. Pour ce faire, le documentécrit fournit de nombreuses références qui permettent de considérer qu'il existe un conflit arméet des risques de menaces graves contre la vie ou la personne d'un civil en raison d'une violence aveugle dans certaines régions de l'Afghanistan. Ceséléments, conjugués aux informations communiquées lors de leurs précédentes demandes d'asile (àsavoir, entre autres, leur nationalitéet la région qu'ils avaient fui) etàl'audition menée par l'OE lors de l'introduction de leur 'demande de protection subsidiaire', constituent certainement deséléments susceptibles de donner lieuàl'octroi de la protection subsidiaire, au sens de l'article 77§2 de la loi du 15/09/2006.

De nombreuses organisations internationales, parmi lesquelles Amnesty International qui se jointànous aujourd'hui, estiment que la situation générale en Afghanistan ne permet pas le retour des demandeurs d'asile déboutés. La position officielle de Amnesty International datant du 27 mars 2006 et qui demeure est la suivante :"Amnesty International est opposée au retour des réfugiés afghans si celui-ci ne s'effectue pas conformément au droit international relatif aux réfugiés ou si aucun changement fondamental ne survient dans la situation du pays d'origine. Le retour de tout demandeur d'asile déboutédoit s'effectuer au cas par cas, en respectant la sécurité, la dignitéet les droits humains de la personne intéressée. Amnesty International estime que la situation générale en Afghanistan ne permet pas le retour des demandeurs d'asile déboutés,étant donnél'absence de garanties relativesàla sécuritéetàla dignitéd'un tel retour."Le rapport du Haut Commissariat aux Réfugiés sur l'Afghanistan («Afghanistan : Update on the security situation», UNHCR, June 2006) dressait une liste des régions dont les ressortissants devaient bénéficier d'une protection internationale. Au vu de ces informations, nous nous attendionsàd'autant plus de diligence dans le traitement des demandes de protection subsidiaire des ressortissants afghans.

Ajoutons encore que l'Office des Etrangers procèdeàune interprétation erronée de l'article 48/4 de la loi du 15 décembre 1980 modifiée lorsqu'il reproche au demandeur d'asile l'absence de caractère«personnel»du risque réel de menace grave («...en niet kan aantonen dat hij persoonlijk een reëel risico op ernstige schade loopt...»). Le caractère personnel du risque réel a disparu de la définition de la protection subsidiaire lors de la transposition de la directive en droit belge. Cette modification apportéeàla définition est un choix explicite du législateur qui a reconnu l'aspect contradictoire de cette notion avec le caractère«aveugle»de la violence alléguée. Ainsi, les motifs de crainte ne doivent pasêtre spécifiquesàune personne donnée. Aussi, dans ce cas, il ne peutêtre reprochéaux demandeurs d'asile d'invoquer des informations relativesàla situation générale dans le pays,àpartir du moment oùcesélémentsétablissent qu'il y a une situation de violence aveugle dans le cadre d'un conflit armé, et que c'est sur cette base uniquement que le statut peutêtre octroyéou non.

L'exposédes motifs de la loi du 15 septembre 2006 précise cependant que chaque demandeur doit démontrer qu'il est confrontéàune situation dans laquelle la crainte pour sa personne ou sa vie estévidente. Si c'estàcela que l'Office des Etrangers faisait référence en invoquant, de manière erronée, l'absence de démonstration du caractère personnel du risque réel, notons que cette charge de la preuve ne peut pasêtre attendue des demandeurs d'asile au stade de l'examen de la prise en considération ou non de la demande d'asile. En effet, dans ce cas, il doit uniquement leurêtre demandéde fournir deséléments susceptibles de donner lieuàl'octroi de la protection subsidiaire. Enfin, rappelons que, bien que la charge de la preuve incombe en principe au demandeur, dans le cadre des demandes d'asile, les exigences de preuve ne doivent pasêtre interprétées trop strictement. Le Haut Commissariat aux Réfugiés indique très clairement«que la tâche d'établir etd'évaluer tous les faits pertinents sera menée conjointement par le demandeur et l'examinateur». («Guide des procédures et critèresàappliquer pour déterminer le statut de réfugié», p.51).

Dans les cas présents, les demandeurs d'asile ont amenésuffisamment d'éléments quantàleur origine et quant au fait que la situation dans leur pays d'origineétait susceptible de menacer leur vie, démontrant qu'ils avaient des craintesévidentes de menaces quantàleur vie en cas de retour. Si l'Office des Etrangers considérait que les demandeurs d'asile ne démontraient pas suffisamment leur crainte de menace, il aurait dûles interrogeràce sujet. Il ressort cependant des compte-rendu d'audition que l'Office des Etrangers n'a pas menéplus avant l'audition dans ce sens. Les rapports d'audition mentionnent uniquement :«troisième demande d'asile»,«pas retourné»,«pas de nouveauxéléments».

Sur base de tous ceséléments, nous vous demandons Monsieur le Ministre, Monsieur le directeur général, de retirer ces décisions, de prendre ces demandes en considération et de veilleràl'aveniràune meilleure motivation de telles décisions.

Nous souhaiterions vous rencontrer au plus vite afin de vous faire part de notre position de vive voix. Dans l'attente d'une réponse prompte de votre part, veuillez agréer, Monsieur le Ministre, Monsieur le Directeur général, l'expression de nos salutations les plus respectueuses.

Philippe Hensmans, Directeur, Amnesty International Belgique francophone

Jan Brocatus, Directeur, Amnesty International Vlaanderen

Bruno Vinikas, Président, ComitéBelge d'Aide aux Réfugiés

Pieter De Gryse, Directeur, Vluchtelingenwerk Vlaanderen

Frédérique Mawet, Directrice, CIRE

> en savoir plus


05/12/2006

Note mensuelle sur l'actualitéen matière d'asile (octobre 2006)

Appel au vote pour la régularisation des sans papiers

Le 1er octobre, une semaine avant lesélections communales«officielles», l’UDEP (Union de défense des sans papiers) et ses nombreux soutiens ont organiséun vote symbolique en plein c?ur de Bruxelles, par lequel tous«les Belges, les Etrangers et les sans-papiers»étaient invitésàvoter pour la régularisation des sans-papiers. Selon l’organisation,«voter pour la régularisation des sans-papiers n’est pas un signe de faiblesse devant une prétendue invasion fantasmatique desétrangers, mais plutôt une expression de la force d’une démocratie et une confirmation de l’Etat de droit».«C’estégalement un signe clair de rejet de l’extrême droite»et«c’est direàtous ces travailleurs sans-papiers que leur contribution est précieuse, nécessaire et reconnue dans la Belgique d’aujourd’hui». L'initiativeétait originale mais son succès fut mitigé. Une centaine de personnes y ont pris part. L'UDEP espérait le double. Les sans-papiers ont actuellement bien du malàmobiliser autour de leur cause. La caravane des sans-papiers, qui devait faire le tour des communesàl'occasion desélections du 8 octobre, n'a pas tenu ses objectifs. Les grèves de la faim, qui ont diviséprofondément l'UDEP, ont tournécourt même si, en certains endroits, des sans-papiers ont risquéleur vie dans l'espoir d'être régularisés. Un peu partout dans leséglises, l'heure est au retrait. Ces abandons dans leséglises ou autres locaux n'ont rien d'étonnant. Certains sans-papiers s'y trouvaient depuis le début du printemps dans l'espoir de peser sur le débat parlementaire relatifàla procédure de régularisation. Les sans-papiers ont perdu ce combat et aucuneéchéance politique proche ne peut relancer la mobilisation. Les sans-papiers sont doncàla recherche d'un nouveau souffle (UDEP, 28/09/06 ; Le Soir, 2/10/06)

Eloignement«illégal»d’un Tchétchène vers la Slovaquie

En juin 2006, un ressortissant tchétchène avait introduit une demande d’asile en Belgique. Suiteàla procédure«Dublin II», il avait cependantétéétabli que«l’Etat responsable de l’examen de la demande d’asile»n’était pas la Belgique, mais la Slovaquie : ce ressortissant devait donc yêtre transféré. Le Haut commissariat des Nations unies pour les Réfugiés (HCR) et le Comitébelge d’aide aux réfugiés (CBAR) sont toutefois intervenus en sa faveur, estimant que sa demande risquait«ne pasêtre traitée avec toutes les garanties nécessaires en Slovaquie». Le ressortissant tchétchène avait alors introduit une nouvelle demande d’asile, ce qui lui avait permis d’échapperàune première tentative de rapatriement. Or, alors que la situation enétait encore au même point, il aétéexpulséune semaine plus tard, le 29 septembre dernier,«alors même qu’aucun document officiel n’était venu attester qu’une décision avaitétéprise en ce sens». Plusieurs associations ont dénoncéle 4 octobre l’éloignement«illégal»de ce ressortissant, vu que son dossierétait toujours en cours de traitement en Belgique et que la Slovaquie n’offrait pas les garanties d’une procédure d’asileéquitable. (Belga, 04/10/06)

La Belgique condamnée pour avoir détenu et refouléTabitha

Le 18 août 2002, Tabitha, une petite Congolaise de 5 ansàpeine, a transitépar l’aéroport de Bruxelles-national. Elle devait normalement poursuivre son voyage jusqu’aux Pays-Bas pour y loger chez un oncle avant de rejoindre sa mère au Canada, mais elle n’avait pas de papiers en règle. Elle a doncétéplacée dans le centre de transit 127 pendant deux mois avant d’être expulsée toute seule vers Kinshasa. Finalement, le 23 octobre 2002, Tabitha aétérenvoyée via Paris au Canada, oùsa maman a pu l’accueillir. Le 12 octobre dernier, la Cour européenne des droits de l’homme a rendu un arrêt dans lequel elle condamne sévèrement l’Etat belge, tout d’abord euégard aux conditions de détention de la petite fille, quiétaient celles d’un adulte, alors qu’elleétait séparée de ses parents et sans que quiconque n’aitétédésignépour s’occuper d’elle. Aux yeux de la Cour,«pareille détention fait preuve d’un manque d’humanitéet atteint le seuil requis pourêtre qualifiée de traitement inhumain». Ensuite, concernant le refoulement, la Cour estime qu’il«lui a nécessairement causéun sentiment d’extrême angoisse»et que les autorités belges ont«fait preuve d’un manque flagrant d’humanitéenvers sa personne, euégardàsonâge etàsa situation de mineure non accompagnée». En outre, elle relèveégalement que«les autorités belges n’ont pas pris la peine d’avertir (la mère) de la mesure de refoulement prise». En conséquence, la Cour condamne la Belgiqueàallouer 35 000 eurosàTabitha etàsa maman pour dommage moral, ainsi que 14 036 euros pour frais et dépens. (Belga, 12/10/06 ; La Libre Belgique, 13/10/06 ; Le Soir 13/10/06)

Des associations dénoncent les conditions de détention dans les centres fermés pourétrangers

Plusieurs associations de défense des droits de l’homme et des réfugiés (Aide aux Personnes déplacées, Caritas International Belgique, la Ligue des Droits de l’Homme, le MRAX, Jesuit Refugee Service Belgium, le Service Social de SolidaritéSocialiste, le Centre social protestant, Point d’Appui, le Ciréet Vluchtelingenwerk Vlaanderen) ont rendu public le 19 octobre un rapport dans lequel elles dénoncent les conditions de détention dans les centres fermés pourétrangers, et les expulsions. Ce rapport est le résultat de visites régulières qu’elles ont effectuéentre 2002 et 2004. Il présente tout d’abord les chiffres de la détention et de l’expulsion d’étrangers. Ainsi, 8 000 personnes en moyenne sont détenues chaque année en centre fermé, dont un nombre croissant d’enfants, pour le seul motif de leur situation administrative. Les placements en cellule d’isolement ne font qu’augmenter, de même que la durée moyenne des détentions. En 2003, 25% des détentions n’étaient pas justifiées et seulement 20% des détenus ont pu faire vérifier la légalitéde leur détention par un tribunal, notent encore les associations. En outre, chaque année, la détention et les expulsions d’étrangers coûtent plus de 25 millions d’euros aux autorités belges.

Après cetétat des lieux général, le rapport s’attarde sur deux thèmes en particulier : les aspects médicaux et psychologiques de la détention et les pressions et violences autour des expulsions. Il note ainsi que certaines personnes présentant des problèmes physiques ou psychiques sont placées en centre de rétention alors qu’elles ne devraient jamais se trouver dans un tel environnement. Les associations demandent dès lors que l’Office desétrangers prenne en compte les antécédents médicaux et/ou psychologiques des personnes avant toute décision de détention. Par ailleurs, les détenus ont régulièrement le sentiment de ne pasêtreécoutés et que leurs problèmes ne sont pas pris au sérieux. En outre, la détention en tant que telle n’est pas sans conséquence pour l’état des détenus :«Beaucoup de détenus se montrent stressés, angoissés et plus les durées de détention sont longues, plus les individus apparaissent cassés et sombrent dans la déprime», précise ainsi le rapport. En ce qui concerne les expulsions, il dénonce«des indices sérieux de traitements dégradants»etémet une série de recommandations : multiplication des contrôles internes et externes, enregistrements vidéo, instauration d’un organe indépendant de traitement des plaintes…(Belga, 19/10/06 ; Communiquéde presse commun des associations, 19/10/06 ; Le Soir, 19/10/06 ; La Libre Belgique, 20/10/06)

> en savoir plus


05/12/2006

Déclaration d'Amnesty Internationalàl'occasion de la conférence ministérielle Union européenne - Afrique sur la migration et le développement, Tripoli, 22 et 23 novembre 2006

17 novembre 2006

Les 22 et 23 novembre 2006, lesÉtats membres de l'Union et des pays africains se réunirontàTripoli, en Libye, pour discuter de la migration et du développement. La conférence rassemble non seulement des ministres responsables des migrations maiségalement des ministres des affairesétrangères et du développement. L'Union a récemment participéàd’autres réunions de haut niveau de ce type consacrées aux liens entre la migration et le développement, comme la conférence de Rabat en juillet 2006 et le Dialogue de haut niveau sur les Migrations internationales et le développement des Nations Unies, en septembre 2006.

Amnesty International se réjouit du fait que lesÉtats membres de l'Union et la Commission continuentàs'engager dans un dialogue multilatéral sur cette question. Il est en effet important de considéreràla fois les liens positifs et les liens négatifs entre la migration et le développement et de renforcer la coopération entre lesÉtats africains et lesÉtats membres de l'Union dans ce domaine.

La conférence de Tripoli a lieuàune période oùun grand nombre de migrants arrivent aux frontières maritimes méridionales de l'Union. En même temps, FRONTEX, l'agence européenne de contrôle des frontières extérieures de l'Union, effectue des opérations destinéesàréagir aux traversées de la Méditerranée des demandeurs d’asile en quête de protection et des migrants en quête d’une vie meilleure. Le fait que des migrants de plus en plus nombreux aient tendanceàprendre des risques toujours plus grands pour atteindre le territoire européen est presque symbolique de l’incapacitéactuelle de l'Unionàtraiter efficacement les causes profondes des migrations. Il est encourageant de constater que les discussions commencentàprendre ceséléments en compte.

La conférence de Tripoli semble envisager une approche différente de celle adoptée par les précédentes réunions de haut niveau consacréesàcette question. Selon le projet de déclaration commune Afrique- Union européenne, les principes qui devraient régir le partenariat entre les pays d'origine, de transit et de destination dans la gestion des migrations devraient tenir plus compte des droits humains etêtre moins régis par le souci du contrôle. Il y est affirméque la paix et la sécuritédoiventêtre garanties et que le souci des droits humains et du bien-être de l'individu doitêtre une priorité; les possibilités de migration légale sont considérées comme«profitablesàtous»et cette migration contrôlée peutêtre positive pour le développement. De façon saisissante et en net contraste avec la déclaration et le plan d'action de Rabat, la nécessitéd'assurer l'accèsàla protection internationale pour ceux qui en ont besoin est explicitement mentionnée comme principe de base. Amnesty International se réjouitégalement de l’attention particulière accordée aux mineurs non accompagnés et aux femmes ainsi qu’au nécessaire accès aux procédures d'asile.

Cependant, les bonnes intentions ne sont pas suffisantes et doiventêtre traduites en action. Il est important que les réunions de haut niveau comme celle de Tripoli aillent au-delàde la seule rhétorique et incluent des perspectives d’initiatives concrètesàprendreàla fois par lesÉtats africains et par lesÉtats membres de l’Union. De plus, l'Union et sesÉtats membres devraient améliorer leur participation dans les différentes initiatives dans lesquelles ils se sont récemment engagés en ce qui concerne la migration et le développement, destinéesàassurer une stratégie logique sur cette question.

Nécessitéd’un partage international de la charge plus important en matière de protection des réfugiés

Dans l’élaboration d’une approche globale des migrations et du développement, toutes les parties concernées doivent observer leurs engagements au regard du droit international relatif aux droits humains et au droit des réfugiés et doivent honorer le principe du partage international de la charge en matière de protection des réfugiés. Selon le nombre de réfugiés recensés par le HCR dans le monde en 2005, le pourcentage de ceux accueillis en Europeétait de 23% alors que l'Afrique et la région de l'Asie centrale, du sud-ouest de l’Asie, de l'Afrique du nord et du Moyen-Orient en accueillait chacune un tiers. Pendant ce temps, le nombre de demandeurs d’asile arrivant dans l’Union continue de diminuer, avec une diminution de 34% pour le premier semestre de 2006 par rapport au premier semestre de 2004. Néanmoins, cette baisse du nombre des demandes enregistrées ne s’est pas traduite par une augmentation substantielle du nombre de réfugiés réinstallés en Europe.

La réinstallation est présentée par le HCR commeétant l'une des solutions durables aux situations des réfugiés, en complément du retour volontaire et de l’intégration sur place et comme expression réelle de solidaritéinternationale et mécanisme de partage des responsabilités. Pourtant, seuls quelquesÉtats membres de l'Union s’engagent dans des programmes de réinstallation avec pour résultat des nombres relativement bas de réfugiés réinstallés. Si lesÉtats membres envisagent d'honorer sérieusement le principe du partage international de la charge au sein du régime international de protection, ils devraient s'engager véritablement dans des programmes de réinstallation pour compléter leurs obligations de protection découlant de la Convention de Genève de 1951 relative au statut des réfugiés et d'autres instruments internationaux appropriés relatifs aux droits humains, y compris la Convention européenne des droits de l'Homme.

Il serait hautement souhaitable que lesÉtats membres de l'Union fassent preuve de solidaritéenvers le continent africain au sujet des situations des réfugiés en incluant dans la déclaration commune une plus importante utilisation de la réinstallation.

Nécessitéde respecter les droits des réfugiés et des migrants dans la lutte contre les migrations irrégulières

Au sujet du retour des migrants en situation irrégulière, le projet de déclaration commune mentionne explicitement«la nécessitéd'assurer un retour et des politiques de réadmission effectifs (…) dans la dignitéet le respect des droits fondamentaux (…) en mettant en application les clauses de réadmission dans les accords d'association Euromed et les plans d'action de voisinage.»Les accords de réadmission et les clauses de réadmission dans les accords d'association avec les pays d'origine et de transit constituent un outil important des politiques globales de l’Union en matière d’immigration et de retour. Cependant, Amnesty International est préoccupée par des expulsions illégales de migrants et demandeurs d’asile et, dans certains cas, de réfugiés par un certain nombre de pays méditerranéens, comme l'Algérie, la Libye, le Maroc et l'Espagne.

Un récent rapport d’Amnesty International («Spain and Morocco : Failure to protect the rights of migrants- one year on”, AI index : EUR 41/009/2006), par exemple, a faitétat d’expulsions illégales en 2005 de l’Espagne vers le Maroc et du Maroc vers les pays frontaliers menant dans certains casàdes refoulements. Des expulsions immédiates et collectives comme celles décrites dans le rapport sont illégales parce qu'elles sont effectuées sans qu’aucune procédure ne soit mise en oeuvre pour déterminer la légalitédu retour dans chaque cas individuel ou pour identifier les demandeurs d’asile et examiner leur demande.

Depuis lors, des milliers d’autres personnes suspectées d'être des migrants irréguliers ontétéarrêtées par les autorités marocaines et expulsées vers l’Algérie et, en moins grand nombre, vers la Mauritanie. En août 2006, l'organisation humanitaire Médecins du Monde a indiquéqu’une personne faisant partie d'un groupe de 53 migrants expulsésàla frontière entre le Sahara occidental et la Mauritanie par les autorités marocaines et laissés sans nourriture ni eauétait morte de déshydratation. Cette année, au moins trois réfugiés reconnus et un demandeur d’asile enregistrépar le HCRàRabat auraient fait partie des personnes arrêtées et expulsées par les autorités marocaines.

Amnesty International note que lesÉtats membres de l'Union et lesÉtats africains s’engagent de plus en plus dans des accords bilatéraux et multilatéraux de réadmission et craint que l’application de ces accords puisse donner lieuàdes violations des droits humains semblablesàcelles décrites par le rapport d’Amnesty International sur l'Espagne et le Maroc. Comme de tels accords sont souvent mis en application sans aucune transparence, il est difficile de surveiller leur application. Actuellement, l'Union finalise un accord de réadmission avec le Maroc et chercheàouvrir bientôt des négociations avec l'Algérie.

LesÉtats membres de l'Union doivent s'assurer que de tels accords sont fondés sur le plein respect des droits des demandeurs d’asile, des réfugiés et des migrants et que le principe de non refoulement est strictement observédans la pratique. L'Union devrait avoir des garanties suffisantes et effectives quant aux retours dans la sécuritéet la dignitéet dans le plein respect des droits humains des migrants. En l’absence de telles garanties et de mécanismes de surveillance efficaces, l'Union et sesÉtats membres devraient s'abstenir de conclure des accords de réadmission et de procéderàdes renvois vers les pays concernés. En d'autres termes, la conditionnalitédes droits humains devraitêtre unélément essentiel dans la stratégie de l'Union lorsqu’elle s’engage dans une coopération avec les pays tiers pour contrôler les migrations irrégulières.

Nécessitéd'initiatives concrètes en matière de migration légale et mise en place d'une stratégie sur la migration et le développement, respectueuse des droits des travailleurs migrants

Amnesty International apprécie le fait que l'Union et lesÉtats africains conviennent qu’une migration légale correctement gérée peut favoriser des liens plusétroits entre les pays d'origine et les pays d’accueil, peut aideràsatisfaire les besoins de main d’oeuvre et peut contribuer au développement des pays d'origine.Àdiverses occasions dans le passé, Amnesty International a invitél'Unionàouvrir des discussions concrètes pour créer des voies de migration légale en tant que composante nécessaire de la stratégie globale de l’Union.

La Commission et un certain nombre d'États membres ont déjàreconnu le besoin d'une telle politique. La réunion de Tripoli offre une occasion idéale pour mettreàl'ordre du jour les questions de migrations légales entre l'Afrique et l'Union et pour développer avec lesÉtats africains une approcheéquilibrée satisfaisant les besoins et de l’Union et des Etats africains en la matière.

Le même dialogue devraitégalement serviràpromouvoir etàprotéger les droits de tous les travailleurs migrants et de leurs familles sans discrimination. De nombreux travailleurs migrants, en particulier quand ils sont sans papiers, sont soumisàdes pratiques abusives et sont victimes de discrimination et d’exploitationéconomique. La Convention des Nations Unies de 1990 sur les droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leurs familles qui insiste sur le principe selon lequel tous les migrants, indépendamment de leur statut, sont en droit de bénéficier de droits humains est considérée comme le septième traitéfondamental relatif aux droits humains. Elle expose les droits dont doivent jouir tous les travailleurs migrants, y compris le droitàla vie,àla liberté,àla protection contre l'expulsion collective etàdes conditions de travail satisfaisantes. Elle clarifie et réaffirme le respect des droits humains de toutes les personnes se trouvant sur le territoire desÉtats parties, et pas seulement de leurs citoyens. Cette Convention peutêtre un instrument important pour empêcher et mettre finàl'exploitation et pour décourager le travail illégal dans des circonstances humiliantes. Aujourd'hui, aucun desÉtats membres de l'Union n'a encore ratifiécette Convention, alors qu'un certain nombre d'États africains l’ont fait. Amnesty International invite les Etats africains et lesÉtats membres de l’Unionàreconnaître l'importance de la Convention relative aux droits des travailleurs migrants en liaison avec les migrations d'Afrique vers l'Europe etàratifier ce texte dès que possible.

Amnesty International recommande que l'Union et sesÉtats Membres :

1. expriment une solidaritéinternationale concrète envers lesÉtats africains dans le traitement des situations des réfugiés en s'engageant véritablement en matière de réinstallation ;

2. garantissent un accès effectifàla protection internationale en portant une attention particulièreaux besoins de protection des groupes vulnérables ;

3. garantissent que les droits des migrants et des réfugiés soient entièrement respectés dans la lutte contre les migrations irrégulières tout en garantissant que tout retour de ressortissants de pays tiers en situation irrégulière aura lieu dans la sécuritéet la dignité;

4. s’engagent dans des initiatives concrètes pour ouvrir des voies légales de migration en tant qu'importantélément dans une stratégie globale sur les migrations et le développement ;

5. ratifient la Convention de 1990 des Nations Unies sur les droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leurs familles.

> en savoir plus


05/12/2006

La protection subsidiaire

Prévue par une directive européenne, cette nouvelle protection vient compléteràpartir du 10 octobre 2006 la protection internationale prévue par la Convention de Genève sur les réfugiés du 28 juillet 1951. Cette directive aététransposée dans la législation belge par la loi modifiant la loi du 15 décembre 1980 sur l’accès, le séjour, l’établissement et l’éloignement desétrangers publiée au Moniteur belge au début du mois d’octobre 2006. Cette loi fixe la définition de la protection subsidiaire et définit les conditions d’octroi.

a. Définition

Le statut de protection subsidiaire est accordéàl’étranger qui ne peutêtre considérécomme un réfugiéet qui ne peut pas bénéficier de la procédure prévue pour le séjour humanitaire pour des raisons médicales, etàl’égard duquel il y a de sérieux motifs de croire que, s’ilétait renvoyédans son pays d’origine, il encourrait un risque réel de subir des atteintes graves. Des conditions supplémentaires sont prévues par la loi dans la définition de la protection subsidiaire : l’étranger ne peut pas ou compte tenu du risque réel de subir des atteintes graves, n’est pas disposéàse prévaloir de la protection de son pays et il n’est pas concernépar les clauses d’exclusion.

Sont considérées comme atteintes graves :

a) la peine de mort ou l’exécution ; ou

b) la torture ou les traitements ou sanctions inhumains ou dégradants du demandeur dans son pays d’origine ; ou

c) les menaces graves contre la vie ou la personne d’un civil en raison d’une violence aveugle en cas de conflit arméinterne ou international.

Unétranger sera toutefois exclu du statut de protection subsidiaire lorsqu’il existe des motifs sérieux de considérer :

a) qu’il a commis un crime contre la paix, un crime de guerre ou un crime contre l’humanité;

b) qu’il s’est rendu coupable d’agissements contraires aux buts et aux principes des Nations Unies ;

c) qu’il a commis un crime grave.

b. Application

Une demande de reconnaissance du statut de réfugiéou d’octroi du statut de protection subsidiaire se fait en Belgique sous la forme d’une demande d’asile.

Dès le 10 octobre 2006 et jusqu’àl’entrée en vigueur de la nouvelle procédure d’asile, les trois instances d’asile actuelles (Office desétrangers, Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides et Commission permanente de recours des réfugiés) restent compétentes pour le traitement des demandes d’asile et de protection subsidiaire. Les 5 instances examinent d’office les demandes d’asile en prioritédans le cadre de la Convention de Genève et ensuite dans le cadre des dispositions relativesàla protection subsidiaire.

Concrètement, l’examen se déroule comme suit :

* Pour les nouvelles demandes d’asile introduites après le 10 octobre 2006 ainsi que pour les dossiers pendants, les besoins de protection prévus d’une part par la Convention de Genève et d’autre part par la protection subsidiaire sont examinés automatiquement. Une procédure particulière est prévue pour les personnes souffrant d’un grave problème de santé.

* En ce qui concerne les dossiers pendants devant l’OE et le CGRA :

o si une audition a déjàeu lieu, aucune audition supplémentaire n’est en principe organisée ;

o l’organisation d’une audition supplémentaire reste exceptionnellement possible pour certains dossiers particuliers ;

o tout comme pour les nouvelles demandes d’asile, lors de l’examen des demandes pendantes, les deux protections sont examinées automatiquement ;

o les candidats réfugiés ayant des nouveauxéléments complémentairesàleur récit peuvent les porteràla connaissance de l’OE et du CGRA par courrier.

* En ce qui concerne les dossiers pendants devant la CPRR :

o Les personnes dont la date de l’audience est fixée entre le 10 octobre et le 1er décembre 2006 ont la possibilitéd’invoquer des faits ou des raisons liésàla protection subsidiaire jusqu’au jour de l’audience ou lors de l’audience. En effet, jusqu’au 1er décembre, les recours pendants devant la CPRR sont traités selon la procédure orale actuelle.

o A partir du 1er décembre 2006, la procédureécrite fixée pour le Conseil du contentieux desétrangers s’applique aux dossiers pendants devant la CPRR. Les personnes dont le recours est toujours pendant au 1er décembre et qui n’ont pas encoreétéconvoquéesàcette date verront leur demande examinée selon cette procédureécrite. Elles recevront un courrier leurdemandant si elles souhaitent poursuivre la procédure et les invitantàjoindre parécritàleur requête tous les nouveauxéléments, y compris ceux relevant de la protection subsidiaire. Les candidats réfugiés sont présumés se désister s’ils ne réagissent pasàcette demande dans les trente jours.

* En ce qui concerne les dossiers clôturés devant les trois instances d’asileàla date du 10 octobre 2006 :

o Une procédure particulière est prévue pour les personnes dont la décision confirmative ou la décision de refus du statut de réfugiécontient une clause de non-reconduite ou une clause similaire.

o Les personnes déboutées de la procédure d’asile et qui pensent pouvoir bénéficier de la protection subsidiaire peuvent introduire une nouvelle demande seulement si elles sont en possession d’un nouvelélément pertinent.

  • Attention : la directive européenne ou sa transposition en droit belge ne peuvent en soiêtre invoquées comme nouveauxélémentsàl’appui d’une nouvelle demande d’asile.
  • Un changement radical dans la pays d’origine après la clôture de la demande d’asile peut, par exemple,être considérécomme un«nouvelélément pertinent»si ce changement engendre un conflit arméconstituant un risque réel pour les civils d’être victimes d’une violence aveugle et généralisée.Àtitre d’exemple, la seuleévolution de la situation du respect des droits de l’Homme dans la pays d’origine ne constitue pas un«nouvelélément pertinent».
  • L’entrée en vigueur de la protection subsidiaire n’apporte aucun changement pour tous les dossiers qui ontétéclôturés en raison d’une fraude ou d’un manque de crédibilité.

c. Statut des personnes

Les personnes bénéficiant de la protection subsidiaire sont admises au séjour en Belgique pour une durée limitée. Un titre de séjour valable un an, prorogeable et renouvelable, leur est délivrépar l’administration communale sur instruction de l’Office desétrangers.

Àl’expiration d’une période de cinq ansàcompter de la date d’introduction de la demande d’asile, le séjour des bénéficiaires de la protection subsidiaire devient un séjouràdurée illimitée.

d. Procédureàsuivre pour les personnes avec une clause de non-reconduite

Une procédure particulière est prévue dans la loi pour les personnes dont la décision confirmative en recevabilitéest assortie d’une clause de non-reconduite ou dont la décision du refus de reconnaissance du statut de réfugiéau fond contient une clause similaireàla clause de non-reconduite.

Les personnes dont la décision mentionne une clause humanitaire ne sont pas concernées par cette procédure. Par«clause humanitaire», on entend, entre autres, les situations suivantes :

•clause liéeàun problème de santé,•clause liéeàla situation humanitaire générale d’un pays tel que l’Afghanistan,•clause se référantàun risque en cas de rapatriement forcémais n’estimant aucun risque en cas de retour volontaire.

Procédure

Ces personnes ont la possibilitéd’obtenir le statut de protection subsidiaire au moyen d’une procédure particulière.

1. La demande d’octroi du statut de protection subsidiaire doitêtre introduite par le demandeur,àson initiative, auprès de l’administration communale de son lieu de résidence.

2. Une pièce d’identitéainsi que la décision du Commissaire général aux réfugiés et aux apatrides assortie de la clause doiventêtre présentées.

3. L’identitédu demandeur est vérifiée par l’Office desétrangers.Àdéfaut de pièces d’identité, le demandeur peut opter pour la réalisation d’une comparaison de ses empreintes digitales avec les empreintes prises lors de l’introduction de sa demande d’asile.

4. Des conditions supplémentaires sont prévues par la loi :

a. le demandeur ne peut pas avoir quittéle territoire belge après la fin de la procédure d’asile,

b. le danger en cas de reconduite doitêtre toujours actuel,

c. le demandeur ne doit présenter aucun risque pour l’ordre public ou la sécuriténationale.

5. En cas de doute quantàl’actualitéde la clause, l’Office desétrangers doit solliciter l’avis du commissaire général aux réfugiés et aux apatrides.

6. Si les conditions précitées sont remplies, sur l’instruction de l’Office desétrangers, l’administration communale délivre un titre de séjour d’une durée d’un an, renouvelable et prorogeable.

Pour les personnes avec une clause de non-reconduite, il est vivement déconseilléd’introduire une nouvelle demande d’asile pour les raisons suivantes :

•en cas de nouvelle demande d’asile, celle-ci est réexaminée par les instances d’asile dans sa globalitéc’est-à-dire tant au niveau de la crédibilitéque du risque de persécution ou d’atteintes graves ;

•les aspects examinés d’une demande d’asile sont bien plus nombreux que l’examen effectuédans le cadre du traitement spécifique prévu pour les personnes avec une clause de non-reconduite ;

•le traitement d’une nouvelle demande d’asile dure plus longtemps que le déroulement de la procédure spécifique.

e. procédureàsuivre pour les personnes ayant un grave problème de santé

Une procédure particulière est prévue pour permettre aux personnes souffrant d’un grave problème de santéd’introduire une demande de séjour. Ces demandes sont exclues du champ d’application de la protection subsidiaire et seront traitées selon une procédure spécifiqueàorganiser au sein de l’Office desétrangers.

Les démarchesàeffectuer et les conditions d’application sont prévues pas la loi modifiant la loi du 15 décembre 1980. En attendant la détermination par le Roi de la date d’entrée en vigueur de ces dispositions, la procédure actuelle prévueàl’article 9 al.3 de la loi du 15 décembre 1980 reste en application pour les personnes ayant de graves problèmes de santé.

> en savoir plus


05/12/2006

Note mensuelle sur l'actualitéen matière d'asile (octobre 2006)

Un an déjàdepuis les drames de Ceuta et de Melilla

Le 29 septembre 2005, au moins cinq migrants trouvaient la mort en tentant de passer les grillages de Ceuta. Six jours plus tard, six autres personnes mourraient dans des circonstances analoguesàMelilla. Par ailleurs, des centaines d’autres furent blessées. Malgréles vives réactions que cesévénements ont suscité, Amnesty International (AI) relève dans un rapport paru le 26 octobre qu’aucune mesure disciplinaire n’aétépriseàl’encontre de membres des forces de sécuritémarocaines et espagnoles pour la mort ou le mauvais traitement de migrants. En outre, l’organisation exprime sa préoccupation quantàl’absence de garanties d’impartialité, d’exhaustivitéet d’efficacitédes enquêtes. De plus, aucune mesure préventive n’aétéadoptée. Elle relèveégalement que les expulsions qui ont eu lieu en masse immédiatement après les faits constituent une violation du droit international dès lors qu’elles ont concernénotamment des demandeurs d’asile. De même, certaines personnes ontétéexpulsées vers des pays oùelles courraient des risques de torture ou de traitements cruels, inhumains ou dégradants. Pour consulter le rapport d’Amnesty International en version anglaise, cliquez surhttp://web.amnesty.org/library/inde...

En référence auxévénements de Ceuta et de Melilla, le Forum social européen, le Forum social mondial sur les migrations et la Conférence non gouvernementale euro-africaine ont appeléàfaire de la journée du 7 octobre une journée internationale de mobilisation pour les droits des migrants. Mais c’est parfois pendant plusieurs jours que de nombreuses activités, appelant plus généralementàla libertéde circulation, se sont tenuesàtravers toute l’Afrique et l’Europe. Par ailleurs, le réseau Migreurop a rendu public dès le 5 octobre son«Livre noir de Ceuta et Melilla», qui reprend des témoignages de rescapés des deux enclaves espagnoles avant de proposer une analyse sur l’externalisation des politiques d’asile et d’immigration. Vous pouvez télécharger ce documentàl’adressehttp://www.migreurop.org/IMG/pdf/li...(Consortium d’associations marocaines, 30/09/06 ; Afribone.com, 04/10/06 ; AI, 26/10/06 ; Agence Europe 30/10/06)

Soudan

- La situation se détériore encore au Darfour

Le 1er octobre, JoséManuel Barroso s’est rendu au Darfour avec une délégation de l’Union européenne (UE) dans le cadre d’efforts de la communautéinternationale pour mettre fin au conflit etàla crise humanitaire dans cette région de l’ouest du Soudan. Il en a profitépour annoncer que l’UE débloquerait 40 millions d’euros d’aide humanitaire, principalement alimentaire. Entre temps, de nouveaux affrontements dans la ville de Gereida, dans le sud du Darfour, ont provoquél’exode de quelque 10 000 personnes vers un camp de la force de l’Union africaine (UA).

Le 5 octobre, AI a rendu public un rapport intitulé«Soudan. Un besoin criant de sécurité», qui offre une description effrayante de la dégradation des droits de l’homme au Darfour. Le rapport décrit notamment comment«les Janjawids ont acquis quasiment le contrôle total d’une grande partie du Darfour occidental et occupent, progressivement, les terres qui se sont vidées lors des déplacements forcés de populations menés en 2003 et 2004. Les personnes déplacées sont pratiquement prisonnières des camps, tandis que les forces gouvernementales soudanaises et les Janjawids continuent de se rendre coupables d’homicides illégaux, de déplacements forcés, d’enlèvements et de viols». En outre, le 9 octobre, la Haut commissaire des Nations unies pour les droits de l’homme a dénoncéla complicitédu gouvernement soudanais dans une attaque au Darfour qui avait fait des centaines de morts, fin août. Louise Harbour a ainsi estiméque le gouvernementétait«presque certainement au courant, voire complice»de cette attaque«massive»contre des civils.

Les autorités soudanaises refusent toujours qu’une force de maintien de la paix de l’ONU remplace la Mission de l’Union africaine au Soudan (MUAS), pourtant notoirement dépassée par l’ampleur de la crise, au motif que cela constituerait une ingérence dans ses affairesétatiques. Le Conseil de sécuritédes Nations unies avait en effet adoptéle 31 août la résolution 1706 appelant au déploiement d’une force internationale de maintien de la paix dans la régionàla fin du mandat de l’UA,àla fin de l’année. Mais Khartoum y a opposéson veto. Par ailleurs, le gouvernement soudanais a ordonnéle 22 octobre l’expulsion du représentant de l’ONUàKhartoum, Jan Pronk,àqui il reproche ses propos sur l’armée soudanaise.

En attendant, le HCR a déclaréle 10 octobre que«la détérioration en cours de la situation sécuritaire au Darfour et l’insécuritécroissante dans l’est du Tchad soulignait la nécessitéurgente de déplacer les réfugiés soudanais». En effet, près de 43 000 d’entre eux sont pour le moment accueillis dans les camps d’Oure Cassoni et d’Am Nabak, situés respectivementà5 et 18 kilomètres de la frontière. Or des combats ont eu lieuàseulement quelques kilomètres de làdurant le mois. Le HCR a donc demandél’autorisation du gouvernement tchadien et des autorités locales d’étudier la possibilitéd’installer un nouveau camp de réfugiés oùceux-ci puissentêtre en sécurité.

Notons que parallèlementàl’afflux de réfugiés du Darfour au Tchad, ce pays fait lui-même l’objet de violences qui amènent ses ressortissantsàfuir. Près de 3 000 Tchadiens ont ainsiétédéplacés dans le sud-est du pays par des violences communautaires qui ontéclatéau début du mois. Le 27 octobre, Les Nations unies ont annoncéqu’une mission allaitêtre envoyée au Tchad et en République centrafricaine afin d’évaluer les besoins pour protéger les réfugiés ou personnes déplacées du fait du conflit au Darfour.«Nous examinons comment une opération de paix pourrait empêcher la tragédie du Darfour de s’étendre en une tragédie encore plus grande au Tchad et en Centrafrique», a ainsi préciséJean-Marie Guéhenno, le chef des opérations de maintien de la paix de l’ONU. (AFP, 01 et 18/10/06 ; Reuters, 01 et 04/10/06 ; AI, 05/10/06 ; Le Monde, 09/10/06 ; AP, 10/10/06 ; Angolapress, 11/10/06 ; Xinhua, 15/10/06 ; Le Soir, 22/10/06 ; ATS, 28/10/06)

- Le HCR suspend le rapatriement de réfugiés dans le sud du Soudan

Alors qu’il a rapatriéquelque 14 000 réfugiés dans le sud du Soudan, leur région d’origine, depuis le mois de décembre, le HCR a annoncéle 20 octobre avoir suspendu le départ de tout nouveau convoi en raison de l’insécuritéqui règne dans la région. En effet, au moins quarante civils y ontététués les 18 et 19 octobre.«Nous allons surveiller la situation sécuritaire avant de décider quand reprendre les convois de rapatriement», précise le HCR dans son communiqué. Malgrél’accord de paix signéen janvier 2005, l’insécuritérègne toujours dans le sud du Soudan. Selon le HCR, 350 000 réfugiés originaires de cette région vivent encore dans des camps en Ouganda et dans des pays voisins. (HCR, 20/10/06 ; Le Soir, 20/10/06)

Visite de travail de De La Vega en Algérie

Le 2 octobre, la vice-présidente du gouvernement espagnol, Maria Teresa Fernandez De La Vega, a effectuéune«visite de travail»en Algérie, consacrée essentiellement au dossier de l’immigration clandestine. Accompagnée du ministre espagnol des Affairesétrangères et de la Coopération, elle est venue discuter du renforcement de la coopération diplomatique pour le rapatriement d’immigrés illégaux et solliciter l’aide des pays d’origine et de transit comme l’Algérie. Après un entretien avec le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, Mme De La Vega a informéque les deux pays avaient«décidéde la création d’un comitémixte chargéde traiter et d’analyser la question de l’immigration». Par ailleurs, elle a préciséqu’aurait lieu bientôt«la réunion de la commission de suivi pour mettre en?uvre un accord bilatéral en matière de coopération sécuritaire». Cependant, l’Algérie plaide depuis longtemps pour une solution plus globale qui intègrerait une perspective de développement afin d’inciter les populations des pays d’origineàrester sur place. (AP, 02/10/06)

Réunion annuelle du Comitéexécutif du HCR

Lors de l’ouverture de la réunion annuelle du Comitéexécutif du HCR, le Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Antonio Guterres, a prononcéun discours général le 2 octobre en faveur d’une action internationale concertée afin de préserver l’institution de l’asile. Ceci implique, selon lui, de«s’opposeràtoute forme de refoulement et de garantir le respect du droit international des réfugiés». Concernant les migrations irrégulières, Antonio Guterres a répétéqu’il ne voulait pas que le HCR devienne«une institution chargée de la gestion des migrations»car un migrant n’est pas forcément un réfugié. Il a néanmoins signaléqu’un nombre croissant de migrations présentaient un caractère mixte : concernantàla fois des migrants et des personnes ayant besoin d’une protection internationale. Il est donc nécessaire de pouvoir identifier ces personnes afin de leur venir en aide. Le Haut commissaire aégalementévoquédans son discours la nécessitéde mieux gérer les situations post-conflictuelles et de maintenir«une assistance internationale soutenue»dans certains pays«afin de s’assurer que ceux qui sont rentrés restent chez eux»et ne subissent pasànouveau les drames de la guerre civile ou de la famine. Enfin, il a portéune attention toute particulièreàla situation des millions de personnes déplacéesàl’intérieur de leur pays, pour lesquelles le HCRéprouve plus de difficultésàvenir en aide, dès lors qu’elles ne rentrent pas clairement dans son mandat de protection des personnes ayant franchi les frontières de leur pays. (HCR, 02 et 06/10/06)

Etats-Unis

- Dix mille réfugiés burundais accueillis

Les Etats-Unis accueilleront 10 000 réfugiés burundais de Tanzanie d’iciàla fin 2008, a annoncéun porte-parole du Département d’Etat, Tom Casey.«A la demande du HCR etégalement du gouvernement de Tanzanie, oùces réfugiés vivent depuis de nombreuses années, nous avons l’intention d’offrir un permis de résidence permanentàun groupe de Burundais réfugiés dans des camps de l’ouest de la Tanzanie»a-t-il déclarénotant que certains d’entre eux vivaient dans des camps de réfugiés en Tanzanie depuis 1972. Selon un autre responsable du département d’Etat, l’arrivée de ce groupe de réfugiés burundais–l’un des plus importants jamais accueillis par les Etats-Unis, se fera au cours de l’exercice fiscal 2006/2007, entamédébut octobre, et du suivant, qui s’achève début octobre 2008 (AFP, 18/10/06).

- Bush entérine la construction de la clôtureàla frontière mexicaine

Le 4 octobre, le président américain George W. Bush a ratifiéla loi sur la sécuritéintérieure (d’un montant global de 33,8 milliards de dollars) qui inclut notamment une allocation de 1,2 milliard de dollars pour la construction d’une double clôture le long de la frontière avec le Mexique. Il en a toutefois profitépour rappeler que cette seule mesure ne suffirait pas pour enrayer l’immigration clandestine aux Etats-Unis et a appeléle Congrèsàvoter son programme sur les travailleurs temporaires. Toutefois, lorsqu’il a promulguéle«Secure Fence Act»le 26 octobre, il a affirméque celui-ci rendrait les frontières du pays«plus sûres».

Les réactions mexicaines ne se sont pas fait attendre. Dès le début du mois, l’actuel président, Vicente Fox, et son successeuràpartir du mois de décembre, Felipe Calderon, ont ainsi traitéce«mur»de«honte», qui ne peut que porter ombrage aux relations entre les deux pays. Les autorités mexicaines n’excluent d’ailleurs pas unéventuel recours devant les Nations unies. Les critiques internes sontégalement nombreusesàl’égard de ce projet : difficultés techniques de construction liéesàla topographie des lieux, mauvaiseévaluation du coût global de construction des barrières et des mesures d’accompagnement indispensablesàson efficacité, perturbationsécologiques, report du problème de migration en d’autres points de la frontière, plus dangereux pour les migrants. La construction par les Américains, d’un mur long du tiers de leur frontière avec le Mexique rendra l’immigration clandestine des Mexicains et Centraméricains plus dangereuse et plus coûteuse, mais ne modifiera pas de manière significative le flux migratoire, selon les experts.«Une fois de plus, c’est une proposition qui tourne le dosàune résolution globale du problème. Les migrants vont devoir prendre plus de risque pour passer, il y aura plus de morts, les tarifs des passeurs vont augmenter et la criminalitéaussi», dénonce Rodolfo Cruz, professeur du Collège de la frontière, un centre de recherche mexicain sur les relations Mexique-Usa. Néanmoins, l’adoption de cette loiàdeux semaines desélections parlementaires aux Etats-Unis (le 7 novembre)était l’occasion pour le camp républicain de montrer sa détermination en matière de sécuritéet d’immigration. (Reuters, 02/10/06 ; AP, 05 et 27/10/06 ; LCN, 05/10/06 ; Radio-Canada, 05/10/06 ; Nouvel Observateur, 05/10/06 ; Washington Post, 10/10/06 ; Le Monde, 12/10/06 ; Belga, 26/10/06 ; AFP, 27/10/06)

Union européenne (UE)

- Immigration :àMadrid, M. Sarkozy appelle les Européensà«agir»vite

Nicholas Sarkozy a assumésans complexe le rôle de vedette de la réunion des ministres des affairesétrangères et de l’intérieur des huit pays du sud de l’Unioneuropéenne, organisée par le gouvernement espagnolàMadrid, le 29 septembre, pour contre plus efficacement l’immigration clandestine arrivant de la Méditerranée et l’Atlantique. Le ministre français avait fait savoir la veille qu’il allait proposer un réforme profonde de la politique européenne d’immigration :«la crise aigüe que connaît l’Europe n’en est qu’àson démarrage (…) Si ne nous décidons pasàagir, nous verrons monter dans nos démocraties des sentiments de xénophobie que nous ne pourrons plus contrôler.»

Les représentants de l’Espagne, de l’Italie, du Portugal, de la Grèce, de Malte, de la Slovénie, de Chypre et de la Commission européenne n’ont pas répondu publiquement aux propositions du ministre français : refus des régularisations collectives, admissions d’étrangers en fonction des besoins du marchéet de l’emploi, création d’un consulat européen pour la délivrance de visas et renforcement du contrôle des frontières de l’Union.

M. Sarkozy est revenu sur la polémique avec M. Zapatero sur la régularisation de 600 000 travailleurs sans papiersàlaquelle a procédéle gouvernement espagnol en 2005. A M. Sarkozy, qui avait affirméque l’Espagne avait provoquéun effet d’appel sur les Africains sans papiers qui tentent d’atteindre les Canaries, le président du gouvernement espagnol a répondu qu’il n’a pas de«leçons»àrecevoir de la France après lesémeutes de 2005. M. Sarkozy s’est alors défendu de vouloir sermonner l’Espagne, expliquant tirer sa conviction de«l’expérience»de la régularisation de 80 000 immigrants en France en 1997 (Le Monde, 1 et 2/10/06 ; La Libre Belgique, 1/10/06).

- Le Conseil Justice et Affaires intérieures prend des mesures sur l’immigration et l’asile

Le 5 octobre, le Conseil Justice et Affaires intérieures de l’UE a adoptéun ensemble de mesures concernant l’asile et l’immigration. La première d’entre elles est l’établissement d’un«mécanisme d’information mutuelle»qui obligera les Etats membresàcommuniqueràla Commission et aux autres Etats toute information relative aux mesures qu’ils auront prises ou prendront dans le domaine de l’asile et de l’immigration et qui pourraient avoir un«impact significatif»sur certains Etats membres ou sur l’UE dans son ensemble. Dans le domaine du contrôle des frontières, le Conseil s’estégalement prononcéfavorablement pour le renforcement des frontières maritimes au sud de l’Europe et pour l’augmentation du personnel, de l’équipement, du budget et des procédures de coordination de l’agence Frontex en charge du contrôle des frontières extérieures de l’UE. En outre, les ministres concernés ont aussi décidéd’accélérer l’adoption du règlement concernant la mise en place d’Equipes d’intervention rapide aux frontières (RABIT). Enfin, ils ont demandéàla Commission de présenter d’ici la fin de l’année une Communication destinéeàaméliorer les capacités de l’UEàgérer les situations de crises migratoires. (Agence Europe, 03, 05 et 06/10/06 ; AP, 05/10/06 ; UE, 05/10/06)

- AI s’inquiète de l’aide européenneàla Libye

Dans une lettre adresséeàla présidence finlandaise avant le Conseil Justice et Affaires intérieures de l’UE, AI s’inquiète de la décision d’accorder un soutien financieràdes pays tels que la Libye pour maîtriser l’immigration irrégulière, sans chercher par ailleursàobtenir la garantie que les droits des demandeurs d’asile et des migrants seront respectés. En effet, Franco Frattini, le ministre européen en charge de l’immigration aannoncéàla fin du mois de septembre qu’une aide de trois millions d’euros serait allouée aux autorités libyennes dans le cadre de la lutte contre l’immigration clandestine. Or la Libye est connue pour les graves violations des droits humains qui y sont commises. En outre, elle n’a pas signéla Convention de Genève relative aux réfugiés et il n’existe que peu d’informations sur le sort des personnes qui y ontétérefoulées. L’organisation a dès lors appelél’UEàconsidérer les droits humains comme une condition préalableàtoute forme de coopération avec la Libye, comme avec tout autre pays de transit ou d’origine. A la mi-octobre, des instances officielles libyennes ont informéque 1 930«candidatsàl’immigration clandestine»avaientétéarrêtés en un peu moins d’un mois et que 3 768 autres avaientétérapatriés dans leur pays durant la même période. (Agence Europe, 04/10/06 ; AI, 04/10/06 ; Reuters, 16/10/06 ; Panapress, 18/10/06)

- Appel européen contre l’enfermement et l’éloignement de mineursétrangers

Les 22 et 23 novembre prochains, la Commission des Libertés du Parlement européen se prononcera sur un projet de directive relative aux normes et procédures communes applicables dans les Etats membres au retour des ressortissants de pays tiers en séjour irrégulier. Ce projet, tel qu’il est présentépour le moment, prévoit la possibilitéd’enfermer et d’éloigner des mineursétrangers. Or, selon le droit international, aucun mineur ne peutêtre enferméde par le simple fait qu’il estétranger. De même, l’éloignement des mineursétrangers estégalement prohibé. Dès lors, plusieurs associations européennes demandent que, si cette directiveétait adoptée, elle le soit«dans le respect des engagements internationaux souscrits par l’ensemble des Etats membres de l’Union et qu’elle prohibe strictement l’enfermement et l’éloignement des mineurs». Elles proposentégalement plusieurs amendements au texte en ce sens et invitent chacunàsigner une pétition européenne contre l’enfermement et l’éloignement des mineursétrangers. Le texte de cette pétition est accessible via l’adressewww.nominorsindetention.org(nominorsindetention, 09/10/06)

- Tous les Etats n’ont pas transposéla«Directive qualification»

Le 10 octobre, tous les Etats membres de l’UE (exceptéle Danemark) devaient avoir mis en?uvre la Directive dite«qualification»concernant les normes minimales que doivent remplir les personnes pour se voir reconnaître le statut de réfugiéou une autre forme de protection internationale («protection subsidiaire») au sein de l’UE. Comme le rappelle la directrice du bureau régional pour l’Europe du HCR,«cette directive est la pierre angulaire du système européen d’asile. Elle viseàinstaurer une interprétation harmonisée des bénéficiaires de protection internationale. Cela est essentiel car, même si chaque demande d’asile est examinée individuellement, en pratique la probabilitéd’obtenir une protection au sein de l’UE varie de zéroà80% pour certaines nationalités, selon le pays oùla demande est introduite».La Directive précise par ailleurs la notion de«persécution», l’un des critères pourêtre reconnu réfugié, en stipulant qu’elle ne doit pas forcémentémaner d’un agent de l’Etat, mais que les exactions de miliciens peuventégalementêtre prises en compte. De plus, elle confirme que les actes liés au genre peuvent constituer une forme de persécution. Malgrél’importance de cette directive, seuls six pays ont respectéla date limite du 10 octobre pour en assurer la mise en?uvre : le Luxembourg, l’Allemagne, la France, l’Autriche, l’Estonie, la Slovénie et la Lituanie. La Commission a averti qu’elle entamerait des procédures d’infraction contre les pays qui resteraientàla traîne. Par ailleurs, le HCR tientàrappeler que les dispositions contenues dans la Directive ne constituent que des normes minimales. L’agence des Nations unies invite donc les Etats membresàélargir leurs conditions afin d’offrir aux réfugiés un niveau de protection plusélevé. (HCR, 09/10/06 ; Agence Europe, 10/10/06 ; Belga, 10/10/06)

- PICUMa publiéun communiquéde presse le 15 octobre, intitulé“Will undocumented migrants continue to be invisible in the new national action plans on social inclusion, health and pensions for 2006-2008 ?”(Les sans-papiers continueront-ilsàêtre ignorés des nouveaux plans d’action nationaux sur l’inclusion sociale, la santé, et les pensions pour 2006-2008 ?) Le processus de protection sociale et d’inclusion sociale est un mécanisme européen par le biais duquel les Etats membres ont décidéde coordonner leur action et de renforcer la convergence dans le domaine des politiques sociales. Ceux-ci par conséquent se sont engagésàtraduire les objectifs européens communs en“stratégies nationales pour l’inclusion sociale, les pensions et les soins de santéetàlong terme”. Les nouveaux projets qui devraient couvrir la période 2006-2008 ontétésoumis par l’ensemble des Etats membresàla Commission européenne le 15 septembre dernier. Même si aujourd’hui les sans-papiers font partie des groupes les plus exclus socialement en Europe, pour l’heure, leur présence et leur marginalisation figurentàpeine dans les différents plans d’action nationaux d’inclusion sociale.

- Lahti accueille un sommet européen informel

La Finlande, qui assure actuellement la présidence de l’UE, a accueilli le 20 octobre un sommet informel des chefs d’Etat et de gouvernement européensàLahti. Les thèmes centraux de ce sommetétaient la politique d’innovation de l’UE et, surtout, ses relationsétrangères en matière d’énergie. Outre ces sujets, les ministres et chefs d’Etat présents ontégalement brièvement discutéde la situation au Darfour et de la politique migratoire de l’UE. En effet, l’Espagne avait réussiàfaire inclure ce thèmeàl’agenda du sommet. Cependant, vu le temps qui a finalementétéconsacréaux relations de l’UE avec la Russie en matièreénergétique, il aétédécidéde reporter l’essentiel des discussions sur l’immigration au Conseil européen de décembre. JoséLuis Rodriguez Zapatero, le premier ministre espagnol, a malgrétout pris le temps de présenter une introduction sur le sujet. Il a ainsi rappeléla nécessitéde renforcer les moyens de l’agence Frontex et aégalement proposéàses partenaires de modifier le droit maritime international afin de mieux lutter contre l’immigration clandestine en permettant de rapatrier directement dans leurs pays d’origine les clandestins secourus en haute mer. Enfin, il aégalementévoquéla problématique des mineurs non accompagnés qui arrivent sur le territoire européen. (Agence Europe, 11, 18 et 20/10/06 ; Xinhua, 20/10/06 ; Le Matin (Maroc), 22/10/06)

- Les Bulgares et les Roumains devront attendre avant de travailler dans certains autres Etats membres

Le 1er janvier 2007, la Bulgarie et la Roumanie entreront dans l’UE. Mais pour les ressortissants de ces pays, cela ne signifiera pas automatiquement la totale libertéde travailler dans tous les autres Etats membres. En effet, plusieurs pays européens ont d’ores et déjàannoncéqu’ils restreindraient l’accèsàleur marchédu travail aux ressortissants des nouveaux pays membres. Comme elle l’avait déjàlaisséentendre il y a quelques semaines (voir la note du mois de septembre), la Grande-Bretagne a ainsi confirméle 24 octobre que son marchédu travail ne serait pas pleinement ouvert avant au moins un an, date du réexamen de la situation. D’ici là, les travailleurs non qualifiés bulgares et roumains ne seront autorisésàtravailler que dans l’agriculture et l’industrie agro-alimentaire dans la limite des quotas d’immigration existants dans ces secteurs. Quant aux travailleurs qualifiés, ils devront obtenir des permis de travail, sauf s’ils sont travailleurs indépendants,étudiants ou s’ils rentrent dans la catégorie des«migrants hautement qualifiés». Des mesures similaires serontégalement d’application en Irlande, mais pour une période de deux ans.

D’autres pays ont décidéd’appliqueràla Bulgarie etàla Roumanie les mêmes restrictions que celles qu’ils imposaient déjàaux«anciens nouveaux membres». C’est le cas par exemple de l’Allemagne et de la Belgique. L’Italie, quantàelle, hésite encore. Le chef du gouvernement italien, Romano Prodi a ainsi déclaréqu’ilétait«théoriquement favorableàl’ouverture de la frontière», mais qu’il se trouvait«dans une situation compliquée parce que d’autres pays européens ont annoncéqu’ils n’accorderaient pas le droit de libre circulationàla Roumanie»etàla Bulgarie. Les opposantsàces restrictions prédisent qu’elles ne freineront pas l’immigration de travail, mais qu’elles encourageront par contre le travail au noir. En effet, l’entrée dans l’UE signifie automatiquement la libertéde circulation dans tous ses pays membres. (AP, 24/10/06 ; Le Monde, 24/10/06 ; Angolapress, 25/10/06 ; The Times, 25/10/06 ; La Libre Belgique, 26/10/06)

L’armée chinoise tire sur des Tibétains tentant de passer l’Everest

Le 30 septembre, des soldats chinois ont ouvert le feu sur un groupe d’environ 70 Tibétains qui tentaient de rejoindre le Népal, via Nangpa La pass, dans l’Everest. Deux membres du groupe sont morts (une personne sur place, et une autre des suites de ses blessures, semble-t-il). Plusieurs alpinistes occidentaux ainsi qu’un caméraman roumain ont pu témoigner de la scène. Contrairementàce qu’ont affirméles autorités chinoises aprèsêtre sorties de leur mutisme, ilsemblerait que les soldats n’aient pasétéattaqués par les réfugiés, mais qu’ils aient bien tirésur des personnes sans défense qui se dirigeaient vers la frontière (et non vers eux). Seules 42 personnes ont finalement rejoint le Népal et l’Inde. On est sans nouvelle des autres membres du groupe. Entre 2 500 et 4 000 Tibétains tentent chaque année de fuir l’occupation chinoise. Parmi eux, plus de la moitiésont des enfants, précisent des organisations humanitaires. En effet, leurs parents espèrent qu’ils pourront avoir plus facilement accèsàl’éducation en exil. (Independant, 06 et 25/10/06 ; Radio-Canada, 14/10/06 ; Le Monde, 17/10/06 ; AFP, 23/10/06)

Russie

- Moscou expulse des ressortissants géorgiens

Suiteàla crise diplomatique qui s’est déclarée le 27 septembre entre la Russie et la Géorgie avec l’arrestation en Géorgie de quatre officiers russes soupçonnés d’espionnage, Moscou a tout d’abord décidéd’imposer un blocus aérien, maritime, postal et routier vers la Géorgie, avant de s’en prendre directement aux ressortissants de ce pays présents sur son territoire. Ainsi, le 10 octobre, 250 hommes d’affaires, commerçants, restaurateurs…géorgiens avaient déjàétéexpulsés. Le gouvernement russe avait par ailleurs envisagéde refuser l’entrée des Géorgiens désirant venir travailler en Russie au motif que«les citoyens de Géorgie ne sont pas la meilleure catégorie d’immigrants dans la mesure oùils violent plus souvent la loi». Il s’est ensuite rétracté, affirmant qu’il n’adopterait«pas une approche particulière»envers la Géorgie dans l’élaboration des quotas des travailleurs immigrés. D’une manière plus générale, le président Vladimir Poutine a par contre demandéle 5 octobreàson gouvernement de«durcir»le contrôle desétrangers travaillant en Russie, les accusant implicitement de se livreràdes«trafics semi-mafieux». (Le Soir, 06/10/06 ; AFP, 10/10/06 ; Tageblatt, 10/10/06)

- Un demandeur d’asile ouzbek expulsémalgréles risques de torture

Le 24 octobre, les autorités russes ont expulséun demandeur d’asile ouzbek vingt minutes après que la Cour européenne des droits de l’homme aitédictéune«mesure provisoire»pour empêcher cette expulsion en raison des risques de torture ou d’autres mauvais traitements dans son pays d’origine. Rustam Muminov est en effet recherchéen Ouzbékistan pour appartenanceàl’organisation islamiste Hizb ut-Tahrir, interdite dans le pays. Human Rights Watch (HRW) demande dès lors instammentàla Russie de faire tout ce qui est en son pouvoir pour rapatrier le demandeur d’asile et assurer sa protection. En effet,«le fait même que la Cour européenne ait pris dans l’urgence une mesure provisoire dans l’affaire Muminov indique le bien-fondéde ses craintes de persécution», a relevéHolly Cartner, directrice de HRW pour l’Europe centrale. (HRW, 25/10/06)

L’Espagne essaye de convaincre les pays ouest-africains

Les 9 et 10 octobre, le ministre espagnol des Affairesétrangères, Miguel Angel Moratinos, s’est rendu successivement en Guinée-Conakry, en Gambie et au Sénégal pour tenter d’entamer des négociations en vue de la conclusion d’accords de rapatriement des immigrants illégaux. Il a par ailleurs annoncéque l’Espagne allouerait une aide d’urgence de cinq millions de dollars respectivementàla Guinée etàla Gambie, et que le Sénégal bénéficierait d’une aide annuelle de quinze millions d’euros sur cinq ans. Un autre acquis important de cette«tournée»est sans doute la décision de l’Espagne d’accueillir«un nombre plus significatif de Sénégalais»dans le cadre de l’immigration légale de travail. Cette décision fera l’objet d’un accord dans les mois qui viennent. (Le Quotidien (Sénégal), 09/10/06 ; AFP, 10/10/06 ; Reuters, 10/10/06)

L’ONU demande de l’aide pour le Kenya

Le 17 octobre, les Nations unies ont demandéplusieurs millions de dollarsàla communautéinternationale pour faire faceàun afflux prévu de près de 50 000 réfugiés somaliens supplémentaires au Kenya d’ici la fin de l’année. Ceux-ci fuient aussi bien les combats qui opposent le Gouvernement intérimaire de Somalie et l’Union des Tribunaux islamistes, que la sécheresse. Ils sont ainsi quelque 34 000 Somaliensàêtre entrés au Kenya depuis le début de l’année et les arrivées s’accélèrent, passant de 300 en moyenne en septembreà2 000, certains jours d’octobre. Or, 160 000 Somaliens sont déjàaccueillis par le Kenya,àDadaab, dans un complexe de trois camps arrivéàsaturation. Les Nations unies ont préciséque les fonds demandés serviraientàla fourniture de médicaments et de vivres etàl’acheminement des réfugiés. (Angolapress, 11/10/06 ; AFP, 17/10/06 ; Irin, 26/10/06)

Pays-Bas

- Verdonk renonceàexpulser des homosexuels iraniens

Le 18 octobre, Rita Verdonk, la ministre néerlandaise de l’Immigration, a annoncéqu’elle revenait sur sa décision d’autoriser le renvoi en Iran d’homosexuels iraniens qui avaient demandél’asile aux Pays-Bas. Alors qu’elle avait déclaréau mois de févrieràla Chambre que les homosexuels et les chrétiens ne risquaient rien en Iran et qu’ils pouvaient donc yêtre rapatriés, elle indiqueàprésent que tous ceux qui«craignent d’être poursuivis ou de subir des traitements inhumains (…) peuvent prétendreàrecevoir une autorisation de séjour». Or, dès lors que le code iranien prévoit la flagellation des homosexuels, hommes et femmes, ainsi que leur exécution si leur«crime»se répèteàtrois reprises, les Iraniens qui pourront prouver leur nationalité, leur homosexualitéet le fait qu’ils n’ont pas de casier judiciaire bénéficieront dorénavant du droit d’asile. Quant aux potentielles expulsions de chrétiens iraniens, elles sont suspendues jusqu’en mai 2007, dans l’attente d’un rapport sur la situation précise des croyants non musulmans en Iran. (Le Monde, 19/10/06 ; La Libre Belgique 19/10/06)

- Une grande campagne pour la régularisation de 32 000 personnes est lancée avant les législatives du 22 novembre

Une centaine de rédacteurs en chef néerlandais vont participeràune vaste campagne en faveur des déboutés du droit d¹asile, lancée le 18 octobre par sept associations et l'antenne néerlandaise du fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef). Intitulée«Plakken voor pardon»(«àcoller pour une grâce»), la campagne passera par la publication gratuite de 12 millions d¹affichesàdécouper. Les lecteurs du quotidien Algemeen Dagblad, entre autres, seront invitésàles colleràleurs fenêtres. Sur fond orange, la couleur nationale, le poster lance :«Tous les enfants difficiles dehors ! Pardon ?»

Lancée en pleine campagneélectorale des législatives du 22 novembre, cette initiative viseàrégulariser 32 000 déboutés vivant dans le pays depuis plus de cinq ans. Une mesure de clémence qui fait partie des grands points du programme travailliste. S'ilétait Premier ministre, Wouter Bos, le leader du Parti du progrès et du travail (PVDA, opposition), a annoncéqu'il régulariserait immédiatement les déboutés.«Ça me fait mal au coeur de penseràla précaritédans laquelle sont placées ces familles, dont les enfants sont nés et ont grandi aux Pays-Bas», a expliquéle dirigeant travailliste. Wouter Bos est alléjusqu'àfaire de cette grâce l'une des conditions indispensablesàla formation d'uneéventuelle coalition, après lesélections, avec les chrétiens démocrates au pouvoir.

Or, l'expulsion de 26 000 déboutés figure parmi les principales mesures du gouvernement de centre droit forméen janvier 2003. Ils sont aujourd'hui au nombre de 38 500, avec les nouveaux arrivants et les enfants nés depuis. Selon les associations qui militent pour la régularisation, un tiers d'entre eux ont moins de 18 ans et méritent un«traitement humain».Selon le gouvernement, 21 600 dossiers ontététraitésàce jour. Quelque 9 500 permis de résidence (parfois temporaires) ont finalementétéaccordés par Rita Verdonk, la ministre de l'Intégration, qui réfute toute accusation de trop grande fermetésur ce dossier. D'autre part, 7 500 personnes sont parties«pour une destination inconnue», selon le ministère de la Justice, et 4 500 sont retournées dans leur pays d'origine, la plupart acceptant des primes de départ. (Libération, 20/10/06)

Rwanda : accueillir des milliers d'expulsés

Depuis l'étédernier, la Tanzanie a entrepris d'expulser des milliers d'étrangers en situation irrégulière sur son territoire, c'est-à-dire n'ayant pas le droit de séjour ni le titre de réfugiéaccordépar la Haut-commissariat aux réfugiés (HCR) de l'ONU. Il s'agit principalement de Rwandais, de Burundais, de Kenyans, d'Ougandais."Les autorités tanzaniennes nous ont dit qu'il y avait beaucoup de banditisme chez elles et que lorsqu'on attrapait les bandits, il s'agissait très souvent d'étrangers en situation irrégulière et qu'il avait doncétédécidéde mettre de l'ordre dans tout cela", explique le ministre des Affairesétrangères, Charles Muligande. Les expulsés arrivent au Rwanda au rythme"de 500à600 par semaine", précise le ministre ; quelque 10 000 d'entre eux sont déjàarrivés, qu'il faut reloger sur un territoire surpeuplé. Un vrai problème humanitaire, estime le HCR. En outre, une partie des expulsés vers le Rwanda ne sont pas Rwandais. Des autorités locales tanzaniennes ont en effet parfois fait du zèle et ont expulsénon seulement lesétrangers en situation irrégulière mais tous les rwandophones. A plusieurs reprises, ces expulsions ontétéimposées par la violence et dans le désordre (La Libre Belgique, 20/10/2006).

Italie : pas de répit pour Lampedusa

La"crue"ne tarit pas. Ils ontétéprès de 500àdébarquer dimanche. Peu avant l'aube, un rafiot de 20 mètres, chargéde 403 immigrants clandestins dont une vingtaine de femmes et de nombreux enfants,était secouru devant l'île de Lampedusa. Profitant de la confusion des opérations de secours, deux autres embarcations avec 66 personnesàbord mouillaient dans une calanque proche du port. Dans la journée, un quatrième bateau avec un trentaine d'illégauxétait répéréen haute mer. Tout ce petit monde aététransférédans le centre de l'île qui ne dipose que de 190 lits. Environ 17 000 illégaux ont mis le pied sur la petiteîle italienne depuis le début de l'année et on estimeàplusieurs centaines les disparus en mer. Tous, provenant de l'Afrique subsaharienne mais aussi du Bengladesh et de l'Irak kurde, ont confluévers le port libyen de Zouarah, une"zone franche"àla frontière tunisienne età320 km au Sud de Lampedusa, oùils ontétérepris en main par des passeurs agissant au vu et au su des autorités locales.

Tripoli signe avec Rome des accords pour contrer la migration illégale mais ne les applique pas. En juillet dernier, le colonel Kadhafi a fait sauter un sommet bilatéral qui devait mettre au point une surveillance conjointe du bras de mer le séparant de Lampedusa et il refuse catégoriquement l'idée de patrouilles européennes dans ses eaux territoriales (La Libre Belgique, 23/10/06).

150 000 Arabes mahamides menacés d’expulsion par le Niger

Le 24 octobre, le ministre nigérien de l’Intérieur, Mounkaila Modi a fait part de l’intention de son gouvernement de«rameneràla frontière les Arabes mahamides en raison de leurs relations difficiles avec les populations rurales indigènes». Selon le ministre, ces Arabes«possèdent des armesàfeu et représentent une sérieuse menace pour la sécuritédes communautés locales». En outre, ils fragilisent l’écosystème de cette région désertique avec leursélevages de chameaux, a encore préciséle ministre. Ces nomades avaient trouvérefuge dans la région de Diffa, au sud-est du Niger, après avoir fui la guerre civile au Tchad, dans les années 1980. A l’annonce de cette décision, le leader de la communautéarabe du Niger a immédiatement expriméson inquiétude de voir se développer des mouvements de haine raciale dans le pays et la communautéinternationale a, elle aussi, manifestésa désapprobation. Le 26, le gouvernement nigérien ne prévoyait déjàplus d’expulser que 3 300 mahamides, soulignant que la reconduction ne concernerait que«ceux qui n’ont pas de papiers en règle». Et le lendemain, il annonçait qu’il renonçaitàtoute expulsion«après avoirétudiéla question et toutes ses implications socio-économiques». (Reuters, 24 et 25/10/06 ; AP, 26/10/06 ; Angolapress, 28/10/06)

La détresse des réfugiés tamouls en Inde

Au moins cinq personnes dont deux soldats ontététuées depuis samedi au cours de nouveaux affrontements dans le nord-est du Sri Lanka, alors que les négociationsàGenève entre Colombo et la rébellion tamoule, première rencontre des deux parties depuis huit mois, n'ont donnéaucun résultat. Fuyant la guerre civile au Sri Lanka, des dizaines de milliers de Tamouls vont vers l'Inde, oùils s'entassent dans des camps dans l'État du Tamil Nadu.

Battu par les pluies de la mousson d'automne, le camp de Muddiarkuppam n'est plus qu'un vaste marécage. Trois ou quatre mille réfugiés venus du Sri Lanka vivent là, sur la côte de Coromandel,àune centaine de kilomètres au sud de Madras. Y survivent, plutôt. Dans l'espoir de la paix et l'attente du retour au pays. Tous ont quittél'île dans des circonstances dramatiques, pris en tenaille entre ce qu'ils appellent les«atrocités»de l'armée sri-lankaise et l'«oppression»des Tigres de libération de l'Eelam Tamoul (LTTE).

Les réfugiés sri-lankais sont arrivés en vagues successives. Dans les années 1980, d'abord, après les pogroms anti-tamouls de 1983, qui ont marquéle début de la guerre civile dans l'île. Puis dans les années 1990, lorsque la situation s'est encore aggravée. Cette année, c'est de nouveau l'exode. Fuyant les violences interethniques, les enlèvements, les assassinats, les bombardements de l'armée, les attentatsàla grenade du LTTE, les recrutements forcés des enfants et des adolescents, plus de 10 000 personnes ont trouvérefuge en Inde.«Au total, il y a près de 200 000 réfugiés sri-lankais au Tamil Nadu, mais près de la moitiéont réussiàs'en sortir et ne vivent plus dans les camps», explique Niti. Poursuivant :«Ceux qui continuent d'y croupir dans des conditions inhumaines sont les pauvres paysans, les pêcheurs, les travailleurs journaliers. Ils ne trouvent guère de travail suffisamment lucratif qui leur permettrait de s'installer ailleurs.»(Le Figaro, 30/10/06).

France : forte baisse des demandes d'asile en France, s'inquiète une ONG

Le nombre des demandes d'asile en France a chutéde 41% lors des neuf premiers mois de l'année, après une baisse de 15,8% en 2005, s'inquiéte France Terre d'Asile. Selon l'association, ce recul susceptible de"menacer le droit d'asile en France"pourrait s'expliquer par"la multiplication de certains principes contrairesàla Convention de Genève etàla Constitution française". Les autres pays de l'Union européenne connaissent la mêmeévolution maisàun rythme moins fort, puisque, selon le HCR, la baisse est de 21%, souligne-t-elle. La France demeure néanmoins le premier pays d'asile en Europe devant la Grande-Bretagne et l'Allemagne mais a perdu la première place mondiale au profit desÉtats-unis. Parmi les mesures susceptibles d'avoir freinéles demandes, l'association cite"l'impact désastreux", selon elle, d'une liste de 12 pays d'origine sûrsétablie en juin 2005. La demande des ressortissants de ces pays, qui représentait 11,4% de la première demande en juin 2005, ne constituait plus que 3,8% en décembre et 3,2% dans un premier bilan de 2006. En outre, souligne le texte, le nombre des demandeurs d'asile placés en procédure prioritaire devient la règle, ce qui, ajoutéaux demandeurs placés sous la procédure dite de Dublin, contribueraitàécarter"un nombre toujours plus important"de candidatsàl'asile du dispositif d'accueil français (Reuters, 30/10/06).

> en savoir plus


03/12/2006

février 2006

La Cour pénale internationale prêteàjuger ses premières affaires

Depuis le 1er juillet 2002, la Cour pénale internationale (CPI) est habilitéeàs'occuper des enquêtes et des poursuites concernant les crimes de génocide, les crimes contre l'humanitéet les crimes de guerre. Au cours de ces trois années, ellea enregistrédes progrès importants et les premières affaires devraientêtre examinées en 2006 si lesÉtats se montrent coopératifs. Le Conseil de sécuritédes Nations unies ayant déféréla situation au Darfour au procureur de la CPI, ce dernier a ouvert une enquête en juin 2005 sur les crimes commis dans cette région du Soudan. Son rapport au Conseil de sécuritémentionne des preuves importantes sur des crimes graves, notamment le meurtre de milliers de civils, la destruction et le pillage de nombreux villages, qui ont provoquéle déplacement de près de deux millions de personnes, ainsi que la pratique généralisée des viols et autres violences sexuelles.

CAMBODGE : Libération de Cheam Channy?Cheam Channy, parlementaire de l'opposition, prisonnier d'opinion, aétélibéréce lundi 6 février 2006 de la prison militaire de Phnom Penhàla faveur d'une grâce accordée hier 5 février par le roi Norodom Sihamoni.

Cheam Channy avaitétéemprisonnéle 3 février 2005 et déclarécoupable en août 2005 de création d'une force armée illégale et de fraudeàl'issue d'un procès ne respectant pratiquement aucune des normes internationales d'équité. Le procès s'était déroulédevant un tribunal militaire n'ayant pas compétence pour juger des civils comme Cheam Channy. Celui-ci avaitétécondamnéàsept années d'emprisonnement. Selon les informations en possession d'Amnesty International, aucunélément de preuve n'était venu corroborer les charges pesant contre lui et l'organisation faisait campagne en faveur de sa remise en libertéimmédiate et sans condition.

Le dirigeant de l'opposition Sam Rainsy aégalementétait graciépar décret royal. Il avaitétéjugéet condamnépar contumaceàdix-huit mois d'emprisonnement en décembre 2005 pour diffamation envers des dirigeants du gouvernement. Il devrait rentrer d'exil prochainement, peut-être même dès cette semaine.

Les avocats du gouvernement ont déclarépubliquement que les poursuites au pénal contre un certain nombre de militants qui avaient critiquéle Premier ministre cambodgien Hun Senàpropos d'un accord controverséconcernant la frontière avec le Viêt-Nam allaientêtre abandonnées.

> en savoir plus


03/12/2006

Décembre 2005

Chine : Wang Wanxing, un dissident libéré

WANG WANXING a recouvréla libertéle 16 août, après avoirétéinternéde force durant treize ans dans un asile psychiatrique. Ilétait détenu dans le tristement célèbre hôpital d'Ankang,àPékin, depuis juin 1992 pour avoir déployésur la place Tiananmen une banderole commémorant l'anniversaire des manifestations pro-démocratiques de juin 1989.

Durant son internementàAnkang, Wang Wanxing devait prendre du chlorpromazine, un médicament antipsychotique, trois fois par jour. Il a passéces cinq dernières années dans un pavillon avec 50à70 détenus violents atteints de troublesmentaux. Cependant, son statut de prisonnier politique connu lui aévitéde subir des traitements encore plus durs.

Le dossier médical de Wang Wanxing continue d'indiquer que ce dernier présente un profil psychiatrique«dangereux»qui est liéàson militantisme politique ; il souffrirait notamment d'une«obsession des actions en justice»et manifesterait une«volontépathologique exacerbée». Il se soumet actuellement,àsa demande,àune expertise psychiatrique indépendante. Les résultats diront si les affirmations qui lui ont valu de passer plus de dix ans en détention et selon lesquelles il serait atteint de«troubles psychiatriques dangereux»étaient fondées ou non.

La CPI lance ses premiers mandats d'arrêt

La Cour pénale internationale (CPI) a décernédes mandats d'arrêt contre cinq chefs de file de la Lord's Resistance Army (LRA, Armée de résistance du Seigneur) inculpés de crimes contre l'humanitéet de crimes de guerre perpétrés en Ouganda. Ces mandats d'arrêt, les premiersémis par la CPI, représentent un pas important vers l'établissement de normes internationales de justice. Amnesty International appelle tous lesÉtatsàcoopérer en vue d'arrêter ces cinq hommes et de les remettreàla Cour.

La CPI a connu un autre fait marquant le 28 octobre : ce jour-là, le Statut de Rome a en effetétératifiépar un 100 eÉtat partie, en l'occurrence le Mexique.

> en savoir plus


03/12/2006

Novembre 2005

Desétudiants palestiniens libérés en Irak

JAYAB MAHMOOD HASSAN HUMEIDAT et AHMAD BADRAN FARIS,étudiants palestiniens, ontétéremis en libertéen août, après avoirétémaintenus en détention sans inculpation ni jugement pendant plus de deux ansàCamp Bucca, une prison sous contrôle américain dans le sud de l'Irak. Transférésàla prison d'Abou Ghraib peu avant leur libération, ils sont ensuite rentrés chez eux, en Cisjordanie. Dix autresétudiants palestiniens arrêtés en même temps qu'eux avaientétélibérés au terme de plusieurs mois de détention. Ils s'étaient rendus en Irak pour entamer leur cursus universitaire en novembre 2001.

Après sa libération, Jayab Mahmood Hassan Humeidat a déclaréàAmnesty International qu'on lui avait refusél'autorisation de consulter un avocat, en dépit de ses multiples demandes. Il a expliquéqu'Ahmad Badran Faris et lui-même ontétéhumiliés et torturésàCamp Bucca, et notamment contraints de rester debout des heures durant en plein soleil. Ils ont remerciéAmnesty International pour les efforts déployés en leur faveur. Leur arrestation avait eu lieu en avril 2003. Tous deux avaientétéarrêtés par des soldats américainsàleur résidence de l'universitéàal-Qadisiya,àBagdad en même temps que 10 autresétudiants palestiniens. Tous ontététransférés dans un centre de détention sous contrôle américainàUmm Qasr, auSud de l'Irak. Le Comitéinternational de la Croix-Rouge avait initialement accès aux prisonniers et leur dernière visite date de juillet 2004.

Le Viêt-Nam relâche un prisonnier d'opinion

Le frère NGUYEN THIEN PHUNG (HUAN) a recouvréla libertéen septembre après avoir passédix-huit ans derrière les barreaux et serait en assez bonne santé. Il a bénéficiéde la vaste amnistie décrétéeàl'occasion de la fête nationale vietnamienne, le 2 septembre. Sa libération intervient peu après celle d'un autre prisonnier d'opinion, le père PHAM NGOC LIEN (TRI), remis en libertéàla faveur d'une amnistie au mois de mars.

Le frère Nguyen Thien Phung (Huan) et le père Pham Ngoc Lien (Tri) sont tous deux membres de la Congrégation catholique de la Vierge corédemptrice. Arrêtés en mai 1987, ils ontétécondamnésàune peine de vingt ans d'emprisonnement pour avoir exercépacifiquement leur droitàla libertéde religion, d'expression et d'association dans le cadre de leurs activités. La Congrégation catholique de la Vierge corédemptrice auxÉtats-Unis a remerciéAmnesty International pour les démarches entreprises en faveur de leur libération.

La Libye libère des prisonniers d'opinion

Cinq prisonniers d'opinion incarcérés depuis 1998 ontétéremis en libertéau mois de septembre. Ramadan Shaglouf, Tariq al Dernawi, Tawfiq al Jehani, Ali Beaou et Musa al Ziwi avaientétéreconnus coupables d'appartenance au Mouvement de l'alliance islamique, groupe politique interdit, et condamnésàdes peines allant jusqu'àla détentionàperpétuité. Amnesty International redoute cependant que leur liberténe soit conditionnée par leur renonciationàtoute activitépolitique - ce qui constituerait une atteinteàleur droitàla libertéd'expression. Par ailleurs, l'organisation demande au gouvernement d'enquêter sur les allégations de torture formulées par au moins l'un des cinq prisonniers.

Si vous désirez consulter d'autres bonnes nouvelles en lien avec nos actions urgentes, n'hésitez pasàcliquer sur ce lien : Bonnes nouvelles :http://www.amnestyinternational.be/...

> en savoir plus


03/12/2006

les libérations de septembre

Mauritanie :bonne nouvelle pour les défenseurs des droits humains

«Au nom de tous les militants de l'AMDH (Association mauritanienne des droits de l'homme) et de tous les défenseurs des droits de l'homme en Mauritanie, nous vous remercions de votre soutien qui nous a accompagnés tout au long de ces longues années de lutte pour la reconnaissance de nos organisations de défense des droits de l'homme, en particulier l'Association mauritanienne des droits de l'homme et SOS Esclaves. Sans votre campagne, les autorités mauritaniennes n'auraient certainement pas décidéde nous attribuer le récépisséde reconnaissance [...] Merci encoreàtoutes celles et tous ceux qui ontécrit aux autorités mauritaniennes, leur demandant de respecter le droitàl'association.»

Déclaration de Fatimata Mbaye, présidente de l'AMDH, qui a reçu des centaines de lettres de membres d'Amnesty International depuis le lancement de la campagne en faveur des défenseurs des droits humains.

Plusieurs organisations non gouvernementales (ONG) mauritaniennes, dont SOS Esclaves et l'Association mauritanienne des droits de l'homme (AMDH), ontétélégalisées par les autorités au mois de juin. Bien que reconnues par les organes internationaux de défense des droits humains, notamment la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples, ces associations et plusieurs autres sont demeurées pendant des années dans l'illégalité, menant leurs activités avec grande difficulté. L'absence de reconnaissance officielle constituait une menace permanente pour leur survie et pour la sécuritéde leurs représentants. En 1998, le président de SOS Esclaves ainsi que le président et la vice-présidente de l'AMDH ontétéemprisonnés pour avoir dirigédes associations interdites. Le débat sur les mesuresàprendre pouréradiquer l'esclavage, principale question sur laquelle ils travaillaient, a de faitétémuselé.

La légalisation de ces ONG intervient après des mois de pressions exercées dans le cadre de la campagne mondiale d'Amnesty International sur les défenseurs des droits humains. Grâceàcette reconnaissance, ces ONG n'opèrent plus sous la menace des sanctions pénales prévues par la législation mauritanienne (un anàtrois ans d'emprisonnement assortis d'une amende) pour tous ceux qui,àun titre quelconque, dirigent ou continuent de diriger des associations fonctionnant sans autorisation. Amnesty International espère que ces associations pourront désormais agir avec une plus grande liberté.

Mexique : Acquittement et libération du prisonnier d'opinion Felipe

Au lendemain de sa libération, Felipe Arreaga a déclaréaux médias qu'il allait poursuivre ses activités en faveur de l'environnement et a remerciéles organisations de défense des droits humains nationales et internationales qui lui apportéleur soutien.

Amnesty international se félicite de l'acquittement de Felipe Arreaga Sánchez, prisonnier d'opinion et militantécologiste fondateur de l'Organisation des paysansécologistes de la Sierra de Petatlán (OCESP). Cette décision de justice va permettre au défenseur des droits humains de retrouver enfin sa libertéet les siens, après avoirétédétenu injustement pendant dix mois. L'organisation rappelle cependant aux autorités que justice n'a toujours pasétérendue dans cette affaire.

«L'État doit maintenant assurer la sécuritéde cet homme, de sonépouse Celsa Valdovinos et de sa famille, ainsi que celle des autres défenseurs de l'environnement et des droits humains dans l'État de Guerrero», a déclaréAmnesty International.

Cet acquittement aétéobtenu grâceàla détermination de Felipe Arreaga et de sa famille, des avocats du Centre des droits humains de la montagne Tlachinollan et de tous ceux qui se sont mobilisésàl'échelle nationale et internationale pour obtenir justice. Tous ces efforts ont permis que le pouvoir judiciaire prenne une décision conformeàla loi etàla justice.

Amnesty International est néanmoins préoccupée par le fait que le Bureau du procureur général du Guerrero n'est pas revenu sur ses accusationsàl'encontre de Felipe Arreaga en dépit de la présence d'éléments témoignant de l'implication d'agents de l'État dans la création de preuves de toutes pièces. L'organisation considère que les autorités devraient profiter de cette décision judiciaire pour mener une enquête de fond sur la fabrication de preuves et la tolérance dont semblent faire preuve des hauts fonctionnaires faceàces infractions.

«Voici une occasion de réformer en profondeur l'exercice de la justice dans cetÉtat et de s'assurer que le ministère public agit en toute impartialité», a déclarél'organisation, avant d'ajouter :«Il ne faut pas oublier que les autorités n'ont pas abandonnéles poursuites engagées contre 13 autres agriculteursécologistes ayant fait l'objet des mêmes accusations que Felipe Arreaga.»

Complément d'information

Felipe Arreaga aétél'un des fondateurs de l'Organización de Campesinos Ecologistas de la Sierra de Petatlán (OCESP, Organisation des paysansécologistes de la Sierra de Petatlán) et a continuéàmiliter pour la défense de la forêt dans la Sierra au cours des sept dernières années. Il aétéarrêtéen novembre 2004 après avoirétéaccuséd'un meurtre commis en 1998. Le nom de treize autres militants, parmi lesquels Albertano Peñalosa, figurait sur le même mandat d'arrêt.

Après avoirétudiél'affaire, Amnesty International a conclu que Felipe Arreaga avaitétéarrêtéetétait poursuivi en représailles de sa lutte pacifique pour empêcher l'exploitation excessive des forêts de la région.

L'organisation l'a adoptécomme prisonnier d'opinion et a demandésa libération immédiate et inconditionnelle.

En 1998, Amnesty Internationalavait déjàpris en charge le cas de deux membres de l'OCESP, Rodolfo Montiel et Teodoro Cabrera (pour lesquels nous avions lancéune opération courage notamment dans notre section en 2001), arrêtés et torturés par des militaires voulant les contraindreàavouer des infractionsàla législation sur les armes et les stupéfiants. Reconnus coupables sur la base de preuves forgées de toutes pièces, les deux hommes avaientétéadoptés comme prisonniers d'opinion par Amnesty International, jusqu'àce que les pressions exercéesàl'échelle nationale et internationale au sujet de cette affaire contraignent le président Vicente Foxàordonner leur libération en 2001.

Grèce : Boris Sotiriadis, un homme de 37 ans aétéremis en libertésous conditions

Le 20 septembre, la Cour d'appel militaire d'Athènes a accordéune libération conditionnelleàun prisonnier d'opinion, Boris Sotiriadis, dans l'attente de son procès en appel. Cet homme a refuséd'être incorporédans l'armée pour des raisons religieuses ; déclarécoupable d'insubordination, il aétécondamnéàtrois ans et demi d'emprisonnement, peine d'une sévéritésans précédent.

Le procureur de la Cour d'appel militaire avait demandéque Boris Sotiriadis soit mis en libertésous réserve du versement d'une caution de 1 000 euros et avec l'obligation de se présenter tous les quinze jours au poste de police local. Cependant, il a finalementétélibéréàla seule condition de ne pas sortir de Grèce, son avocat ayant invoquéle fait que sa famille n'avait pas les moyens de payer la caution. La date du procès en appel sera fixée bientôt.

Boris Sotiriadis est un Grec naturalisé, mariéet père de deux enfants en basâge. Ayant déjàservi dans des forces armées, en l'occurrence en ex-URSS, il n'a pasétéautoriséàeffectuer un service civil, comme le prévoit le droit grec.

L'épouse de Boris Sotiriadis, qui a témoignépour la défense, a exprimésa profonde gratitudeàl'égard de tous les membres d'Amnesty International qui ont contribuéàla libération de son mari.

Népal : Libération de Lok Prasad Panta, un travailleur social et militant associatif

Lok Prasad Panta aétélibéréde la prison de Surkhet,àBirendranagar (région du Moyen-Ouest), le 17 septembre, après plus de sept mois de détention. Il est actuellement chez lui avec sa famille et sonétat de santéest satisfaisant. Ses proches ont remerciéAmnesty International et les défenseurs des droits humains de la région, qui se sont mobilisés pour obtenir sa libération.

Bien que libérésans conditions, Lok Prasad Panta a dûsigner une déclaration disant qu'il n'appartenait pas au Parti communiste népalais (PCN) maoïste et qu'il ne serait jamais membre de cette formation. La police a par ailleurs vivement conseilléàcet homme, membre de la section népalaise d'Amnesty International et militant associatif bien connu dans la région, de ne pas participeràdes rassemblements politiques et de ne pas sortir du district de Surkhet sans autorisation officielle.

Lok Prasad Panta aétéarrêtéune première fois le 3 février, lors d'une vague de répression dirigée contre les responsables politiques et les défenseurs des droits humains après que le roi du Népal, Gyanendra Bir Bikram Shah Dev, eut pris le contrôle du pouvoir exécutif, le 1er février. Le 10 mars, une instance de recours de Birendranagar a déclarésa détention illégale et ordonnésa libération immédiate. Alors qu'il rentrait chez lui, accompagnénotamment de membres de sa famille, de son avocat, de journalistes et de militants des droits humains, Lok Prasad Panta aétéappréhendépar des policiers, qui l'ont emmenédans une camionnette de police.

Les forces de police de Birendranagar ont tout d'abord refuséde reconnaître qu'elles détenaient Lok Prasad Panta. Elles ont attendu plusieurs jours avant de prévenir les membres de sa famille. Au bout d'une semaine environ, la police a transféréLok Prasad Panta dans la prison de Surkhet, oùil est restépendant six mois en détention provisoire au titre de la Loi relativeàla prévention etàla répression des activités terroristes et déstabilisatrices.

Iran : Libération de Manuchehr Mohammadi, un prisonnier politique de 37 ans

Manuchehr Mohammadi aététemporairement autoriséàsortir de prison pour raisons médicales, afin qu'il puisseêtre pris en chargeàl'hôpital pour sa gingivite et ses problèmes digestifs et rénaux. Amnesty International ignore la durée de sa permission de sortie.

Au début du mois de septembre, Manuchehr Mohammadi a mis un termeàune grève de la faim qu'il avait entamée le 6 juillet en signe de protestation contre l'administration pénitentiaire, qui refusait de l'autoriseràsortir de prison afin qu'il reçoive des soins médicaux. Pendant qu'il observait cette grève de la faim, il serait tombédans le coma. Sa famille n'avait pu lui rendre visite qu'une seule fois, le 20 juillet.

Manuchehr Mohammadi a eu de graves problèmes de santéen prison, dont certains auraientétécausés par des actes de torture ou d'autres formes de mauvais traitements, ainsi que par ses conditions de détention. Il souffre d'une gingivite, affection qui se traduit par de graves saignements chroniques des gencives ainsi que par des douleurs lorsqu'il parle ou s'alimente. En avril 2005, un médecin de la prison lui aurait dit que sa gingivite s'était aggravée au point que, pour la soigner, on devait lui arracher toutes les dents et lui placer un appareil dentaire.

Manuchehr Mohammadi est accuséd'avoir jouéun rôle de premier plan dans les manifestationsétudiantes de juillet 1999. Il aétéinculpéd'infractions apparemment liéesàla sécuriténationale avant d'être condamné,àl'issue d'un procès inique,àune peine de treize ans d'emprisonnement, qui a par la suiteétéramenée en appelàsept ans.Àla fin du mois de novembre 2003, sa peine aétéprolongée de deux ans : une année supplémentaire pour avoir parléàdes médiasétrangers lors d'une permission de sortie, et une autre pour avoirémis des«opinions politiques»en prison.

Akbar Mohammadi, le frère de Manuchehr Mohammadi, est toujours sous traitement médical. Depuis juillet 2004, il bénéficie d'une permission de sortie prolongée pour raisons médicales.

Amnesty International continuera de surveiller sa situation et interviendraànouveau si nécessaire.

Syrie : Libération d'Abdel Rahman al Shaghouri

Abdel Rahman al Shaghouri aétélibéréle 31 août, une semaine après la fin de sa peine. Il est retournéchez lui, dans sa famille, et serait en bonne santé.

Abdel Rahman al Shaghouri avaitétéarrêtéle 23 février 2003 pour avoir envoyépar courrierélectronique des articles provenant essentiellement du site Internet d'Akhbar al Sharq (www.thisissyria.net). Le contenu de ce magazine en ligne est considérépar les autorités syriennes comme?nuisibleàla réputation etàla sécuritéde la nation?et?rempli d'idées et d'opinions opposées au régime politique de la Syrie?.

Le 20 juin 2004, au terme d'un procès inique, Abdel Rahman al Shaghouri avaitétécondamnépar la Mahkamat Amn Al Dawla al Aliya (Cour suprême de sûretéde l'État)àtrois ans d'emprisonnement pour?propagation de fausse informations?. La durée de cette peine avait immédiatementétéramenéeàdeux ans et demi. Il a purgél'essentiel de sa peine dans la prison de Saidnaya, dans la banlieue de Damas.

Abdel Rahman al Shaghouri est l'une des personnes détenues en Syrie pour avoir exercéleur droitàla libertéd'expressionàtravers l'utilisation d'Internet.

Fédération de Russie : Aïrat Vakhitov et Roustam Akhmiarov, deux hommes, ontétélibérés

Aïrat Vakhitov et Roustam Akhmiarov ontétélibérés le 2 septembreà10 heures (heure de Moscou). Ils se trouvent actuellement dans la ville de Naberejnye Tchelny, dans la République du Tatarstan.

Les deux hommes ont déclaréàAmnesty International qu'ils n'avaient pas subi de mauvais traitements lors de leur détention. Ils sont convaincus que leur libération est dueàl'attention que leur ont portée Amnesty International ainsi que les médias et d'autres organisations de défense des droits humains.«Je ne remercierai jamais assez vos membres, nous sommes bouleversés, merci d'avoir compris notre situation», a déclaréAïrat Vakhitovàl'organisation.«Un très grand merci, merci de vousêtre souciés de nous et de n'être pas restés indifférents», a ajoutéRoustam Akhmiarov.

Lors d'une conversation téléphonique avec Amnesty International, Aïrat Vakhitov a déclaréqu'il avaitétéinterpelléle 27 aoûtàMoscou, en même temps que Roustam Akhmiarov, par des membres de l'Unitéde lutte contre le crime organisédu Tatarstan et des forces de l'ordre moscovites. Les deux hommes ontététransférés en avionàKazan, la capitale du Tatarstan, oùils ontétéplacés dans un centre d'isolement temporaire (IVS) avant d'être transférés dans un autre IVS,àNaberejnye Tchelny.

Farid Zaguidoulline, adjoint du procureur général du Tatarstan, avait alors confirméqu'Aïrat Vakhitov et Roustam Akhmiarovétaient détenus dans un IVS de la ville de Naberejnye Tchelny, au Tatarstan. D'après leurs proches, les autorités locales ont cependant refuséde révéler le lieu exact de leur détention, et personne n'a pu leur rendre visite. Aux termes de la loi russe, seuls les avocats de la défense sont autorisésàrencontrer des détenus placés en IVS. Or, la famille d'Aïrat Vakhitov n'a pasétéen mesure d'en engager un. Elle a expliquéàAmnesty International qu'ilétait difficile de trouver sur place un avocat désireux de prendre en charge cette affaire. Les deux hommes ont déclaréqu'ils avaient tous deux bénéficiédes services d'un avocat commis d'office.

Zimbabwe : Acquittement de Kelvin Jakachira ; une première victoire sur l'une des lois les plus liberticides au monde

Kelvin Jakachira, premier journaliste du Daily Newsàavoirétépoursuivi pour violation de la loi sur l'information par le gouvernement zimbabwéen, aétéacquittéle 31 août 2005, au terme d'un procès qui laissait craindre une condamnation qui auraitétéle début d'une vague d'arrestations de ses confrères du quotidien interdit.

Le journalisteétait poursuivi pour avoir exercéson métier avant que la Commission des médias et de l'information (MIC),étroitement contrôlée par le pouvoir, lui ait accordéune accréditation.

«Nous saluons une décision juste et une victoire sur l'une des lois les plus liberticides au monde, a déclaréReporters sans frontières. Nous voulons adresser nos félicitationsàtoute l'équipe du Daily News, et notammentàKelvin Jakachira et ses 44 confrères, qui ont fait front en attendant ce verdict. Toutefois, ce succès n'est qu'un grain de sable dans l'immense machineàréprimer mise en place par Robert Mugabe. Avec le Daily News et les journalistes indépendants du Zimbabwe, nous restons mobilisés.»

Lybie : cinq prisonniers d'opinion libérés

La récente remise en libertépar les autorités libyennes de cinq prisonniers d'opinion détenus depuis très longtempsétait un pas encourageant, a déclaréAmnesty International ce lundi 26 septembre. L'organisation aémis l'espoir que d'autres prisonniers d'opinion détenus depuis longtemps seraientégalement bientôt libérés.

Les cinq prisonniers remis en libertéles 10 et 11 septembre - Ramadan Shaglouf, Tariq al Dernawi, Tawfiq al Jehani, Ali Beaou et Musa al Ziwi -étaient détenus depuis 1998. Ils purgeaient des peines de détentionàperpétuitépour certains après avoirétédéclarés coupables d'appartenance au Mouvement de l'Alliance Islamique, un groupe politique interdit, mais Amnesty International les considérait comme prisonniers d'opinion. Tout en saluant leur libération, l'organisation s'est dite préoccupée par les informations selon lesquelles les cinq hommes n'auraientétéremis en libertéqu'après s'être engagésàne se livreràaucune activitépolitique. L'organisation a demandéque soit levée cette restriction.

Ces récentes remises en libertéinterviennentàla suite d'intenses spéculations sur une possible libération par les autorités libyennes de nombreux autres prisonniers politiques, parmi lesquels des prisonniers d'opinion. En particulier, un comitémis en place sur l'ordre du dirigeant libyen, le colonel Mouammar Kadhafi, serait récemment parvenuàla conclusion que quelque 85 membres du Groupe islamique libyen (également connu sous le nom de Frères musulmans) actuellement emprisonnés n'auraient jamais fait l'apologie de la violence et n'y auraient jamais eu recours et qu'ils devaient en conséquenceêtre libérés. Un grand nombre d'entre eux sont détenus depuis juin 1998.

Amnesty International s'est déclarée particulièrement préoccupée par le sort de deux autres prisonniers, apparemment détenus pour avoir expriméleurs opinions de manière pacifique, mais qui ne semblent pas faire partie de la liste des personnes libérables, Fathi el Jahmi et Abdurrazig al Mansouri.

Fathi al Jahmi, militant politique, est détenu depuis mars 2004 sans jamais avoirétéjugé. Il avaitétéarrêtépour avoir critiquéle Guide de la Révolution et appeléàdes réformes politiques lors d'entretiens avec des médias internationaux. Il est actuellement détenu dans un lieu tenu secret qui serait un centre spécial de l'Agence de Sûretéintérieure dans la banlieue de Tripoli. Ses conditions de détention et le traitement auquel il est soumis suscitent de graves inquiétudes.En février 2005, ilétait en mauvaise santé, souffrait de diabète et d'autres troubles et ne recevait pas les soins appropriésàsonétat. Depuis juin 2005, il serait privéde visites de membres de sa famille, n'aurait plus la possibilitéde recevoir du courrier et n'aurait droitàaucune lecture. Il serait actuellement en instance de jugement au titre des articles 166 et 167 du Code pénal. Il serait inculpéde tentative de renversement du gouvernement, diffamation du Guide de la Révolution et contact avec des autoritésétrangères. Toutefois, Amnesty International le considère comme un prisonnier d'opinion et appelleàsa remise en libertéimmédiate et sans condition.

Abdurrazig al Mansouri,écrivain et journaliste, est détenu sans avoirétéinculpéni jugédepuis son arrestationàson domicileàTobruk le 12 janvier 2005. Après avoirétédans un premier temps détenu au secret dans un lieu de détention dont le nom n'a pasétérévéléet qui serait un centre de l'Agence de Sûretéintérieure, Abdurrazig al Mansouri auraitététransféréàla prison Abou Salim de Tripoli.

En dépit du fait qu'Abdurrazig al Mansouri n'aurait pas eu la possibilitéde consulter un avocat et n'auraitétéinformépar aucune autoritéjudiciaire des charges pesant contre lui, des sources proches des autorités indiquent qu'il auraitétéinculpépour détention d'arme illicite. Toutefois, Amnesty International a relevéque, selon plusieurs rapports, l'arme trouvée au domicile d'Abdurrazig al Mansouri par l'Agence de Sûretéintérieure auraitétédécouverte le lendemain de son arrestation, ce qui soulève certaines interrogations concernant les motifs réels de sa détention.

Amnesty International craint surtout qu'Abdurrazig al Mansouri n'aitétéplacéen détention en raison de sesécrits concernant des questions politiques et relatives au respect des droits humains, en particulier certains articles critiquant les autorités libyennes parus sur le site http://www.akhbar-libya.com/. Il serait donc un prisonnier d'opinion, détenu uniquement pour avoir exercéde façon non violente son droitàla libertéd'expression. Si tel est bien le cas, Amnesty International appelle les autorités libyennesàlibérer Abdurrazig al Mansouri immédiatement et sans condition.

Amnesty International avait adresséune lettre aux autorités libyennes le 19 août 2005, faisant part de sa préoccupation concernant le manque de soins appropriés prodiguésàAbdurrazig al Mansouri après une chute qu'il aurait faite aux environs du 7 août 2005. Il serait tombéde son lit en prison et se serait fracturéle bassin. Il est impératif qu'il puisse avoir accès immédiatementàdes soins médicaux appropriés.

Arabie saoudite

SAID BIN AL ZUAIR aétélibéréde prison en août après avoirétégraciépar le nouveau roi, Abdallah. Il avaitétéincarcéréen avril 2004àla suite d'un débat téléviséau cours duquel il avait critiquéle gouvernement. Deux de ses fils ontétédétenus pour avoir fait campagne en faveur de sa libération, avant d'être relâchés dans le courant de cette année.

Auparavant, Said bin al Zuair avaitétédétenu sans inculpation ni jugement durant huit ans, jusqu'en 2003, pour avoir critiquéles autorités. Quatre autres hommes, arrêtés pour avoir critiquéle gouvernement, ontégalement bénéficiéd'une grâce royale et recouvréla libertéen août.

Maldives

FATHIMATH NISREEN aétélibérée le 9 maiàla suite d'une grâce présidentielle. Elle a dûsigner une lettre pour remercier le chef de l'État et promettre de respecter la Constitution des Maldives et la loi islamique.

Àsa libération, elle a déclaré:«Je suis vraiment très reconnaissante. Ma libération, je la dois surtout aux pressions internationales et je sais qu'Amnesty y est pour beaucoup. Je sais que les groupes d'Amnesty et d'autres militants ont envoyéde nombreuses lettres pour me défendre, des milliers de lettres apparemment. Je tiensàremercier toutes les personnes d'Amnesty qui m'ont aidée.»

Fathimath Nisreen avaitétéarrêtée en 2002, en même temps qu'AHMED IBRAHIM DIDI, MOHAMED ZAKI et IBRAHIM MOOSA LUTHFEE, en raison de sa collaboration présuméeàSandhaanu, un magazine paraissant sur Internet qui publiait des articles critiquesàl'égard du gouvernement. Ibrahim Moosa Luthfee s'estévadéfin mai 2003, tandis qu'Ahmed Ibrahim Didi et Mohamed Zaki ontététransférés en résidence surveillée pour raisons de santé.

Myanmar

KHIN MAUNG WIN figure parmi les personnes libérées de prison en juillet. Il avaitétéarrêtéavec un autreétudiant en droit, THET NAUNG SOE, pour avoir organiséune manifestation pacifique dans la capitale du Myanmar en août 2002. Lesétudiants avaient manifestédevant la mairie de Yangon, làoùdes soldats avaient tiré, le 8 août 1988, sur des centaines d'étudiants, de moines et d'autres personnes qui s'étaient rassemblées pour protester pacifiquement contre le régimeàparti unique.

Vous désirez prendre connaissance des bonnes nouvelles liéesànos actions urgentes, rendez-vous sur ce lien :http://www.amnestyinternational.be/...

> en savoir plus


03/12/2006

Maroc et Sahara occidental : 404 prisonniers enfin libérés

Ce jeudi 18 août, 404 prisonniers de guerre marocains, détenus depuis plus de vingt ans par le Front Polisario ont enfinétélibérés. Les prisonniers ontétémaintenus en détention presque quatorze ans après la cessation officielle des hostilités entre le Maroc et le Front Polisario. Amnesty International avaitàde nombreuses reprises lancédes appels en faveur de la libération de ces prisonniers.

Toutefois, selon le Comitéinternational de la Croix-Rouge, quelque 250 Marocains manquent toujoursàl'appel dans le cadre de ce conflit qui a débutéen 1975, dateàlaquelle le Maroc a annexéle territoire du Sahara occidental. En outre, on est toujours sans nouvelles de centaines de Sahraouis,«disparus»aux mains des forces de sécuritémarocaines, pour la plupart dans les années 70.

Amnesty International renouvelleégalement ses appels pour que le sort de tous ceux qui ont«disparu»pendant et après le conflit entre le Maroc et le Front Polisario soitéclairci et pour que les présumés responsables de«disparitions», actes de torture et autres graves violations des droits humains des deux parties au conflit soient traduits en justice.

Le Sahara occidental est l'objet d'un litige territorial entre le Maroc, qui a annexéle territoire en 1975 et proclame sa souverainetéet le Front Polisario qui appelleàla mise en place d'unÉtat indépendant sur ce territoire et a mis sur pied un gouvernement en exil dans des camps de réfugiés du sud-ouest de l'Algérie. Un plan de résolution du conflit préparépar l'ONU aétéacceptépar les autorités marocaines et le Front Polisario en 1988 et approuvépar le Conseil de sécuritédes Nations unies en 1991.

Après plus de dix années de conflit, les deux parties ont acceptéque se tienne un référendum dans lequel il serait demandéàla population sahraouie de choisir entre l'indépendance et l'intégration au Maroc. Le référendum, qui devaitêtre organiséet menépar la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO), devait initialement se tenir en 1992, mais n'a cesséd'être repoussé.

RUSSIE - Des ex-détenus de Guantánamo remis en libertépar les autoritésrusses

Deux ex-détenus de Guantánamo que l'on croyait«disparus»aux mains desautorités russes ontétéremis en libertéce matin. Aïrat Vakhitov et RoustamAkhmiarov ontétélibérés, sans avoirétéinculpés,àdix heures (heure deMoscou) ce vendredi 2 septembre. Ils sont libres et se trouvent actuellementdans la ville de Naberejnie Tchelni dans la République du Tatarstan.

En retrouvant la liberté, Aïrat Vakhitov a remerciéles membres d'AmnestyInternational.«Nous sommes simplement sous le choc, merci d'avoir comprisnotre situation.»Roustam Akhmiarov a ajouté,«Un très grand merci, merci devousêtre souciés de nous et de n'être pas restés indifférents.»Les deuxhommes ont déclaréêtre convaincus que leur remise en libertéétait dueàl'attention des médias et des organisations de défense des droits humains.

Aïrat Vakhitov a déclaréàAmnesty International par téléphone qu'il avaitétéinterpelléàMoscou, en même temps que Roustam Akhmiarov, par des membres del'Unitéde lutte contre le crime organisédu Tatarstan et par des membres desforces de l'ordre moscovites samedi dernier (27 août). Les deux hommes ontétéemmenés par avionàKazan, capitale du Tatarstan et placés dans un centre dedétention provisoire avant d'être transférés dans un autre centre,àNaberejnie Tchelni.

Selon Farid Zagidoullin, ilsétaient soupçonnés d'infractions liées auterrorisme. Toutefois, aucune inculpation n'aétéprononcée contre aucun desdeux hommes.

> en savoir plus


03/12/2006

150 lettres par jour envoyéesàSergueïGourgourov ! Merci

Moldavie : vos lettres contre les tortures infligéesàSergueïGourgourov

Lorsqu'il a comparu devant un tribunal, le 3 novembre 2005, SergueïGourgourovétait incapable de marcher seul et tremblait de façon incontrôlable. Cet homme de vingt-sept ans avaitétéarrêtéune semaine plus tôt par la police qui l'aurait alors battu et torturéàl'électricitépour le contraindreà«avouer»le vol d'un téléphone portable. La cour a refuséde prolonger sa détention et ordonnéqu'il soit libéréet assignéàrésidence. Mais la police l'a emmenédans un autre lieu de détention temporaire.Amnesty International a lancéune Action urgente au sujet de SergueïGourgourov et dans les semaines qui ont suivi, des milliers de membres de l'organisationàtravers le monde ontécrit des appels en sa faveur. L'Action urgente a attirél'attention sur la Moldavie et le 23 novembre, la structure moldave d'Amnesty International a organiséune conférence de presse avec les deux avocats chargés de cette affaire.Le 9 décembre, SergueïGourgourov aétémis en libertésous caution. Les tortures qui lui avaientétéinfligées l'avaient tellement affaibli qu'il n'a pasétéen mesure d'assisteràl'audienceàl'issue de laquelle sa libération aétéprononcée. Il aétéemmenéen civière directement du centre de détention dans un hôpital.Le 24 janvier, lors d'un entretien avec un représentant de la structure moldave d'Amnesty International, des assistants du vice-procureur général de la Moldavie se sont plaints de ce qu'ils recevaient jusqu'à150 lettres par jour et de ce que la campagne en faveur de SergueïGourgourov ternissait l'image de la Moldavie. Le 18 janvier, les services du procureur ont refuséd'engager des poursuites pénales contre les policiers présumés responsables des violences infligéesàSergueïGourgourov.

Pérou : les membres du personnel de l'Association pour la vie et la dignitéhumaine ne sont plus menacés

?Grâce au soutien d'Amnesty international, l'action de celles et ceux qui défendent les droits humains se trouve renforcée et nous sommes plus déterminés que jamaisàla poursuivre. Merci.

L'APORVIDHA offre une assistance juridique aux victimes et proches de victimes de violations des droits humains perpétrées pendant le conflit arméinterne qui a déchiréle Pérou entre 1980 et 2000. Sa directrice, Iscra Chávez Loaiza, et deux des avocats travaillant pour l'association, Freddy Rodríguez Olivera et Evelyn Zevallos Enriquez, avaient reçu début décembre des messages de menaces manifestement liésàleur action en faveur des droits de la personne. Il semble que l'intervention d'Amnesty international dans cette affaire ait directement débouchésur l'ouverture d'une enquête de police sur ces menaces : en effet, le ministre de l'Intérieur, Rómulo Pizarro Tomasio, lorsqu'il a ordonnél'ouverture des investigations, a déclaréavoir pris cette décisionàla demande d'Amnesty international.

> en savoir plus


03/12/2006

Avril - Mai 2006

Irak : Libération de Kamal Sayid Qadir, un ressortissant autrichien etécrivain de 48 ans?Le Premier ministre du Kurdistan a octroyéune grâceàKamal Sayid Qadir, qui aétélibéréle 3 avril. Selon les informations reçues, il est en bonne santéet se trouve dans un hôtel de la ville d'Arbil. Il envisage de retourner en Autriche très prochainement.Kamal Sayid Qadir avaitétéjugéune première fois pour?diffamation?en décembre 2005, après avoir rédigédes articles qui ontétépubliés sur Internet. D'après certaines allégations, il s'est montrétrès critique dans ces articlesàl'égard des dirigeants du Parti démocratique du Kurdistan (PDK), une des deux formations politiques au pouvoir dans la région d'Irakàdominante kurde.Kamal Sayid Qadir aétécondamnéàune peine de trente ans de réclusion. Toutefois,àla suite de protestations et de pressions internationales, la Cour de cassation avait renvoyél'affaire devant une juridiction pénale d'Arbil pour qu'un nouveau procès ait lieu. Le 26 mars, il a de nouveauétéjugéet aétécondamnéàune peine de dix-huit mois d'emprisonnement.Un grand merciàtous ceux qui sont intervenus en faveur de cet homme.

Syrie : Ammar Qurabi, défenseur des droits humains est libéré!?Ammar Qurabi, porte-parole de l'Arab Organisation of Human Rights - Syria (AOHR-S, Organisation arabe des droits humains en Syrie) aétélibéréle 15 mars. Selon certaines informations, il est sorti libre de la Fara Falastin (Section Palestine), centre de détention des services des renseignements militaires situéàDamas. Pendant sa détention, il aétéinterrogésur ses activités auxÉtats-Unis et en France.Ammar Qurabi avaitétéarrêtéle 12 mars 2006àl'aéroport de Damas, alors qu'il revenait en Syrie après un séjour auxÉtats-Unis et en France oùil s'était rendu, semble-t-il, pour participeràdes réunions de militants syriens en faveur de la démocratie et des droits humains. Amnistie internationale est convaincue qu'il aétéarrêtéet détenu uniquement en raison de ses activités pacifiques et légitimes de défense des droits humains.

Afghanistan : Abdul Rahman est en Italie?L'Italie a réponduàla demande d'Abdul Rahman qui avait lancéun appelàl'asileàla communautéinternationale. Abdul Rahman, cet Afghan converti au catholicisme, est maintenant en Italie, pays qui a décidéde lui accorder l'asile politique.Rahmanétait menacéde mort pour avoir renoncéàl'islam et il aétéemprisonnéun moisàKaboul. Son cas avait déclenchéune vague d'intenses pressions diplomatiques occidentales en sa faveur. Lundi dernier, des centaines de manifestants avaient exigé,àMazar-i-Sharif, dans lenord du pays, qu'Abdul Rahman soit jugéen vertu des lois islamiques et misàmort pour s'être converti.Arrêtéil y a trois semaines, Abdul Rahman, 41 ans, risquait la peine de mort, en vertu de la charia, la loi islamique. Abdul Rahman s'est converti au christianisme il y a 16 ans. Il travaillait alors pour une organisation non gouvernementale chrétienne au Pakistan. Après un séjour de neuf ans en Allemagne, il est revenu en Afghanistan en 2005.Le président afghan Hamid Karzai se trouvait dans une position délicate, devant trouver l'équilibre entre le respect absolu de la charia prônépar les religieux conservateurs afghans et la libertéde culte défendue par l'Occident.

Chili : La présidente chilienne exclut toute loi d'amnistie pour la dictature?Agence France-Presse / Santiago / Le mercredi 29 mars 2006

La présidente chilienne Michelle Bachelet a exclu mercredi toute loi d'amnistie contre les militaires accusés de crimes sous la dictature du général Augusto Pinochet, affirmant que les procès suivront leurs cours."La mémoire de milliers de personnes n'admet aucun point final", a déclaréMme Bachelet en allusionàl'une des lois d'amnistie (dite du"point final") votées en Argentine après la fin de la dictature, sous la présidence de Carlos Menem (1989-99), et annulées depuis.Le régime du général Pinochet (1973-1990) est tenu pour responsable de la mort ou la disparition forcée de plus de 3.000 personnes au Chili."Nous savons que les tribunaux vont continueràétablir la véritéet la justice sans exception parce que la dignitédu Chili l'exige", a déclaréMme Bachelet, fille d'un général torturéàmort par ses pairs après l'instauration de la dictature.La présidente s'exprimait lors de l'inauguration d'un mémorial en hommageàdes victimes célèbres du régime, connus sous le nom des"égorgés". Membres du Parti communiste interditàl'époque, le sociologue JoséManuel Parada, le professeur Manuel Guerrero et le dessinateur Santiago Nattino ontétédécouvertségorgés le 30 mars 1985.

Népal : Libération de Hom Bahadur Bagale, un sous-inspecteur de police de 41 ans?Hom Bahadur Bagale aétélibéréle 28 mars sur l'ordre de la Cour suprême. Le Centre for Victims of Torture (CVICT, Centre d'aide aux victimes de torture) avait introduit une requête en habeas corpus (procédure permettant la comparution immédiate d'un détenu devant une autoritéjudiciaire, afin de contester la légalitéde la détention et de permettre ainsi uneéventuelle remise en liberté) en sa faveur le 24 mars. La Cour a statuéque sa détentionétait illégale et a enjointàla police de le relâcher immédiatement.Hom Bahadur Bagale, dans un uniforme râpé, est sorti libre du tribunal. Il a déclaréàdes journalistes que la police l'avait torturéet l'avait menacéde lui infliger de nouveaux actes de torture pendant qu'ilétait en détention.Dans un communiquéde presse, le CVICT a indiqué:«[Ce succès] est le résultat de l'action courageuse que nous avons menée tous ensemble. Nous tenonsàvous exprimer nos remerciements les plus sincères pour votre soutien, et nous sommes convaincus que la solidaritédont nous avons fait preuve dans ce combat en faveur de valeurs communes, les droits humains et lajustice, portera de beaux fruits et s'inscrira dans la durée.»Un grand merciàtous ceux qui ont envoyédes appels.

Iran : Akbar Ganji, un journaliste de 46 ans aétélibéré!?Le prisonnier d'opinion Akbar Ganji aétélibéréde la prison d'Evin le 17 mars 2006.Le lendemain, Massoumeh Shafii, sonépouse, aurait déclaré:«Àma surprise, les responsables de la prison l'ont amenéàla maisonà22 heures hier soir. Je ne m'attendais pasàcela, parce que les documents indiquaient qu'il ne serait pas remis en libertéavant le 30 mars. Je suis extrêmement heureuse...Je lui ai demandéde ne pas parler parce que je suis très inquiète et je ne veux pas que la même chose recommence.». Elle a indiquéqu'ilétait très faible physiquement et qu'il ne pesait plus que 49 kilo...Akbar Ganji avaitétéarrêtéen avril 2000, en même temps que 17 journalistes et intellectuels iraniens qui avaient participéàune conférence culturelleàBerlin. Il aétécondamnéàune peine de dix ans d'emprisonnement, réduite en appelàsix mois, pour«participationàun complot contre la sécuriténationale»et«propagande contre le système islamique». En juillet 2001, il aétéjugépour avoir«recueilli des documents officiels confidentiels en vue de porter atteinteàla sécuritéde l'État»et pour«propagande», et aétécondamnéàsix ans d'emprisonnement.En 2000, Akbar Ganji avait mis en cause dans un certain nombre d'articles (publiés par la suite dans un ouvrage) la responsabilitéde personnalités politiques iraniennes dans l'«affaire des meurtres en série»concernant les meurtres en 1998 de plusieursécrivains et militants politiques de renom. Parmi les personnes citées dans ces articles figurait l'ancien président de la République, Ali Akbar Hashemi Rafsandjani.En 2005, Akbar Ganji avait fait une grève de la faim durant deux mois en signe de protestation contre les autorités, qui le privaient des soins médicaux nécessités par son asthme chronique, malgréles recommandations de spécialistes qui préconisaient un traitement hors de la prison. Au bout de trente-sept jours, il avaitétéconduitàl'hôpital de Milad,àTéhéran, oùil avait poursuivi sa grève de la faim qu'il n'arrêtée qu'au bout de presque soixante-dix jours ; il avait, semble-t-il, perdu plus de 30 kilogrammes.Dans une déclaration, les autorités judiciaires ont annoncéqu'Akbar Ganji avaitétélibérépour Nowruz, célébration du nouvel an persan, qui dure jusqu'au 3 avril. Il est indiquédans la déclaration que sa peine d'emprisonnement se termine officiellement le 30 mars 2006.

Turkménistan : Libération de Djoumadourdy Ovezov et Meretmouhammet Khommadov, deux journalistes de 54 ans?Le bureau de Prague de Radio Liberty, station de radio américaine, a indiquéque Djoumadourdy Ovezov et Meretmouhammet Khommadov avaientétélibérés le 17 mars.Les deux journalistes de Radio Liberty avaientétéarrêtés le 7 mars et placés en détention au secret dans un lieu inconnu. La pression internationale en faveur de leur libérationétant de plus en plus importante, les autorités turkmènes auraient informéle représentant pour la libertédes médias de l'Organisation pour la sécuritéet la coopération en Europe (OSCE), organisation non gouvernementale internationale, que les deux hommes avaientétéarrêtés pour?vandalisme?et condamnésàune peine de quinze jours de travaux d'intérêt général. Toutefois, de solideséléments portentàcroire que les autorités ont arrêtéles deux hommes parce qu'ils avaient exercéde manière pacifique leur droitàla libertéd'expression, et parce qu'elles voulaient les empêcher de transmettre des informations sur le Turkménistanàd'autres pays. Des agents de sécuritéauraient forcéDjoumadourdy Ovezov et Meretmouhammet Khommadov, avant leur libération,àsigner des documents dans lesquels ils s'engageaientàcesser de travailler pour Radio Liberty.Amnistie internationale pense que les pressions exercées au niveau international, dont les appels envoyés par le Réseau AU, ont jouéun rôle important dans l'obtention de la libération de Djoumadourdy Ovezov et de Meretmouhammet Khommadov.

Création du Conseil des droits humains?La résolution portant création du Conseil des droits humains aétéadoptée le 15 mars 2006, une majoritéécrasante desÉtats membres ayant votéen faveur de ce texte lors de l'Assemblée générale des Nations unies. Cent soixante-dix gouvernements se sont prononcés en faveur de la résolution, le gouvernement desÉtats-Unis faisant partie des quatre gouvernements seulement qui ont votécontre le texte. Les autres opposantsétaient Israël, Palau et lesÎles Marshall. Trois pays se sont abstenus : la Biélorussie, l'Iran et le Vénézuéla. Le résultat du vote témoigne d'un soutien international concluant en faveur du Conseil et constitue uneétape historique du renforcement du dispositif des Nations unies pour la protection des droits humains. Bien qu'il ait déclaréque lesÉtats-Unis ne pouvaient se joindre au consensus en faveur de la résolution, l'ambassadeur desÉtats-Unis auprès des Nations unies, John Bolton, a cependant clairement fait savoir que lesÉtats-Unis coopéreraient avec les autresÉtats membres pour que le Conseil soit aussi fort et efficace que possible. LesÉtats-Unis prévoient par conséquent de soutenir le Conseil et de s'impliquer dans son action.Lorsqu'il a félicitél'Assemblée générale pour l'adoption de la résolution, le secrétaire général des Nations unies a déclaréau sujet de la création du Conseil :«C'est une chance donnée aux Nations unies, qui en avaient besoin, pour insuffler un nouvelélan au travail de l'organisation en matière de droits de l'hommeàtravers le monde».

> en savoir plus


03/12/2006

Juin-Septembre 2006

BIÉLORUSSIE
Le prisonnier d'opinion et dirigeantétudiant Mikita Sasim aétélibérédu centre de détention préventive de Baranavachy le 16 juin 2006, après avoirétéarrêtéavant les présidentielles controversées de mars 2006 et après avoir purgéune peine de trois mois de prison pour insoumission. Dans une interview qu’il a accordéeàsa libération, il a déclaré:«je suis très reconnaissant envers tous ceux qui m'ont soutenu, qui m'ont envoyédes lettres en prison, qui ont brandi mon portrait, qui ont alluméune bougie pour moi…J'ai puéprouver la force de la solidarité. Et c'était grâceàla solidaritéque j'étais fort

HONDURAS : ACQUITTEMENTS
Le 12 juillet et le 15 août, Marcelino Miranda et son frère Leonardo Miranda, deux prisonniers d'opinion condamnés pour meurtre en juin dernier,étaient acquittés et libérés sans condition.Àsa libération Marcelino a remerciétous ceux qui l’avaient soutenu lors des différentes campagnes pour sa libération, ainsi que tous ceux qui lui avaient envoyédes lettres, des dessins et des cartes postales, toutes choses qui l'ont, dit-il, aidéàalléger ses souffrances. Dirigeants indigènes de la communautéde Montana Verde, les deux frères avaientétécondamnés, sur base de preuves fabriquées de toutes pièces, d'avoir commis ce meurtre pour s’assurer la reconnaissance de titres de propriétécommunale. Ils ont purgéplus de trois ans d'une peine de 25 ans.

YÉMEN : LIBÉRATION
En juin 2006, Mohammed Abdel Qadir aétélibéréde la prison centrale de la Sûretépolitique dans laquelle ilétait détenuàSanaa et ce, depuis plus de 10 mois. Au cours de sa détention, il n’a jamaisétéinculpéde la moindre infraction ni déférédevant un tribunal. Mohammed Abdel Qadir, agent de gardiennage attachéau Bureau international d’Associated Press (AP) y avaitétéinterpelléle matin du 25 août 2005 par des membres de la Sûretépolitique. Il auraitétépasséàtabacàplusieurs reprises en raison de son refus de fournir des informations sur les correspondants locaux d'Associated Press.
Après sa libération, Mohammed Abdel Qadir a remerciétous ceux qui s’étaient engagés dans sa libération.

SYRIE : CITOYEN IRAKO-DANOIS LIBÉRÉ

Le 30 juin, Saad Noori Hussein al Jiburi a retrouvésa famille au Danemark. Les diplomates danois en posteàDamas ont assurésa libération le 29 juin en l’escortant jusqu’àl’aéroport international. De retour d’Irak, il avaitétéarrêtéàAlep et l’on se demande encore s’il a fait l’objet de mauvais traitements ou de tortures.

> en savoir plus


03/12/2006

Octobre-Novembre 2006

BURUNDI
Libération de deux détenus
Thacien Sibomana et Poppon Mudugu, quiétaient incarcérés dans la prison de Gitegapour pour«atteinteàla sûretéde l’État»,ontétélibérés le 31 mai. Chacun s’est acquittéd’une caution de 20 000 francs burundais (soit une vingtaine d’euros). Leur avocat a déclaréque cette mesure de remise en libertéserait permanente, aucune charge n’ayantétéretenue contre eux.
Les deux hommes, membres de l’AC Génocide Cirimoso, avaientétéarrêtés le 21 mai lors d’une réunion mensuelle de l’association dans un local de la ville de Gitega. L’AC Génocide Cirimoso s’efforce de prévenir un nouveau génocide au Burundi (cf. AU 149/06, AFR 16/008/2006 du 26 mai 2006).

BRÉSIL
Maria Aparecida Denadai n’est plus en danger
L’avocate Maria Aparecida Denadai a finalement obtenu une protection suffisante de la part de la police fédérale ; elle n’est plus en danger immédiat. Elle avait reçu des menaces de mort et avait fait l’objet de tentatives d’intimidation liéesàl’enquête menée sur l’assassinat de son frère, Marcelo Denadai, tuéen 2002 alors qu’il s’apprêtaitàdévoiler des preuves sur une affaire de corruption de personnalités politiques.
Àla mi-février, après l’examen de son dossier par la Commission interaméricaine des droits de l’homme, Maria Aparecida Denadai aétéplacée sous la protection de la police fédérale. Néanmoins, cette protection a ensuiteétéretirée, puis, lorsqu’elle aétéde nouveau accordée, s’est révélée insuffisante. Grâceàla campagne menée en sa faveur, Maria Aparecida Denadai peut aujourd’hui bénéficier d’une protection adaptée (cf. AU 18/06, AMR 19/004/2006du 26 janvier 2006).

IRAN
Des Turcs azéris d’Iran recouvrent la liberté
Saleh Malla Abbasi, un militant pour les droits de la minoritéturque azérie d’Iran quiétait détenu dans la prison de Tabriz, dans le nord-ouest du pays, auraitétélibérésous caution le 30 mai. Amnesty International ignore si des charges ont officiellementétéretenues contre lui.
Saleh Malla Abbasi avaitétéappréhendéle 17 avrilàson domicile dans la ville d’Ahar, dans la province de l’Azerbaïdjan (nord-ouest de l’Iran). Selon les informations recueillies, des policiers du ministère du Renseignement sont entrés simultanément par les portes de devant et de derrière de la maison familiale et ont procédéàune perquisition, saisissant un ordinateur, une parabole ainsi que des livres et des CD en langue turque. Les policiers auraientégalement emportéle téléphone et un carnet d’adresses, ainsi qu’un calendrier turc accrochéau mur, déclarant que celui-ci prouvait que la familleétait«partisane du panturquisme».Ils ontépluchéles albums photo de la famille et ont pris certains clichés. Durant ses six semaines de détention, Saleh Malla Abbasi n’a pasétéautoriséàconsulter un avocat.
Un autre Turc azéri d’Iran, Mostafa Evezpoor, aétélibéréde la prison de Tabriz le 22 mai. Selon certaines informations, il avaitétéarrêtéle 6 avrilàson domicile, dans la ville de Tabriz (province de l’Azerbaïdjan oriental), en même temps que son frère Morteza, seize ans. Leur frère cadet, Mohammad Reza, quatorze ans, avaitétéappréhendéplus tôt dans la journée par des responsables du ministère du Renseignement, alors qu’ilécrivait le slogan suivant sur un mur :«Je suis turc et ma langue est le turc.»Il aétéemmenédans unétablissement dépendant du ministère du Renseignement,oùil auraitétérouéde coups. Il a passétrois jours en détention, comme son frère Morteza.
Les Turcs azéris d’Iran représentent, selon certaines estimations, entre 25 et 30 p. cent de la population du pays. Ceux qui s’efforcent de promouvoir l’identitéculturelle turque azérie suscitent les soupçons des autorités iraniennes, qui les accusent fréquemment d’infractions définies en termes vagues, notamment de«promotion du panturquisme»(cf. AU 115/06 , MDE 13/045/2006 du 3 mai 2006, et AU 120/06, MDE 13/047/2006 du 5 mai 2006).

SOUDAN
Libération de Suleiman Jamous et Isa Ali Hassaballah
Isa Ali Hassaballah, membre de l’Armée de libération du Soudan (ALS), aétélibérévers le 8 juin, au bout de dixsept jours de détention. Ilétait en mauvaise santé: pendant sa détention, il auraitétébattu quatre heures durant et laisséen plein soleil alors qu’ilétait ligoté. Une fois libre, il aétécontraint de parcourir 75 kilomètresàpied entre Muzbat, oùilétait détenu, et Bir Maza, son lieu de résidence.
Suleiman Jamous, ancien coordonnateur humanitaire de l’ALS détenuàMuzbat, aétélibéréle 22 juin et remisàla Mission des Nations unies au Soudan (MINUS). Il aétéconduitàEl Fasher, la capitale du Darfour septentrional, oùil bénéficie aujourd’hui de la protection des Nations unies. Des observateurs des Nations unies chargés de surveiller la situation des droits humains ontétéautorisésàlui rendre visite le 14 juin.
Suleiman Jamous et Isa Ali Hassaballah avaient respectivementétéarrêtés le 20 et le 22 mai 2006 par des membres d’une faction de l’ALS qui soutient l’Accord de paix sur le Darfour (cf. AU 166/06, AFR 54/023/2006 du 20 juin 2006).

ISRAËL
Adoption d’un amendement–Les AU contribuentàlimiter ses conséquences négatives
Le 27 juin, laKnesset(Parlement israélien) a adoptéune version amendée de la nouvelle«Loi relativeàla procédure pénale (Pouvoirs d’applicationDétention de personnes) (Détenus soupçonnés d’atteintesàla sécuritéintérieure) (Disposition provisoire), 5765-2006». Amnesty International pense que les appels envoyés par les membres du Réseau AU ont contribuéàlimiter les conséquences négatives de cette nouvelle loi.
Le nouveau texte double la durée de détention autorisée pour les personnes soupçonnées d’«atteintesàla sécuritéintérieure»(notion pouvantêtre interprétée de manière très large), personnes que les forces de sécuritépourront désormais maintenir en gardeàvue pendant quatre-vingtseize heures avant de les conduire devant un juge. En vertu de cette nouvelle loi, ces détenus peuventêtre privés du droit d’assister aux audiences consacréesàl’examen de demandes des forces de sécuritéconcernant une prolongation de leur détention pouvant aller jusqu’àvingt jours supplémentaires. Leur avocat, en revanche, devra obligatoirementêtre présent.
La disposition visantàétendreàtrente jours (et même cinquante selon un précédent projet de loi) la durée pendant laquelle les personnes soupçonnées d’«atteintesàla sécuritéintérieure»peuventêtre privées du droit de consulter un avocat aétéabandonnée dans la nouvelle loi adoptée le 27 juin. Cette période est donc toujours de vingt et un jours, comme le prévoyait la version précédente du texte de loi. Une disposition discriminatoire figurant dans le projet de loi initial, qui prévoyait une application exclusivement réservée auxétrangers, aégalementétéabandonnée.
La nouvelle loi aétéadoptée pour dix-huit mois. Pendant cette période, le ministère de la Justice est tenu de faire un compte rendu semestriel au ComitéConstitution, Législation et Justice de laKnessetsur le nombre de cas dans lesquels les nouvelles dispositions ontétéappliquées (cf. AU 170/06, MDE 15/050/2006 du 16 juin 2006).

IRAK
Un citoyen irako-libyen relâché
Zakaria Yehia Al Zuhairi, titulaire de la double nationalitéirakienne et libyenne, est retournéen Libye le 24 juin après avoirétélibéré, grâceàl’aide de fonctionnaires travaillant pour le Premier ministre du Kurdistan irakien, Nechirvan Barzani. Zakaria Yehia Al Zuhairiétait en visiteàArbil, dans le Kurdistan irakien, lorsqu’il aétéenlevéavec sa mère et sonépouse devant leur hôtel, le 25 février. Ils ontétéretenus en captivitépar despechmergakurdes, le principal service de sécuritédu gouvernement régional kurde. Khalda Abdel Qader, la mère de Zakaria Yehia Al Zuhairi, et Vianne Abdullah, sonépouse, ontétélibérées au bout de trois jours. Les ravisseurs auraient demandéune rançon de 200 000 dollars (environ 150 000 euros) enéchange de la libération de Zakaria Yehia Al Zuhairi. Selon les informations recueillies, Zakaria Yehia Al Zuhairi a régulièrementétébattu tout au long de sa détention. Il a eu les yeux bandés et les pieds et les mains solidement liés en permanence. Amnesty International ignore le motif de son placement en captivité. Massoud Barzani, le président de la région du Kurdistan, se serait engagéàmener des investigations sur ces faits (cf. AU 152/06, MDE 14/024/2006 du 31 mai 2006).

ALGÉRIE
Expulsion de deux Algériens, connus sous les initiales«V»et«I»
«V»et«I», qui avaientétérenvoyés du Royaume-Uni vers l’Algérie les 16 et 17 juin, ontétélibérés dans l’après-midi du 22 juin et ont, depuis lors, rejoint leurs proches dans leur pays d’origine. Ilsétaient détenus au secret, depuis six et cinq jours respectivement, dans un lieu qui n’a pasétérévélé. Amnesty International est parvenueàentrer en contact avec ces deux hommes après leur libération. Ils ont communiquéquelques informationsàl’organisation, mais n’ont pas souhaitéindiquer précisément par qui ni oùils avaientétédétenus ni entrer dans le détail en ce qui concerne leurs conditions de détention, par crainte de représailles. Les deux hommes ontétérenvoyés en Algérie après avoir renoncéàfaire appel de leur expulsion du Royaume-Uni.«V»et«I»ont déclaréqu’ils s’étaient désistés de leurs appels car ils avaient perdu tout espoir quantàla possibilitéd’être jugéséquitablement au Royaume-Uni (cf. AU 173/06, MDE 28/011/2006 du 20 juin 2006).

SYRIE
Unétudiant libérésans inculpation Omar Abdi Malik
©AI
Le 31 mai, Omar Abdi Malik,étudiant en médecine, a finalementétélibéré, sans avoirétéinculpé, après plus de huit mois de détention. Il a demandéàAmnesty International de«remercier toutes les personnes qui se sont donnétant de mal pour[l’]aider».
Mustapha Omar Abdi Malik, ressortissant somalien, avaitétéarrêtéle 6 septembre 2005, en raison de son appartenance présuméeàun«groupe islamiste»,semble-t-il. Il aétédétenu au secret la plupart du temps. Il a déclaréàAmnesty International qu’il avaitétéplacédans quatre centres de détention successifs, le dernierétant celui du Département de l’Immigration et de la Nationalité,àDamas, oùil avaitététransféréen février. Il aététorturéet soumisàd’autres formes de mauvais traitements. Il a notammentétéfrappépendant de longues périodes, parfois sur la plante des pieds avec des bâtons ; au moins une fois les coups se sont poursuivis jusqu’àce que l’instrument se casse en deux.
Au cours de sa détention, Mustafa Omar Abdi Malik aétécontraintàdéposer ses empreintes digitales (en guise de signature) sur trois documents attestant ses«aveux»; deux des documentsétaient vierges et sur le troisième figurait un texte dactylographiéqu’il n’a pasétéautoriséàlire.Àla fin du mois d’avril, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) avait donnéson accordàla réinstallation d’urgence de Mustapha Omar Abdi Malik en tant que réfugié. Peu après sa libération, il a quittéla Syrie pour aller rejoindre son père au Royaume-Uni.
Quatre autres hommes sont détenus au secret dans la prison de Saidnaya, dans la banlieue de Damas, la capitale, en raison de leur appartenance présuméeàun groupe«islamiste». Ils auraientététorturés. Abd al Rahman al Sulti, Wissam al Ghorani, Muhammad Ismail al Daj et Muhammad Anis al Turk sont incarcérés depuis le 12 septembre 2005, mais selon certaines sources, aucune charge n’aétéretenue contre eux (cf. AU 246/05, MDE 24/087/2005, 21 septembre 2005).

> en savoir plus


03/12/2006

Une Action Urgente Mexique couronnée de succès !

Début juin, des délégués d’Amnesty International se sont rendus dans la ville de San Salvador Atenco (État de Mexico). L’équipe de recherche s’est entretenue avec des personnes qui avaientététouchées par les opérations de police menées les 3 et 4 maiàla suite de manifestations organisées en faveur de vendeurs de fleurs ambulants dans la municipalitévoisine de Texcoco. Ces opérations s’étaient soldées par le placement de 211 personnes en gardeàvue ; nombre d’entre elles avaientététorturées ou soumisesàd’autres formes de mauvais traitements. Amnesty International aégalement recueilli le témoignage de certaines des 23 femmes qui ont affirméque des policiers de l’État de Mexico leur avaient infligédes violences sexuelles lors de leur transport vers la prison (cf. AU 122/06, AMR 41/024/2006 du 5 mai 2006 et suivante). Des délégués ontégalement visitéla prison d’État, dans laquelle 28 des personnes arrêtées se trouvent encore en détention provisoire. Les témoignages recueillis confirment nombre des atteintes aux droits humains rapportées dans l’AU et sa miseàjour.
Lors de rencontres avec des représentants de l’État de MexicoàToluca, capitale de cetÉtat, Amnesty International s’est dite vivement préoccupée par les violations des droits humains commises pendant l’opération de police et le peu de détermination dont les autorités faisaient preuve pour enquêter avec efficacitésur ces violences. L’organisation aégalementévoquédes cas individuels, notamment celui d’Arnulfo Pacheco, un détenuâgéatteint d’une maladie dégénérative qui réduit considérablement sa mobilité. La police affirme qu’il a participéàla prise en otage de policiers durant la manifestation, alors que sonétat de santéle lui aurait interdit. Arnulfo Pacheco aétéen outre violemment battu par la police, qui refusait de croire qu’il ne pouvait marcher sans aide. Quelques jours après la visite d’Amnesty International, un juge a conclu qu’ilétait physiquement incapable d’avoir commis les faits qui luiétait reprochés et a ordonnésa libération. La famille d’Arnulfo Pacheco a remerciéAmnesty International pour son aide.
Lors de leur visiteàAtenco, des délégués ont pu constater que des posters reproduisant des articles de presse sur l’Action urgente lancée par Amnesty International avaientétéaffichés sur l’un des principaux bâtiments de la place principale, afin d’illustrer la préoccupation que les violations des droits humains commises avaient suscitéeàl’étranger. De nombreux personnes ont expriméleur reconnaissanceàAmnesty International pour l’intérêt que l’organisation leur avait portéet l’action qu’elle avait lancée en leur faveur.
Amnesty International publiera cette année un rapport sur certaines des femmes qui ont subi des atteintes sexuelles.

> en savoir plus


03/12/2006

USA (North Carolina) : Guy Tobias LeGrande

AMR 51/179/2006

Further information on UA 300/06 (AMR 51/169/2006, 9 November 2006)
Death penalty / Legal concern

USA (North Carolina) : Guy Tobias LeGrande (m), aged 47, black

30 November 2006

A North Carolina judge has issued a 60-day stay of execution for Guy LeGrande in order that efforts can be made to further assess his mental competency for execution - whether he can understand the reason for and reality of his punishment. Guy LeGrande had been scheduled to be put to death on 1 December. He was sentenced to death in April 1996 for the murder of Ellen Munford on 27 July 1993.

In 1998, the prosecution had Guy LeGrande evaluated by Dr Nicole Wolfe, a psychiatrist at a state mental health hospital. LeGrande would not assist with the evaluation, however, leaving Dr Wolfe unable to conclude whether he was competent or incompetent to represent himself on appeal. Nevertheless, she had concerns about his competency, recommending that he be evaluated as an inpatient in the prison's mental health unit. This was never done.

In 2006, with Guy LeGrande's execution looming, the state chose not to ask Dr Wolfe for her assessment, but turned instead to a private psychiatrist who had never been involved with the case. Guy LeGrande's lawyers sought a court order to have the prisoner evaluated by Dr Wolfe, and this request was granted. On 17 November, she sought to evaluate LeGrande at the prison, but he refused to meet with her. She then reviewed information provided by the state and the defence and concluded that Guy LeGrande's recent letters and observations of his behaviour"suggest severe mood swings and paranoia as well as grandiose delusional beliefs that he will be pardoned and given a large financial settlement. His writings are indicative of significant paranoia and grandiosity consistent with a severe mental illness such as Schizophrenia or a delusional disorder. His writing that he plans to disperse the money that he receives after the governor pardons him is consistent with a delusional order. This strongly suggests the presence of a severe mental illness such as Schizophrenia. Mr LeGrande has several first degree relatives who have had severe mental illness. This raises the likelihood that Mr LeGrande is also severely mentally ill."Dr Wolfe concluded that there is a"strong possibility"that he is not competent for execution. However, because of his refusal to cooperate with her, Dr Wolfe again stated that she could not"firmly establish the presence or absence of a severe mental illness".

There are three psychiatrists currently involved in the case. Dr George Corvin (chosen by the defence) has concluded that Guy LeGrande is clearly not competent (see original UA) ; Dr Jonathan Weiner (chosen by the state) has acknowledged that LeGrande suffers from a serious mental illness (bipolar disorder), but has concluded that he is competent for execution ; and Dr. Wolfe.

Faced with the problem that Guy LeGrande refuses to be examined, his lawyers filed a motion in the trial-level court to require an observation period even without his cooperation. The judge granted the motion, under which Guy LeGrande will be sent to a hospital facility for evaluation. The three psychiatrists must prepare a report within 45 days for the court. The judge will then hold a competency hearing.

At the same time, Guy LeGrande's lawyers are continuing to pursue challenges to his conviction and death sentence. Citing, among other things, Amnesty International's January 2006 report on the subject (http://web.amnesty.org/library/pdf/AMR510032006ENGLISH/$File/AMR5100306.pdf), they are challenging the constitutionality of executing prisoners suffering from mental illness. In addition, they are challenging the fairness of his trial, including raising questions about whether the prosecution withheld information about payments given to witnesses out of reward money offered by the state when looking to solve the case. The lawyers are seeking to clarify whether a key witness for the state (who testified that Guy LeGrande had confessed to her about the murder) received a payment of $3,500 in return for her testimony rather than just the $100 disclosed by the prosecution at the time of the trial. The lawyers' task is made more difficult by the fact that they have only in the past month obtained more than 6,000 pages of records and documents in the case. When acting as his own appeal lawyer (he also represented himself at trial, see original UA), Guy LeGrande had not requested the records.

The clemency petition is still pending with the Governor. However, he has never previously ruled on clemency when there are legal issues still before the courts.

No further action is requested at present. Many thanks to all who sent appeals.

Le réseau des actions urgentes(AU) a proposéun nombre particulièrementélevéd'actions cette année et la liste n'est pas encore finie ! Fin juin, nous comptions pour 2006 183 AU et 165 misesàjour visant près de 60 pays et mettant en lumière des dizaines de sujets de préoccupation. Côtérésultats, plus de 50 AU lancées cette année sont déjàcloses dont une grande partie a connu un dénouement positif. Les sujets de préoccupation les plus traités cette année ontété:«craintes pour la sécurité»,«craintes de tortures»,«mauvais traitement»,«peine de mort»et«détention au secret». Cependant, le réseau des AU continue d'élargir le champ des motifs d'intervention :«privation de nourriture»,«santé»,«expulsions», etc.
Quelques bonnes nouvelles !
Burundi—libération de deux détenus: Thacien Sibomana et Poppon Mudugu, membres de l'AC Génocide Cirimoso, qui s'efforce de prévenir un nouveau génocide au Burundi, ontétélibérés, aucune charge n'ayantétéretenue contre eux (AFR 16/0082006).Brésil—Maria Aparecida Denadai n'est plus en danger: grâceàla campagne menée en sa faveur, elle peut aujourd'hui bénéficier d'une protection policière suffisante et adaptée (AMR 19/004/2006).

> en savoir plus


03/12/2006

THAILAND 16 Lao Hmong asylum-seekers

ASA 39/017/2006

UA 324/06

Fear of forcible return/arbitrary arrest

THAILAND 16 Lao Hmong asylum-seekers

29 November2006

The Thai authorities are reportedly preparing to forcibly return 16 Lao Hmong asylum-seekers. The 16 had recently fled because of alleged serious persecution by the Lao authorities. No international human rights organisations would have access to them in Laos, and they would be in danger of serious human rights violations, including torture.
The group are held at the Nong Khai Immigration Detention Centre in northern Thailand. When they were detained they had been making their way to a makeshift refugee camp at Huay Nam Khao in the northern Thai province of Phetchabun, which is home to an estimated 7,000 ethnic Hmong Lao refugees. The Lao refugees started arriving at the camp in large numbers in 2004, seeking refugee status. Most claim to have been persecuted because of their connection with ethnic Hmong rebel groups, who fought alongside the United States during the Viet Nam war (1965-1975) and its spill-over fighting in Laos.

Another group of 152 Lao Hmong, 85 of them children, were arrested in mid-November and have been held at the Immigration Detention Centre in Bangkok since then and are at risk of forcible return. The United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR) has recognised 140 of them as refugees, or is in the process of determining whether they are refugees.

Under international law Thailand is obliged not to return anyone to a country where they would be at risk of serious human rights abuses.

BACKGROUND INFORMATION
On 15 November the Thai authorities handed over 53 Hmong asylum-seekers to the Lao authorities, and their whereabouts have been unknown since then. The following day Lao state media reported that the group would go through"re-education", without explaining what this would entail. The UNHCR later publicly warned that it has"no access to these people once they are returned to Laos, and there have been no guarantees that they will be properly treated on their return to Laos."

On 5 December 2005, the Thai authorities forcibly returned a group of 27 ethnic Hmong refugees, 22 of them children, to Laos. They have been held incommunicado since then, and have reportedly been ill-treated ; some may have been tortured. The return was in contravention of the UN Convention on the Rights of the Child, which states that"a child shall not be separated from his or her parents against their will, except when competent authorities subject to judicial review determine, in accordance with applicable law and procedures, that such separation is necessary for the best interests of the child."

Up to one-third of the Hmong minority in Laos, estimated to be around 300,000 in 1970, are believed to have fled abroad between 1975 and 1990, the vast majority resettling as refugees in the USA. Most Hmong in Laos are integrated into mainstream society, but an unknown number have been hiding from the authorities, particularly the military, in isolated pockets in the jungle since the end of the Viet Nam war. These groups are living in extreme poverty, hardship and disease, and violent onslaughts against them by the Lao military are regularly reported.

RECOMMENDED ACTION : Please send appeals to arrive as quickly as possible, in English, French or your own language :

  • urging the authorities not to forcibly return the group of 16 asylum-seekers in Nong Khai ;
  • reminding the Thai authorities that under international law they are obliged not to return anyone to a country where they would be at risk of torture, ill-treatment or other serious human rights violations ;
  • urging the Thai authorities to allow the UNHCR unhindered access to the group in Nong Khai in order to properly assess their cases ;
  • urging the Thai authorities to ensure that all those seeking asylum in Thailand have access to fair and satisfactory procedures to determine their refugee status

APPEALS TO :
General Sonthi Boonyaratkalin
National Security Council Chair
Government House
Phitsanalouk Road
Dusit, Bangkok
10300 Thailand
Fax : +66 2 280 0858
+66 2 282 8631
Salutation :Dear General

Prime Minister
General Surayud Chulanont
Office of the Prime Minister
Government House
Phitsanalouk Road
Dusit, Bangkok
10300 Thailand
Fax : +66 2 280 0858
Email : opm@opm.go.th
Salutation : Dear Prime Minister

Minister of Foreign Affairs
Nitya Pibulsonggram
Ministry of Foreign Affairs
Wang Saranrom
Bangkok 10200, Thailand
Fax : +66 2 225 6155
Email : thaiinfo@mfa.go.th
Salutation : Dear Minister

Ambassade du Royaume de Thaïlande
Square du Val de la Cambre 2
1050 Bruxelles
Fax : 02.648.30.66
Email :thaibxl@pophost.eunet.be

PLEASE SEND APPEALS IMMEDIATELY. Check with the International Secretariat, or your section office, if sending appeals after 10 January 2007.

Le réseau des actions urgentes(AU) a proposéun nombre particulièrementélevéd'actions cette année et la liste n'est pas encore finie ! Fin juin, nous comptions pour 2006 183 AU et 165 misesàjour visant près de 60 pays et mettant en lumière des dizaines de sujets de préoccupation. Côtérésultats, plus de 50 AU lancées cette année sont déjàcloses dont une grande partie a connu un dénouement positif. Les sujets de préoccupation les plus traités cette année ontété:«craintes pour la sécurité»,«craintes de tortures»,«mauvais traitement»,«peine de mort»et«détention au secret». Cependant, le réseau des AU continue d'élargir le champ des motifs d'intervention :«privation de nourriture»,«santé»,«expulsions», etc.
Quelques bonnes nouvelles !
Burundi—libération de deux détenus: Thacien Sibomana et Poppon Mudugu, membres de l'AC Génocide Cirimoso, qui s'efforce de prévenir un nouveau génocide au Burundi, ontétélibérés, aucune charge n'ayantétéretenue contre eux (AFR 16/0082006).Brésil—Maria Aparecida Denadai n'est plus en danger: grâceàla campagne menée en sa faveur, elle peut aujourd'hui bénéficier d'une protection policière suffisante et adaptée (AMR 19/004/2006).

> en savoir plus


03/12/2006

YEMEN Ibrahim Sharaf al-Din

MDE 31/014/2006
UA320/06

Death penalty/ legal concern

YEMEN Ibrahim Sharaf al-Din (m), aged 23

30 November 2006

On 23 November, Ibrahim Sharaf al-Din was sentenced to death by the Specialised Criminal Court in Yemen. He was tried in proceedings that fell short of international standards for fair trials. The case is now subject to appeal. If his sentence is upheld he will be at risk of execution.

Ibrahim Sharaf al-Din was among 37 members of the Shi'a Zaidi community charged in connection with an alleged"plot to kill the President and senior army and political officers". Their trial started in August 2005. Thirty-four of the defendants were sentenced to prison terms of up to eight years'. Two others were acquitted.

According to information received by Amnesty International, Ibrahim Sharaf al-Din was arrested in May 2005 and held incommunicado for several months at al- Mabahith al-'Ama (General Investigation unit) in the capital, Sana'a. While detained incommunicado, all 37 defendants were interrogated without a lawyer being present contrary to international fair trial standards as well as Yemeni laws. During the trial, lawyers were reported to have been prevented from obtaining a copy of the court file, including full interrogation records, to enable them to exercise an effective right to defence.

While Amnesty International recognizes the right and responsibility of governments to bring to justice those suspected of a recognizable criminal offence in accordance with international standards, the organization opposes the death penalty in all cases.

BACKGROUND INFORMATION
Amnesty International has documented a number of cases in which people have been sentenced to death in Yemen after trials which fell short of international standards. Yemen retains the death penalty for a wide range of offences, including political offences, in breach of its commitment under Article 6 (2) International Covenant on Civil and Political Rights to impose the death penalty"only for the most serious crimes".

RECOMMENDED ACTION : Please send appeals to arrive as quickly as possible, in Arabic or your own language :

  • urging the President to commute the death sentence imposed by the Specialized Criminal Court on Ibrahim Sharaf al-Din ;
  • reminding the authorities that they are bound by international standards for fair trial, including those relating to capital cases ;
  • calling on President to ensure that lawyers are given an effective opportunity to exercise their right to defence in a transparent process.

APPEALS TO :
President
His Excellency General Ali Abdullah Saleh
President of the Republic of Yemen
Sana'a
Republic of Yemen
Fax : + 967 127 4147
Salutation : Your Excellency

Minister of Interior
His Excellency Dr Rashid Muhammad al-Alimi
Ministry of Interior
Sana'a
Republic of Yemen
Fax : + 967 1 332 511
Salutation : Your Excellency

Minister of HumanRights
Her Excellency Kadijah al-Haysami
Ministry for Human Rights
Sana'a, Republic of Yemen
Faxes : + 967 1 444 838
Salutation : Your Excellency

Ambassade de la République du Yémen
Avenue F.D. Roosevelt 114
1050 Bruxelles
Fax : 02.646.29.11

PLEASE SEND APPEALS IMMEDIATELY. Check with the International Secretariat, or your section office, if sending appeals after 11 January 2007.

Le réseau des actions urgentes (AU) a proposéun nombre particulièrementélevéd'actions cette année et la liste n'est pas encore finie ! Fin juin, nous comptions pour 2006 183 AU et 165 misesàjour visant près de 60 pays et mettant en lumière des dizaines de sujets de préoccupation. Côtérésultats, plus de 50 AU lancées cette année sont déjàcloses dont une grande partie a connu un dénouement positif. Les sujets de préoccupation les plus traités cette année ontété:«craintes pour la sécurité»,«craintes de tortures»,«mauvais traitement»,«peine de mort»et«détention au secret». Cependant, le réseau des AU continue d'élargir le champ des motifs d'intervention :«privation de nourriture»,«santé»,«expulsions», etc.
Quelques bonnes nouvelles !
Burundi—libération de deux détenus : Thacien Sibomana et Poppon Mudugu, membres de l'AC Génocide Cirimoso, qui s'efforce de prévenir un nouveau génocide au Burundi, ontétélibérés, aucune charge n'ayantétéretenue contre eux (AFR 16/0082006).Brésil—Maria Aparecida Denadai n'est plus en danger : grâceàla campagne menée en sa faveur, elle peut aujourd'hui bénéficier d'une protection policière suffisante et adaptée (AMR 19/004/2006).

> en savoir plus


03/12/2006

PEOPLE'S REPUBLIC OF CHINA Family members of ethnic Uighur activist Rebiya Kadeer

ASA 17/060/2006
Further Information on UA 156/06 (ASA 17/032/2006, 2 June 2006) and follow-up (ASA 17/038/2006, 10 July 2006)

Fear of torture and ill-treatment/Detention without charge/Medical concern

PEOPLE'S REPUBLIC Ablikim Abdiriyim (m) aged 33
OF CHINA Alim Abdiriyim (m) aged 31
Rushangul Abdiriyim (f) aged 36
Kahar Abdiriyim (m) aged 42
Mamat Kadeer (m)
Kaysar (m) aged approx 38
Rayila (f) aged 24
Razia (f) aged 15
Sardar Kaysar (m) aged 9
Epar Alim (f) aged 4
Turghun (m) aged 8

1 December 2006

Family members of ethnic Uighur activist Rebiya Kadeer are still being targeted by the Chinese authorities. Her son Ablikim Abdiriyim, who has reportedly suffered severe beatings, was seen being carried out of Tianshan District Detention Center on a stretcher on 26 November, apparently in need of medical attention. Amnesty International believes his health is in danger, and that he is at risk of further torture or ill-treatment.

Two more of Rebiya Kadeer's sons, Alim and Kahar Abdiriyim, were sentenced on 27 November to heavy fines, and Alim also to a prison sentence of seven years, on charges of tax evasion. They had been charged with 46 counts of tax evasion, and ordered, together with the family business, to pay fines amounting to millions of US dollars.

Ablikim has been awaiting trial on the charges of"subversion"as well as tax evasion. He was reportedly hospitalized for over a month as a result of a severe beating which took place in front of his family in June. He was later moved to the Tianshan Detention Centre where he has regularly endured long interrogations, and reportedly undergone beatings and other ill-treatment. There are reports that he has been very ill but has been denied medical care. Guards have reportedly refused to let him have warm clothes sent by his family, and he has reportedly suffered greatly from the very cold weather.

On 26 November, Rebiya Kadeer was elected president of the World Uyghur Congress (WUC) in Munich. According to the US-based Uyghur Human Rights Project (UHRP), she had learned from sources in Urumchi that the Chinese authorities were willing to be lenient with her sons if she did not run for the presidency of the WUC. At the time the trial of Alim and Kahar Abdiriyim began on 27 October the court announced that the sentences would be passed within ten days. The fact that sentences were not pronounced until 27 November, three weeks later than anticipated, suggests the delay was linked to her decision to run in the WUC election, and follows a pattern of retribution against her family for her overseas human rights activities.

Rebiya Kadeer's daughter Rushangul Abdiriyim has been released from house arrest, imposed in June this year after she witnessed her brothers Ablikim and Alim Abdiriyim being beaten. Her home had been surrounded by seven policemen and she had been unable to go outside.

BACKGROUND INFORMATION
Rebiya Kadeer was first detained as a prisoner of conscience in 1999. Her family were harassed by the authorities after this, and this has intensified since she was released from prison on medical parole on 17 March 2005, and allowed to leave China to go to the USA. Rebiya Kadeer claims that while she was still in custody she was warned that if she engaged with members of the Uighur ethnic community or spoke publicly about"sensitive issues"after her release, her"businesses and children will be finished". Since her release, Chinese police have launched an investigation into alleged financial irregularities by her company, the Akida Trading Co in Urumqi. Rebiya Kadeer has repeatedly denied any wrongdoing. On 1 June, Alim and Ablikim Abdiriyim were beaten by police in front of their children and in front of their sister, Rushangul, who was then handed a mobile phone and told to call Rebiya Kadeer in the USA and tell her what was happening. The harassment and reported torture and ill-treatment of Rebiya Kadeer's family cast serious doubt on the credibility of the police investigation.

RECOMMENDED ACTION : Please send appeals to arrive as quickly as possible, in Chinese, English or your own language :

  • expressing deep concern at reports that Ablikim Abdiriyim is still being tortured or ill-treated in custody, and calling on the authorities to launch a full, independent and impartial investigation and bring those responsible to justice ;
  • urging the authorities to ensure that he is given all the medical treatment he needs ;
  • calling on the authorities to guarantee that Ablikim Abdiriyim will be given a fair trial, with access to a lawyer of his choice, and that Alim and Kahar Abdiriyim will be given fair hearings if they appeal against their sentences ;
  • asking the authorities to give immediate guarantees for the safety of all members of Rebiya Kadeer's family in detention ;
  • calling on the authorities to bring an end to the human rights violations directed at Rebiya Kadeer's family, including arbitrary detention, police harassment and other restrictions on their freedom of movement and expression.

    APPEALS TO :
    Prime Minister of the People's Republic of China
    WEN Jiabao Guojia Zongli
    The State Council, 9 Xihuangcheng Genbeijie
    Beijingshi 100032, People's Republic of China
    Fax : +86 10 65292345 (c/o Ministry of Communication)
    Email : gazette@mail.gov.cn
    Salutation : Your Excellency

Chairman of the Xinjiang Uighur Autonomous Regional People's Government
Ismail TILIWALDI Zhuxi
Xinjiang Weiwuer Zizhiqu Renmin Zhengfu
2 Zhongshanlu, Wulumuqishi 830041
Xinjiang Weiwuer Zizhiqu, People's Republic of China
Email : master@xinjiang.gov.cn
Salutation : Dear Chairman

COPIES TO :

Mayor of Wulumuqi Municipal People's Government
Shokrat Zakir Shizhang
Wulumuqi Shizhengfu Bangongting
1316 Kelamayi Donglu, Wulumuqi Shi 830063
Xinjiang Weiwuer Zizhiqu
People's Republic of China
Fax : +86 991 4689654
Salutation : Dear Mayor

Ambassade de la République Populaire de Chine
Avenue de Tervueren 463
1160 Bruxelles
Fax : 02.762.99.66
Fax : 02.779.28.95
Email :guo-wensong@fmprc.gov.cn

PLEASE SEND APPEALS IMMEDIATELY. Check with the International Secretariat, or your section office, if sending appeals after 12 January 2007.

> en savoir plus


03/12/2006

USA (Florida) Angel Nieves Diaz

AMR 51/178/2006

Further information on UA 317/06 (AMR 51/177/2006, 24 November 2006)

Death penalty / Legal concern

USA (Florida) Angel Nieves Diaz (m), aged 55
29 November 2006

A key prosecution witness at the 1985 trial of Angel Nieves Diaz has recanted his testimony, which had been a key part of the evidence that convicted Diaz of murder. On 27 November, lawyers for Angel Diaz filed a new motion in court on the basis of this new evidence.

Angel Diaz remains scheduled for execution in Florida on 13 December. He was sentenced to death in 1986 for the murder during a robbery of bar manager Joseph Nagy in Miami.

Joseph Nagy was the bar manager of the Velvet Swing Lounge. He was shot dead on 29 December 1979, when a group of three men robbed the bar. There were no eyewitnesses to the shooting. Angel Diaz and Angel Toro were charged with first-degree murder in 1984, but the trial was delayed until December 1985. By that time, Angel Toro had pleaded guilty to second-degree murder in return for a life sentence.

Angel Diaz's former girlfriend testified that on the night of the robbery, he had told her that Angel Toro had shot a man during the robbery. The testimony of two other witnesses, who had been in the bar at the time of the robbery, indicated that Angel Diaz was not the gunman. However, a jailhouse informant, Ralph Gajus, testified that when they had been held in the same jail, Angel Diaz had indicated to him that he had shot Joseph Nagy.

Ralph Gajus has now provided a sworn affidavit stating that his testimony at the trial was false ; that Angel Diaz never told him that he was the gunman ; and that he did not know from his communication with Diaz who had shot Joseph Nagy. He states that his testimony to the contrary was motivated by anger at Angel Diaz and a desire to gain favour from the state on his own murder charge. Ralph Gajus had testified at the trial that he had not been promised anything in return for his testimony. However, at his own sentencing a police officer had testified about the assistance Gajus had provided to the state in the Diaz case.

During the jury's deliberations at the trial of Angel Diaz, the jurors requested copies of the testimony of Ralph Gajus, but the judge refused, instructing the jury to rely on its recollection of what he had said. The jury returned a guilty verdict. Ralph Gajus's recantation further calls into question the reliability of their verdict.

At the sentencing, it was argued in mitigation against a death sentence that Angel Diaz had only been an accomplice to the crime, but no new evidence of this was presented. Research in the USA has shown that residual doubt about guilt is a highly mitigating factor in the minds of capital jurors. Although the jury recommended a death sentence for Angel Diaz, they did so only by eight votes to four, indicating possible residual doubt in the minds of the jurors even with the testimony of Ralph Gajus. Without it, it is possible that more of the jurors would have voted against a death sentence.

In post-conviction proceedings, evidence not raised at the trial has been raised about Angel Diaz's childhood of abuse and mental problems, and his addiction to drugs from the age of 16. It has also been claimed that the prosecution failed to disclose evidence that it was Angel Toro who shot Joseph Nagy. In a memorandum dated 6 February 1984, the prosecutor wrote :"At some point, all three subjects pulled out guns and announced a robbery. Shots were fired. Defendant Toro apparently grabbed Gina Fredericks around the neck and took her back to the area of the office where the safe was located. Apparently, victim Nagy came out of the office at that time. Defendant Toro shot Nagy once in the chest causing his death".

Testimony given by people who are themselves in custody or facing criminal prosecution has been shown to be frequently unreliable. Research at Northwestern University in Illinois has revealed that the use of such informants was among the three most prevalent factors in wrongful capital convictions in the United States. A review of 111 such cases from 1973 to 2004 in the USA found the use of false testimony in 46 per cent of the cases. The Commission on Capital Punishment, set up by the Governor of Illinois after he imposed a moratorium on executions in 2000, examined the question of such testimony. The Commission's April 2002 report concluded that, even with stringent safeguards on the use of such evidence,"the potential for testimony of questionable reliability remains high, and imposing the death penalty in such cases appears ill-advised."

The California Commission on the Fair Administration of Justice has recently issued its recommendation on the use of informant testimony. The Commission, established by the California State Senate to examine thecauses of wrongful convictions, and to make recommendations to ensure the fair and reliable administration of criminal justice in California, has recommended that the legislature adopt a law barring the use of in-custody informant testimony in criminal trials without independent corroborating evidence.

A recent study conducted under the auspices of the American Bar Association's Death Penalty Moratorium Implementation Project identified serious problems in Florida's capital justice system, including the high number of people released from death row on the grounds of innocence (22 since 1973 - more than Illinois, where a moratorium resulted), the continued existence of racial and geographic disparities, the fact that unanimity is not required in jury sentencing decisions, and the failure to give sufficient weight to the mitigating effects of serious mental disability.

FURTHER RECOMMENDED ACTION : Please continue to send appeals based on the original UA and this new information, to arrive as quickly as possible, in English or your own language :

  • expressing sympathy for the family of Joseph Nagy, who was killed in 1979, and explaining that you are not seeking to downplay the seriousness of this crime or the suffering caused ;
  • opposing the execution of Angel Nieves Diaz, noting evidence calling into question his competency to stand trial and represent himself ;
  • noting the disparity in sentencing in this case, with one defendant receiving a life sentence and another death, despite conflicting evidence about who was the gunman ;
  • noting that Ralph Gajus, a key prosecution witness at the trial, has now recanted his testimony against Angel Diaz, calling into further doubt the reliability of the jury's verdict ;
  • noting that four of the jurors did not vote for the death penalty, indicating a possible residual doubt in their minds about the defendant's guilt, and suggesting that without the testimony of Ralph Gajus more of the jurors might have voted against a death sentence ;
  • noting that recent research has found serious problems with Florida's capital justice system, including geographic and racial disparities, and the lack of a requirement for unanimity in jury sentencing decisions ;
  • calling on the Governor to intervene to stop this execution.

APPEALS TO :
Governor Jeb Bush
The Capitol
400 South Monroe Street
Tallahassee, FL 32399
USA
Email : jeb.bush@myflorida.com
Fax : +1 850 487 0801
Salutation : Dear Governor

Ambassade des Etats-Unis d’Amérique
Boulevard du Régent 27
1000 Bruxelles
Fax : 02.511.27.25

PLEASE SEND APPEALS IMMEDIATELY.

> en savoir plus


03/12/2006

République Démocratique du Congo Marie-Thérèse NLANDU MPOLO-NENE

AU 319/06

AFR 62/022/2006

Prisonnière d’opinion/ Craintes de torture ou de mauvais traitements

RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO (RDC)
Marie-Thérèse NLANDU MPOLO-NENE (f), avocate et responsable politique
Bienvenu MAKUMBU (h), chauffeur
Richard KIANZA (h), journaliste et attachéde presse de Marie-Thérèse Nlandu
JoséINONGA (m), pasteur, alliépolitique de Marie-Thérèse Nlandu
trois gardes du corps de Marie-Thérèse Nlandu :
Gauthier LUSADISU (h)
Bona (h)
Gaillot ou Gayo (h)

27 novembre 2006

Marie-Thérèse Nlandu Mpolo-Nene, avocate et présidente duParti pour la Paix au Congo(Congo-Pax), aétéarrêtée le 21 novembre dans la capitale, Kinshasa, par des agents des Services spéciaux de la police. Elle est actuellement incarcérée au Centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa (CPRK). Amnesty International pense qu’elle est privée de libertéuniquement pour avoir menéson activitéprofessionnelle légitime d’avocate et pour avoir exprimédes convictions politiques sans recouriràla violence ni prôner son usage ; elle la considère par conséquent comme une prisonnière d'opinion. Six membres de l’entourage professionnel de Marie-Thérèse Nlandu sontégalement détenus au CPRK et il estàcraindre qu’ils n’aientététorturés ou soumisàd’autres formes de mauvais traitements.
Marie-Thérèse Nlandu aétéengagée comme avocate pour représenter le vice-président de la RDC, Jean-Pierre Bemba, dans le cadre de son recours devant la Cour suprême de Kinshasa contre les résultats du second tour de l’élection présidentielle. Marie-Thérèse Nlanduétait candidateàla présidence, mais après sonélimination, au premier tour, son parti a apportéson soutienàla candidature de Jean-Pierre Bemba. Elle aétéappréhendée lorsqu’elle s’est rendue au poste de police de Kin-Mazière, le quartier général des Services spéciaux de la police, pour rendre visiteàsix membres de son entourage, dont des employés, qui avaientétéarrêtésla veille ; elle voulait notamment leur apporter de la nourriture. Elle a passéla nuit sur place avant d’être transférée au CPRK, oùson avocat a pu la voir le 24 novembre. On ne pense pas qu’elle aitétésoumiseàdes mauvais traitements physiques.
Selon les informations recueillies, Marie-Thérèse Nlandu est inculpée d’organisation d’un«mouvement insurrectionnel»et de«détention illégale d’armes de guerre». La première de ces charges pourrait renvoyeràun discours improvisé, rediffusépar la suiteàla télévision, qu’elle a adresséàdes partisans de Jean-Pierre Bemba devant les locaux de la Cour suprême le 20 novembre, et dans lequel elle aurait exhortéces personnesàexercer leur droit de manifester«de manière disciplinée». Amnesty International, toutefois, pense qu’elle pourrait avoirétéarrêtée en raison de ses liens politiques avec Jean-Pierre Bemba et parce qu’elle l’a représentéen justice.
Amnesty International estégalement inquiète pour l’intégritéphysique des six hommes nommés ci-dessus, qui ontétéarrêtés le 20 novembre et auraientétéinculpés de«détention illégale d’armes de guerre». Ces hommes raccompagnaient Marie-Thérèse Nlandu chez elle après une visiteàla Cour suprême et la suivaient dans un second véhicule lorsqu’ils ontétéinterceptés par la police et conduits au poste de Kin-Mazière. Le 21 novembre, ils sont apparusàla télévision, avec des grenades et d’autres effets militaires que la police affirmait avoir trouvés dans leur véhicule. D’après les informations recueillies par Amnesty International, au moins un de ces hommes, JoséInonga, pasteur, a une blessureàla poitrine qui pourrait lui avoirétéinfligée lors d’une séance de torture. D’autres présentaient des marques indiquant qu’ils avaient portédes liens très serrés au niveau des coudes. Amnesty International demande instamment que ces hommes, qui ont par la suiteététransférés au CPRK, puissent immédiatement bénéficier de soins médicaux adaptés et consulter un avocat, et que la légalitéde leur détention soit réexaminée sans délai par un tribunal civil indépendant.
L’organisation craint que toutes les personnes arrêtées ne soient jugées par une juridiction militaire. En effet, aux termes de la législation congolaise, les infractions relatives aux armesàfeu relèvent de la justice militaire, même lorsque les suspects sont des civils. Les audiences qui se déroulent devant des tribunaux militaires en RDC sont loin d’être conformes aux normes internationales d'équité.

INFORMATIONS GÉNÉRALES
Les deux tours de l’élection présidentielle (le 30 juillet et le 29 octobre 2006) se sont déroulés dans un climat extrêmement tendu et ontétémarqués par des flambées de violenceàKinshasa et une nette augmentation des violations des droits humains motivées par des considérations politiques. Les résultats du second tour ontétéannoncés le 15 novembre ; Joseph Kabila, le président sortant, a obtenu 58 p. cent des voix et son rival Jean-Pierre Bemba, vice-président sortant, 42 p. cent. Jean-Pierre Bemba et son partiont dénoncéune fraudeélectorale massive et forméun recours auprès de la Cour suprême pour obtenir l'annulation du scrutin. Lorsque la Cour suprême a commencéàexaminer le dossier, le 21 novembre, des heurts ontéclatédevant le tribunal entre des partisans de Jean-Pierre Bemba et des policiers. Des coups de feu ont alorsététirés, par des soldats fidèlesàJean-Pierre Bemba, semble-t-il, et les policiers se sont dispersés. Les locaux de la Cour suprême ont alorsétéincendiés et partiellement détruits par des manifestants avant que l’ordre ne soit rétabli.

ACTION RECOMMANDÉE : dans les appels que vous ferez parvenir le plus vite possible aux destinataires mentionnés ci-après (en français ou dans votre propre langue) :
- demandez instamment la libération immédiate et inconditionnelle de Marie-Thérèse Nlandu, qu’Amnesty International considère comme une prisonnière d’opinion ;

  • dites-vous préoccupépar les informations selon lesquelles Bienvenu Makumbu, Richard Kianza, JoséInonga, Gauthier Lusadisu, Bona et Gayo, six membres de l’entourage professionnel de Marie-Thérèse Nlandu arrêtés le 20 novembre, ontététorturés et soumisàd’autres formes de mauvais traitements ;
  • engagez les autoritésàpermettre immédiatementàces six hommes de bénéficier de soins médicaux adaptés ainsi que de consulter un avocat ;
  • exhortez les autoritésàlibérer ces hommes ouàveilleràce qu’ils soient inculpés sans délai d’une infraction pénale pour laquelle il existe deséléments de preuve suffisamment solides et jugés en bonne et due forme par une juridiction civile respectant les normes internationales d'équitéet excluant toute possibilitéd'appliquer la peine capitale.

    APPELSÀ:

    Président de la République :
    S.E. Joseph Kabila, Président de la RépubliquePalais de la NationKinshasa Gombe, République Démocratique du Congo
    Fax : + 243 81 346 4116
    Courriel :presipp@yahoo.fr
    Formule d’appel : Monsieur le Président de la République,

    Vice-Président de la République en Charge de la Commission Politique, Défense et Sécurité:
    M. Azarias Ruberwa ManywaVice-Président de la République en Charge de la Commission Politique, Défense et SécuritéCabinet du Vice-Président de la RépubliqueAvenue roi Baudouin ex-3Z
    Kinshasa/Gombe, République Démocratique du Congo
    Courriel :vice_presidence.rdc@ic.cd
    Formule d’appel : Monsieur le Vice-Président,

    Ministre des droits humains :
    Marie-Madeleine Kalala
    Ministre des Droits humains
    Ministère des Droits humains
    33/C Boulevard du 30 juinKinshasa-Gombe, République Démocratique du Congo,
    Courriel :min_droitshumains@yahoo.fr
    Formule d’appel : Dear Minister, / Madame la Ministre,

    Ambassade de la République démocratique du Congo
    Rue Marie de Bourgogne 30
    1040 Bruxelles
    Fax : 02.213.49.95
    Email :Secretariat.cmd@amba-rdcongo.be

PRIÈRE D'INTERVENIR IMMÉDIATEMENT.APRÈS LE 8 JANVIER 2007, VÉRIFIEZ AUPRÈS DE VOTRE SECTION S'IL FAUT ENCORE INTERVENIR. MERCI.

> en savoir plus


03/12/2006

IRAN Mansour Ossanlu

MDE 13/129/2006

Further Information on UA 08/06 (MDE 13/002/2006, 9 January 2006) and follow-up (MDE 13/094/2006, 17 August 2006)

Arbitrary arrest/ possible prisoner of conscience/ medical concern

IRAN Mansour Ossanlu (m), Head of the Union of Workers of Tehran and Suburbs Bus Company (Sherkat-e Vahed)
29 November 2006

Mansour Ossanlu, the Head of the Union of Workers of the Tehran and Suburbs Bus Company (the Union), was re-arrested on 19 November. He is detained in Evin prison, and has reportedly not had access to his lawyer. He is reportedly not receiving medical treatment for a serious eye complaint.
On 19 November, Mansour Ossanlu was arrested outside his home by members of the security forces, who were reportedly in plain clothes. His place of detention was initially unknown. Prior to his arrest he had received a court summons ordering him to attend Branch Four of the Special Court for Government Employees on 20 November.
On 26 November, Mansour Ossanlu appeared at Branch 14 of the Revolutionary Court for initial investigations by the Prosecutor. No specific charges are said to have been mentioned in the court. Mansour Ossanlu's lawyer was reportedly not present during the court session.
The Minister of Justice and spokesperson for the Judiciary stated a few days after Mansour Ossanlu's arrest that he had been re-arrested because he had failed to hand himself over to the prison authorities when an arrest order and summons was issued for him. However, his legal representatives have said that Mansour Ossanlu did not receive an arrest order or summons to return to prison : he had only received an order to attend court on a date after his arrest, 20 November.
Mansour Ossanlu is detained in section 209 of Evin prison. His family have been able to visit him once, and his wife was also able to speak to him when she attended the court session on 20 November. Mansour Ossanlu is suffering from a serious eye complaint. His eye had been operated on a few days prior to his arrest, and was still bandaged when he was arrested. He is unable to see properly, and is believed to not have had access to medical treatment inside prison.
Mansour Ossanlu was among 12 officials from the Union who were arrested by police at their homes on 22 December 2005, apparently in connection with their peaceful trade union activities. He was released on 9 August 2006 after payment of bail amounting to 150,000,000 Toumans (approximately US$163,000). He was said to be awaiting trial on charges, the exact nature of which were not known, but which may include"propaganda against the system"through leaflets and interviews with foreign anti-government radio stations, and"acting to disturb internal state security"by establishing links with hostile opposition groups and foreign countries. If he is detained solely in connection with his peaceful exercise of his internationally recognized right to form and join trade unions or to freedom of expression, he is a prisoner of conscience, and should be released immediately and unconditionally.

RECOMMENDED ACTION : Please send appeals to arrive as quickly as possible, in Persian, Arabic, English or your own language :

  • asking why Mansour Ossanlu was re-arrested on 19 November, and asking to be informed of the details of any charges that he is facing ;
  • calling for Mansour Ossanlu to have immediate and regular access to his lawyers, and continued and regular access to his family ;
  • expressing concern that Mansour Ossanlu is reportedly not receiving the medical treatment he requires for a serious eye complaint, and calling for him to be given immediate access to any necessary medical treatment ;
  • expressing concern that he may be held solely on account of his peaceful trade union activities, in which case he should be released immediately and unconditionally ;
  • reminding the authorities of their obligations under the ICCPR, Article 22 (1) of which provides for the right to form and join trade unions.

APPEALS TO :

Leader of the Islamic Republic
His Excellency Ayatollah Sayed 'Ali Khamenei, The Office of the Supreme Leader
Shoahada Street, Qom, Islamic Republic of Iran
Email : info@leader.ir OR istiftaa@wilayah.org
Fax : +98 251 774 2228 (mark"FAO the Office of His Excellency, Ayatollah al Udhma Khamenei")
Salutation : Your Excellency

Minister of Intelligence
Gholam Hossein Mohseni Ejeie
Ministry of Intelligence, Second Negarestan Street, Pasdaran Avenue, Tehran, Islamic Republic of Iran
Email : iranprobe@iranprobe.com
Salutation : Your Excellency

COPIES TO :

President
His Excellency Mahmoud Ahmadinejad
The Presidency, Palestine Avenue, Azerbaijan Intersection, Tehran, Islamic Republic of Iran
Email : dr-ahmadinejad@president.ir
via website : www.president.ir/email

Ambassade de la République islamique d’Iran
Avenue de Tervuren 415
1150 Bruxelles
Fax : 02.762.39.15
Email :iran-embassy@yahoo.com

PLEASE SEND APPEALS IMMEDIATELY. Check with the International Secretariat, or your section office, if sending appeals after 10 January 2007.

> en savoir plus


03/12/2006

MEXICO Father Carlos Franco Perez Mendez and other human rights defenders working in Oaxaca

AMR 41/056/2006

UA 323/06 Fear for safety/ Threats/ Arbitrary arrests

MEXICO Father Carlos Franco Perez Mendez (m), Catholic priest ,Alberto Tacume Cilia Ocampo (m), human rights defender with the organization Yaxkin Human Rights Centre (Centro de Derechos Humanos Yaxkin)
Members of the organization Services for an Alternative Education (Servicios para una Educacion Alternativa, EDUCA)
Other human rights defenders working in Oaxaca

29 November 2006

Amnesty International is concerned at intimidation of individuals and organizations working to protect human rights in the state of Oaxaca. Supporters of the state government appear to be responsible for the intimidation. The lives of those named above, and of other human rights defenders in Oaxaca, may be at risk.
On the evening of 26 November, three unidentified individuals shot several times in the air as they drove past the Catholic church of Siete PrÌncipes in Oaxaca city, where Father Carlos Franco Perez Mendez works. Shortly afterwards, Father Carlos Franco Perez Mendez arrived in his van and parked it in front of the church. While he was in his office inside the church, the same individuals returned, shot at the van several times and left. Father Carlos Franco Perez Mendez may have been targeted because of the first aid he offered to people who were injured during the recent clashes between protesters and security forces in the city of Oaxaca. In the days before the incident, Father Carlos Franco Perez Mendez had been denounced by presenters on the pro-government pirate radio station Radio Ciudadana, which is transmitting from an unknown location. According to reports, presenters on this radio station have been inciting violence against the organisers of the Oaxaca protests, as well as against various public figures, representatives of the church and social organizations who are perceived as sympathetic to the opposition movement, the Popular Assemblyof the People of Oaxaca (Asamblea Popular del Pueblo de Oaxaca, APPO).
On 27 November, presenters on Radio Ciudadana reportedly claimed that the office of the human rights and community development organization Services for an Alternative Education (Servicios para una Educacion Alternativa, EDUCA) was being used to manufacture Molotov cocktail explosive devices. The radio presenters reportedly incited the public to attack and set fire to the offices of EDUCA. As a result, the safety of staff working for EDUCA is at risk.
According to reports, on the same day, Alberto Tacume Cilia Ocampo, of the Mexico City-based indigenous rights organization, Yaxkin Human Rights Centre (Centro de Derechos Humanos Yaxkin), was documenting human rights violations perpetrated during the clashes that happened last weekend around Oaxaca's university campus. He was reportedly accompanied by two other people whose identities have not been confirmed. All three were reportedly arrested by state police and are detained in the Santa Maria Ixcatel prison. They have not been allowed access to their families and legal representation of their choice. Amnesty International is concerned that they may have been arbitrarily detained while carrying out their legitimate human rights work.

BACKGROUND INFORMATION

In May 2006 teachers initiated a strike in Oaxaca state calling for improved pay and conditions, and occupied the main square and surrounding streets. An attempt by state police to forcibly evict teachers on 14 June led to a radicalization of the protest and the formation of the APPO, an umbrella organization of social and political groups in support of the teachers and united in calling for the resignation of the state governor. As the climate of violence in the city increased, armed police in plain clothes started to arbitrarily detain protesters and were reportedly responsible for several shootings. Protesters established barricades in many neighbourhoods in late August and the security situation further declined as unidentified armed men continued to target opposition supporters in marches and on barricades. On 29 October, the PFP entered the city to restore order. There have been repeated violent clashes between police and opposition demonstrators, with some protesters using Molotov cocktails, stones, fireworks and police using teargas, water cannons, batons and firearms.

RECOMMENDED ACTION : Please send appeals to arrive as quickly as possible, in Spanish or your own language :

  • expressing concern at the intimidation of individuals and organizations working to protect human rights in the state of Oaxaca ;
  • urging the authorities to investigate the attack and intimidation suffered by Catholic priest Father Carlos Franco Perez Mendez on 25 November and to take immediate measures to ensure his safety ;
  • calling on the authorities to investigate the incitement to violence by presenters of Radio Ciudadana against individuals and organizations working for the protection of human rights violations and calling for effective measures to end radio broadcasts which incite violence and for those responsible to be brought to justice ;
  • calling on the authorities to guarantee the safety of those working with EDUCA who have been specifically identified for attack by Radio Ciudadana ;
  • calling for the authorities to grant Alberto Tacume Cilia Ocampo and two other individuals accompanying him immediate access to relatives, medical assistance, a lawyer of their choice and to ensure their right to a fair trial ;
  • reminding the authorities that the UN Declaration on the Rights and Responsibilities of Individuals, Groups and Organs of Society to Promote and Protect Universally Recognised Human Rights and Fundamental Liberties recognizes the legitimacy of the activities of human rights defenders and their right to carry out their activities without any restrictions or fear of reprisals.

APPEALS TO :

Minister of the Interior
Lic. Carlos Abascal Carranza
Secretario de GobernaciÛn, Secretaria de Gobernacion
Bucareli 99, 1er. piso, Col. Ju·rez, DelegaciÛn Cuauhtemoc, Mexico D.F., C.P.06600, MEXICO
Fax : + 52 55 5093 3414
Salutation : Dear Minister/ Estimado Secretario de Gobernacion

Minister of Public Security
Lic. Eduardo Medina Mora
Secretario de Seguridad Publica, Secretaria de Seguridad Publica
Paseo de la Reforma No.364, piso 16
Colonia Juarez, Delegacion Cuahutemoc, Mexico DF. C.P. 06600, MEXICO
Fax : + 52 55 5241 8393
Salutation : Senor Secretario / Dear Minister

Governor of Oaxaca
Ulises Ruiz Ortiz
Gobernador del Estado de Oaxaca, Carretera Oaxaca - Puerto Angel, Km. 9.5
Santa Maria Coyotopec, C. P. 71254, Oaxaca, Oaxaca, MEXICO
Fax : + 52 951 511 6879 (if someone answers, say"me da tono de fax, por favor")
Salutation : Senor Gobernador/Dear Governor

President of the National Human Rights Commission
Dr. Jose Luis Soberanes Fernandez
Presidente de la Comision Nacional de Derechos Humanos (CNDH)
PerifÈrico Sur 3469, 5?piso, Col. San Jeronimo Lidice, Mexico D.F. 10200, M…XICO
Fax : + 52 55 5681 7199
Salutation : Dear President / Estimado Presidente

COPIES TO :

President of the Oaxaca State Human Rights Commission
Dr. Jaime Perez Jimenez
Presidente de la Comision Estatal
Calle de los Derechos Humanos no. 210, Colonia AmÈrica, C.P. 68050, Oaxaca, Oaxaca, Mexico.
Fax : + 52 951 503 0220
Salutation : Dear President / Estimado Presidente

Human rights organization in Oaxaca
Red Oaxaquena de Derechos Humanos
Calle Crespo 524 Interior 4-E, Col. Centro, Oaxaca, Oaxaca, CP. 68000, MEXICO

Ambassade des Etats Unis Mexicains
Avenue F.D. Roosevelt 94
1050 Bruxelles
Fax : 02.644.08.19
Fax : 02.646.87.68
Email :embamexbelgica-ue@skynet.be
.

PLEASE SEND APPEALS IMMEDIATELY. Check with the International Secretariat, or your section office, if sending appeals after 10 January 2007.

> en savoir plus


03/12/2006

IRAN : Reza Abbasi

MDE 13/128/2006

Action complémentaire sur l’AU 246/06 (MDE 13/101/2006, 12 septembre 2006)

Craintes pour la sécurité/ Procès inique / Prisonnier d’opinion présumé

IRAN : Reza Abbasi (h), défenseur des droits humains

28 novembre 2006

Reza Abbasi, défenseur des droits humains, aétécondamnéàun an d’emprisonnementàla mi-octobre : six mois pour«offense au Guide spirituel de la République islamique d’Iran»et six autres mois pour«propagande contre le système». Depuis son arrestation, en juin, il est détenu dans la prison centrale de Zandjan et a passéau moins deux moisàl'isolement. Selon les informations recueillies, les services locaux du ministère des Renseignements,àZandjan, harcèlent les proches de Reza Abbasi : ses parentsâgés ont notammentétéconvoquésàmaintes reprises aux fins d'interrogatoire et se sont vu interdire de parleràquiconque de la situation de leur fils.

Amnesty International pense que Reza Abbasi est détenu uniquement en raison de ses activités pacifiques en faveur de la communautéazérie d’Iran ; elle le considère par conséquent comme un prisonnier d’opinion.

Reza Abbasi est l’un des membres fondateurs de l'ASMEK (Association de défense des prisonniers politiques azéris), qui mène des actions en faveur de la démocratie et des droits humains, et de laSazman-e Danesh Amukhtegan-e Iran-e Eslami [Advar-e Tahkim-e Vahdat](Association des anciensélèves d’Iran). Le 17 décembre 2005, il a prononcé,àl'universitéde Zendjan, un discours dans lequel il critiquait violemment les autorités iraniennes. L’ASMEK aétécréée vers 2002 et subit des pressions des autorités. Quatre de ses membres fondateurs, dont Reza Abbasi, auraientétéarrêtés en avril 2004.

Reza Abbasi aétéappréhendéle 27 juin 2006. Il avait reçu un appel téléphonique au cours duquel on lui avait intimél'ordre de se rendre dans des locaux du ministère des Renseignements afin d’y subir un interrogatoire, ceàquoi il s’était refusé. Le 12 mai, le quotidien gouvernementalIrana publiéun dessin que de nombreux Azéris d'Iran ont trouvéinsultant ; de vastes manifestations ont alorsétéorganisées, et l'arrestation de Reza Abbasi pourraitêtre liéeàce mouvement de protestation. Elle pourrait aussi renvoyer au rassemblement annuel au château de Babek, qui devait avoir lieu le 30 juin. Des milliers d’Azéris d’Iran se réunissent chaque année pour célébrer l’anniversaire de Babek Khorramdin, figure historique du IXe siècle que les membres de cette communautéconsidèrent comme un héros. Les autorités ont souvent tentéd’empêcher cette rencontre, et cette année, les forces de sécuritéauraient arrêtéun certain nombre de personnes avant sa tenue, peut-être pour que certains militants ne puissent y participer.

On sait que Reza Abbasi a déjàcomparu en justiceàdeux reprises. Le 5 septembre, selon les informations recueillies, il aétéprésentéàla première chambre du tribunal révolutionnaire de Zendjan, lors d’une audienceàhuis closàlaquelle ni son avocat, ni ses proches n’ont pu assister. Une seconde audienceàhuis clos a eu lieu le 11 septembre, en présence de son avocat cette fois. Celui-ci a déclarépar la suite que Reza Abbasi avaitétéinterrogésur ses activités au sein de diverses organisationsétudiantes et de l'ASMEK.

ACTION RECOMMANDÉE dans les appels que vous ferez parvenir le plus vite possible aux destinataires mentionnés ci-après(en persan, en arabe, en anglais, en français ou dans votre propre langue) :


  • dites-vous préoccupépar le fait que Reza Abbasi aitétécondamnéàun an d'emprisonnement pour«offense au Guide spirituel de la République islamique d'Iran»et«propagande contre le système»,pour des raisons manifestement liées au fait qu’il a exercéde façon pacifique son droit internationalement reconnuàla libertéd’expression et d’association dans le cadre de ses activités de défenseur des droits humains ;
    -dites que vous pensez que Reza Abbasi est un prisonnier d’opinion et exhortez les autoritésàle libérer immédiatement et sans condition ;
  • dites-vous préoccupépar le fait que le procès de Reza Abbasi, qui s’est dérouléàhuis clos devant un tribunal révolutionnaire,àZendjan, ne semble pas avoirétéconforme aux normes internationales d’équité;
  • exhortez les autoritésàlui permettre d’entrer régulièrement en contact avec ses proches et un avocat, et de recevoir les soins médicaux dont il pourrait avoir besoin ;
  • dites-vous inquiet pour la sécuritéde ses proches, certains d'entre eux, selon les informations recueillies, ayantétésoumisàdes actes de harcèlement et d’intimidation par les autorités.

APPELSÀ:

Guide spirituel de la République islamique d'Iran :
His Excellency Ayatollah Sayed Ali Khamenei
The Office of the Supreme Leader, Shoahada Street, Qom,
République islamique d’Iran
Fax : +98 251 7 774 2228 (précisez :«FAO the Office of His Excellency, Ayatollah al Udhma Khamenei»)
Courriel : info@leader.ir OU istiftaa@wilayah.org
Formule d’appel : Your Excellency / Excellence,

Ministre des Renseignements :
Gholam Hossein Mohseni Ejeie
Ministry of Intelligence, Second Negarestan Street
Pasdaran Avenue, Tehran,
République islamique d’Iran
Courriel : iranprobe@iranprobe.com
Formule d’appel : Your Excellency / Monsieur le Ministre,

COPIESÀ:

Président de la République :
His Excellency Mahmoud Ahmadinejad
The Presidency, Palestine Avenue, Azerbaijan Intersection, Tehran,
République islamique d’Iran
Courriel : dr-ahmadinejad@president.ir
ou via le site Internet : www.president.ir/email

Ambassade de la République islamique d’Iran
Avenue de Tervuren 415
1150 Bruxelles
Fax : 02.762.39.15
Email :iran-embassy@yahoo.com

PRIÈRE D'INTERVENIR IMMÉDIATEMENT. APRÈS LE 12 JANVIER 2007, VÉRIFIEZ AUPRÈS DE VOTRE SECTION S'IL FAUT ENCORE INTERVENIR. MERCI.

Le réseau des actions urgentes(AU) a proposéun nombre particulièrementélevéd'actions cette année et la liste n'est pas encore finie ! Fin juin, nous comptions pour 2006 183 AU et 165 misesàjour visant près de 60 pays et mettant en lumière des dizaines de sujets de préoccupation. Côtérésultats, plus de 50 AU lancées cette année sont déjàcloses dont une grande partie a connu un dénouement positif. Les sujets de préoccupation les plus traités cette année ontété:«craintes pour la sécurité»,«craintes de tortures»,«mauvais traitement»,«peine de mort»et«détention au secret». Cependant, le réseau des AU continue d'élargir le champ des motifs d'intervention :«privation de nourriture»,«santé»,«expulsions», etc.
Quelques bonnes nouvelles !
Burundi—libération de deux détenus: Thacien Sibomana et Poppon Mudugu, membres de l'AC Génocide Cirimoso, qui s'efforce de prévenir un nouveau génocide au Burundi, ontétélibérés, aucune charge n'ayantétéretenue contre eux (AFR 16/0082006).Brésil—Maria Aparecida Denadai n'est plus en danger: grâceàla campagne menée en sa faveur, elle peut aujourd'hui bénéficier d'une protection policière suffisante et adaptée (AMR 19/004/2006).

> en savoir plus


03/12/2006

Mexique : Carlos Franco Pérez Méndez, Alberto Tacume Cilia Ocampo ainsi que d’autres défenseurs des droits humains

AMR 41/056/2006

AU 323/06

Craintes pour la sécurité/ Menaces / Arrestations arbitraires

Mexique : Carlos Franco Pérez Méndez (h), prêtre catholique
Alberto Tacume Cilia Ocampo (h), défenseur des droits humains au sein de l’organisationCentro de Derechos Humanos Yaxkin(Centre des droits humains Yaxkin)
Des membres de l’organisation Servicios para una Educación Alternativa(EDUCA, Services pour uneéducation alternative)
ainsi que d’autres défenseurs des droits humains travaillantàOaxaca

29 novembre 2006

Amnesty International est préoccupée par les man?uvres d’intimidation dont sont victimes plusieurs personnes et organisations qui défendent les droits humains dans l’État d’Oaxaca. Il semble que des sympathisants du gouvernement soient responsables de tels actes. La vie des personnes nommées ci-dessus ainsi que celle d’autres défenseurs des droits humainsàOaxaca pourraitêtre en danger.

Dans la soirée du 26 novembre,trois individus non identifiés ont tiréplusieurs coups de feu en l’air alors qu’ils passaient dans leur véhicule devant l’église catholique de Siete Príncipes (dans la ville d’Oaxaca), oùofficie le père Carlos Franco Pérez Méndez. Peu après, ce dernier est arrivéau volant de sa camionnette qu’il a garée devant l’église. Alors qu’il se trouvait dans son bureau,àl’intérieur de l’édifice, les mêmes individus sont revenus et ont tiréàplusieurs reprises sur son véhicule avant de repartir. Le père Carlos Franco Pérez Méndez pourrait avoirétépris pour cible pour avoir donnéles premiers secours aux personnes blessées au cours des récents affrontements qui ont opposédes manifestants aux forces de sécuritédans la ville d’Oaxaca. Dans les jours précédant cesévénements, cet homme avaitétédénoncépar des animateurs de Radio Ciudadana, une station pirate progouvernementale qui diffuse sesémissions depuis un lieu inconnu.D’après certaines informations, plusieurs animateurs de cette radio avaient incitéàfaire usage de violence contre les organisateurs des manifestations d’Oaxaca ainsi que contre diverses personnalités et différents représentants de l’église ou d’organisations sociales, considérés comme des sympathisants du mouvement d’oppositionAsamblea Popular del Pueblo de Oaxaca(APPO, Assemblée populaire du peuple d'Oaxaca).

Le 27 novembre, des animateurs de Radio Ciudadana auraient affirméque le bureau desServicios para una Educación Alternativa(EDUCA, Services pour uneéducation alternative), une organisation qui?uvre en faveur des droits humains et du développement communautaire, servaitàla fabrication de cocktails Molotov. Ils auraientégalement incitéles auditeursàattaquer et incendier les locaux de l’EDUCA. La sécuritédes membres du personnel de cette organisation est donc menacée.

Alberto Tacume Cilia Ocampo est membre duCentro de Derechos Humanos Yaxkin(Centre des droits humains Yaxkin), une organisation baséeàMexico qui défend les droits des indigènes ; le même jour, il aurait faitétat des violations des droits humains commises au cours des affrontements du week-end dernier aux environs du campus de l’universitéd’Oaxaca. D’après certaines sources, ilétait accompagnéde deux autres individus dont l’identitén’a pasétéconfirmée. Ces trois personnes ont, semble-t-il,étéarrêtées par la police et sont actuellement détenues dans la prison de Santa María Ixcatel. Elles n’ont pasétéautoriséesàrecevoir la visite de leurs proches niàconsulter les avocats de leur choix. Amnesty International est préoccupéeàl’idée qu’elles puissent avoirétéarrêtées de façon arbitraire alors qu’elles menaient leurs activités légitimes en faveur des droits humains.

INFORMATIONS GÉNÉRALES

En mai 2006, des enseignants ont entaméune grève dans l’État d’Oaxaca pour réclamer une augmentation de salaire et de meilleures conditions de travail, en occupant la place principale d'Oaxaca et les rues voisines. Le 14 juin, la tentative d’évacuation forcée des grévistes par la police de l’État a conduitàune radicalisation du mouvement de protestation etàla formation de l'Asamblea Popular del Pueblo de Oaxaca(APPO, Assemblée populaire du peuple d'Oaxaca), un groupement d'organisations sociales et politiques qui soutient les enseignants et réclame la démission du gouverneur de l’État. Alors que les violences s’intensifiaient dans la ville d’Oaxaca, des policiers armés en tenue civile ont commencéàprocéderàl’arrestation arbitraire de participants aux mouvements de protestation ; ils seraientégalement responsables de plusieurs tirs.Àla fin du mois d’août, des manifestants ontérigédes barricades dans de nombreux quartiers de la ville ; l’insécurités’est encore accrue comme des hommes armés ont continuéàprendre pour cible des sympathisants de l’opposition lors de rassemblements ou sur des barricades. Le 29 octobre, laPolicía Federal Preventiva(police préventive fédérale) est entrée dans la ville afin d’y rétablir l’ordre. De violents affrontements ont opposéàplusieurs reprises la police aux manifestants de l’opposition, dont certains ont lancédes cocktails Molotov, des pierres ou des fusées ; les policiers ont eux fait usage de gaz lacrymogène, de canonsàeau, de matraques et d’armesàfeu.

ACTION RECOMMANDÉE : dans les appels que vous ferez parvenir le plus vite possible aux destinataires mentionnés ci-après (en espagnol ou dans votre propre langue) :

  • dites-vous préoccupépar les man?uvres d’intimidation visant des personnes et des organisations qui défendent les droits humains dans l’État d’Oaxaca ;
  • exhortez les autoritésàdiligenter une enquête sur l’agression et les actes d’intimidation dont Carlos Franco Pérez Méndez, un prêtre catholique, aétéla cible le 25 novembre et priez-les de prendre sans délai des mesures afin d'assurer la sécuritéde cet homme ;
  • demandez instamment qu’une enquête soit menée sur l’incitation, par des animateurs de Radio Ciudadana,àfaire usage de la violence contre des personnes et des organisations défendant les droits humains ; demandezégalement que des mesures efficaces soient prises en vue de mettre un terme auxémissions de radio qui incitentàla violence et que les responsables présumés de ces pratiques soient traduits en justice ;
  • engagez les autoritésàassurer la sécuritédes personnes travaillant avec les Servicios para una Educación Alternativa(EDUCA, Services pour uneéducation alternative) que Radio Ciudadana a tout particulièrement appeléses auditeursàattaquer ;
  • exhortez-lesàpermettreàAlberto Tacume Cilia Ocampo ainsi qu’aux deux personnes qui l’accompagnent de recevoir immédiatement la visite de leurs proches, de consulter l’avocat de leur choix, de bénéficier de tous les soins médicaux dont ils pourraient avoir besoin et d’avoir droitàun procèséquitable ;

  • rappelez aux autorités que la Déclaration des Nations Unies sur le droit et la responsabilitédes individus, groupes et organes de la sociétéde promouvoir et protéger les droits de l’homme et les libertés fondamentales universellement reconnus proclame la légitimitédes activités des défenseurs des droits humains et leur droit de mener celles-ci sans restriction ni crainte de représailles.

APPELSÀ:

Ministre de l’Intérieur :
Lic. Carlos Abascal Carranza
Secretario de Gobernación, Secretaría de Gobernación
Bucareli 99, 1er. piso, Col. Juárez, Delegación Cuauhtémoc, México D.F., C.P. 06600,
Mexique
Fax : + 52 55 5093 3414
Formule d’appel : Estimado Secretario de Gobernación / Monsieur le Ministre,

Ministre de la Sécuritépublique :
Lic. Eduardo Medina Mora
Secretario de Seguridad Pública, Secretaría de Seguridad Pública
Paseo de la Reforma No.364, piso 16
Colonia Juarez, Delegación Cuahutemoc, México DF. C.P. 06600,
Mexique
Fax : + 52 55 5241 8393
Formule d’appel : Señor Secretario, / Monsieur le Ministre,

Gouverneur de l’État d’Oaxaca :
Ulises Ruiz Ortiz
Gobernador del Estado de Oaxaca, Carretera Oaxaca - Puerto Angel, Km. 9.5
Santa María Coyotopec, C. P. 71254, Oaxaca, Oaxaca,
Mexique
Fax : + 52 951 511 6879 (si une personne décroche, veuillez dire :
«me da tono de fax por favor»)
Formule d’appel : Señor Gobernador, / Monsieur le Gouverneur,

Président de la Commission nationale des droits humains (CNDH) :
Dr. JoséLuis Soberanes Fernández
Presidente de la Comisión Nacional de Derechos Humanos (CNDH)
Periférico Sur 3469, 5ºpiso, Col. San Jerónimo Lídice, México D.F. 10200,Mexique
Fax : + 52 55 5681 7199
Formule d’appel : Estimado Presidente, / Monsieur le Président,

COPIESÀ:

Président de la Commission des droits humains de l'État d’Oaxaca :
Dr. Jaime Pérez Jiménez
Presidente de la Comisión Estatal
Calle de los Derechos Humanos no. 210, Colonia América, C.P. 68050, Oaxaca, Oaxaca,
Mexique
Fax : + 52 951 503 0220
Formule d’appel : Estimado Presidente, / Monsieur le Président,


Organisation de défense des droits humains d’Oaxaca :
Red Oaxaqueña de Derechos Humanos
Calle Crespo 524 Interior 4-E, Col. Centro, Oaxaca, Oaxaca, CP. 68000,Mexique

Ambassade des Etats Unis Mexicains
Avenue F.D. Roosevelt 94
1050 Bruxelles
Fax : 02.644.08.19
Fax : 02.646.87.68
Email :embamexbelgica-ue@skynet.be


PRIÈRE D'INTERVENIR IMMÉDIATEMENT.
APRÈS LE 10 JANVIER 2007, VÉRIFIEZ AUPRÈS DE VOTRE SECTION S'IL FAUT ENCORE INTERVENIR. MERCI.

Le réseau des actions urgentes(AU) a proposéun nombre particulièrementélevéd'actions cette année et la liste n'est pas encore finie ! Fin juin, nous comptions pour 2006 183 AU et 165 misesàjour visant près de 60 pays et mettant en lumière des dizaines de sujets de préoccupation. Côtérésultats, plus de 50 AU lancées cette année sont déjàcloses dont une grande partie a connu un dénouement positif. Les sujets de préoccupation les plus traités cette année ontété:«craintes pour la sécurité»,«craintes de tortures»,«mauvais traitement»,«peine de mort»et«détention au secret». Cependant, le réseau des AU continue d'élargir le champ des motifs d'intervention :«privation de nourriture»,«santé»,«expulsions», etc.
Quelques bonnes nouvelles !
Burundi—libération de deux détenus: Thacien Sibomana et Poppon Mudugu, membres de l'AC Génocide Cirimoso, qui s'efforce de prévenir un nouveau génocide au Burundi, ontétélibérés, aucune charge n'ayantétéretenue contre eux (AFR 16/0082006).Brésil—Maria Aparecida Denadai n'est plus en danger: grâceàla campagne menée en sa faveur, elle peut aujourd'hui bénéficier d'une protection policière suffisante et adaptée (AMR 19/004/2006).

Le réseau des actions urgentes(AU) a proposéun nombre particulièrementélevéd'actions cette année et la liste n'est pas encore finie ! Fin juin, nous comptions pour 2006 183 AU et 165 misesàjour visant près de 60 pays et mettant en lumière des dizaines de sujets de préoccupation. Côtérésultats, plus de 50 AU lancées cette année sont déjàcloses dont une grande partie a connu un dénouement positif. Les sujets de préoccupation les plus traités cette année ontété:«craintes pour la sécurité»,«craintes de tortures»,«mauvais traitement»,«peine de mort»et«détention au secret». Cependant, le réseau des AU continue d'élargir le champ des motifs d'intervention :«privation de nourriture»,«santé»,«expulsions», etc.
Quelques bonnes nouvelles !
Burundi—libération de deux détenus: Thacien Sibomana et Poppon Mudugu, membres de l'AC Génocide Cirimoso, qui s'efforce de prévenir un nouveau génocide au Burundi, ontétélibérés, aucune charge n'ayantétéretenue contre eux (AFR 16/0082006).Brésil—Maria Aparecida Denadai n'est plus en danger: grâceàla campagne menée en sa faveur, elle peut aujourd'hui bénéficier d'une protection policière suffisante et adaptée (AMR 19/004/2006).

> en savoir plus


03/12/2006

THAÿLANDE : 16 demandeurs d'asile laotiens appartenantàl'ethnie hmong

ASA 39/017/2006

AU 324/06

Craintes de renvois forcés / Arrestations arbitraires

THAÿLANDE : 16 demandeurs d'asile laotiens appartenantàl'ethnie hmong

29 novembre 2006

Selon les informations recueillies, les autorités thaïlandaises se préparentàrenvoyer de force 16 demandeurs d’asile hmong au Laos. Ces personnes avaient récemment fui leur pays en raison des graves persécutions auxquelles elles auraientétésoumises par les autorités. Au Laos, aucune organisation internationale de défense des droits humains n’aétéautoriséeàse rendre auprès de ces personnes, qui risqueraient d'être victimes de graves violations de leurs droits fondamentaux, notamment d’actes de torture.

Ces 16 demandeurs d’asile sont incarcérés dans le Centre de détention pour immigrés de Nong Khai, au nord de la Thaïlande. Ils ontétéarrêtés alors qu’ils avaient rejoint un camp de réfugiés improviséàHuay Nam Khao, dans la province de Phetchabun (nord de la Thaïlande) qui accueille environ 7 000 membres de l’ethnie hmong. En 2004, des Laotiens ont commencéàaffluer dans ce camp afin de demander le statut de réfugiés. La plupart d’entre eux disent avoirétévictimes de persécutions dans leur pays en raison de leurs liens avec des rebelles hmong qui ont combattu aux côtés de l’armée américaine pendant la guerre du Viêt-Nam (1965-1975) et les affrontements qui se sont ensuivis au Laos.

Cent cinquante-deux autres Hmong, dont 85 enfants, ontétéappréhendésàla mi-novembre ; depuis lors, ils sont incarcérés au Centre de détention pour immigrés de Bangkok et risquent d’être renvoyés de force dans leur pays. Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a commencéàexaminer les dossiers de 140 d’entre eux ou bien les a déjàreconnus comme réfugiés.

En vertu du droit international, la Thaïlande est tenue de ne pas renvoyer de personnes dans un pays oùelles risqueraient d’être victimes de graves violations de leurs droits humains.

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Le 15 novembre, les autorités thaïlandaises ont remis plus de 53 demandeurs d’asile hmong entre les mains des autorités laotiennes ; on ignore oùils se trouvent depuis. Le jour suivant, les médias d’État laotiens ont indiquéque ces personnes feraient l’objet d’une«rééducation», sans expliquer ce que ce terme sous-entendait exactement. Par la suite, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a publiquement déclaréqu'il n'était«pas autoriséàrencontrer ces personnes après leur renvoi au Laos et[qu’il n’existait]aucune garantieque celles-ci seraient traitées correctement dans ce pays.»

Le 5 décembre 2005, les autorités thaïlandaises ont renvoyéde force 27 réfugiés hmong, dont 22 enfants, au Laos. Ces personnes sont depuis détenues au secret ; elles auraientétésoumisesàdes mauvais traitements et certaines d’entre elles pourraient avoirététorturées. Ce renvoi forcéétait contraireàla Convention des Nations unies relative aux droits de l'enfant, qui prévoit que«l'enfant ne soit pas séparéde ses parents contre leur gré,àmoins que les autorités compétentes ne décident, sous réserve de révision judiciaire et conformément aux lois et procédures applicables, que cette séparation est nécessaire dans l'intérêt supérieur de l'enfant.»

Environ un tiers des membres de la minoritéhmong (estiméeàquelque 300 000 personnes en 1970) aurait fuiàl’étranger entre 1975 et 1990, la grande majoritéd’entre eux s’étant installés auxÉtats-Unis en tant que réfugiés. La plupart des Hmong sont bien intégrés dans la sociétélaotienne, mais depuis la fin de la guerre du Viêt-Nam, un nombre indéterminéde membres de cette ethnie vivent réfugiés dans la jungle, en groupes isolés, et se cachent des autorités laotiennes, notamment des militaires. Exposésàde grandes difficultés (en particulier aux maladies) et confrontésàune extrême pauvreté, ces groupes, selon les informations recueillies, sont régulièrement la cible de violents assauts de l’armée laotienne.

ACTION RECOMMANDÉE : dans les appels que vous ferez parvenir le plus vite possible aux destinataires mentionnés ci-après (en anglais, en français ou dans votre propre langue) :

  • exhortez les autorités thaïlandaisesàne pas renvoyer de force les 16 demandeurs d’asile détenusàNong Khai ;

- rappelez-leur qu’elles sont tenues, en vertu du droit international, de ne pas renvoyer de personnes dans un pays oùelles risqueraient d’être soumisesàla torture,àd’autres formes de mauvais traitements ouàde graves violations de leurs droits humains ;

  • priez les autorités thaïlandaises de permettre au Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) de rendre visite librement aux personnes détenuesàNong Khai afin de pouvoir examiner leur cas de façon appropriée ;
  • demandez-leur instamment de faire en sorte que tous les demandeurs d’asile en Thaïlande bénéficient d’une procédure de détermination du statut de réfugiééquitable et satisfaisante.

APPELSÀ:

Président du Conseil pour la sécuriténationale :General Sonthi Boonyaratkalin
National Security Council Chair
Government House
Phitsanalouk Road
Dusit, Bangkok10300
Thaïlande
Fax : +66 2 280 0858+66 2 282 8631
Formule d’appel : Dear General, / Mon Général, (si c’est un homme quiécrit) ou Général, (si c’est une femme quiécrit)

Premier ministre :
General Surayud Chulanont
Office of the Prime Minister
Government House
Phitsanalouk Road
Dusit,
Bangkok 10300
Thaïlande
Fax : +66 2 280 0858
Courriel :opm@opm.go.th
Formule d’appel : Dear Prime Minister, / Monsieur le Premier ministre,

Ministre des Affairesétrangères :
Nitya Pibulsonggram
Ministry of Foreign Affairs
Wang Saranrom
Bangkok 10200,
Thaïlande
Fax : +66 2 225 6155
Courriel :thaiinfo@mfa.go.th
Formule d’appel : Dear Minister, / Madame la Ministre,

Ambassade du Royaume de Thaïlande
Square du Val de la Cambre 2
1050 Bruxelles
Fax : 02.648.30.66
Email :thaibxl@pophost.eunet.be


PRIÈRE D'INTERVENIR IMMÉDIATEMENT.APRÈS LE 10 JANVIER 2007, VÉRIFIEZ AUPRÈS DE VOTRE SECTION S'IL FAUT ENCORE INTERVENIR. MERCI.

Le réseau des actions urgentes(AU) a proposéun nombre particulièrementélevéd'actions cette année et la liste n'est pas encore finie ! Fin juin, nous comptions pour 2006 183 AU et 165 misesàjour visant près de 60 pays et mettant en lumière des dizaines de sujets de préoccupation. Côtérésultats, plus de 50 AU lancées cette année sont déjàcloses dont une grande partie a connu un dénouement positif. Les sujets de préoccupation les plus traités cette année ontété:«craintes pour la sécurité»,«craintes de tortures»,«mauvais traitement»,«peine de mort»et«détention au secret». Cependant, le réseau des AU continue d'élargir le champ des motifs d'intervention :«privation de nourriture»,«santé»,«expulsions», etc.
Quelques bonnes nouvelles !
Burundi—libération de deux détenus: Thacien Sibomana et Poppon Mudugu, membres de l'AC Génocide Cirimoso, qui s'efforce de prévenir un nouveau génocide au Burundi, ontétélibérés, aucune charge n'ayantétéretenue contre eux (AFR 16/0082006).Brésil—Maria Aparecida Denadai n'est plus en danger: grâceàla campagne menée en sa faveur, elle peut aujourd'hui bénéficier d'une protection policière suffisante et adaptée (AMR 19/004/2006).

> en savoir plus


03/12/2006

IRAN/SYRIA : Faleh 'Abdullah al-Mansuri-Nikouseresht, Rasool Mezrea' , Taher 'Ali Mezrea' and Jamal 'Obeidawi

MDE 13/130/2006

Further Information on UA 132/06 (MDE 24/037/2006, 15 May 2006) and follow-up (MDE 24/041/2006, 2 June 2006 ; MDE 13/091/2006, 11 August 2006 ; MDE 13/107/06, 25 September 2006)–

Forcible return/ Fear of torture and ill-treatment and new concern : Possible death sentence

IRAN/SYRIA : Faleh 'Abdullah al-Mansuri-Nikouseresht (m), aged 60, President of the Ahwazi Liberation Organisation (ALO), Dutch national
Rasool Mezrea' (m), ALO member
Taher 'Ali Mezrea' (m), aged 40
Jamal 'Obeidawi (m), aged 34, student, Chair of Ahwazi Student Union in Syria

30 November 2006

All four Iranian men named above are now believed to be held in Karoun Prison, in Ahvaz city in Khuzestan. One of them is known to have been previously sentenced to death, and all four are believed to be at risk of the death penalty, as well as torture and ill-treatment.

A former officer in the Iranian armed forces, Faleh 'Abdullah al-Mansuri (also known by his Persian name, Faleh 'Abdullah Nikouseresht) is now known to have been sentenced to death in 1988 by a military court, apparently in connection with his activities as a member of the Ahwazi Liberation Organization (ALO). He was reportedly granted temporary leave (morakhassi) to visit his family, and fled the country. He eventually arrived in the Netherlands, where he was recognised as a refugee by the United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR) and later acquired Dutch nationality. The Dutch and Syrian authorities have confirmed that he was forcibly returned on 16 May from Syria. The other three, also recognized as refugees by the UNHCR, are believed to have been forcibly returned at around the same time, though neither side has confirmed any of the returns. Rasool Mezrea' and Taher 'Ali Mezrea' were reportedly allowed to telephone relatives to say they were in Karoun Prison, but have not yet been allowed family visits.
The family of Taher 'Ali Mezrea' (his wife and their four children) have been accepted for resettlement in Sweden. However, on 7 October the Syrian authorities reportedly stopped them from boarding a plane to Sweden, without giving any reason.

BACKGROUND INFORMATION

Much of Iran's Arab community lives in the province of Khuzestan, which borders Iraq. Following mass demonstrations in April 2005, and bombings which took place in Ahvaz city in June and October 2005 and in January 2006, hundreds were arrested ; some were reportedly tortured, and at least two men were executed following unfair trials. At least 23 Iranian Arabs are reportedly under sentence of death, having apparently been found mohareb (at enmity with God). Some or all of them have been charged with involvement in the bombings, distributing material against the state and endangering state security.

As a State Party to the Convention against Torture and Other Cruel, Inhuman or Degrading Treatment or Punishment (CAT), Syria has undertaken not to return anyone to a country where they would be at risk of torture or ill-treatment.

RECOMMENDED ACTION :Please send appeals to arrive as quickly as possible, in English, Arabic or your own language :

To the Iranian authorities :

  • expressing concern for the safety of the four men (naming them) who were forcibly returned to Iran from Syria, some or all of whom may have been sentenced to death ;
  • stating that Amnesty International recognizes the right and responsibility of governments to bring to justice those suspected of criminal offences, but strongly opposes the death penalty as the ultimate cruel, inhuman and degrading punishment and violation of the right to life ;
  • if Rasool (or 'Abdulrasool) Mezrea', Jamal 'Obeidawi and Taher 'Ali Mezrea' have indeed been returned to Iran, asking where they are detained, and asking the authorities to give them immediate access to lawyers, their families and any medical treatment they may require ;
  • calling on the authorities to release the four unless they are to be promptly charged with recognizably criminal offences, and asking for details of any charges already brought against them ;
  • seeking assurances that they are not being tortured or ill-treated.

To the Syrian authorities :

  • expressing grave concern that the Syrian authorities have forcibly returned Iranian Arab activist Faleh 'Abdullah al-Mansuri, and may have returned three others who are recognized refugees, to Iran, where they are at risk of torture, ill-treatment or the death penalty ;
  • expressing concern that this is in violation of Syria's obligations under the CAT ;
  • urging the authorities to reveal the whereabouts of Rasool Mezrea', Jamal 'Obeidawi and Taher 'Ali Mezrea' ;
  • if the three are still detainedin Syria, calling on the authorities to permit UNHCR staff to visit them ;
  • if they have been returned to Iran, urging the Syrian authorities to seek information from the Iranian authorities about the men's whereabouts and their wellbeing, and to make this information public ;
  • reminding the Syrian authorities that Article 12 of the International Covenant on Civil and Political Rights expressly states that :"Everyone shall be free to leave any country, including his own"and urging them to allow Taher 'Ali Mezrea's wife and four children to leave the country ;

APPEALS TO :

Iranian authorities

Leader of the Islamic Republic
His Excellency Ayatollah Sayed 'Ali Khamenei,
The Office of the Supreme Leader
Shoahada Street, Qom, Islamic Republic of Iran
Email : info@leader.or
istiftaa@wilayah.org
Fax : +98 251 774 2228 (mark"FAO the Office of HE Ayatollah al Udhma Khamenei")
Salutation : Your Excellency

Head of the Judiciary
His Excellency Ayatollah Mahmoud Hashemi Shahroudi
Ministry of Justice, Park-e Shahr, Tehran,Islamic Republic of Iran
Email : via the Persian site http://www.iranjudiciary.org/contactus-feedback-fa.html
(The Persian text reads : 1st line : name ; 2nd line : email address ; 3rd line : subject heading ; type message in the text box)
Salutation : Your Excellency

Syrian authorities

President : His Excellency Bashar al-Assad,
Presidential Palace, Abu Rummaneh, al-Rashid Street
Damascus, Syrian Arab Republic
Fax : + 963 11 332 3410
Salutation : Your Excellency

Minister of the Interior
His Excellency Major General Bassam Abdel Magid,
Ministry of Interior, 'Abd al-Rahman Shahbandar Street
Damascus, Syrian Arab Republic
Fax : + 963 11 2223428
Salutation : Your Excellency

Ambassade de la République islamique d’Iran
Avenue de Tervuren 415, 1150 Bruxelles
Fax : 02.762.39.15
Email :iran-embassy@yahoo.com
.
PLEASE SEND APPEALS IMMEDIATELY. Check with the International Secretariat, or your section office, if sending appeals after 11 January 2007.

Le réseau des actions urgentes(AU) a proposéun nombre particulièrementélevéd'actions cette année et la liste n'est pas encore finie ! Fin juin, nous comptions pour 2006 183 AU et 165 misesàjour visant près de 60 pays et mettant en lumière des dizaines de sujets de préoccupation. Côtérésultats, plus de 50 AU lancées cette année sont déjàcloses dont une grande partie a connu un dénouement positif. Les sujets de préoccupation les plus traités cette année ontété:«craintes pour la sécurité»,«craintes de tortures»,«mauvais traitement»,«peine de mort»et«détention au secret». Cependant, le réseau des AU continue d'élargir le champ des motifs d'intervention :«privation de nourriture»,«santé»,«expulsions», etc.
Quelques bonnes nouvelles !
Burundi—libération de deux détenus: Thacien Sibomana et Poppon Mudugu, membres de l'AC Génocide Cirimoso, qui s'efforce de prévenir un nouveau génocide au Burundi, ontétélibérés, aucune charge n'ayantétéretenue contre eux (AFR 16/0082006).Brésil—Maria Aparecida Denadai n'est plus en danger: grâceàla campagne menée en sa faveur, elle peut aujourd'hui bénéficier d'une protection policière suffisante et adaptée (AMR 19/004/2006).

> en savoir plus


16/11/2006

UNICEF : 46 PAYS N'ATTEINDRONT PAS L'OBJECTIF DE SCOLARISER AUTANT DE FILLES QUE DE GARÇONS D'ICI LA FIN DE L'ANNÉE

New York, Nov 28 2005 1:00PM
Quelque 46 pays n'atteindront pas l'objectif de scolariser autant de filles que de garçons avant la fin de l'année 2005 et près de 115 millions d'enfants, dont une majoritéde filles, ne fréquenteront toujours pas l'école primaire, a annoncéaujourd'hui l'agence des Nations Unies pour l'enfance,àl'occasion de la publication du rapport sur la paritédes sexes dans l'éducation.
«Sur les 180 pays pour lesquels on dispose de données, 125 - 91 pays en développement et 34 pays industrialisés - parviendrontàla paritédes sexes en 2005, inscrivant ainsi le même nombre de filles que de garçonsàl'école»et«46 pays n'atteindront pas ce but», indique un communiquédu Fonds des Nations Unies pour l'enfance
http://www.unicef.org/french/media/...
http://www.unicef.org/french/(UNICEF)
publiésamedi dernier,àl'occasion de la publication du rapport intitulé«Paritédes sexes dans l'éducation».Appeléaussi Rapport GAP», l'étude fait le point sur la mise en ouvre des objectifs du Millénaire pour le développement
http://www.unicef.org/french/media/...
http://www.un.org/french/millennium...(OMD)
concernant la paritédes sexes dans l'éducation et examine, plus particulièrement, les différences persistantes entre filles et garçons au niveau de la scolarisation dans le primaire.
Le rapport aétépublié, simultanémentàGenève et Beijing,àl'occasion de la réunion du Conseil consultatif international de l'Initiative pour l'éducation des filles, lancée par l'UNICEF, en prévision de la réunion annuelle du l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture
http://www.ungei.org/
http://portal.unesco.org/fr/ev.php-...(UNESCO)
sur l'Éducation pour tous.
Le troisième Objectif du Millénaire viseà«promouvoir l'égalitéet l'autonomisation des femmes», c'est-à-dire«éliminer les disparités entre les sexes dans les enseignements primaire et secondaire d'icià2005, si possible, etàtous les niveaux de l'enseignement en 2015, au plus tard».
Quant au deuxième Objectif, il viseà«assurer l'éducation primaire pour tous», c'est-à-dire«donneràtous les enfants, garçons et filles, les moyens d'achever un cycle complet d'études primaires.
Dans son rapport, l'UNICEF recommande plusieurs mesures spécifiques pour parveniràl'éducation primaire universelle d'icià2015 : abolir les frais de scolaritéau niveau national, offrir des bourses d'études aux enfants désavantagés, fixer un plafond aux frais tels que les uniformes et les manuels scolaires, donner un statut«d'urgence»aux nations ayant des taux de scolarisation peuélevés et leur offrir le même type d'assistance financière immédiate qu'aux pays en situation de crise.Pour garantir l'éducation primaire universelle d'icià2015, le taux de scolarisation mondial devra augmenter de 1,3% par an pendant les dix prochaines années. Certains pays devront progresseràun rythme beaucoup plus soutenu. Ainsi, le Bénin devra avancer au rythme de 2,88% par an, l'Erythrée doit progresser de plus de 4% annuellement, le Népal de 2,25% et l'Afghanistan de 3,9%, indique l'agence.Voir le dernier rapport global sur les OMD
http://millenniumindicators.un.org/....

2005-11-28 00:00:00.000


Veuillez consulter le site du Centre de nouvelles ONU pour plus d'informationhttp://www.un.org/french/newscentre/

> en savoir plus


16/11/2006

Violences sexuelles contre les femmes, les jeunes filles et les fillettes : une arme de guerre

"Cinq ou six hommes nous ont violées, l'un après l'autre, pendant des heures, pendant six jours, toutes les nuits.Mon mari n'a pas pu me le pardonner, il m'a rejetée."

Réfugiée soudanaise interviewée par Amnesty International

En dépit de l'attention régionale et internationale qui s'est portée sur le Darfour, région de l'Ouest du Soudan, les viols continuent.
Ils s'inscrivent dans un contexte de violations systématiques des droits fondamentaux des civils dans le Darfour.
Depuis longtemps, un conflit opposait des groupes de nomades et de sédentaires sur des questions de ressources. Afin de défendre les intérêts des sédentaires, deux groupes d'opposition armés se sont autoproclamés début 2003.
Le gouvernement a alors répondu par la force en donnant carte blanche aux Janjawid, milice nomade.
En collaboration avec l'armée régulière, les Janjawid sèment la terreur en tuant, violant, pillant, détruisant des biens et déplaçant des populations.
Ces graves atteintes aux droits humains constituent des crimes de guerre.

Réfugiées soudanaises dans le camp de Mile, Est du Tchad, 2004.

Les viols ne sont pas seulement la conséquence de l'indiscipline des troupes.
Dans le Darfour, ce sont de véritables armes de guerre utilisées pour humilier, punir, contrôler, terroriser et déplacer les femmes et leurs communautés.
Àlong terme, cette violence sexuelle et ses conséquences peuvent infliger un terrible traumatismeàl'ensemble des communautés visées, voire provoquer un effondrement de la société.

Violences sexuelles contre les femmes, les jeunes filles et les fillettes :une arme de guerre
"Une quinzaine de femmes et de jeunes filles ontétéviolées dans différentes maisons du village.Les Janjawid ont briséles membres de plusieurs femmes et jeunes filles pour les empêcher de s'enfuir. Les Janjawid sont restés six ou sept jours dans le village."

Paroles de réfugiées soudanaises interviewées par Amnesty International

La plupart des femmes ontétéviolées au cours d'attaques contre les villages, ou lorsqu'elles cherchaientàfuir les milices, ou encoreàl'extérieur des camps de déplacés et de réfugiés, alors qu'elles recueillaient du bois ou de l'eau.
Des victimes de viol ont fui au Tchad, mais la plupart se trouvent encore au Darfour.
On a aussi signalédes cas de viols imputables aux groupes d'opposition armée.

Le viol comme moyen d'humiliation
Au Darfour, le viol sert aussiàhumilier la femme, sa famille ou sa communauté: dans de nombreux cas les Janjawid violent en public, devant les maris et la famille.Les femmes enceintes ne sont pasépargnées.

Violences sexuelles avec torture et homicides
Dans certains cas, les femmes qui ont résistéaux viols ontétéfrappées, poignardées ou même tuées. D'autres ontététorturées pour les forceràdévoiler la cachette de leur mari.

Enlèvements et esclavage sexuel
Des Janjawid ontégalement enlevédes femmes pour en faire des esclaves sexuelles ; certaines sont torturées pour les empêcher de s'enfuir. Des fillettes de 8 ans ont servi d'esclaves sexuelles, parfois pendant plusieurs mois.

Femmes de la région nord du Darfour témoignant auprès des délégués d'Amnesty InternationalàTina - Tchad durant la mission de recherche menée par uneéquipe d'Amnesty International en novembre 2003

Les conséquences immédiates
Les problèmes d'ordre médical et psychologiqueLes femmes violées présentent souvent des blessures qui peuvent avoir de graves répercussions sur leur système reproductif.
Les femmes enceintesàla suite d'un viol souffrent de complications avant, pendant et après l'accouchement,àcause de leurs blessures.
Même lorsque les victimes n'ont pas subi de graves lésions physiques, le manque d'hygièneet de produits de soin accroît le risque d'infection.
Par ailleurs, la plupart des femmes connaissent de graves problèmes psychologiques et souffrent de la réprobation de la sociétéet de l'absence de soutien de leurs proches.
Dans l'ouest du Soudan, on pratique des mutilations génitales féminines (excision, infibulation). Cela augmente le risque de blessure pendant le viol et, par conséquent, celui de contracter le virus du sida ou une autre maladie sexuellement transmissible.

L'ostracisme
Les victimes sont en proieàla honte et au déshonneur. La plupart n'osent pas parler de viol et cherchent refuge dans des camps loin de leur famille et de leurs proches. Les grossesses consécutives aux viols : un enfant néd'un viol est presque toujours perçu comme"la progéniture de l'ennemi", un"enfant Janjawid".
Certaines femmes se sentent même forcées d'abandonner leur enfant.

Les conséquences sociales etéconomiques:
les femmes mariées risquent la répudiation, et celles qui ne le sont pas auront de grandes difficultésàtrouver unépoux, leur communautéles jugeant"souillées".
Lorsqu'elles se trouvent privées de la"protection"et du soutien matériel traditionnellement assurés par les hommes, les femmes violées deviennent particulièrement vulnérables d'un point de vue social etéconomique.

Femmes de la région nord du Darfour témoignant auprès des délégués d'Amnesty InternationalàTina - Tchad durant la mission de recherche menée par uneéquipe d'Amnesty International en novembre 2003

Les effetsàlong terme :

Mariages précoces
Les parents qui se trouvent dans des camps de réfugiés craignent de ne pas pouvoir"contrôler"leurs filles et ils essaient de les marier rapidement, pour sauver l'honneur de la jeune fille et de sa famille.

La femme, chef de famille
En l'absence des hommes et dans les camps de réfugiés, les femmes doivent subvenir seules aux besoins de la famille.
Leurs enfants courent plus de risques de souffrir de malnutrition, et souvent ces femmes ou leurs filles sont contraintes de se prostituer pour survivre.

Réfugiées soudanaises dans le camp de Mile, Est du Tchad, 2004,

Recommandations d'Amnesty International
Le gouvernement soudanais doit immédiatement désarmer et démanteler les milices Janjawid.

Amnesty International exhorte toutes les parties au conflitàfaire cesser immédiatement la violence contre les civils et particulièrement contre les femmes, et demande que les auteurs de ces crimes soient traduits en justice, dans le cadre de procèséquitables.

Les autorités soudanaises doivent autoriser un accès illimitédu personnel humanitaireàcette région. Leséquipes sanitaires doivent comprendre du personnel féminin etêtre forméesàl'identification etàla prise en charge des victimes de viol.
Amnesty International réclameégalement une prise en charge médicale et psychologique urgente pour les femmesaffectées par la violence au Darfour et au Tchad, et des mesures favorisant leur réinsertion.
Les missions d'observation des Nations unies et de l'Union africaine au Darfour doiventêtre renforcées et leurs conclusions et recommandations rendues publiques.

AGISSEZ ! Voir la sous-rubrique"agir"

> en savoir plus


16/11/2006

ACTION SOUDAN

Modèle de lettre

Monsieur le Président,

Amnesty International est très préoccupée par le sort des civils du Darfour et particulièrement par les milliers de femmes et de fillettes victimes de viols.

Je vous prie instamment de mettre un terme aux attaques contre ces populations. Les milices Janjawid doiventêtre désarmées et démantelées sansêtre intégrées aux forces gouvernementales.

Je vous demandeégalement de traduire immédiatement en justice les auteurs de ces actes qui constituent des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité.

La protection des victimes de violences sexuelles est une priorité.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de ma haute considération.

Nom :
Prénom :
Adresse :
Code Postal :
Ville :
Pays :

Adresses :
Président de la République du Soudan
Lieutenant-général Omar Hassan Ahmad al.bashir
Palais présidentiel. PO Box 281
Khartoum. Soudan

Ambassade du Soudan
A.V.FD.Roosevelt, 124
1050 Bruxelles

> en savoir plus


16/11/2006

Nonàl'utilisation des enfants soldats en République démocratique du Congo

Des milliers de jeunes gonflent toujours les rangs des forces armées en RDC.

Général de Division, Joseph Kabila
Président de la République
Présidence de la République
Palais de la Nation
Kinshasa-Ngaliema
République démocratique du Congo

Des milliers d'enfants gonflent toujours les rangs des groupes et forces armés en République démocratique du Congo. Nombreux de ces enfants soldats sont des filles qui une fois démobilisées ont du malàse réintégrer dans leur communauté.

Nous, soussignés, vous prions de prendre d'urgence les mesures suivantes :

  • Faire en sorte que toutes les forces armées en République démocratique du Congo démobilisent immédiatement les enfants de moins de dix-huit ans qui se trouvent dans leurs rangs (y compris les jeunes filles), et cessent totalement d'enrôler des enfants,
  • Faire en sorte que les programmes de démobilisation et de réinsertion mettentàla disposition des enfants un appui psychosocial et des soins de santéet favorisent une réinsertion sociale qui donne accèsàl'éducation etàla formation axée sur les compétences.
  • Prendre en considération les besoins et capacités spécifiques des filles soldats dans les programmes de démobilisation et de réinsertion en appuyant notamment les organismes déjàen place

Nom :
Adresse :
Âge :
Pays :

Signature

Copieàenvoyerà
Ambassade de la République du Congo
Rue Marie de Bourgogne, 30
1040 Bruxelles

> en savoir plus


16/11/2006

États-Unis : la fin des exécutions de mineurs délinquants représente une victoire du droit international

Un article de notre mensuel international LE FIL d'AI - avril 2005Index AI : NWS 21/003/2005

La décision s'est fait attendre pendant des décennies, et encore s'en est-il fallu d'un cheveu pour que cette réforme ne soit pas adoptée, ce qui est gênant pour un pays qui affirme faire avancer la cause des droits humains.

En toutétat de cause, la Cour suprême desÉtats-Unis a conclu le 1er marsàune majoritéde cinq voix contre quatre qu'ilétait désormais anticonstitutionnel d'exécuter des mineurs délinquants, c'est-à-dire des personnes reconnues coupables d'un crime commis avant l'âge de dix-huit ans.

Grâceàcette décision, lesÉtats-Unis, qui exécutent, et de loin, le plus grand nombre de mineurs délinquants, se rallient au consensus mondial condamnant ce type de châtiment.Par suite de ce jugement, plus de 70 mineurs délinquants vont quitter le couloir de la mort.

Après avoir examinél'affaire Roper c. Simmons, dans laquelle Christopher Simmons aétécondamnéàmort dans le Missouri pour un meurtre commisàdix-sept ans, la majoritédes juges de la Cour suprême fédérale ont soulignéla"dure réalité"que constitue l'isolement desÉtats-Unis sur la scène internationale.

Dans un document rédigéau nom de cette majorité, le juge Kennedy a observéque la Convention des Nations unies relative aux droits de l'enfant, traitéque seuls lesÉtats-Unis et la Somalie n'ont pas ratifié, prohibe la peine de mort pour les infractions commises par des personnes de moins de dix-huit ans. Le magistrat a ajoutéqu'il fallait"reconnaître le poidsécrasant de l'opinion internationale", qui apporte une"confirmation respectée et importante"aux conclusions de la Cour.

Débat entre les jugesIl s'agit làde la dernièreévolution en date dans le débat qui oppose les juges de la Cour suprême sur la question de l'importanceàaccorder aux normes internationales. En 1988, cette instance a interdit d'exécuter des mineurs délinquants qui avaient quinze ans ou moins au moment du crime, allant ainsi dans le sens du droit international.Amnesty International avait présentéun mémoire destinéàéclairer la Cour, mais ce document n'avait pas convaincu le juge Scalia, qui avait estimé:"Il est totalement inacceptable que la majoritédes juges de la Cour se basent sur ce qu'Amnesty International présente comme des normes civilisées en vigueur dans d'autres pays pour déterminer les valeurs fondamentales de cette Nation."

Un an plus tard, la Cour suprême a statué, de façon scandaleuse, que les exécutions de mineurs délinquantsâgés de seize et dix-sept ansétaient conformesàla Constitution.

Cette fois, c'est donc l'avis du juge Scalia qui a prévalu. Rejetant les arguments allant dans le sens opposé, il avait insistésur le fait que les pratiques des autres pays en matière de condamnation ne devaient pas influer sur la"conception américaine de l'humanité".

Dans l'affaire Roper c. Simmons, le mémoire d'Amnesty International et de 16 autres lauréats du prix Nobel de la paix est citédans l'opinion rédigée au nom de la majorité. Le juge Scalia, une nouvelle fois dans le camp minoritaire, s'indigne que"la façon de voir des autres pays et de la soi-disant communautéinternationale"ait pris une"place centrale".

Amnesty International est cependant d'accord avec le juge Scalia sur un point. Eneffet, dans son opinion dissidente concernant l'affaire Roper, ce magistrat aécrit :"Si nous devons vraiment nous aligner sur la position de la communautéinternationale, alors il faut signaler que la Convention relative aux droits de l'enfant prohibeégalement la détentionàperpétuitésans possibilitéde libération conditionnelle pour les mineurs délinquants."Dans son compte rendu, le juge Kennedy envisage cette peine comme une alternativeàla peine capitale pour les mineurs délinquants.Or, lesÉtats-Unis ne devraient pas remplacer une peine illégale au niveau international par une autre.

AuxÉtats-Unis, des centaines de personnes purgent déjàdes peines de réclusionàperpétuitésans libération conditionnelle pour des crimes commis avant dix-huit ans.

Amnesty International a travaillésur des dossiers impliquant des accusés qui n'avaient que douze ans au moment des faits et qui ontétécondamnésàce type de peine.

L'organisation va continueràfaire campagne en faveur de l'abolition de ce châtiment pour les mineurs délinquants, car cette sanction, comme la peine de mort, ne tient pas compte de l'immaturitéde l'adolescent ni de sa capacitéàchanger.

AucunÉtat respectant le droit international ne devrait punir un mineur délinquant en le tuant ou en l'emprisonnantàvie.

Un article de notre mensuel international LE FIL d'AI - avril 2005Index AI : NWS 21/003/2005

> en savoir plus


16/11/2006

L'enfance menacée en Ouganda :"les migrants de la nuit"

Index AI : AFR 59/013/2005•ÉFAI•

L'enfance menacée en Ouganda

«Nous venons dans ce centre parce que j'ai peur d'être de nouveau enlevée. J'avais huit ans la première fois. Je ne veux pas que mes frères et s?urs subissent le même sort. Le soir, nous nous dépêchons de venir ici.»Cette jeune adolescente de quatorze ans parcourt chaque nuit un kilomètre pour se réfugier dans un centre d'hébergementàLacor,àcinq kilomètres de Gulu, avec ses quatre frères et s?urs.

Àla tombée de la nuit, dans le nord de l'Ouganda, environ 30 000 enfants quittent leur domicile pour passer la nuit en zone urbaine ou dans les principaux camps de personnes déplacées. Le phénomène des«migrants de la nuit»a commencéen 2003 : les enfants fuient essentiellement les attaques et le risque d'être enlevés par la Lord's Resistance Army (LRA, Armée de résistance du Seigneur), et cherchentàéchapperàl'insécuritéqui règne partout. La plupart font ainsi la navette sans la protection d'adultes de leur famille et«vivent sous la menace constante de violences physiques, de sévices et d'exploitation sexuelle, y compris le viol». Ce phénomène reflète les problèmes plus vastes qui se posent pour protéger les civils dans le nord de l'Ouganda et illustre les répercussions qu'ils peuvent avoir sur la vie des familles et de la population en général.Cela fait près de vingt ans que le nord de l'Ouganda est en proieàla guerre, et des informations faisantétat de violations persistantes du droit international humanitaire et des droits humains, notamment d'homicides, de mutilations, de torture, d'enlève-ments, de viols et d'autres violences sexuelles conti-nuent de circuler. Les droits des enfants sont bafoués au quotidien.Cette région est secouée par l'insurrection depuis 1986, et par les opérations du groupe arméde Joseph Kony, la LRA, depuis 1987, environ. La LRA s'en prendàla population civile : elle a enlevédes civils, brûlédes villages, attaquédesécoles et des hôpitaux et tendu des embuscadesàdes véhicules dans tout le nord de l'Ouganda. Cette formation a mutiléet estropiédes civils, tranchant des lèvres, des oreilles et des nez et coupant des mains.Les enfants sont les principales victimes de ce conflit. La LRA a enlevé25 000 d'entre eux, qu'elle utilise comme soldats, esclaves sexuels ou porteurs. Parmi ces enfants, 7 500 sont des filles ; un millier d'entre elles ont conçu des enfants durant leur captivité. On ne connaît pas le nombre d'enfants tués.De nombreux enfants doivent parcourir plusieurs kilomètres pour aller dormir dans les centres d'hébergement mis en place dans les villes et leurs banlieues. Ces centres, dirigés par des organisations non gouvernementales, fournissent un abri sûr et propre pour la nuit, de l'eau potable, des installations sanitaires, des soins de base et une prise en charge psychologique. Beaucoup d'enfants dorment dans des abris provisoires, dans l'enceinte des hôpitaux, dans des entrées de magasins et autres lieux publics.Le 30 septembre, le Comitédes droits de l'enfant des Nations unies (composéd'experts indépendants chargés de surveiller la mise en?uvre de la Convention relative aux droits de l'enfant par lesÉtats parties) a publiéses observations finales sur le deuxième rapport périodique de l'Ouganda. Celles-ci comprenaient un certain nombre de recom-mandations relatives aux«migrants de la nuit». Ainsi, dans le paragraphe 70 du chapitre Children in Armed Conflict and Child Abduction [Les enfants dans les conflits armés et les enlèvements d'enfants], le Comité«exhorte l'État partieàs'employeràrésoudre le problème des migrants de la nuit etàprendre toutes les mesures nécessaires en vue de protéger au mieux les enfants contre le risque d'être enlevés par la LRA ou par d'autres groupes armés», et lui recommande de«renforcer son soutien aux centres d'hébergement des migrants de la nuit»[traduction non officielle].L'Ouganda est partieàla Convention relative aux droits de l'enfant depuis 1990, et au Protocole facultatif se rapportantàla Convention relative aux droits de l'enfant, concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés, depuis 2002.Alors que la communautéinternationale s'apprêteàcélébrer la Journée mondiale des droits de l'enfant, le 20 novembre (date de l'adoption, par l'assemblée générale des Nations unies, de la Déclaration des droits de l'enfant, en 1959, et de la Convention relative aux droits de l'enfant, en 1988), Amnesty International appelle le gouvernement de l'Ougandaàprotéger etàpromouvoir les droits humains des enfants dans le nord du pays.«L'enfance, période privilégiée ? Ce concept d'une enfance protégée,épanouie, en bonne santé, a voléenéclats dans le nord de l'Ouganda»

AGISSEZ MAINTENANT !
Veuillezécrire au gouvernement ougandais pour lui demander :

  • de respecter les obligations de l'Ouganda au titre de la Convention relative aux droits de l'enfant et du Protocole facultatifàla Convention relative aux droits de l'enfant, concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés et de mettre immédiatement en application les recommandations faites au gouvernement de l'Ouganda par le Comitédes droits de l'enfant des Nations unies ;
  • de soutenir les programmes d'hébergement des migrants de la nuit et le développement de services de soutienàla collectivité;
  • d'élaborer et de soutenir des mesures visantàprévenir les enlèvements d'enfants dans le nord de l'Ouganda ; d'aller au secours de ceux qui sont toujours aux mains de leurs ravisseurs et de réinsérer ceux qui ontétéenlevés, ainsi que leurs familles et leur entourage ;
  • de faciliter et de soutenir le travail des organisations nationales et internationales fournissant une aide humanitaire aux régions affectées par le conflit dans le nord de l'Ouganda.

Merci d'adresser vos appels au :
Président de la République de l'Ouganda :
The President of the Republic of Uganda
His Excellency Yoweri Kaguta Museveni
President of the Republic of Uganda
Office of the President
Parliament Building
PO Box 7168
Kampala, Ouganda
Fax : +256 41 346 102
Formule d'appel : Your Excellency, / Monsieur le Président,

Veuillez faire part des préoccupations d'Amnesty International aux autorités de votre pays.Pour de plus amples informations sur la situation des droits humains en Ouganda, vous pouvez consulter le site Internet d'Amnesty International :
http://web.amnesty.org

Amnesty International
18 Novembre 2005
Index AI : AFR 59/013/2005

> en savoir plus


16/11/2006

20 novembre 2005 : anniversaire de la Convention des droits de l'enfant.

Mohammed el Gharani, citoyen tchadien,15 ans au moment de son arrestation

Mohammed el Gharani, citoyen tchadien, est néet a grandi en Arabie saoudite. En tant qu'étranger d'origine africaine, il a subi des discriminations et a décidéde quitter le pays, estimant que les perspectives sociales et scolaires qui s'offraientàluiétaient toutàfait réduites.

Peu de temps avant les attentats du 11 septembre 2001, il est donc arrivéau Pakistan, apparemment dans l'intention d'étudier l'anglais et de se former en informatique. Pour obtenir un passeport lui permettant de voyager seul, il aurait dûavoir 18 ans. Il a donc menti sur sonâge. En octobre 2001, Mohamed, 15 ans, priait dans une mosquée de Karachi lorsque la police pakistanaise y a fait une descente.C'est ainsi qu'ont commencépour lui des années de détention, résultat de la"guerre contre le terrorisme"menée par lesÉtats-Unis. Mohamed aétéemmenéàla base navale de Guantánamo BayàCuba, oùil est toujours détenuàl'heure qu'il est. Son corps serait couvert de cicatrices provoquées par les tortures et les passagesàtabac qu'il a subis. Il aurait perdu des dentsàcause du manque de soins, et sa langue serait crevassée en raison de la déshydratation. Il est plus difficile de décrire et de mesurer les dommages psychologiques provoqués par lesépreuves qu'il a endurées dans la prison pakistanaise, lors de sa remise aux autoritésétatsuniennes, puisàKandahar en Afghanistan oùil avaitététransféré, etàGuantanamo

Àl'inverse des affirmations selon lesquelles les mineurs de Guantánamo Bay sont détenus dans des conditions adaptéesàleurâge, Mohamed est depuis plus d'un an dans le camp 5, installation conçue selon le modèle des prisons"très haute sécurité"desÉtats-Unis. Mohamed est maintenuàl'isolement dans une cellule en béton jusqu'àvingt-quatre heures par jour. Il devrait normalement avoir droitàune heure d'exercice trois fois par semaine, mais la norme est plutôt d'une fois par semaine, voire une fois toutes les deux semaines. Les cellules sontéclairées de manière permanente et de grands ventilateurs très bruyants fonctionnent sans arrêt pour empêcher toute communication de celluleàcellule.

Les mineursàGuantánamo Bay

En avril 2003, les autoritésétasuniennes ont révéléla présenceàGuantánamo Bay d'enfantsâgés de treize ansàpeine.En 2004, le ministère de la Défense a annoncéque trois mineurs avaientétélibérés de Guantánamo et a affirméque"tout avaitétéfait"pour assurer une"prise en charge appropriée sur le plan physique etémotionnel"des mineurs encore détenus sur la base.Le Pentagone assure que plus aucun mineur n'est encore en détentionàGuantánamo. Cependant, selon le Pentagone, les détenus mineurs sont ceux qui ont moins de seize ans, contrairementàce que prévoient les normes internationales.Mohamed C. n'est pas le seul mineuràavoirétéenferméàGuantánamo Bay. Parmi les détenus, au moins quatre et peut-être jusqu'àneuf jeunes gens avaient moins de dix-huit ans lorsqu'ils ontétéplacés en détention. Certains d'entre eux avaientàpeine treize ans.

Outre les allégations de torture, on rapporteégalement des tentatives de suicide chez les détenus mineurs. Leurs histoires viennent ternir le tableau idyllique brossépar le gouvernementétasunien.

La détention et l'interrogation de mineurs non représentés, ainsi que les actes de torture qui leur auraientétéinfligés, contreviennentàdes lois internationales qui s'appliquent aussi bien aux enfants qu'aux adultes, mais aussi aux normes spécialesélaborées pour la protection des enfants par la communautéinternationale.

Nous vous demandons d'envoyer au ministre de la Justice des Etats-Unis la lettre ci-dessous qui reprend les préoccupations d'Amnesty concernant le cas de Mohammed el Gharani

Vous pouvez copier ce modèle et le coller dans un courrierélectronique ou dans un document que vous imprimerez :

Alberto Gonzales, Attorney General,
US Department of Justice,
950 Pennsylvania Avenue, NW
WASHINGTON, DC 20530-0001
ÉTATS-UNIS

Monsieur le Ministre,

Mohammed el Gharani, citoyen tchadien, aétéarrêtéà15 ans et emmenéàla base navale de Guantánamo BayàCuba, oùil est toujours détenu aujourd'hui.

La détention et l'interrogation de mineurs, ainsi que les actes de torture qui leur auraientétéinfligés, ne sont pas conformes aux lois internationales qui s'appliquent aussi bien aux enfants qu'aux adultes, ainsi qu'aux normes spécialesélaborées pour la protection des enfants par la communautéinternationale.

Je vous demande donc instamment qu'une enquête indépendante soit menéeàpropos des allégations de torture que Mohammed el Gharani. aurait subies durant sa détentionàGuantanamo Bay ainsi qu'àla base militaire de Kandahar en Afghanistan, que les résultats de cette enquête soient rendus publics et que leséventuels responsables de ces actes soient traduits en justice.

Si des charges précises sont retenues contre lui, nous vous demandons de faire en sorte qu'il soit jugépar un tribunal pour mineurs dans des délais raisonnables et dans le respect des normes juridiques internationales.

Dans le cas contraire, il doitêtre libéréimmédiatement.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de ma haute considération.

Nom, prénom :
Adresse, pays :
Date, signature :

> en savoir plus


16/11/2006

Yemen : Amnesty international est préoccupée quantàla situation et l'état de santéd'Ibrahim al Saiani, quatorze ans

Craintes pour la sécurité, détention au secret et préoccupations pour la santé

L'état de santéd'Ibrahim al Saiani, quatorze ans, se serait détérioréau cours de sa détention. Il est sujetàdes pertes de mémoire, ses mains tremblent et il n'arrive plusàs'exprimer clairement. En août dernier, la famille de ce garçon aétéautorisée pour la première foisàlui rendre visite en prison et elle peut désormais le voir une fois par semaine. Ibrahim al Saiani reste cependant privéde libertésans avoirétéjugéni même inculpéet sans pouvoir consulter un avocat.

Lors d'une mission au Yémen en septembre/octobre 2005, Amnesty international a fait part de ses préoccupations aux autorités quantàla situation de ce garçon et a cherchéàobtenir l'assurance qu'Ibrahim al Saiani recevait les soins médicaux dont il avait besoin. Les autorités n'ont pasétécapables de confirmer ces informations. Amnesty international a voulu lui rendre visite dans la prison des services d'Al Amn al Siyassi (Sécuritépolitique),àSanaa, mais n'a pas pu le rencontrer.

Selon les informations reçues, Ibrahim al Saiani aétéarrêtéle 8 mai après que les forces de sécuritéeurent pris d'assaut le domicile de sa famille, situéàSanaa, la capitale du pays. Il se trouve dans la prison des services de la Sécuritépolitique,àSanaa. Il est possible qu'il soit un prisonnier d'opinion, détenu uniquement en raison de son appartenanceàla communautézaïdiste. Depuis l'intervention des forces américaines en Irak, en 2003, des partisans de Hussain Badr al Din al Huthi, prédicateur zaïdiste, scandent des slogans antiaméricains et anti-israéliens après la prière du vendredi. Cela a récemment donnélieuàdes mesures de répression de la part des forces de sécurité, qui auraient arrêtédes centaines de membres de cette communauté. Le 25 septembre, le président Ali Abdullah Saleh a graciéles partisans de Hussain Badr al Din al Huthi, mais des centaines de membres de la communautézaïdiste sont toujours maintenus en détention sans avoirétéjugés ni même inculpés.

La famille d'Ibrahim al Saiani et un certain nombre d'organisations non gouvernementales (ONG) auraient priéle président du Yémen d'intervenir en sa faveur.

Écrireà:
Président de la République du Yémen
Son Excellence `Ali `Abdullah Saleh
Sana'a
République du Yémen

Envoyer copieà: Son excellence l'Ambassadeur du Yemen
avenue Roosevelt, 114. 1050 Ixelles

Exemple de lettre
Monsieur le Président de la République,

En tant que signataire de la Convention relative aux droits de l'enfant, le Yémen s'est engagéàrespecter les conditions de détention de toute personne de moins de dix-huit ans.

Les récents rapports concernant l'emprisonnement et l'état de santéd'Ibrahim Al Saiani,âgéde 14 ans, me portentàcroire que votre pays manqueàses engagements. Arrêtédepuis le 8 mai 2005, il n'a pas encore fait l'objet d'aucune inculpation de la part des autorités, de plus aucune assistance juridique ne lui a pasétéaccordée

Depuis son arrestation, sonétat de santés'est considérablement dégradésans qu'aucune assistance médicale ne lui soit donnée. Cette situation m'inquiète au plus haut point, je vous demande donc de lui accorder les soins dont il a besoin et de vous assurer qu'il soit, si tel est le cas, jugéd'une manière juste etéquitable.

Si, toute fois, aucune accusation n'est retenue contre Ibrahim Al Saiani, je vous demande sa libération immédiate et sans conditions, et de respecter l'article 37-b de la Convention relative aux droits de l'enfant en veillantàce que«nul enfant ne soit privéde libertéde façon illégale ou arbitraire»

En attente d'une réponse favorableàmes demandes, je vous prie d'accepter, Monsieur le Président, l'expression de ma très haute gratitude.

Vos prénom et nom
Adresse
Ville
Province
Pays
Code postal

> en savoir plus


16/11/2006

États-Unis : Des milliers de mineurs délinquants condamnésàla réclusionàperpétuitésans possibilitéde libération conditionnelle

COMMUNIQUÉDE PRESSE

Uneétude menéeàl'échelle nationale par Amnistie internationale et Human Rights Watch montre que la majoritédes mineurs délinquants susceptibles d'être condamnésàla réclusionàperpétuitésont des primo-délinquants

New York?Il y a au moins 2 225 délinquants purgeant une peine de réclusionàperpétuitésans libération conditionnelle dans les prisons desÉtats-Unis pour un crime commis alors qu'ilsétaientâgés de moins de dix-huit ans, selon un nouveau rapport conjoint d'Amnesty international et Human Rights Watch rendu public ce mercredi 12 octobre 2005.

La plupart d'entre eux sont désormais adultes mais 16 p. cent avaient entre treize et quinze ans au moment des faits pour lesquels ils ontétécondamnés. Selon les estimations, il s'agit d'une première condamnation pénale pour 59 p. cent de ces jeunes.Àl'heure actuelle, la législation de 42États autorise la condamnation de mineurs délinquants (personnesâgées de moins de dix-huit ans au moment des faits qui leur sont reprochés)àla réclusionàperpétuitésans possibilitéde libération conditionnelle.

IntituléThe Rest of Their Lives : Life without Parole for Child Offenders in the United States, ce rapport constitue la premièreétude nationale sur la pratique consistantàjuger les mineurs comme des adultes etàles condamneràla réclusionàperpétuitédans des prisons pour adultes, sans possibilitéde réduction de peine. Le rapport se fonde sur deux années de recherche et une analyse de données desétablissements pénitentiaires fédéraux et desÉtats qui n'avaient jamaisétéréunies jusque-là. Ces données ont permis aux deux organisations de dégager les tendances telles qu'elles se dessinaient au milieu de l'année 2004 en ce qui concerne de telles condamnations au niveau desÉtats et du Fédéral, et d'identifier l'origine ethnique, les antécédents et les crimes des jeunes ainsi condamnés.

«Les mineurs qui commettent des crimes graves ne devraient paséchapperàtoute sanction, a déclaréAlison Parker, responsable de rechercheàHuman Right Watch qui a rédigéle rapport pour les deux organisations. Cependant, si l'on considère qu'ils sont trop jeunes pour voter ou pour acheter des cigarettes, il fautégalement reconnaître qu'ils sont trop jeunes pourêtre condamnésàpasser le reste de leur vie derrière des barreaux.»

Amnesty international et Human Rights Watch publient The Rest of Their Livesàun moment déterminant : alors que de moins en moins de jeunes commettent des crimes graves comme le meurtre, lesÉtats les condamnent de plus en plusàla réclusionàperpétuitésans possibilitéde libération conditionnelle. En 1990, par exemple, 2 234 mineurs ontétécondamnés pour meurtre, dont 2,9 p. centàla réclusionàperpétuitésans possibilitéde libération conditionnelle. En 2000, le nombre de condamnations avait chutéde près de 55 p. cent (pour passerà1 006) tandis que le pourcentage de mineurs délinquants condamnésàla réclusionàperpétuitésans possibilitéde libération conditionnelle grimpait de 216 p. cent (pour passerà9 p. cent).

«Il faut donner plus de marge de man?uvre aux juges et procureurs desÉtats et du Fédéral, a déclaréWilliam F. Schulz, directeur général de la section américaine d'Amnesty international. Il faut qu'ils disposent d'autres options que celle transformant les tribunaux en machinesàprononcer des condamnations statutaires de mineurs délinquantsàdes peines de réclusionàperpétuitésans libération conditionnelle, condamnations qui font fi de leurénorme potentiel de changement et les privent de tout espoir de rachat de leur faute.»

Dans 26États, la condamnationàla réclusionàperpétuitésans possibilitéde libération conditionnelle est automatique pour toute personne reconnue coupable de meurtre avec circonstances aggravantes, quel que soit sonâge. Le rapport montre que 93 p. cent des mineurs délinquants purgeant une peine de réclusionàperpétuitésans possibilitéde libération conditionnelle ontétéreconnus coupables de meurtre. Cependant, Human Rights Watch et Amnesty international ont découvert que 26 p. cent (estimation) avaientétéreconnus coupables en application de la doctrine de felony murder selon laquelle toute personne impliquée dans la perpétration d'un crime grave au cours de laquelle une personne aététuée est aussi considérée comme coupable de meurtre même si il ou elle n'a pas provoquépersonnellement ou directement la mort de la victime.

Par exemple, Peter A,âgéde quinze ans, aétécondamnéàla réclusionàperpétuitésans possibilitéde libération conditionnelle pour felony murder. S'étant jointàdeux personnes que connaissait son grand frère pour commettre un vol, il attendait dehors dans une camionnette quand la situation a dégénéréet qu'un des deux voleurs a tuédeux personnes. Peter a déclaréque«oui [ilétait] présent sur les lieux»mais qu'il n'avait«jamais tirésur personne ni tuéqui que ce soit». Le jeune homme a cependantététenu pour responsable du double meurtre parce que le procès aétabli qu'il avait voléla camionnette utilisée pour se rendre au domicile de la victime.

Les deux organisations de défense des droits humains ontégalement déclaréque la peur très répandue et non fondée des"adolescents violents au lourd passéjudiciaire et en lutte perpétuelle contre la société"avait poussédesÉtatsàjuger les mineurs comme des adultes. DixÉtats n'ont pas fixéd'âge minimum pour la condamnationàla réclusionàperpétuitésans possibilitéde libération conditionnelle et il y aàl'heure actuelle au moins six jeunes gens purgeant une telle sentence alors qu'ilsétaientâgés de treize ans au moment des faits. Une fois reconnus coupables, ces garçons sont incarcérés dans desétablissements pénitentiaires pour adultes et condamnésàvivre dans des conditions extrêmement difficiles au milieu de bandes de malfaiteurs et de délinquants sexuels.

Pour Amnesty international et Human Rights Watch, il n'y a pas de corrélation entre le recoursàla peine de réclusionàperpétuitésans possibilitéde libération conditionnelle et le taux de criminalitédes mineurs. Aucunélément ne prouve que ce châtiment ait un effet dissuasif en ce qui concerne la criminalitédes mineurs, ni qu'il permette d'une façon ou d'une autre de réduire le taux de criminalitédans cette tranche d'âge. Par exemple, bien que l'État de Géorgie condamne rarement des mineurs délinquantsàla réclusionàperpétuitésans possibilitéde libération conditionnelle, il enregistre un taux de criminalitéchez les mineurs plus faible que le Missouri, qui prononce de telles peines bien plus fréquemment.

«La sécuritépublique peutêtre assurée sans soumettre les jeunesàla peine de prison la plus pénible possible», a déclaréAlison Parker.

Sur l'ensemble du pays, les jeunes noirs sont condamnésàla réclusionàperpétuitésans possibilitéde libération conditionnelle dans des proportions que l'on estime dix fois supérieuresàcelles relatives aux jeunes blancs (6,6 contre 0,6 p. cent). Dans certainsÉtats, l'écart est beaucoup plus grand : en Californie, par exemple, les jeunes noirs ont 22,5 fois plus de chances d'être condamnésàune telle peine que les jeunes blancs. En Pennsylvanie, les jeunes hispaniques ont 10 fois plus de chances que les jeunes blancs d'être condamnésàune telle peine (13,2 contre 1,3).

LesÉtats-Unis sont un des rares paysàautoriser la condamnation de mineurs délinquantsàla réclusionàperpétuitésans possibilitéde libération conditionnelle. La Convention relative aux droits de l'enfant, ratifiée par tous les pays sauf lesÉtats-Unis et la Somalie, interdit cette pratique, et au moins 132 pays ont aboli complètement cette sentence. Treize autres pays sont dotés d'une législation qui autorise les condamnations de mineurs délinquantsàla réclusionàperpétuitésans possibilitéde libération conditionnelle mais il y aàce jour, en dehors desÉtats-Unis, uniquement une douzaine de mineurs délinquants purgeant une telle peine.

Amnnesty international et Human Rights Watch remettent en question le postulat d'incurabilitédes jeunes délinquants que sous-tend la peine prononcéeàleur encontre.

«Les mineurs ayant commis des crimes graves ont encore les moyens d'améliorer leur comportement, a déclaréDavid Berger, avocat auprès du cabinet O'Melveny&Meyers et chercheur auprès d'Amnesty international pour ce rapport. Les responsables fédéraux et desÉtats doivent aller de l'avant et mettre en?uvre une politique de réinsertion des mineurs au lieu de les jeter en prison pour le restant de leurs jours.»

Les deux organisations appellent lesÉtats-Unisàmettre finàla pratique qui consisteàcondamneràla réclusionàperpétuitésans possibilitéde libération conditionnelle des personnesâgées de moins de dix-huit ans au moment des faits. Pour ceux qui sont déjàen train de purger une telle peine, des initiatives devraientêtre engagées immédiatement pour leur permettre de bénéficier d'une libération conditionnelle.

Le rapport complet peutêtre consulté(en anglais) sur le site de la section américaine d'Amnesty international,àl'adresse suivante :http://www.amnestyusa.org.

Index AI : AMR 51/160/2005

> en savoir plus


16/11/2006

Qu'est-il advenu d'eux ? - Des enfants de l'ethnie hmong en danger au Laos

Quelque 23 enfants appartenantàl'ethnie hmong, détenus au Laos dans un lieu qui n'a pasétérévélé, risquent de subir des tortures ou d'autres mauvais traitements.

Considérés comme des immigrés«illégaux»par les autorités thaïlandaises, ils ontétéarrêtés en novembre 2005 dans uneéglise et expulsés le 5 décembre. Ils sont depuis maintenus en détention, sans que l'on sache pourquoi. Cela fait plus de quatre mois qu'ils sont séparés de leurs parents et familles.

Des tentes de fortune abritent des réfugiés hmong dans la province de Phetchabun, en Thaïlande. (JPEG)

D'après certaines sources, ces enfants - il y a 20 filles parmi eux et ils sontâgés de douzeàseize ans - seraient détenus dans des conditions lamentables. Ils seraient«en mauvaisétat de santé»et auraient subi des mauvais traitements. Certains auraient mêmeététorturés.

Ils faisaient partie d'un groupe de quelque 6 000 réfugiés hmong installés dans le village de Ban Huay Nam Khao, en Thaïlande. Un grand nombre de ces Hmong disent avoir cherchérefuge en Thaïlande pour fuir les persécutions dont ils sont victimes en raison de leurs liens avec la résistance armée contre le gouvernement laotien.

Les autorités thaïlandaises les considèrent comme des immigrés illégaux et les autorités laotiennes estiment qu'ils ne sont pas de nationalitélaotienne. Cette communauté, rejetée par un pays et abandonnée par un autre, demeure dans une situation très précaire.

Bien que les enfants soient détenus au Laos, apparemment dans un village de la province de Bolikhamsay,àl'est de Vientiane, la capitale du pays, les autorités continuent de nier toute responsabilitédans cette affaire. Elles affirmentêtreàla recherche de ces enfants mais ont refuséles propositions d'assistance humanitaire que leur ont faites des agences des Nations unies et des missions internationales pour les aideràles rendreàleurs familles.

Agissez

> en savoir plus


14/11/2006

Tchad/Soudan : Faire cesser les attaques des milices contre les civils

Le sommet ONU-UA doit renforcer la force internationale au Darfour et au TchadL’Union africaine, les Nations unies et plusieurs gouvernements dont le rôle est crucial sur ce dossier doivent immédiatement apporter leur soutien aux forces internationales présentes au Darfour. Ils doivent également augmenter les pressions sur le Soudan pour qu’il mette fin à la spirale des attaques perpétrées par des milices contre les civils au Darfour et au Tchad, a déclaré aujourd'hui Human Rights Watch. Les 16 et 18 novembre prochains, des membres du Conseil de sécurité de l’ONU, des états membres clefs de l’UA et des responsables de l’ONU se rencontreront à Addis-Abeba pour discuter de la détérioration de la situation dans la région et des propositions visant à soutenir la mission de l’UA au Darfour.

> en savoir plus


12/11/2006

Vietnam : Les enfants des rues en danger à l’approche du Sommet de l’APEC

Les rafles de la police à Hanoï conduisent les enfants dans des centres de détention inhumainsLes campagnes de rafles du gouvernement pour débarrasser les rues de Hanoï des « vagabonds » et des « errants » conduisent les enfants des rues dans des centres de détention, où certains sont battus et soumis à d’autres formes de mauvais traitements, a affirmé Human Rights Watch dans un rapport rendu public aujourd’hui.

> en savoir plus


08/11/2006

Pérou : La loi sur les ONG menace les droits humains

Un projet de loi au parlement du Pérou permettant au gouvernement d’interférer avec les activités des organisations non gouvernementales mettrait à mal les protections des droits humains au Pérou, a déclaré Human Rights Watch mardi dans une lettre adressée au président Alan García.

> en savoir plus


07/11/2006

RD Congo : L’audience devant la CPI pourrait ouvrir la voie au premier procès de la Cour

L’accusation doit faire peser plus de charges contre de plus nombreux auteurs de crimesLe procureur de la Cour pénale internationale (CPI) doit faire peser plus de charges contre le chef rebelle congolais, Thomas Lubanga. Il devrait également traduire en justice d’autres personnes responsables des crimes ignobles commis en République Démocratique du Congo (RDC), si la Cour veut que justice soit rendue au peuple congolais, a déclaré aujourd'hui Human Rights Watch.

> en savoir plus


01/11/2006

Affaire Hissein Habré

La Sénégal n’a toujours pas appliqué la décision de l’Union africaine ni les recommandations des Nations UniesAujourd’hui 2 novembre 2006, voilà quatre mois que l’Union africaine a donné mandat au Sénégal de « poursuivre et de faire juger » Hissein Habré et plus de cinq mois que le comité des Nations Unies contre la torture a rendu son rapport invitant le Sénégal à juger ou extrader l’ancien président du Tchad. L’Association des Victimes des Crimes et de la Répression Politique au Tchad (AVCRP) est très préoccupé de constater que le Sénégal n’a pris aucune mesure significative pour appliquer l’une ou l’autre de ces décisions.

> en savoir plus


01/11/2006

Le Sénégal met en place une commission pour organiser le procès de Hissène Habré

L’annonce par le gouvernement du Sénégal de la création d’une commission pour préparer le procès de l’ancien dictateur tchadien Hissène Habré est une étape importante dans la lutte pourla justice, a déclaré aujourd’hui Human Rights Watch.

> en savoir plus


29/10/2006

Afghanistan : L’OTAN devrait agir davantage pour la protection des civils

L’ISAF devrait constituer un fonds de compensation des victimesLes forces de l’OTAN opérant sous le mandat de la Force internationale d’assistance à la sécurité en Afghanistan (ISAF) doivent prendre davantage de précautions pour protéger les civils. Ils doivent également établir un programme qui dédommage les Afghans qui ont perdu des membres de leur famille, sont blessés ou qui subissent des dommages matériels du fait de leurs actions, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui.

> en savoir plus


24/10/2006

RD Congo : Mettre un terme à la violence pré-électorale

Les candidats à la présidence doivent tout mettre en œuvre pour réduire les tensions avant les élections du 29 octobreLes candidats à la présidence en République Démocratique du Congo doivent tout mettre en œuvre pour réduire les tensions et empêcher leurs partisans d’inciter à la violence avant le second tour des élections prévu le 29 octobre, a déclaré aujourd'hui Human Rights Watch. Les campagnes électorales durement menées par les deux adversaires, le Président Joseph Kabila et le vice-président Jean-Pierre Bemba ont mis en évidence les divisions ethniques et accru la violence avant la course aux urnes.

> en savoir plus


23/10/2006

Burundi : Mettre un terme aux exactions du Service de Renseignement

Il faut poursuivre les agents impliqués dans les meurtres, les actes de torture, et les détentions arbitrairesLe gouvernement burundais doit traduire en justice les membres du Service National de Renseignement (SNR) qui sont responsables de graves atteintes aux droits humains, et ce à tous les niveaux de commandement, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd’hui. Au cours de l’année passée, les agents du SNR ont été impliqués dans38 exécutions extrajudiciaires au moins, et dans plus de 200 arrestations arbitraires, dont certaines accompagnées d’actes de torture.

> en savoir plus


17/10/2006

Union Européenne : L’escalade de violence au Darfour exige des sanctions

L’offensive du gouvernement soudanais menace les civilsLes gouvernements européens doivent appliquer des sanctions ciblées en direction du Président Omar El Bashir et d’autres hauts dirigeants soudanais responsables de l’offensive militaire en cours et des exactions commises à l’encontre des civils au Darfour, a déclaré aujourd’hui Human Rights Watch.

> en savoir plus


05/10/2006

?les expulsions collectives d'étrangers sont interdites?

article 4 du protocole n°4 de la Convention européenne des droits de l'Homme

> en savoir plus


05/10/2006

les rapatriés d'Algérie

par Marc Ferro

> en savoir plus


05/10/2006

la liberté d'expression ne se divise pas

quoi que l'on pense de ses écrits, rien ne justifie que Robert Redeker soit l'objet de menaces de mort

> en savoir plus


05/10/2006

10 octobre 2006 : 4ème journée mondiale contre la peine de mort.

en France, il faut une révision de la constitution pour que l'abolition de la peine de mort puisse devenir irrévocable

> en savoir plus


05/10/2006

lettre ouverte aux maires de l'agglomération toulonnaise

à propos de l'application de la loi SRU

> en savoir plus


05/10/2006

Non à la chasse aux enfants sans papiers ! Non au fichage des populations !

appel à un rassemblement sur le carré du port, mardi 10 octobre, à partir de midi

> en savoir plus


05/10/2006

la section de Toulon de la LDH s'adresse aux maires de la communauté d'agglomérations TPM

pour les alerter et leur demander leur point de vue concernant la loi de« prévention de la délinquance »

> en savoir plus


05/10/2006

nous avons un maire ...

... nul besoin d'un shérif !

> en savoir plus


05/10/2006

condamnation du maire de Cogolin : il avait refusé le mariage d'un couple franco-tunisien

la liberté de se marier est un droit fondamental dans la mesure où il ne s'agit pas d'un« mariage de complaisance »

> en savoir plus


05/10/2006

ELOIfiche les sans-papiers afin de faciliter leurELOIgnement

quatre associations demandent au Conseil d'État d'annuler ce nouveau fichier conçu pour recenser les étrangers en situation irrégulière en voie d'expulsion, ainsi que leurs hébergeants et leurs visiteurs en rétention

> en savoir plus


07/09/2006

KENYA: Les veuves qui refusent d’être 'héritées' s’occupent des orphelins

NAIROBI, 6 septembre (PLUSNEWS) - L’orphelinat St Claire, situé dans la ville de Kisumu, dans l’ouest du Kenya, accueille des enfants, mais également des femmes qui ont perdu leur mari, pour certaines des suites du VIH/SIDA, et qui refusent d’être ‘héritées’ par leur beau-frère comme le veut la tradition.

>> Lire la suite


07/09/2006

CONGO: Dolisie, inquiète de son avenir face au sida

DOLISIE, 5 septembre (PLUSNEWS) - Dolisie, dans le département du Niari, dans le sud-ouest du Congo, a abrité cette année les festivités tournantes de l’anniversaire de l’indépendance, des cérémonies qui ont fait venir des centaines de jeunes ouvriers dans cette zone très touchée par le VIH, privée de tout centre de dépistage et de traitement.

>> Lire la suite


04/09/2006

Uni(e)s contre une immigration jetable

La nouvelle réforme du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA) conduit à une négation radicale des droits fondamentaux de la personne. Elle restreint encore plus radicalement le droit au séjour pour les familles, les conjoints, les enfants, de toutes celles et ceux qui construisent leur vie en France. Elle entérine la quasi-disparition de cet outil d’« intégration » qu’était la carte de résident. Elle s’attaque au séjour des malades étrangers.

>> Lire la suite


01/09/2006

ONG Chrétienne de Défense des Droits humains

Maître Ursoel MAYUMBU, exilé politique actuellement aux USA et les autres frères dans le Seigneur recherchent des frères et soeurs engagés pour lancer très rapidement une ONG Chrétienne Interantionale pour défendre les droits des Chrétiens et apporter l’appui technique aux activités de développement des églises.

>> Lire la suite


31/08/2006

LA PROTECTION DE L’ENFANT A NAITRE PAR LE CODE PENAL CONGOLAIS

La Convention relative aux droits de l’enfant dispose dans son préambule que « l’enfant, en raison de son manque de maturité physique et intellectuelle, a besoin d’une protection spéciale et de soins spéciaux, notamment d’une protection juridique appropriée, avant comme après la naissance ».

>> Lire la suite


24/08/2006

Pas de zéro de conduite pour les enfants de trois ans

Appel en réponse à l'expertise INSERM surle trouble des conduites chez l'enfant [1].

Pour signer la pétition.


Le gouvernement prépare actuellement un plan de prévention de la délinquance qui prône notamment une détection très précoce des « troubles comportementaux » chez l'enfant, censés annoncer un parcours vers la délinquance. Dans ce contexte la récente expertise de l'INSERM, qui préconise le dépistage du « trouble des conduites » chez l'enfant dès le plus jeune âge, prend un relief tout particulier.

Les professionnels sont invités à repérer des facteurs de risque prénataux et périnataux, génétiques, environnementaux et liés au tempérament et à la personnalité. Pour exemple sont évoqués à propos de jeunes enfants« des traits de caractère tels que la froideur affective, la tendance à la manipulation, le cynisme »et la notion« d'héritabilité(génétique)du trouble des conduites ». Le rapport insiste sur le dépistage à 36 mois des signes suivants :« indocilité, hétéroagressivité, faible contrôle émotionnel, impulsivité, indice de moralité bas », etc. Faudra-t-il aller dénicher à la crèche les voleurs de cubes ou les babilleurs mythomanes ?

Devant ces symptômes, les enfants dépistés seraient soumis à une batterie de tests élaborés sur la base des théories de neuropsychologie comportementaliste qui permettent de repérer toute déviance à une norme établie selon les critères de la littérature scientifique anglo-saxonne. Avec une telle approche déterministe et suivant un implacable principe de linéarité, le moindre geste, les premières bêtises d'enfant risquent d'être interprétés comme l'expression d'une personnalité pathologique qu'il conviendrait de neutraliser au plus vite par une série de mesures associant rééducation et psychothérapie. A partir de six ans, l'administration de médicaments, psychostimulants et thymorégulateurs devrait permettre de venir à bout des plus récalcitrants. L'application de ces recommandations n'engendrera-t-elle pas un formatage des comportements des enfants, n'induira-t-elle pas une forme de toxicomanie infantile, sans parler de l'encombrement des structures de soin chargées de traiter toutes les sociopathies ? L'expertise de l'INSERM, en médicalisant à l'extrême des phénomènes d'ordre éducatif, psychologique et social, entretient la confusion entre malaise social et souffrance psychique, voire maladie héréditaire.

En stigmatisant comme pathologique toute manifestation vive d'opposition inhérente au développement psychique de l'enfant, en isolant les symptômes de leur signification dans le parcours de chacun, en les considérant comme facteurs prédictifs de délinquance, l'abord du développement singulier de l'être humain est nié et la pensée soignante robotisée.Au contraire, plutôt que de tenter le dressage ou le rabotage des comportements, il convient de reconnaître la souffrance psychique de certains enfants à travers leur subjectivité naissante et de leur permettre de bénéficier d'une palette thérapeutique la plus variée. Pour autant, tous les enfants n'en relèvent pas et les réponses aux problèmes de comportement se situent bien souvent dans le domaine éducatif, pédagogique ou social.

Cette expertise INSERM intervient précisément au moment où plusieurs rapports sont rendus publics au sujet de la prévention de la délinquance. On y lit notamment des propositions visant à dépister dès les trois premières années de leur vie les enfants dont l'« instabilité émotionnelle (impulsivité, intolérance aux frustrations, non maîtrise de notre langue)(va)engendrer cette violence et venir alimenter les faits de délinquance ». On assiste dès lors, sous couvert de « caution scientifique », à la tentative d'instrumentalisation des pratiques de soins dans le champ pédopsychiatrique à des fins de sécurité et d'ordre public. Le risque de dérive est patent : la détection systématique d'enfants « agités » dans les crèches, les écoles maternelles, au prétexte d'endiguer leur délinquance future, pourrait transformer ces établissements de lieux d'accueil ou d'éducation en lieux de traque aux yeux des parents, mettant en péril leur vocation sociale et le concept-même de prévention.

Professionnels, parents, citoyens, dans le champ de la santé, de l'enfance, de l'éducation, etc. :

  • Nous nous élevonscontre les risques de dérives des pratiques de soins, notamment psychiques, vers des fins normatives et de contrôle social.
  • Nous refusonsla médicalisation ou la psychiatrisation de toute manifestation de mal-être social.
  • Nous nous engageonsà préserver dans nos pratiques professionnelles et sociales la pluralité des approches dans les domaines médical, psychologique, social, éducatif... vis-à-vis des difficultés des enfants en prenant en compte la singularité de chacun au sein de son environnement.
  • Nous en appelonsà un débat démocratique sur la prévention, la protection et les soins prodigués aux enfants, dans un esprit de clarté quant aux fonctions des divers acteurs du champ social (santé, éducation, justice...) et quant aux interrelations entre ces acteurs.

Appel à l'initiative des premiers signataires suivants:

Dr Christine Bellas-Cabane(pédiatre, présidente du syndicat national des médecins de PMI),Dr François Bourdillon(président de la société française de santé publique),Dr Marie-Laure Cadart(médecin, anthropologue, syndicat national des médecins de PMI),Michèle Clément(secrétaire générale du syndicat national des psychologues),Dr Yvonne Coinçon(pédopsychiatre, association des psychiatres de secteur infanto-juvénile),Jean-François Cottes(psychologue clinicien, psychanalyste, InterCoPsychos, Institut de Jeunes Sourds de Clermont-Ferrand),Pr Boris Cyrulnik(neuropsychiatre et éthologue),Pr Pierre Delion(chef de service de pédopsychiatrie au CHU de Lille),Danièle Delouvin(psychologue, présidente d'A.NA.PSY.p.e. - association nationale des psychologues pour la petite enfance),Dr Michel Dugnat(pédopsychiatre, unité parents-bébés hôpital de Montfavet),Dr Marie-Thérèse Fritz(pédiatre, syndicat national des médecins de PMI),Sylviane Giampino(psychanalyste, psychologue petite enfance, fondatrice d'A.NA.PSY.p.e.),Pr Bernard Golse(chef de service de pédopsychiatrie CHU Necker-enfants malades, professeur Université Paris V),Pr Roland Gori(psychanalyste, professeur d'université),Pr Catherine Graindorge(chef de service de pédopsychiatrie Fondation Vallée, professeur Université Paris XI),Pr Philippe Gutton(pédopsychiatre, professeur des universités),Alberto Konicheckis(maître de conférences en psychologie clinique, Université de Provence),Dr Evelyne Lenoble(pédopsychiatre, hôpital Sainte-Anne),Pr Roger Misès(professeur émérite de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, Université Paris XI),Pr Martine Myquel(présidente de la société française de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent et des disciplines associées),Gérard Neyrand(professeur de sociologie Université Toulouse III),Dr Pierre Paresys(Union syndicale de la psychiatrie),Danielle Rapoport(psychologue clinicienne, association Bien-traitance formation),Elisabeth Roudinesco(historienne, directrice de recherches Université Paris VII),Dr Pierre Staël(président du syndicat des psychiatres français),Dr Pierre Suesser(pédiatre, syndicat national des médecins de PMI).

Pour signer la pétition

Robert Doisneau - 18.4 ko

Robert Doisneau

Ah, enfin ! À l'instar des Etats-Unis, la France s'attaque sérieusement aux mômes présentant des?troubles de conduite?- un syndrome défini selon l'inénarrable Inserm"par la répétition et la persistance de conduites au travers desquelles sont bafoués les droits fondamentaux d'autrui et les règles sociales"et s'exprimant par"une palette de comportements très divers"qui vont"des crises de colère et de désobéissance répétées de l'enfant difficile aux agressions graves comme le viol, les coups et blessures et le vol du délinquant".

Enfin ! Dès leurs 36 mois, on va entreprendre le dépistage systématique de ces 9% de petits salopards (2 à 3 gamins par classe) défigurant ce monde d'anges qu'est le nôtre. Attends un peu, on va te les chimiothérapiser, te les trépaner... Te les...

Si vous êtes à court d'idées, spécialistes qui allez vous empresser de dresser le catalogue des actions thérapeutiques possibles, j'ai un bon bouquin pour vous, déjà évoqué dans ce blog. Une étude qu'un de vos éminents collègues, correspondant de l'Académie des Sciences, membre associé de l'Académie de Médecine, Commandeur de la Légion d'Honneur (pas n'importe qui, donc), le docteurDémétrius Zambaco, a publié en 1882 dans L'Encéphale, la très sérieuse revue?des maladies mentales et nerveuses?.

Cette étude est intituléeOnanisme avec troubles nerveux chez deux petites filles[2]. Sa lecture vous fera gagner du temps. Votre précurseur de collègue a tout testé pour vous :?Je ne dirai que deux mots des moyens thérapeutiques employés chez ces petites filles : les médicaments ont été de nul effet, ni les calmants ni les toniques n'ont eu de succès. Les douches, les bains chauds n'ont pu non plus amener le calme. Le traitement moral est resté aussi inefficace. Les conseils, les prières, les caresses, l'intimidation, les punitions les plus cruelles, la religion avec ses menaces et ses promesses, rien n'a pu empêcher ces pauvres enfants de se livrer à leurs funestes effets !La ceinture pubienne, la camisole de force, les sangles, les entraves, la surveillance la plus assidue n'ont eu pour effet que de faire inventer des moyens nouveaux puisés dans la ruse et le raffinement. Seule la cautérisation au fer rouge a donné des résultats satisfaisants.?

[Extrait du blog deThierry Le Nain.]

[1]Contact:contact@pasde0deconduite.ras.eu.org.

[2] ISBN 2-85376-010-3, éditions Solin.

> en savoir plus


24/08/2006

les égarements d'Alain Finkielkraut

Vous trouverez ci-dessous la traduction française des questions adressées au philosophe et de ses réponses telles qu'elles figurent dans le reportage de 6 pages du supplément hebdomadaire de Haaretz daté du 18 novembre 2005. En revanche les commentaires des journalistes [1] n'ont pas été repris. [2]

Ce texte a été traduit de l'hébreu au français par Michel Warschawski et Michèle Sibony [3].

Tous les passages en italique, y compris les intertitres, sont des traducteurs.

A la suite de la publication de cette interview, le Mrap avait décidé de porter plainte contre Alain Finkielkraut pour incitation et provocation à la haine raciale.

Vendredi midi, le philosophe présentait ses excuses. Vendredi soir, le MRAP retirait sa plainte.

[Première publication : vendredi 25 novembre 2005,

mise à jour : samedi 26 novembre 2005.]

Ils ne sont pas malheureux, ils sont musulmans [4]

Le philosophe juif Alain Finkelkraut, l'un des plus célèbres intellectuels francais et porte drapeau de la guerre contre le nouvel antisémitisme ne veut pas entendre parler maintenant de racisme français, de pauvreté et d'exclusion. Qu'on le laisse tranquille avec ce discours mensonger. De son point de vue tout est clair, malgré tout ce que la France a fait pour eux les fils d'immigrés islamiques la haïssent. C'est comme çà dans leur culture. Et les belles âmes bourgeoises et les écoles ramollies les encouragent. Et la France s'en va au diable.

Premier épisode : les émeutes en France

Question : Dans la presse française les émeutes dans les banlieues sont perçues surtout comme un problème économique, une réaction violente à une situation de pauvreté dure et de discrimination, alors qu'en Israël on a plutôt tendance à penser que l'origine de cette violence est religieuse ou du moins ethnique. C'est-à-dire à voir en elle un élément du combat islamique. Comment vous situez-vous par rapport à ces différentes positions ?

Réponse : En France on voudrait bien réduire les émeutes à leur niveau social. Voir en elles une révolte de jeunes des banlieues contre leur situation, la discrimination dont ils souffrent et contre le chômage. Le problème est que la plupart de ces jeunes sont noirs ou arabes et s'identifient à l'Islam. Il y a en effet en France d'autres émigrants en situation difficile, chinois, vietnamiens portugais, et ils ne participent pas aux émeutes. Il est donc clair qu'il s'agit d'une révolte à caractère ethnico-religieux.

Q. Et d'où vient-elle ? Est ce une réponse des Arabes et des Noirs au racisme dont ils sont victimes ?

R. Je ne le pense pas, parce que cette violence a été précédée de signes annonciateurs très préoccupants que l'on ne peut réduire à une simple réaction au racisme français. Prenons par exemple les événements qui ont accompagné il y a quelques années le match de football France-Algérie, ce match s'est déroulé à Paris au stade de France, on nous dit que l'équipe de France est adorée par tous parce qu'elle est « black, blanc, beur », en fait aujourd'hui elle est « black, black, black », ce qui fait ricaner toute l'Europe. Si on fait une telle remarque en France on va en prison mais c'est quand même intéressant que l'équipe de France de football soit composée presque uniquement de joueurs noirs. Quoiqu'il en soit cette Equipe est perçue comme le symbole d'une société multi-ethnique, ouverte etc.... Le public dans le stade, des jeunes d'origine algérienne, ont hué pendant tout le match cette même équipe. Ils ont même hué la Marseillaise et le match a dû être interrompu quandles jeunes ont envahi le terrain avec des drapeaux algériens.

Et il y a aussi les paroles des chansons de rap, des paroles très préoccupantes, de véritables appels à la révolte, je crois qu'il y en a un qui s'appelle docteur R qui chante « je pisse sur la France je pisse sur de Gaulle » etc. Ce sont des déclarations très violentes de haine de la France.

Toute cette haine et cette violence s'expriment maintenant dans les émeutes, y voir une réponse au racisme français c'est être aveugle à une haine plus large : la haine de l'Occident qui est responsable de tous les crimes. La France découvre cela aujourd'hui.

Q. Cela signifie d'après vous que ces émeutes ne sont pas orientées contre la France mais contre tout l'Occident ?

R. Non, elles sont orientées contre la France, comme ancienne puissance coloniale, contre la France, pays européen. Contre la France avec sa tradition chrétienne, ou judéo-chrétienne.

Q. Est ce que vous pensez que la source de cette haine envers l'Occident parmi les français qui participent à ces émeutes est dans la religion, dans l'islam ?

R. Sur ce sujet il faut être clair, c'est une question très difficile et il faut essayer de garder un langage de vérité. On a tendance à avoir peur du langage de vérité, pour des raisons « nobles ». On préfère dire « les jeunes » que « noirs » ou « arabes ». Mais on ne peut sacrifier la vérité quelles que soient les nobles raisons. Il faut bien entendu éviter les généralisations : il ne s'agit pas de tous les noirs et de tous les arabes, mais d'une partie des noirs et des arabes. Et évidemment la religion, non pas comme religion, mais comme ancre d'identité joue un rôle. La religion telle qu'elle apparaît sur Internet et les chaînes de télévision arabes, sert d'ancre d'identification pour certains de ces jeunes. Contrairement à d'autres, moi je n'ai pas parlé d'Intifada des banlieues, et je ne pense pas qu'il faille utiliser ce terme. J'ai pourtant découvert qu'eux aussi envoyaient en première ligne de la lutte les plus jeunes, et vous, en Israël, vous connaissez çà, on envoie devant les plus jeunes parce qu'on ne peut pas les mettre en prison lorsqu'ils sont arrêtés. Quoi qu'il en soit ici il n'y a pas d'attentats et on se trouve à une autre étape : je pense qu'il s'agit de l'étape du pogrom anti-républicain. Il y a des gens en France qui haïssent la France comme République.

Q. Mais alors pourquoi ? Pour quelle raison ?

R Pourquoi est ce que le monde arabo-musulman en partie du moins a déclaré la guerre à l'Occident ? La République est la version française de l'Europe. Eux et ceux qui les justifient disent que cela provient de la fracture coloniale. D'accord, mais il ne faut pas oublier que l'intégration des travailleurs arabes en France à l'époque du pouvoir colonial était beaucoup plus simple. C'est-à-dire que c'est une haine à retardement, une haine a posteriori. Nous sommes témoins d'une radicalisation islamique qu'il faut expliquer dans sa totalité avant d'arriver au cas français, d'une culture qui au lieu de s'occuper de ses propres problèmes recherche un coupable extérieur. Il est plus simple de trouver un coupable extérieur. Il est séduisant de se dire qu'en France tu es exclu et « Donnez-moi ! Donnez-moi ! »

Ca n'a jamais marché comme cela pour personne et çà ne peut pas marcher.

Second épisode : l'école en France et des bienfaits du colonialisme

Aux Etats Unis également nous sommes témoins de l'islamisation des noirs. C'est Lewis Farakhan en Amérique qui le premier a dit que les juifs ont joué un rôle central dans l'esclavagisme. Et le principal porte-parole de cette théologie en France aujourd'hui c'est Dieudonné, c'est lui qui est aujourd'hui le vrai patron de l'antisémitisme en France, et non le Front national. Mais en France au lieu de combattre son discours on fait précisément ce qu'il demande : on change l'enseignement de l'histoire coloniale et de l'histoire de l'esclavage dans les écoles. On y enseigne aujourd'hui l'histoire coloniale comme une histoire uniquement négative. On n'enseigne plus que le projet colonial voulait aussi éduquer, apporter la civilisation aux sauvages. On ne parle que des tentatives d'exploitation, de domination, et de pillage. Mais en fait qu'est ce que veut Dieudonné ? Il exige une « shoah » et pour les arabes et pour les noirs, mais si l'on met la shoah et l'esclavage sur le même plan alors on est obligé de mentir, car ce n'était pas une shoah. Et ce n'était pas un crime contre l'humanité parce que ce n'était pas seulement un crime. C'était quelque chose d'ambivalent. Ainsi en est-il également de l'esclavage. Il a commencé bien avant l'Occident. En fait, la spécificité de l'Occident pour tout ce qui concerne l'esclavage c'est justement tout ce qui concerne son abolition. L'abolition de l'esclavage est une question européenne et américaine. Cette vérité-là sur l'esclavage il est maintenant interdit de l'enseigner dans les écoles.

C'est pourquoi tous ces événements-là m'attristent beaucoup : non pas parce qu'ils se sont produits, après tout il fallait être aveugle et sourd pour ne pas voir qu'ils auraient lieu, mais à cause des explications qui les accompagnent. Elles sont un coup mortel à la France que j'ai aimée, et j'ai toujours dit que la vie deviendrait impossible pour les juifs de France quand la francophobie vaincrait, et c'est ce qui va se passer. Ce que j'ai dit maintenant les juifs le comprennent. Tout d'un coup ils regardent autour d'eux et voient tous les « bobos » qui chantent des louanges aux nouveaux « damnés de la terre » et se disent : qu'est ce que c'est que ce pays, que lui est-il arrivé ?

Q. Puisqu'il s'agit selon vous d'une offensive islamique, comment expliquez vous que lors des derniers événements les juifs n'ont pas été attaqués ?

R. Premièrement on dit qu'une synagogue a été attaquée. Mais je pense que ce qu'on a vécu c'est un pogrom anti-républicain. On nous dit que ces quartiers sont délaissés et que les gens sont dans la misère. Quel lien y a-t-il entre la misère et le désespoir et brûler des écoles ? Je pense qu'aucun juif ne ferait jamais çà. Ce qui unit les juifs - laïques, religieux, de la Paix Maintenant ou partisans du grand Israël - c'est un mot, le mot schule (lieu d'étude) [5] c'est ce qui nous unit tous comme juifs. Et j'ai été tout simplement scandalisé de ces actes qui se sont répétés et encore plus scandalisé par la compréhension qu'ils ont rencontré en France. On les a traités comme des révoltés comme des révolutionnaires. C'est la pire des choses qui pouvait arriver à mon pays et je suis très malheureux. Pourquoi ? Parce que le seul moyen de surmonter c'est de les obliger à avoir honte. La honte c'est le début de la morale. Mais au lieu de les pousser à avoir honte, on leur a donné une légitimité : ils sont « intéressants ». Ils sont « les damnés de la terre ». Imaginez un instant qu'ils soient blancs comme à Rostock en Allemagne on dirait immédiatement : le fascisme ne passera pas. Un Arabe qui incendie une école c'est une révolte, un blanc c'est du fascisme. Je suis daltonien : le mal est le mal, peu importe sa couleur. Et ce mal là pour le juif que je suis est totalement inacceptable.

Pire, il y a là une contradiction, car si effectivement ces banlieues étaient dans une situation de délaissement total, il n'y aurait pas de salles de sport à incendier, il n'y aurait pas d'écoles et d'autobus. S'il y a des gymnases des écoles et des autobus, c'est que quelqu'un a fait un effort. Peut-être insuffisant mais un effort quand même.

Q. Mais pourtant le taux de chômage dans les banlieues est insupportable, près de 40% des jeunes entre 15 et 25 ans n'ont aucune chance de trouver un travail ?

R. Revenons un moment à la schule. Lorsque les parents t'envoient à l'école, est-ce que c'est pour trouver un travail ? Moi on m'a envoyé à l'école pour apprendre. La culture et l'éducation ont une justification en elles même. Tu vas à l'école pour apprendre, c'est ça le but de l'école. Et ces gens qui détruisent des écoles, que disent-ils en fait ? Leur message n'est pas un appel à l'aide ou une exigence de plus d'écoles ou de meilleures écoles, c'est la volonté de liquider les intermédiaires entre eux et les objets de leurs désirs. Et quels sont les objets de leurs désirs c'est simple : l'argent, les marques, et parfois des filles. C'est pourquoi il est certain que notre société a sa responsabilité, parce qu'ils veulent tout maintenant et ce qu'ils veulent c'est l'idéal de la société de consommation. C'est ce qu'ils voient à la télévision.

Troisième épisode : Non à l'antiracisme

« Je suis né à Paris et suis le fils d'immigrants polonais, mon père a été déporté de France, ses parents ont été déportés et assassinés à Auschwitz, mon père est rentré d'Auschwitz en France. Ce pays mérite notre haine. Ce qu'il a fait à mes parents était beaucoup plus brutal que ce qu'il a fait aux Africains. Qu'a-t-il fait aux Africains ? Il n'a fait que du bien. Mon père, il lui a fait vivre l'enfer pendant cinq ans. Et on ne m'a jamais enseigné la haine. Aujourd'hui la haine des noirs est encore plus forte que celle des arabes.

Q. Mais justement vous qui combattez le racisme antijuif affirmez vous que la discrimination et le racisme dont parlent ces jeunes n'existent pas en réalité ?

R. Bien sûr qu'il y a une discrimination. Et il y a certainement des Français racistes. Des Français qui n'aiment pas les arabes et les noirs. Et ils les aimeront encore moins maintenant quand ils prendront conscience de combien eux-même les haïssent. C'est pourquoi cette discrimination va s'approfondir pour tout ce qui concerne le logement et aussi le travail.

Imaginez que vous gérez tous deux un restaurant et vous êtes antiracistes, vous pensez que tous les hommes sont égaux et en plus vous êtes juifs, c'est-à-dire que pour vous parler d'inégalité entre les races pose problème ; imaginez qu'un jeune des banlieues vienne demander un emploi de serveur, il a l'accent des banlieues, vous ne l'engagerez pas, c'est très simple. Vous ne l'engagerez pas parce que c'est impossible. Il doit vous représenter, et ceci exige de la discipline de la politesse et une manière de parler. Et moi je peux vous dire que même des Français blancs qui copient aujourd'hui les codes de conduite des banlieues, et cela existe, se heurteront au même problème exactement. La seule manière de lutter conte la discrimination est de revenir aux exigences, une éducation sévère, c'est le seul moyen. Mais cela aussi il est interditde le dire. Je ne le peux pas. Ce sont des choses du bon sens auxquelles on préfère le mythe du « racisme français ». Ce n'est pas juste. Nous vivons aujourd'hui dans un environnement de « guerre permanente contre le racisme », et il faut étudier la nature de cet antiracisme. Tout à l'heure j'ai entendu à la radio quelqu'un qui s'opposait à la décision du ministre de l'intérieur Sarkozy d'expulser quiconque n'a pas la citoyenneté française, a participé aux émeutes, et a été arrêté. Et qu'a-t-il dit ? Qu'il s'agissait d'une « épuration ethnique ». J'ai combattu pendant la guerre de Yougoslavie contre l'épuration ethnique des musulmans en Bosnie. Aucune organisation musulmane française ne s'est jointe à nous, ils ne se sont réveillés que pour soutenir les Palestiniens. Et maintenant on parle d'épuration ethnique ? Il n'y a pas eu un seul mort pendant ces émeutes, en fait si, il y en a eu deux mais c'était un accident. On ne les poursuivait pas mais ils se sont enfuis et cachésdans un transformateur électrique malgré les panneaux d'avertissement qui étaient énormes.

Mais je pense que l'idée généreuse de guerre contre le racisme se transforme petit à petit monstrueusement en une idéologie mensongère. L'antiracisme sera au vingt et unième siècle ce qu'a été le communisme au vingtième. Aujourd'hui les juifs sont attaqués au nom du discours antiraciste : la barrière de séparation, « sionisme égal racisme », la même chose en France. Il faut se garder de l'idéologie de l'antiracisme. Bien sûr il y a un problème de discrimination, il y a un réflexe xénophobe c'est vrai, mais présenter les événements comme une réaction au racisme est tout à fait mensonger, tout à fait mensonger.

Q. Que pensez-vous des moyens qu'utilise le gouvernement français pour mettre fin à la violence, l'état d'urgence, le couvre feu ?

R. Mais c'est tellement normal ! Ce que nous avons vécu est terrible. Il faut comprendre que ceux qui ont le moins de pouvoir dans la société sont les autorités, les gouvernants. C'est vrai ils sont responsables du maintien de l'ordre, et c'est important parce que sans eux il y aurait eu une autodéfense, et les gens auraient tiré. Alors ils maintiennent l'ordre et font cela avec une prudence extraordinaire, il faut les saluer pour cela. En mai 68, il y avait un mouvement tout à fait innocent comparé à celui d'aujourd'hui et il y a eu une violence policière. Ici on jette des cocktails Molotov et on tire à balles réelles. Et il n'y a eu aucun cas de violence policière [6]. Il n'y a aucun précédent. Comment maintenir l'ordre ? Par des moyens dictés par le bon sens - soit dit en passant, 73 % des Français soutiennent d'après une enquête du journal Le Parisien. Mais je pense qu'il est trop tard pour provoquer chez eux la honte, parce que, à la télévision, à la radio et dans les journaux, ou du moins dans la plupart d'entre eux, on présente aux émeutiers un miroir embellissant. Ce sont des gens « intéressants », on flatte leur souffrance et on comprend leur désespoir. En plus il y a la grande perversion du spectacle. On brûle des voitures pour qu'on puisse le voir àla télévision, cela leur permet de se sentir « importants » de sentir qu'ils vivent dans un quartier important, cette course après le spectacle doit être analysée, elle produit des effets tout à fait pervers. Et la perversion du spectacle est accompagnée de commentaires tout à fait pervers.

Si cela ne leur plaît pas, qu'ils rentrent chez eux !

On dit que le modèle républicain s'est effondré dans ces émeutes. Mais le modèle multiculturel ne va pas mieux. Ni en Hollande ni en Angleterre. A Bradford et à Birmingham aussi ont eu lieu des émeutes sur fond racial. Deuxièmement l'école républicaine, le symbole du modèle républicain n'existe plus depuis longtemps. Je connais l'école républicaine, j'y ai étudié. C'était une institution avec des exigences sévères, austère, assez antipathique, qui avait construit de hautes murailles pour se protéger du bruit de l'extérieur.

Trente années de réformes stupides ont changé ce paysage. L'école républicaine a été remplacée par « la communauté éducative », horizontale et non verticale, on a révisé à la baisse les programmes scolaires, le bruit de l'extérieur est entré, la société est rentrée dans l'école. Ce qui signifie que ce que nous voyons aujourd'hui c'est en fait l'échec du modèle post-républicain « sympa ». Le problème avec ce modèle c'est qu'il se nourrit de ses propres échecs : chaque fiasco est une raison pour le rendre encore plus extrême. L'école sera encore plus « sympa ». En fait, face à ce que nous voyons, le minimum de ce que nous devons exiger c'est la sévérité et plus d'exigence. Sinon on aura bientôt des « cours de délinquance ».

Ceci est une évolution caractéristique de la démocratie. La démocratie comme processus ainsi que l'a bien montrer Tocqueville, ne supporte pas l'horizontalité. En démocratie il est difficile de supporter des espaces non démocratiques. Tout doit être démocratique dans la démocratie. Mais l'école ne peut pas être ainsi. Elle ne le peut pas. L'asymétrie saute pourtant aux yeux : entre celui sait et celui qui ne sait pas, entre celui qui apporte avec lui un monde, et celui qui est nouveau dans ce monde. Le processus démocratique a provoqué une délégitimité de cette asymétrie. C'est un phénomène général dans le monde occidental, mais en France il prend une forme plus pathétique, parce que l'une des caractéristiques de la France était son éducation sévère. La France a été construite autour de son école.

Q. Beaucoup de jeunes disent que le problème est qu'ils ne se sentent pas Français, que la France ne les traite pas comme des Français.

R. Le problème est qu'il faut qu'ils se considèrent eux même comme Français. Si les immigrants disent : « les Français » quand ils parlent des blancs, alors on est perdus. Si leur identité se trouve ailleurs et ils sont en France par intérêt alors on est perdus. Je dois reconnaître que les juifs aussi commencent à utiliser cette expression, je les entends dire « les Français » et je ne peux pas supporter ça. Je leur dis « si pour vous la France n'est qu'une question d'intérêt et votre identité est le judaïsme alors soyez cohérents avec vous-même : vous avez Israël ». C'est effectivement un grand problème : nous vivons dans une société post-nationale dans laquelle pour tout le monde l'Etat n'est qu'une question d'intérêt, une grande compagnie d'assurance, il s'agit là d'une évolution très grave.

Mais s'ils ont une carte d'identité française, ils sont Français et, s'ils n'en ont pas, ils ont le droit de s'en aller. Ils disent : « Je ne suis pas Français, je vis en France, et en plus ma situation économique est difficile. » Personne ne les retient de force ici, et c'est précisément là que se trouve le début du mensonge. Parce que s'ils étaient victimes de l'exclusion et de la pauvreté ils iraient ailleurs. Mais ils savent très bien que partout ailleurs, et en particulier dans les pays d'où ils viennent, leur situation serait encore plus difficile pour tout ce qui concerne leurs droits et leurs chances.

Q. Mais le problème aujourd'hui est l'intégration dans la société française de jeunes gens et de jeunes filles de la troisième génération, et non d'une vague de nouveaux immigrants. Ils sont nés en France et ils n'ont nulle part ailleurs où aller.

R. Ce sentiment qu'ils ne sont pas Français, ce n'est pas l'école qui le leur donne ; Il y a ici des écoles partout. En France, comme vous le savez peut-être, on inscrit les enfants dans les écoles, même s'ils se trouvent illégalement dans le pays. Il y a ici quelque chose de surprenant de paradoxal. L'école pourrait très bien appeler la police puisque l'enfant se trouve en France illégalement, et malgré tout l'école ne prend pas en considération leur illégalité.

Il y a des écoles là-bas, et il y a des ordinateurs partout. C'est là que vient le moment où il faut faire un effort, et ceux qui font les émeutes ne sont pas prêts à faire cet effort. Jamais.

Prenez par exemple la langue, vous dites qu'ils sont d'une troisième génération, alors pourquoi est-ce qu'ils parlent le français comme ils le parlent. C'est un français égorgé, l'accent, les mots, la grammaire. C'est à cause de l'école ? A cause des profs ?

Q. Puisque les Arabes et les Noirs apparemment n'ont pas l'intention de quitter la France, comment pensez-vous traiter le problème ?

R. Ce problème est le problème de tous les pays européens. En Hollande, on est confronté à ce problème depuis l'assassinat de Théo Van Gogh. La question n'est pas quel est le meilleur modèle d'intégration, mais la possibilité même d'une intégration pour des gens qui vous haïssent.

Q. Et que va-t-il se passer en France ?

R. Je ne sais pas, je suis désespéré. A cause des émeutes et à cause de leur accompagnement médiatique. Ils vont se calmer, mais qu'est ce que çà veut dire ? Ce ne sera pas un retour au calme. Ce sera un retour à la violence habituelle. Alors ils vont arrêter parce qu'il y a tout de même un couvre-feu, et les étrangers ont peur, et les dealers veulent reprendre les affaires. Mais ils jouiront du soutien et de l'encouragement à leur violence antirépublicaine, par le biais du discours repoussant de l'autocritique sur leur esclavage et le colonialisme. C'est cela, ce n'est pas un retour au calme mais à la violence de routine.

Q. Alors votre conception du monde n'a aucune chance ?

R. Non. J'ai perdu. Pour tout ce qui concerne la lutte sur l'école, j'ai perdu. C'est intéressant, parce que quand je parle comme je parle beaucoup de gens sont d'accord avec moi. Beaucoup. Mais il y a quelque chose en France, une espèce de déni qui provient des « bobos » des sociologues et des assistants sociaux, et personne n'a le courage de dire autre chose. Ce combat est perdu, je suis resté en arrière.

Propos recueillis par Dror Mishani et Aurélia Samothraiz.Traduction française : Michel Warschawski et Michèle Sibony.

Le Mrap porte plainte contre Finkielkraut pour incitation à la haine raciale

AFP 23.11.05 | 21h15

Le Mrap a décidé de porter plainte contre le philosophe Alain Finkielkraut pour incitation et provocation à la haine raciale après des propos sur la crise des banlieues publiés dans le quotidien israélien Haaretz, a déclaré mercredi son secrétaire général Mouloud Aounit.

"Nous allons saisir la justice pour incitation et provocation à la haine raciale et demander au Conseil supérieur de l'audiovisuel son retrait de France Culture, chaîne publique", a dit M. Aounit.Selon le responsable du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples, l'entretien publié le 18 novembre par Haaretz est"un texte d'une violence raciste inouïe, qui se fait le porte-voix des clichés du Front national et participe à mettre sur le terrain ethnique et religieux cette insurrection sociale de Français qu'il nomme noirs ou arabes".

"C'est l'aboutissement d'une bascule idéologique", a ajouté M. Aounit, rappelant que M. Finkielkraut avait notamment participé à l'appel contre des"ratonnades anti-blancs"en mars après les violences en marge de manifestations lycéennes. Dans cet entretien, M. Finkielkraut avait estimé que la crise des banlieues était"une révolte à caractère ethnico-religieux"."En France, on voudrait bien réduire les émeutes à leur niveau social. Voir en elles une révolte de jeunes de banlieues contre leur situation, la discrimination dont ils souffrent et contre le chômage. Le problème est que la plupart de ces jeunes sont noirs ou arabes et s'identifient à l'islam", avait-il ajouté, soulignant qu'il y a d'autres"émigrants en situation difficile, chinois, vietnamiens, portugais, qui eux ne participent pas aux émeutes"."On nous dit que l'équipe de France est adorée par tous parce qu'elle est« black, blanc, beur »,en fait aujourd'hui elle est« black, black, black »ce qui fait ricaner toute l'Europe", avait-il encore dit.

"Un arabe qui incendie une école, c'est une révolte, un blanc c'est du fascisme", ajoutait-il."Bien sûr qu'il ya une discrimination, et il y a certainement des Français racistes, des Français qui n'aiment pas les arabes et les noirs et ils les aimeront encore moins maintenant quand ils prendront conscience de la haine qu'ils leur vouent (...) L'idée généreuse de guerre contre le racisme se transforme petit à petit monstrueusement en une idéologie mensongère. L'antiracisme sera au 21ème siècle ce qu'a été le communisme au 20e".

Dernière minute

Le philosophe Alain Finkielkraut contre lequel le Mrap a décidé de porter plainte pour incitation et provocation à la haine raciale après des propos publiés dans le quotidien israélienHaaretz, a présenté ses «excuses» vendredi, déclarant avoir été «victime d'amalgames».

«Je présente des excuses à ceux que ce personnage que je ne suis pas a blessé (...). La leçon, c'est qu'en effet je ne dois plus donner d'interview, notamment à des journaux dont je ne contrôle pas ou je ne peux pas contrôler le destin ou la traduction», a déclaré Alain Finkielkraut sur Europe-1.

«Je n'ai en moi aucun mépris ou de haine à l'égard de quelque collectivité que ce soit. Je me sens solidaire par vocation des nouveaux immigrés en France et notamment des immigrés de la deuxième ou troisième génération», a-t-il ajouté [7]

Le Mrap a finalement renoncé à porter plainte contre Alain Finkielkraut.

Aux dernières nouvelles, Alain Finkielkraut envisagerait de se reconvertir ( © Dominique Hasselmann ) - 15.3 ko

Aux dernières nouvelles, Alain Finkielkraut envisagerait de se reconvertir ( © Dominique Hasselmann )

[1]Les réponses de Finkielkraut ont visiblement étonné les journalistes qui l'ont interrogé àParis. Ils signalent que« pourtant elles n'émanent pas du Front national mais de la bouche d'un philosophe qu'on considérait autrefois comme l'un des porte-parole de la gauche française, et l'un des philosophes qui ont mûri dans la révolte des étudiants de mai 68 ».Ils précisent d'entrée de jeu que, lors de ses réponses, Alain Fikielkraut insiste et revient régulièrement sur le fait que« il ne peut plus dire (cela ) en France », « on ne peut pas dire çà en France » « il est peut être dangereux de dire çà en France ».

[2] La version anglaise de l'interview est disponible sur le site de Haaretz :http://www.haaretz.com/hasen/spages....

[3] Merci à Michèle Sibony qui nous a fait parvenir ce texte.

[4]La traduction anglaise du Haaretz a changé le titre hébreu et donne :« What sort of Frenchmen are they ? » - « Quelle sorte de Français sont-ils ? »

Titre sur la couverture du supplément sous la photo d'Alain Finkielkraut: « Vous les Israéliens, vous me comprenez. »

[5]Schule : mot yiddish qui signifie école , mais désigne plutôt, chez les juifs ashkénazes de France, la synagogue.

[6]Cette affirmation est inexacte.

[7] Le texte intégral de l'entretien avec Alain Finkielkraut réalisé vendredi 25 novembre par Jean-Pierre Elkabach sur Europe-1 est accessible sur internet :http://permanent.nouvelobs.com/soci....

> en savoir plus


24/08/2006

La loi Taubira

Article 1er

La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l'océan Indien d'une part, et l'esclavage d'autre part, perpétrés à partir du xve siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l'océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l'humanité.

Article 2

Les programmes scolaires et les programmes de recherche en histoire et en sciences humaines accorderont à la traite négrière et à l'esclavage la place conséquente qu'ils méritent. La coopération qui permettra de mettre en articulation les archives écrites disponibles en Europe avec les sources orales et les connaissances archéologiques accumulées en Afrique, dans les Amériques, aux Caraïbes et dans tous les autres territoires ayant connu l'esclavage sera encouragée et favorisée.

Article 3

Une requête en reconnaissance de la traite négrière transatlantique ainsi que de la traite dans l'océan Indien et de l'esclavage comme crime contre l'humanité sera introduite auprès du Conseil de l'Europe, des organisations internationales et de l'Organisation des Nations unies. Cette requête visera également la recherche d'une date commune au plan international pour commémorer l'abolition de la traite négrière et de l'esclavage, sans préjudice des dates commémoratives propres à chacun des départements d'outre-mer.

Article 4

Le dernier alinéa de l'article unique de la loi no 83-550 du 30 juin 1983 relative à la commémoration de l'abolition de l'esclavage est remplacé par trois alinéas ainsi rédigés :

« Un décret fixe la date de la commémoration pour chacune des collectivités territoriales visées ci-dessus ;

« En France métropolitaine, la date de la commémoration annuelle de l'abolition de l'esclavage est fixée par le Gouvernement après la consultation la plus large ;

« Il est instauré un comité de personnalités qualifiées, parmi lesquelles des représentants d'associations défendant la mémoire des esclaves, chargé de proposer, sur l'ensemble du territoire national, des lieux et des actions qui garantissent la pérennité de la mémoire de ce crime à travers les générations. La composition, les compétences et les missions de ce comité sont définies par un décret en Conseil d'Etat pris dans un délai de six mois après la publication de la loi no 2001-434 du 21 mai 2001 tendant à la reconnaissance de la traite et de l'esclavage en tant que crime contre l'humanité. »

Article 5

A l'article 48-1 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, après les mots : « par ses statuts, de », sont insérés les mots : « défendre la mémoire des esclaves et l'honneur de leurs descendants, ».

1685 : le code noirDans ce texte, le roi de France entend définir une doctrine de l'esclavage. Ses cinq grandes préoccupations sont : sauver l'âme des esclaves, garantir leur soumission par la terreur, limiter la barbarie des maîtres, définir les conditions de vente et d'héritage des esclaves et codifier les conditions d'affranchissement.

1713 : l'« Asiento »A la suite des traités d'Utrecht, Hollandais et Anglais obtiennent l'« Asiento », le monopole du transport des Noirs d'Afrique vers les colonies espagnoles. En 1445, une bulle du pape autorisait le Portugal à réduire en esclavage les peuples infidèles.

La traite des NoirsAu XVIIIe siècle, des navires chargés de pacotilles quittent les ports européens vers l'Afrique. Les denrées sont échangées contre des esclaves. Ceux-ci sont acheminés vers les colonies américaines. Les navires repartent vers l'Europe avec des produits tropicaux et des métaux précieux : c'est le commerce triangulaire.

Abolition et rétablissementEn 1794, la Convention prend un décret d'abolition. Huit ans plus tard, Bonaparte, sensible aux arguments du lobby colonial, rétablit l'esclavage et la traite des Noirs.

« L'esclavage sera entièrement aboli dans toutes les colonies et possessions françaises, deux mois après la promulgation du présent décret. A partir de la promulgation du présent décret dans les colonies, tout châtiment corporel, toute vente de personnes non libres, seront absolument interdits. »Article premier du décret d'abolition de l'esclavage du 27 avril 1848

Victor SchoelcherNé à Paris, en 1804. Victor Schoelcher est héritier des courants abolitionnistes. En 1848, il est nommé sous-secrétaire d'Etat aux Colonies. Le 27 avril, il parvient, non sans difficultés, à signer le décret d'abolition de l'esclavage. Elu en août, il représente la Martinique et la Guadeloupe. Optant pour le premier mandat ; il laisse le second à son suppléant, un ancien esclave.

Les revendications des Noirs de France

Face au peu de place qui leur est accordée dans la société, les Français d'origine africaine et antillaise expriment des revendications croissantes.

par Stéphanie BINET [Libé, le 22 février 2005]

Que ce soit lors de colloques, lors de débats sur des plateaux de télévision, dans les textes des rappeurs ou dans le récent film sur la société antillaise Neg'Maron, les Français d'origine antillaise ou africaine expriment de plus en plus leur malaise et leur colère quant au peu de place qui leur est laissée dans la société française. Les récents dérapages antisémites de Dieudonné sont d'autant plus pervers qu'il tente de surfer sur ce mal-être. « Il y a une grogne qui existe depuis longtemps, mais aujourd'hui elle s'exprime, résume Marie-Georges Peria, vice-présidente du Cerfom (Centre d'étude et recherche des Français d'outre-mer). Elle était auparavant difficile à formuler, car les injustices, dont elle se nourrissait, relevaient du non-dit. Mais, en 1998, à l'occasion du 150e anniversaire de l'abolition del'esclavage, les originaires d'outre-mer ont trouvé un point focal pour commencer à exprimer ce qu'ils ressentaient. Depuis, les revendications s'amplifient de tous les côtés. »

« En 1998, le gouvernement nous avait promis qu'il ferait un truc pour nous. On attend toujours »

Il y a tout d'abord eu les demandes de quotas à la télévision et dans le cinéma pour les minorités visibles, menées par le collectif Egalité du metteur en scène guadeloupéen Luc Saint-Eloi et de la romancière camerounaise Calixthe Beyala lors des Césars 2000, suivies de la marche du peuple noir l'été suivant. En même temps, Christiane Taubira défend son projet de loi pour la reconnaissance de l'esclavage comme crime contre l'humanité devant le Parlement. En février 1999, il est adopté en première lecture. Marie-Georges Peria se rappelle de la lutte que les associations ont dû mener pour que la loi soit examinée en deuxième lecture au Sénat : « Il a fallu qu'on réclame son passage au Parlement. Elle a été déprogrammée quatre fois avant d'être finalement votée en mai 2001. Depuis, elle n'est toujours pas appliquée. Le décret d'application date seulement du printemps dernier. Le comité de personnalités tente timidement de travailler sur ses différents articles. Aujourd'hui, personne ne comprend dans la communauté noire pourquoi la loi Taubira est passée inaperçue dans les médias nationaux. »

Martiniquaise, Marie-Andrée Bapté, 60 ans, femme de service dans un centre pour handicapés mentaux, a à peine conscience que cette loi existe mais se souvient juste des promesses : « Au moment de l'anniversaire de l'abolition de l'esclavage, le gouvernement nous avait promis qu'il ferait un truc pour nous. On attend toujours. J'ai vaguement entendu parler de cette loi sur Média Tropical (radio antillaise de la région parisienne, ndlr), puis plus rien. » Arrivée en métropole au début des années 70, « parce qu'on y trouvait plus facilement du travail qu'en Martinique », Marie-Andrée, proche de la retraite, s'inquiète pour ses enfants : « Aujourd'hui, la nouvelle génération est révoltée. Mes fils, en plus de savoir ce que leurs ancêtres ont subi, se sentent rejetés dans leur pays. Alors qu'ils sont Français à part entière, diplômés, on les juge toujours sur leur couleur de peau. »

« Ce passé qui emprisonne mon présent »

Beaucoup de rappeurs issus de cette même génération ont évacué leurs frustrations dans leurs textes, évoquant la traite des Noirs, l'esclavage, l'annulation de la dette africaine. Philippe, membre du groupe de rap la Rumeur, y a consacré un texte entier, 365 Cicatrices : « Le constat quotidien de mes souffrances, des délits de faciès, de ce passé qui emprisonne mon présent », dit ce jeune Guadeloupéen qui a grandi dans une cité des Yvelines. Dans la chanson, il raconte comment il a pleuré lors de la commémoration de l'abolition de l'esclavage, la fierté des tirailleurs bafouée à la fin de la guerre, il se moque des Noirs qui se teignent en blond et rappe : « Y a des chaînes qui nous maintiennent au bas de l'échelle, et pour que ça change, faudrait qu'on attende que la banquise dégèle ? » Maire adjoint à la jeunesse à Bagneux, Jean-Claude Tchicaya, de père congolais et d'une mère martiniquaise, 39 ans, explique : « Les jeunes Noirs comme les jeunes Maghrébins ont soif d'égalité. Les inégalités qu'ils subissent au quotidien leur sont insupportables. Ils ne veulent plus de discours lyriques sur l'égalité, ils veulent une égalité effective. Ce n'est pas du tout une posture de victimisation, mais il naît chez eux une forte conscience politique de la place qu'ils veulent occuper en France. »

Diplômé des Hautes études et pratiques sociales, Jean-Claude Tchicaya a également consacré sa thèse aux conséquences et effets de la traite et de la colonisation dans les rapports sociaux en France. Il crée, avec le rappeur Joey Starr et Olivier Besancenot, un collectif pour commémorer les oubliés de l'Histoire institutionnelle. Leur association Devoirs de mémoires est née pour rappeler le 40e anniversaire de l'assassinat de Malcolm X (lire ci-contre), le 21 février 1965 : « Il faut, dit Tchicaya, qu'on parle de cette histoire non dite, intériorisée chez les Noirs comme chez les Blancs, qui a développé pour les Noirs un complexe d'infériorité et les autres un complexe de supériorité. »

Rappeur d'origine sénégalaise, Mbégane Ndour préfère lui aussi l'action sur le terrain plutôt que la prise de parole dans les disques et les conférences. Il y a trois ans, il a produit un disque sur le sujet, African Consciences, qui n'a reçu aucun écho. Chaque semaine, il consacre une heure à aider un collégien dans ses devoirs de maths. Il appelle ça l'heure africaine, nom qu'il a donné à son association : « Il faut arrêter de se cacher derrière des discours, les livres, les CD, les chansons. Sur le terrain, il y a urgence. La France est en train de créer un environnement de frustration, de désespoir, qu'on ne pourra plus maîtriser. On parle encore le discours de l'intelligence, il ne faudrait pas qu'il n'y ait que celui de la violence qui soit entendu. »

___________________________

Christiane Taubira : « Si la société reste sourde, je ne préjuge de rien »

Par Catherine COROLLER [Libé, mardi 22 février 2005]

Christiane Taubira, députée apparentée socialiste, est l'auteure de la proposition de loi reconnaissant la traite négrière et l'esclavage comme crime contre l'humanité votée le 10 mai 2001. Elle analyse les traces laissées par cet épisode dans l'inconscient collectif des Noirs.

Sentez-vous monter chez les Français noirs un sentiment de frustration ?

Je parlerais de frustration pour la génération des 40-50 ans. Chez les jeunes, je parlerais plutôt d'exaspération. Pour moi, la frustration est synonyme d'impuissance. Or, les jeunes saisissent toutes les occasions de dire : « ça suffit. » Et je crois que se dresser ainsi contre l'injustice est positif. A condition que la société entende. Si elle reste sourde, je ne préjuge de rien...

Le trauma de l'esclavage joue-t-il un rôle dans la montée de cette exaspération ?

Les jeunes sont conscients que, si la France n'avait pas été un empire colonial, et si cet empire ne s'était pas démantelé dans les conditions que l'on sait, ils ne seraient pas là aujourd'hui. Ces épisodes sont constitutifs de leur présence ici, donc de leurs droits.

La page de l'esclavage n'est donc pas tout à fait tournée ?

Il y a chez nous une souffrance immémoriale de la traite et de l'esclavage. Mais c'est une souffrance indicible qui se ressent plus qu'elle se transmet. Il n'y a jamais eu d'explicite dans la transmission. Lorsque l'esclavage a été aboli (le 27 avril 1848, ndlr), des consignes de silence ont été données. Les gouverneurs qui ont lu l'acte d'abolition ont conclu par ces mots : « Et maintenant, on oublie tout, nous sommes tous frères. » L'ancienne population esclavagisée a intériorisé cette consigne parce qu'elle avait intériorisé la honte de l'asservissement. A cette souffrance s'ajoute une souffrance au quotidien : les discriminations à l'embauche, au logement. Celles-ci ne sont pas nouvelles, je les ai connues quand j'étais étudiante. Mais ce qui les rend dicibles, c'est notamment la loi de mai 2001 qui fait de la traite négrière et de l'esclavage un crime contre l'humanité. Elle a déverrouillé une série d'inhibitions. Des gens m'ont dit : « Depuis cette loi, je peux dire à l'administration :"Vous avez le droit de me refuser quelque chose, pas de me traiter comme ça."»

Les Etats-Unis ont promu des personnalités noires comme Condoleezza Rice et Colin Powell, faut-il en passer par la discrimination positive pour que des Français noirs aient leur chance ?

Le sujet fait débat parmi nous. Nous sommes très républicains, même lorsque la République nous exclut. Cet idéal de liberté, d'égalité, de fraternité a un sens dans les colonies. Les luttes d'esclaves lui ont donné un contenu. En même temps, on sedit qu'on ne va pas crever la gueule ouverte en attendant notre tour. Même s'ils n'adhèrent pas à la guerre en Irak, les gens sont fiers de la nomination de Condoleezza Rice qui a remplacé Colin Powell. Mais ils en retirent l'impression d'une supériorité du système américain.

Dieudonné tente de susciter un sentiment de compétition victimaire chez les noirs par rapport aux juifs, voyez-vous un risque de ce côté-là ?

Il y a chez les Noirs un sentiment indéfinissable d'injustice dans la prise en compte des souffrances, mais je ne sens pas de rancoeur, d'envie, de jalousie.

___________________________

Une discrimination qui unit les communautés

Pays et milieux d'origines, études, richesse, etc., tout différencie Africains et Antillais.

par Charlotte Rotman [Libé- mardi 22 février 2005]

Quel rapport entre un vieux Sénégalais en foyer depuis des décennies, un jeune Camerounais fraîchement débarqué et une Martiniquaise installée en Ile-de-France ? Ou encore entre un travailleur malien en mal de papiers et un jeune Français issu de parents originaires d'Afrique de l'Ouest ? La couleur de peau, répondront certains. La discrimination que l'on subit, diront d'autres.

« Du balcon d'en face, on nous confond dans une même invisibilité, une même exclusion. Du coup, nous nous confondons dans une même revendication », relève Christiane Taubira. Malgré des embryons d'organisation, il n'y a pas en France, comme aux Etats-Unis, de communauté noire unie et monolithique. « Il y a des sous-groupes. Beaucoup s'ignorent superbement. Les relations entre eux n'ont pas été toujours cordiales, indique Fred Constant, professeur de sciences politiques. « On ne passe pas de l'état de population à l'état de communauté organisée : il n'y a pas de drapeau commun. »Et pour cause. « Le seul point commun des Africains est d'être noirs, sur un très large éventail de nuances », peut-on lire sur un forum du site communautaire Amadoo.com.

En France, le profil des migrants en provenance du continent africain s'est modifié ces dernières années. Selon l'anthropologue Jacques Barou, les populations issues de l'Afrique subsaharienne ont augmenté de 40 % entre 1990 et 1999. Elles sont près de 400 000 dans le recensement 1999. Contre seulement 17 000 en 1962. En 1982, seuls les Sénégalais et les Maliens dépassaient les 20 000 personnes. En 1999, six autres pays viennent s'ajouter à cette liste : le Congo, la Côte-d'Ivoire, Madagascar, Maurice, le Cameroun et l'ex-Zaïre. « Le paysan du Sahel illettré et employé dans des secteurs non qualifiés n'est plus la figure dominante de cette population », écrit Jacques Barou [1]. Aujourd'hui, on trouve beaucoup de ressortissants avec un taux de scolarisation élevé, issus de pays africains considérés comme riches. Et, depuis peu, ces populations se féminisent et rajeunissent. Paradoxe, note l'auteur, « les populations qui émigrent depuis plus longtemps présentent le moins de signes d'installation en France : faible proportion de femmes, d'enfants, et de Français par acquisition ».

Quand on parle des Noirs en France, il faut évidemment prendre en compte les Antillais. Leur arrivée en métropole a été organisée en 1961 par le Bumidom (bureau pour les migrations intéressant les départements d'outre-mer). Le nombre d'Antillais qui s'installent durablement dans l'Hexagone va être multiplié par 15 en moins de cinquante ans. Aujourd'hui, un Antillais sur quatre nés aux Antilles a établi sa résidence en métropole [2]. On y comptait 337 000 personnes originaires des Antilles en 1999.

[1] Jacques Barou, «Africains, citoyens d'ici et de là-bas», dansHommes et Migrations, n° 1239.

[2] Claude-Valentin Marie, «Diasporas caribéennes», dansHommes et Migrations, n° 1237.

> en savoir plus


24/08/2006

France : Le mauvais accueil des étudiants étrangers

Dans les pays industrialisés qui connaissent un déficit démographique persistant, les étudiants étrangers présentent l'avantage de répondre aux besoins économiques et de maintenir des filières universitaires dont les effectifs sont en baisse. Alors que la plupart des pays concernés l'assument largement, la France marque « une forte prévention quant à ce phénomène », selon une étude du Conseil économique et social (CES) rendue publique le 23 janvier.

Alors que « les Allemands annoncent vouloir renforcer leur potentiel en informatique par l'immigration », que les Britanniques remercient les étudiants étrangers « de maintenir leur cursus de chimie » et que « les Américains se réjouissent des entreprises créées par les étudiants étrangers », la France a des difficultés à assumer cette politique. Elle éprouve par exemple « une certaine gêne à admettre que notre système hospitalier repose de plus en plus sur une main-d' ?uvre que nous avons formée mais qui vient d'autres pays », peut-on lire dans l'étude. Le rapport s'interroge sur l'opportunité de sélectionner les étudiants étrangers en fonction de leur excellence ou de leur pays d'origine. Les « bons » étudiants ne sont pas forcément « les meilleurs » mais « ceux qui ont un réel projet ». Par ailleurs, plutôt qu'une politique de quotas qui contraindrait à une sélection géographique des étudiants étrangers, le CES préconise un effort de promotion mieux coordonné et une politique d'accueil plus attractive. Les pays les plus dynamiques en matière d'accueil sont ceux qui laissent aux étudiants « la possibilité de commencer à bâtir leur carrière professionnelle sur leur territoire », assure le rapport.

> en savoir plus


24/08/2006

Afghanistan : Campagne de sensibilisation contre l'immigration clandestine

Le gouvernement britannique va financer (à hauteur de 283.000 US$), avec la mission de l'Office des Migrations Internationales (OMI) en Afghanistan, une campagne de sensibilisation afin de réduire l'immigration irrégulière. Ce projet a pour but de faire prendre conscience des dangers de l'immigration clandestine, de chasser les idées reçues et d'informer sur les possibilités de migrations régulières. La mission afghane de l'OMI sera dans un premier temps chargée de mener une étude préliminaire afin d'identifier les groupes cibles et leurs positions géographiques. En partenariat avec les médias afghans et les ministres compétents, l'OMI utilisera notamment la télévision, la radio et les panneaux d'affichage pour diffuser l'information.

Parallèlement, le gouvernement pakistanais et le HCR mèneront un recensement afin de définir avec détails le nombre et l'origine des Afghans présents au Pakistan. Ce recensement, qui concernera tous les Afghans arrivés depuis décembre 1979, permettra de développer des politiques pour les Afghans non rentrés chez eux à la fin du programme de rapatriement volontaire organisé par le HCR, en mars 2006. Il permettra également au gouvernement pakistanais de déterminer pour la première fois le nombre d'Afghans présents sur son territoire depuis un quart de siècle. Ce nombre est actuellement estimé à 3,2 millions. Enfin, il est à noter que l'UE vient d'affecter 20 millions d'euros aux 4 millions d'Afghans encore exilés en Iran et au Pakistan (OMI, 10/01/06 ; HCR, ; IRIN)

> en savoir plus


24/08/2006

FRANCE : CRIME ET ANTISEMITISME

Un jeune homme a été enlevé et torturé. Il est mort dans des conditions effroyables. Ce jeune homme était juif, et il existe, selon l'autorité judiciaire, des indices graves et concordants que certaines des personnes soupçonnées d'avoir commis ces crimes auraient exprimé leur haine des juifs ou l'amalgame habituel et détestable entre les juifs et l'argent.

Ces actes ne peuvent inspirer qu'un sentiment d'horreur. À la motivation initiale de cet enlèvement, évidemment crapuleuse, se sont ajoutés des préjugés antisémites. Comme toujours, l'antisémitisme est au carrefour de la bêtise et de l'inhumain.

Il appartient à l'autorité judiciaire de faire toute la lumière sur cette affaire criminelle y compris dans ce qu'elle révèle, en même temps, comme manifestations d'antisémitisme.

La LDH s'incline devant la douleur des proches de la victime. Elle partage l'émotion que suscite ce crime monstrueux et c'est pourquoi, au vu des éléments dont elle dispose aujourd'hui, elle s'associe à la manifestation, contre le racisme et l'antisémitisme, qui se tiendra le 26 février à 15h00 au départ de la place de la République à Paris.

> en savoir plus


24/08/2006

La colonisation, la loi et l'histoire : Refusons toute histoire officielle

La loi du 23 février 2005, en particulier dans son article 4, est un défi à la liberté de l'historien parce qu'elle dicte une vision partielle et partiale de l'Histoire. Alors que la France a du mal à assumer la page coloniale de son histoire, ce qui lui pose d'autant plus problème que de nombreux citoyens de ce pays descendent des populations qui ont vécu la colonisation, cette loi cherche à imposer une vérité officielle.

L'autonomie de la recherche, en effet, doit être défendue. Le rôle des chercheurs et des enseignants en histoire consiste à élaborer et transmettre des connaissances rigoureuses sur le passé, à partir d'une analyse critique des sources disponibles pour comprendre les phénomènes historiques, sans chercher à les juger. Pour eux, dresser des bilans des aspects?positifs?ou?négatifs?de l'histoire n'a pas de sens. Cependant, les historiens ne vivent pas à l'écart de la société mais au milieu d'elle et ils ne sont pas des experts infaillibles qui détiendraient la vérité sur le passé. L'expérience a souvent montré que, sur certaines questions, la connaissance historique a progressé en marge des institutions universitaires. Leur travail est étroitement en rapport avec la mémoire collective, même si celle-ci ne se confond pas avec l'histoire et s'ils doivent refuser toutes les formes d'instrumentalisation du passé, d'où qu'elles viennent. Le rôle des historiens n'est pas de régenter la mémoire, il est d'éclairer par leur travail autonome et souvent contradictoire l'ensemble des citoyens. C'est au nom de ces principes que beaucoup se sont mobilisés contre la loi du 23 février 2005.

La récidive de l'Assemblée et l'élargissement du débat

À la suite du vote par lequel la majorité parlementaire a refusé, le 29 novembre 2005, d'abroger l'article 4, qui a été suivi de nouvelles protestations, en particulier aux Antilles, le président de la République a annoncé le 2 décembre 2005 qu'il confiait au président de l'Assemblée nationale Jean-Louis Debré une mission parlementaire?pour évaluer l'action du Parlement dans le domaine de la mémoire et de l'histoire?. En même temps, il a fait part de sa volonté d'accélérer la mise en place de la Fondation prévue à l'article 3, qui comporte une grave menace de pression du pouvoir politique et des lobbies nostalgiques de la colonisation sur les chercheurs. Peu après, le débat s'est trouvé élargi par la publication le 13 décembre 2005 dans Libération d'un appel signé de dix-neuf personnalités intitulé?Liberté pour l'histoire?qui défend à son tour la liberté des historiens et chercheurs, mais dont le défaut est d'associer dans un même rejet d'autres lois françaises relatives à l'histoire et la mémoire. Ils ont choisi, en effet, de critiquer à la fois la loi du 29 janvier 2001 qualifiant de génocide le massacre des Arméniens, la loi Taubira du 21 mai 2001 qui qualifie l'esclavage de crime contre l'humanité et la loi Gayssot du 13 juillet 1990, dont l'un des articles a créé un délit de négation des crimes de génocide tels que définis par la charte du tribunal de Nuremberg, c'est-à-dire l'extermination des Juifs et des Tsiganes par les nazis. Ce texte ne clarifie pas le débat.

La loi Gayssot

Votée à l'unanimité des deux assemblées, la loi Gayssot dont un article a soulevé les réserves et les interrogations d'un grand nombre d'historiens, exige en elle-même un examen particulier. Au moment où elle était débattue et au lendemain de son adoption, des historiens ont fait valoir que cette loi risquait de faire entrer le Parlement dans une logique de proclamation de vérités officielles. Car, sur quelque période de l'histoire que ce soit, dire la vérité historique ne relève pas de la loi. Comme l'a souligné Madeleine Rebérioux :?La loi impose des interdits, elle édite des prescriptions, elle peut définir des libertés. Elle est de l'ordre du normatif. Elle ne saurait dire le vrai. Non seulement rien n'est plus difficile à constituer en délit qu'un mensonge historique, mais le concept même de vérité historique récuse l'autorité étatique. L'expérience de l'Union soviétique devrait suffire en ce domaine.?[1]

Madeleine Rebérioux se félicitait en même temps que tel propos négationniste soit condamné pour diffamation par un tribunal. Cependant, elle ne pensait pas une loi indispensable pour arriver à ce résultat et craignait surtout qu'on s'engage sur une pente dangereuse. Mais, en l'absence d'une telle loi, Meïr Waintrater a raison de dire c'est à chaque tribunal saisi d'entendre des historiens afin de se convaincre de la contre-vérité historique énoncée par les négationniste et de pouvoir conclure qu'elle sert d'habillage à une diffamation [2]. La loi Gayssot existe depuis quinze ans, elle s'est montrée efficace pour réagir à des propos dangereux et n'a jamais représenté la moindre menace à la liberté de la recherche. Certes il ne faut pas qu'elle soit à l'origine d'une dérive vers l'histoire officielle, mais elle répond à un danger réel et particulier. Serait-il opportun de laisser libre cours aux propos négationnistes récurrents sur l'inexistence de la Shoah, au moment où des hommespolitiques d'extrême droite renouvellent délibérément leurs paroles ambiguës sur ces questions et où le président de la République islamique d'Iran tient sur ce point des propos franchement scandaleux ?

Il ne faut pas tout mélanger

La loi Taubira, elle, qui ne crée aucune vérité officielle mais prend en compte les acquis de la connaissance historique et les réfère aux principes fondamentaux des droits de l'homme, ne s'expose pas aux mêmes réserves que la loi Gayssot. Elle dispose dans son article 1 que :?La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l'océan Indien d'une part, et l'esclavage d'autre part, perpétrés à partir du XVe siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l'océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l'humanité.?Elle ne signifie pas que d'autres formes d'esclavage, notamment en Afrique ou à partir du monde arabe, ne mériteraient pas la même qualification ; elle se borne à qualifier des faits qui font partie de notre histoire nationale. Son article 2 parle aussi de l'enseignement, mais il est très différent de l'article 4 de la loi du 23 février 2005. Il dispose :?Les programmes scolaires et les programmes de recherche en histoire et en sciences humaines accorderont à la traite négrière et à l'esclavage la place conséquente qu'ils méritent.?Il ne délivre aucune consigne particulière qui empièterait sur la liberté des enseignants et chercheurs, il vise simplement à leur donner davantage de moyens pour connaître ce phénomène.

Il est faux de dire que la loi Taubira tomberait dans l'anachronisme en qualifiant l'esclavage et la traite de crimes contre l'humanité. Les abolitionnistes des XVIIIe et XIXe siècles utilisaient déjà ces termes pour dénoncer ces pratiques. Condorcet parlait d'?un crime contre l'espèce humaine?, Mirabeau qualifiait traite et esclavage de?crime des nations?et les débats parlementaires des IIe et IIIe Républiques comportent de multiples exemples d'emploi des termes de?crime contre l'humanité?pour qualifier l'esclavage.

Cette loi est une loi de reconnaissance d'un passé tragique. Revenir sur cette reconnaissance reviendrait à encourager les dérives de personnages dangereux qui tentent de profiter de la légitime indignation des descendants d'esclaves face à ce crime d'État pour semer le trouble dans les esprits en tentant de susciter une concurrence entre victimes.

Quant à la loi du 29 janvier 2001 relative à la reconnaissance du génocide arménien, elle ne doit pas davantage être mise sur le même plan que celle du 23 février 2005. Son article unique dispose que?la France reconnaît publiquement le génocide arménien de 1915?. Elle ne prescrit rien aux enseignants ni aux chercheurs, ni ne crée aucun délit vis-à-vis de ceux qui nieraient ce qu'elle reconnaît au nom de la nation. Elle ne désigne d'ailleurs aucun responsable, laissant ce soin aux historiens. L'Union européenne et plusieurs de ses pays membres ont adopté des lois comparables.

Certes, pas plus que la loi Taubira, elle ne doit pas encourager des poursuites ou des pressions contre tel ou tel enseignant ou chercheur. Mais la présence en France d'un grand nombre de descendants de victimes de ce génocide, comme l'engagement de la Ligue des droits de l'Homme dès l'année de sa fondation aux côtés de grandes personnalités comme Anatole France contre les premiers massacres d'Arméniens dans l'empire ottoman, rattache notre pays à cette histoire et justifie une telle prise de position.

Elle est, elle aussi, une loi de reconnaissance d'un fait historique, référé aux principes fondamentaux des droits de l'homme. Et elle non plus ne témoigne d'aucunement jugement anachronique : rappelons qu'avant même la Shoah, c'est à l'occasion du massacre des Arméniens dans l'empire ottoman pendant la Première guerre mondiale qu'on a relevé pour la première fois dans un document diplomatique international les mots?crime contre l'humanité?, quand les ambassadeurs d'Angleterre, de France et de Russie à Istanbul ont qualifié dans une déclaration commune ce massacre de?crime contre l'humanité et la civilisation?.

La loi sur le génocide des Arméniens comme la loi Taubira sont également de véritables actes de politique internationale de la France. Si elles peuvent être discutées librement, il n'est pas juste de les assimiler à celle du 23 février 2005 et de noyer la protestation contre cette dernière en confondant toutes ces lois dans une vaste catégorie des?lois mémorielles?. D'autant que l'on relève que ce texte qui prétend soulever le problème global de toutes les lois concernant l'histoire, passe sous silence une autre loi récente : celle du 18 octobre 1999 qui substitue, dans un code des pensions déjà existant, le qualificatif de?guerre d'Algérie?aux termes antérieurs des?opérations effectuées en Afrique du Nord?. Une loi qui, loin de dicter quoi que ce soit aux historiens ni de les menacer, prenait enfin acte d'une qualification utilisée par tous les historiens et jusque là toujours refusée scandaleusement par l'État dans ses textes officiels. Cette loi qui, comme celles sur l'esclavage et le génocide arménien, prend en compte les travaux historiques serait-elle, elle aussi, injustifiée et devrait-elle être abrogée ?

L'abrogation de l'article 4

Nous refusons de nous en prendre à ces deux lois, qui ont été unanimement saluées lorsqu'elles ont été adoptées et sont emblématiques de la prise de conscience contemporaine de ce que, comme l'écrivait Madeleine Rebérioux, le?crime contre l'humanité : cette nouvelle catégorie juridique internationale marque un moment essentiel de la conscience universelle?[3]. Ni ces deux lois ni la loi Gayssot ne sont des exceptions françaises. D'autres États ont adopté, sur ces différents sujets, des lois équivalentes. Il n'en est pas de même pour la loi scélérate du 23 février 2005 qui provoque l'incompréhension du monde.

Le président de la République a affirmé le 4 janvier que l'article 4 de cette loi mentionnant le?rôle positif?de la colonisation, qui?divise les Français?, devait?être réécrit?et que le président de l'Assemblée nationale Jean-Louis Debré, qu'il avait chargé d'une mission sur cette question, présenterait une proposition de loi?qui rassemble et apaise les esprits?. En le recevant le 25 janvier 2006, il n'était plus question dans la bouche du chef de l'État de réécriture, mais de suppression, le recours au Conseil constitutionnel lui permettant d'éviter un nouveau débat devant le Parlement. C'est à croire qu'on cherche à ménager la chèvre et le chou, car ce que demandaient les historiens et enseignants qui ont protesté contre cet article voté par le Parlement, c'est son abrogation par le même Parlement. Et ils continuent à s'inquiéter vivement de la mise en?uvre d'une Fondation prévue par l'article 3 de la même loi qui pourrait mettre la recherche sous tutelle.

Le débat sur les rapports de la loi, de la mémoire et de l'histoire doit être sereinement poursuivi. Quant à celui ouvert, à l'occasion de cette loi, par de nombre d'enseignants, d'historiens et autres citoyens sur le passé colonial de la France et ses enjeux actuels, il a soulevé tant de questions essentielles que, même après le?tour de passe-passe?présidentiel, il est loin d'être épuisé.

Gilles Manceron vice-président de la LDH

[1] Madeleine Rebérioux,?Le Génocide, le juge et l'historien?, L'Histoire n° 138, novembre 1990, pp. 92-94.

[2] Meïr Waintrater,?Loi Gayssot, un droit à l'histoire. La pétition?Liberté pour l'histoire?remet en cause un texte qui incrimine le déni de mémoire?, Libération, 16 décembre 2005.

[3] Madeleine Rebérioux, op. cit.

> en savoir plus


24/08/2006

Le Forum social mondial de Karachi, du 24 au 29 mars 2006

Tandis que le travail de secours etde réhabilitation post-séisme continue au Cachemire avec l'aide des organisations de la société civile, le Comité d'Organisation pakistanais poursuit ses efforts autour de la re-mobilisation pour le Forum Social Mondial de Karachi. Le 24 janvier dernier, alors que le FSM de Bamako touche à sa fin et que celui de Caracas ouvre ses portes, les pakistanais ont organisé un Forum social pakistanais à Lahore. Un événement qui leur permet de se montrer solidaires avec leurs amis maliens et vénézuéliens, mais aussi de faire savoir que le 3ème volet de l'édition polycentrique du FSM 2006 aura bien lieu.

Les dates proposées lors de la réunion du Conseil asiatique du 16 décembre dernier à Hong Kong ont été validées. Comme l'avaient proposé les 80 personnes représentant des organisations d'Inde, du Pakistan, du Bengladesh, de Thaïlande, des Philippines, d'Indonésie, de Hong Kong, du Japon, de Palestine, des Etats-Unis, d'Allemagne, des Pays-Bas et de la Belgique, le FSM aura lieu du 24 au 29 mars 2006.

Lors de ce Forum social pakistanais, le Comité d'organisation a présenté un bilan de la situation. D'importants efforts restent à fournir, notamment en matière de collecte de fonds, mais le processus d'organisation a bien évolué et de nombreux progrès ont été réalisés. Les 12 groupes de travail mis en place pour accompagner le Comité de Coordination du FSM de Karachi dans l'organisation des activités du FSM ont fait un travail de mobilisation très important tant au niveau national qu'international. En outre, le site Internet du FSM (www.wsf2006karachi.org) a été complètement rénové et il offre désormais toutes les informations nécessaires pour les délégués nationaux ou internationaux qui veulent participer au FSM.

Pour cette sixième édition, le Forum Social Mondial s'est voulu polycentrique : trois continents pour un même Forum. C'est justement parce qu'il s'agit d'un seul et unique Forum que les membres du Comité d'Organisation pakistanais se sont concertés avec leurs amis au Brésil, au Mali, au Venezuela et en Inde pour rassembler les efforts autour des questions de collecte de fonds et de planification de l'organisation du programme.


Inscriptions (activités, organisations, individus, etc.) :http://www.wsf2006karachi.org/resgistration.html

Frères des Hommes :http://www.france-fdh.org/

Imprimer

> en savoir plus


24/08/2006

Discrimination à l'égard des femmes au Togo : Les experts onusiens déplorentle décalage entre le discours du gouvernement et la réalité

La Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH) et son organisation affiliée, la Ligue togolaise des droits de l'Homme (LTDH), demandent aux autorités togolaises de mettre en?uvre dans les plus brefs délais les recommandations émises par le Comité des Nations unies pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes (Comité)1 .

En janvier 2006, le Comité a enfin pu examiner le rapport initial et les deuxième, troisième, quatrième et cinquième rapports périodiques combinés du Togo, sur la mise en?uvre de la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW).

Dans ses observations finales, le Comité a dans un premier temps noté avec satisfaction l'adoption de mesures temporaires de discrimination positive tendant à favoriser la scolarisation des filles et à permettre l'embauche de femmes dans des secteurs professionnels traditionnellement réservés aux hommes. Néanmoins, le Comité a regretté l'absence de statistique démontrant l'efficacité de ces mesures.

Par ailleurs, en prenant en compte les rapports transmis par la FIDH et la LTDH sur la situation des droits de l'Homme au Togo 2 et les observations de ses représentants à l'occasion de l'examen du rapport de l'Etat, le Comité, n'a pas manqué de déplorer non seulement l'incomplète harmonisation du droit togolais avec les dispositions de la CEDAW mais aussi l'absence de campagne de sensibilisation de la société civile aux droits des femmes et aux recours juridiques disponibles pour garantir l'application de ces droits.

Le Comité a également souligné que certains projets de réforme, notamment ceux du Code pénal et du Code de la famille, comportaient des dispositions discriminatoires, comme le maintien de la polygamie, et ne répondaient pas aux lacunes actuelles d'absence d'incrimination des violences domestiques, du harcèlement sexuel ou encore des mutilations génitales féminines.

A cet égard, le Comité a déploré la persistance de traditions et de coutumes discriminatoires à l'égard des femmes comme le lévirat, le mariage forcé et précoce, et les mutilations génitales et a exhorté l'Etat partie à prendre sans délai des mesures pour éradiquer de telles pratiques conformément aux exigences des articles 2 (f), 5 (a), 11, 12 et 16 de la CEDAW.

La FIDH et la LTDH se félicitent des recommandations émises par le Comité qui reprennent la plupart de leurs préoccupations. Néanmoins, nos organisations regrettent vivement que le Comité, tout en reconnaissant l'occurrence des violences contre les femmes au Togo et l'absence d'incrimination pénale de tels actes, n'ait pas condamné les récentes graves violences subies par les femmes lors du coup d'Etat militaire et des élections présidentielles controversées, ce malgré les nombreux témoignages de ces crimes présentés aux experts par la FIDH et la LTDH.Une telle condamnation aurait permis de mettre les autorités togolaises devant leur responsabilité et d'insister particulièrement sur l'obligation de lutter contre l'impunité des auteurs de ces crimes, conformément aux dispositions internationales de protection des droits de l'Homme auxquelles l'Etat partie est lié.

Enfin, la FIDH et la LTDH appellent les autorités togolaises à mettre en oeuvre dans les plus brefs délais les recommandations du Comité, y compris celle sur la nécessaire coopération entre le gouvernement et les organisations non gouvernementales et la société civile pour lutter efficacement contre les discriminations à l'égard desfemmes au Togo.

Contact presse : Karine Appy + 33 1 43 55 25 18 / + 33 1 43 55 14 12

1 Cf. les Observations finales du CEDAW du 3 février 2006 faisant suite à l'examen du rapport du Togo2 Cf. le rapport de la FIDH n°433 - retour sur la crise togolaise : l'exigence de justice demeure - novembre 2005, et le rapport de la LTDH - stratégie de la terreur au Togo (II) : un règne aussi court que sanglant - mars 2005, disponibles sur le site de la FIDH

Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH)Ligue togolaise des droits de l'Homme (LTDH)

> en savoir plus


24/08/2006

France - Immigration : Appel pour le retrait du projet de loi.

Lettre ouverte à Monsieur Jacques Chirac

Monsieur le Président,

Nous nous adressons à vous en tant que garant du respect des engagements internationaux souscrits par la France et des principes fondateurs de la République française par lesquels elle s'engage à défendre et promouvoir le respect des droits de l'Homme en France et dans le monde. Or, il apparaît que le projet de loi réformant le code d'entrée et de séjour des étrangers et le droit d'asile, adopté par l'Assemblée Nationale et prochainement examiné au Sénat, porte gravement atteinte à ces engagements et à ces principes.

Nous représentons des organisations issues de la société civile qui travaillent, parfois dans des conditions difficiles et périlleuses pour certaines d'entre elles, à la construction d'un Etat de droit et au respect des libertés individuelles et collectives. Nous sommes aux côtés de tous ceux et toutes celles dont les droits sont bafoués. Certains d'entre eux sont contraints de quitter leur pays, soit parce que leur liberté ou leur vie est soumise à l'arbitraire de régimes dictatoriaux, soit, plus simplement, parce qu'ils ne peuvent plus y survivre. Nous n'ignorons pas la complexité de ce sujet qui mêle la France, l'Europe, le monde, et qui ne peut être abordé à coup de slogans ou en flattant une xénophobie toujours grandissante.

Notre propos n'est pas de plaider pour des solutions qui ignorent toutes contraintes, mais d'affirmer avec force notre refus que les victimes de ces situations déjà intolérables soient considérées comme des délinquants et des parias.

De nombreuses associations ont montré en quoi ce projet de loi, ainsi que deux textes récents ayant la même finalité, constituent autant de violations des engagements internationaux de la France, mais vont aussi contribuer à aggraver les situations déjà existantes.

C'est d'abord le droit d'asile qui est réduit à une caricature d'application de la Convention de Genève. Aujourd'hui, être demandeur d'asile, c'est d'abord être un suspect de fraude. Jamais l'on a vu autant les principes de cette Convention foulés aux pieds, ainsi d'ailleurs que le Haut commissariat aux Réfugiés, à sa manière, s'en est ému. Derrières les discours officiels garantissant l'exercice du droit d'asile, c'est en fait une confusion entre l'exercice d'un droit inaliénable et la question de l'immigration à laquelle se livre le gouvernement français.